≡ Menu

7 Conseils pour vivre une belle histoire d’amour (le 6e est pour beaucoup le plus dur)

Félicitations !

Tu viens de la séduire. Sourires échangés, baisers chauds, beaucoup de tendresse, ça fait toujours vraiment, vraiment trop plaisir.

Tu voudrais que ça dure. Faire, comme on le dit communément, un bout de chemin avec elle…

C’est bien.

Belle histoire d'amour

Seulement voilà, une fois conquise, ne crois surtout pas que c’est du tout cuit et que tu as tous les droits.

Prendre un maximum de plaisir, ça oui. Mais ne te relâche pas et cultive des bonnes habitudes pour que ça puisse fonctionner comme tu l’entends.

Voici sept conseils personnels susceptibles de t’aider dans cette démarche.

1. Continue à la séduire

Continue à la séduire avec ta voix, tes regards prononcés, ta gestuelle, ton style personnel quoi. Comme si elle n’était pas encore à toi.

Agis et séduis-la comme si votre histoire pouvait se terminer d’une minute à l’autre. Pour mieux te faire comprendre, je te donne un exemple aux antipodes de ma théorie.

Le gars vient chez elle pour la première fois. En bon mec audacieux, il s’est invité à manger, ce qui est un bon point, on le verra plus loin… Mais arrivé là-bas, il se vautre sur le canapé, l’écoute vaguement se livrer à lui, l’observe du coin de l’œil faire la popote tout en feuilletant le quotidien.

Voici ce qu’il se dit intérieurement : « De toute manière, j’ai déjà fait le taff. Lorsqu’on aura mangé, on baisera comme des porcs. Tout est cool. Je reste tranquille pour pas gaffer, car elle est trop bonne. Je ne veux pas faire ou dire de conneries. »

Et devine quoi : après le repas, elle le remercie et le congédie poliment. « Il faut que je me repose » lui avoue-t-elle. No coke, no dope !

Bon, je concède le caractère caricatural de ce grotesque personnage. Mais beaucoup d’entre nous agissent comme ça, sans doute par peur de se planter ou de gâcher le plan.

Le top du top dans cette situation :

  • La regarder cuisiner pour toi et lui proposer un peu d’aide : mettre la table, lui rapporter les ingrédients, te montrer disponible. Attention : ne viens pas non plus te frotter à ses fesses toutes les deux minutes, ne sois pas trop collant !
  • Rester pleinement avec elle. La regarder avec délice te concocter les mets de ses doigts. Tu kifferas bien plus que ton journal, crois-moi.
  • Ne pas penser à la suite. C’est un peu mon mot d’ordre : profiter de l’instant présent, c’est tout.

2. Ne renonce pas à tes principes

Tu es en kiff total. Tu l’as branchée hier soir. Elle t’as lâché son 06. Tu la textotes le lendemain à ton réveil. Ça lui fait plaisir. Elle te propose de la rejoindre l’après-midi même.

Mais voilà, tu as déjà un truc de prévu (potos, copines, fuckfriend, catéchisme, vieille tante richissime qui va bientôt claquer…).

Dans ce cas, ne lâche jamais ton plan initial. Reste fidèle à tes valeurs : celles d’un gars qui ne fait pas de faux plans parce qu’il a trouvé meilleure occupation.

Même si t’en peux plus et que tu veux trop la voir, n’aie pas peur d’attendre. Fais-lui comprendre avec un texto sympa :

Salut fille de mes rêves, j’aurais adoré passer mais voilà, j’ai déjà quelque chose de prévu. Je ne suis pas du genre à lâcher mes amis donc je te dis à bientôt, avec plaisir… Ne boude pas, on se reverra. :-(

Bon voilà quoi, un exemple de SMS parmi tant d’autres possibles. Le chaud et le froid. La fermeté et la gentillesse. Tu n’es pas disponible immédiatement pour elle, mais tu laisses les portes bien ouvertes.

Ce qu’il faut comprendre, c’est :

  • N’aie pas peur de la perdre. Ne te précipite pas. Elle ne va pas s’envoler.
  • Reste fidèle à toi-même et à ton intégrité.
  • Aie confiance en l’avenir. Tu la reverras assez tôt.

Tu lui montres que, loin d’être un crevard assoiffé de son corps, tu sais rester intègre et loyal en toute circonstance. Et que tu as une vie sociale intéressante.

Elle va apprécier… bien au delà de sa déception de t’attendre un peu.

3. Ne lui déclare pas trop vite ta flamme

Tu l’as dans le sang. Elle est belle, intéressante, sensuelle, douce, souriante, et tant de choses encore… Tu as envie de lui ouvrir ton cœur et de lui crier, comme Lara :

« Je t’aiiiiiiiiiiiiimmmmeuuuuuuhhhhhhh ! »

Déclarer sa flamme, c’est beau, mais ne le fais pas au bout d’une semaine. Qu’auras-tu d’autre à lui dire pour la faire rêver après cela ?

Écoute ton cœur, c’est vrai. Mais surtout, prends le temps de ressentir, de vibrer. Et gardes-en sous la pédale. Assure-toi que vos sentiments soient bien réciproques.

Si c’est le cas et que tu n’en peux plus, tu veux exploser parce que ça bouillonne trop dans tes veines, fais-le à petite dose, de manière diffuse… à travers des petits mots doux, sur son portable ou au creux de son oreille, pendant l’acte d’amour…

Et surtout, n’attend rien en retour, s’il te plaît. Rien ! Nada ! Dire qu’on aime à l’autre ne devrait jamais être une entreprise égoïste. Car si tu fais l’erreur d’attendre en retour et d’espérer, tu risques d’être déçu.

Ma petite expérience m’a appris que c’est lorsqu’on s’y attend le moins qu’on jouit des plus belles surprises. Tellement vrai !

4. Fais la languir par tous les moyens

Au lieu de la baiser, dis-lui que tu vas la baiser quelques heures avant par des petits mots coquins. Au lieu de l’emmener dans un chouette restaurant, dis-lui plusieurs jours avant qu’une surprise l’attend. Au lieu de lui raconter ta life, fais la jouer à la devinette avec toi, ton histoire, ta vie…

L’idée, c’est d’amener ta bien aimée à te désirer. Fais la attendre. Fais la deviner. Fais la rêver. Joue au mystérieux. Fais la languir…

À toi d’imaginer ce que tu peux faire. Sois créatif, tu te feras plaisir. À elle aussi.

5. Fais la s’investir pour toi

Magnifique découverte pour laquelle je me dois de faire un clin d’œil à notre vénérable Konsti, que je vais donc un peu plagier. ;-)

Oublie la politesse, la bienséance, la gène, et n’hésite pas à lui demander très rapidement de faire des choses pour toi (et pas que des gâteries !). Cherry on the cake, pour que ça passe mieux, fais le de manière subtile et rigolote.

Ainsi, se faire inviter à manger, lui demander de l’aide dans l’achat d’un vêtement pour ta grande sœur, la faire réfléchir sur un problème qui te concerne… sont autant de propositions pour la faire s’investir pour toi.

Pourquoi cette idée saugrenue et détachée des conventions ?

Premièrement, en agissant ainsi, tu te positionnes comme étant le prix. C’est à elle de faire les efforts demandés pour te plaire, te satisfaire, être à la hauteur de tes attentes.

Crois-tu que les filles n’aiment pas les mecs qui leur lancent des petits défis ? Préfèrent-elles ceux qui leur ont déjà tout donné, tout montré au bout de quelques jours ? À ton avis ?

Donc, OSE lui demander de s’investir intellectuellement, émotionnellement, matériellement et physiquement pour ta poire. Tu seras surpris des résultats.

La deuxième raison du succès de cette démarche est une question d’équilibre :

  • Si tu t’investis trop, elle risque de se lasser rapidement de toi, car tu deviens trop facile à ses yeux, trop disponible. Les femmes ne veulent pas d’un petit toutou, il faut le comprendre.
  • Si tu la fais s’investir pour toi dès le début, tu auras alors tout le loisir de lui faire plaisir en retour, sans passer pour ce looser needy qui a trop besoin d’elle pour être quelqu’un.

Ou alors, tu ne t’investis pas en retour et tu profites d’elle, mais ce n’est pas bien !

Enfin, tu lui montres que tu veux rentrer dans son monde, en t’invitant sur un terrain qu’elle gère : le sien. Elle appréciera ton culot et ton originalité. Enfin, je te le souhaite.

Je ne sais pas ce qui m’a pris, mais il y a quelques mois, j’ai demandé à cette fille de me faire à manger. C’était au téléphone et on s’était vus seulement une fois en boîte. Elle a été tellement surprise et désarmée qu’aujourd’hui elle m’en parle encore avec un grand sourire !

6. Ne sois pas si pressé de coucher avec elle

Ne te conduis pas en ami, évidemment. Mais ne te montre pas si pressé !

Avoue lui ton désir avec subtilité, mais fais lui aussi comprendre que tu es patient et que tu es capable d’envisager autre chose que du sexe avec une femme.

Une petite parenthèse pour ceux qui en doutent : il est tout à fait possible de s’éclater ailleurs qu’au lit avec une Miss, aussi désirable soit-elle. Et je ne pense pas seulement à l’arrière d’une voiture. :-)

Je vais te raconter un exemple de mon vécu. La nana est magnifique : une vraie bombe à retardement. Il n’y avait plus qu’à allumer sa petite mèche. Et je dis ça avec respect, car aujourd’hui je la fréquente et c’est, comme on le dit bêtement, une fille bien.

On a fait connaissance pendant deux après-midis avant de passer aux choses sérieuses. Pourtant, je sentais bien qu’il y avait un vrai désir réciproque. Mais j’ai attendu…

Pourquoi tant de souffrance et de castration ?

Les circonstances d’une part, mais surtout je savais qu’il y avait moyen et je voulais vraiment vraiment que ça soit puissant.

Au lieu de penser « Tu vas la sauter, elle est trop canon. », je me suis dit « Amuse-toi avec elle, vis des bons moments, le reste suivra tout seul. »

Alors, on a pris tout notre temps à table, puis elle m’a montré son travail. On a joué dans les allées d’un grand magasin de meubles, essayant tous les canapés. Il fallait lui trouver un lit alors on s’est fait des petits câlins dans tous les lits qui lui plaisaient pour bien les tester… On s’est marrés quoi.

Je ne veux pas jouer au grand romantique ou au donneur de leçons, mais franchement… C’est tellement meilleur lorsqu’on a attendu un peu. La nana et toi apprécierez ce moment de partage, disons beaucoup plus intensément.

En fait, tout dépend de l’optique dans laquelle tu es. Si tu veux juste la chopper pour une nuit, c’est tout aussi bien de lui faire comprendre et de passer vite à l’action !

Mais si tu veux une relation de qualité, apprends à gérer popol et amuse toi simplement avec elle avant libérer la bête qui sommeille en toi !

7. Reste à l’affut de ses défauts pour ne pas l’aimer aveuglément

Tu as un idéal de femme et ta dulcinée te paraît le caresser de très près. Kiffe-la, laisse-toi porter par tes émotions, par votre belle histoire, mais surtout : surveille tes arrières !

Si au bout de quelques temps, la fille commence à changer, à t’envoyer des mauvaises ondes, agir comme elle ne l’avait jamais fait auparavant, devenir plus exigeante avec toi, te donner moins… c’est peut-être le début de la fin de ton idylle.

Il ne s’agit pas de ne rien lâcher : on peut accepter certains défauts d’une personne que l’on apprécie énormément.

Mais si la fille commence à se conduire comme elle ne l’a jamais fait, c’est peut-être qu’elle te dévoile sa véritable personnalité. La partie cachée de l’iceberg. Ce qu’elle a toujours voulu te dissimuler. Ce qu’elle a tenté de masquer pour te plaire mais qui, maintenant qu’elle t’a, remonte à la surface comme une vieille crotte…

C’est à ce moment-là qu’il faut te poser les vraies questions :

  • Suis-je vraiment avec celle que je croyais ?
  • Puis-je l’accepter comme elle est, avec ces nouvelles facettes noires qu’elle me dévoile ?
  • Ne dois-je pas finalement m’en séparer parce qu’elle n’est pas ce que j’ai cru d’elle ?

Il ne faut pas se compromettre, ni se mentir à soi-même, mais faire ce qui est vrai pour nous.

L’accepter comme elle est – réelle – ou la quitter. Point barre. Il n’y a que ces deux alternatives.

Encore une fois : attention ! On peut perdre des années de sa vie avec une femme qui ne nous correspond pas, sous prétexte que l’on s’est déjà vendu à un idéal tellement prometteur. Ne confonds jamais ton amour pour cette fille avec ton amour pour cet idéal de fille…

Si ça commence à bien merdouiller, il faut te montrer assez courageux pour renoncer – temporairement – à ton rêve… et passer à autre chose. C’est un peu compliqué, c’est vrai, mais il faut savoir endurer cette étape pour ne pas se tromper de femme, et de vie. Celle-ci est trop courte pour s’entêter des années dans des mauvais choix…

Allez, je termine en rappelant que l’amour n’a rien de logique ni rationnel. Chaque histoire est unique bien sûr.

Mes conseils ne sont qu’une vision des choses, à toi d’écrire la tienne…

Bien à toi l’ami.

À propos de l’auteur : A 31 ans, Freshstart a décidé de remettre sa vie et ses croyances à plat. Enseignant dans les DOM-TOM, ce passionné d’écriture et de musique s’intéresse tout particulièrement au développement personnel en relation avec la séduction. Ses deux mots d’ordre : action et écriture.

  • Konsti dit :

    Fresh, mon vieux. Tu écris trop trop trop bien.

    J’en veux encore !

    APPEL À TOUS LES LECTEURS : si vous voulez que Fresh publie plus souvent, alors faites-le lui savoir. Comment ?

    En cliquant sur le petit pouce vert ci-dessous (en bas de ce commentaire).
    En laissant un commentaire genre : « Oui Fresh, j’en veux encore ! » ou bien : « Allez, gros salopard fainéant en rut, au boulot ! »
    En partageant cet article sur Facebook, Twitter ou Google+.

    Que faire si vous ne voulez pas que Fresh publie plus souvent ? Faites-le lui également savoir. Comment ?

    En cliquant sur le petit pouce vert ci-dessous (en bas de ce commentaire).
    En laissant un commentaire genre : « Oui Fresh, j’en veux encore ! » ou bien : « Allez, gros salopard fainéant en rut, au boulot ! »
    En partageant cet article sur Facebook, Twitter ou Google+.

    Encore un grand merci à toi Fresh. Et un grand merci d’avance à toi, cher lecteur, pour tes encouragements.

  • jlaw dit :

    Salut Fresh ! Et bravo pour cet article, il est vraiment très bien.

    J’ai deux points à soulever : un me concernant et un autre concernant l’article (le point 6 exactement).

    Le point me concernant
    ———————–

    Je vais l’étayer d’une part comme une question mais également comme une « affirmation ». En effet, je me pose la question mais bien que je connaisse la réponse, j’ai toujours du mal à la mettre en pratique. J’ai également souvent posé la question à Konsti, et je la repose, afin que tout le monde puisse profiter de vos réponses, car je trouve cela très important.

    J’ai une énorme qualité et un énorme défaut. Mon énorme qualité est le début des interactions : je suis très fort pour aborder – faire un 2ème/3ème rendez-vous – baiser. Une fois ces trois/quatre rendez-vous passés, j’ai un réflexe quasi pavlovien de « tapettisation aiguë » :o).

    Je me suis souvent remis en question, analysé et j’en suis arrivé à comprendre bon nombre de mes erreurs. Parmi celles-ci, comme tu le dis très bien à travers l’article, il faut garder ses principes directeurs, ne pas changer d’attitude car tu penses que c’est « in ze pocket ». Mais mon réflexe est plus profond, en tout cas je le pense.

    Ce réflexe vient d’une série d’expériences. Toutes les filles avec lesquelles j’ai été un Jerk fini (j’ai pas mal d’expériences assez Hardcore) ont toujours couru après moi, par ce côté « mâle dominant » que beaucoup aiment. De l’autre côté, de part un certain côté romantique que j’ai en moi, toutes les filles à l’égard desquelles j’ai un peu lâché la pression, m’ont toutes lâchées et je savais que j’avais perdu ce statut de « mâle dominant » à leurs yeux. Pourtant, je peux te l’assurer, quand je dis « lâcher la pression », c’est vraiment pas de grandes envolées lyriques, de grandes déclarations d’amour, NON.

    J’ai donc cette croyance qui s’est établie peu à peu : « Quand t’es un jerk, et je n’aime pas forcément ça, elles te courent après » « Quand tu es un « jerk » au début mais que je lâche un peu prise après, elles se cassent ».

    Et donc ce que je n’aime pas, c’est l’idée de me dire que vu que ma nature n’est pas d’être un jerk absolu, un mâle dominant naturel, je dois toujours faire attention à ne pas me « tapettifier » au risque de perdre ces filles.

    Donc ma première question : tout simplement, que répondrais-tu à cela ?

    Ensuite, toujours dans cette perspective de remise en question, j’ai continué à faire faire mon introspection en arrivant à un autre constat et ce en essayant de répondre à ma propre question (d’où ma remarque de départ : je te pose une question et j’étaye une affirmation).

    Puisque beaucoup de filles (je dis pas toutes mais une grande partie) réagissent (ce fameux côté émotionnel) à toutes ces choses (le fait d’être dominant, besoin de souffler le chaud/froid, jouer sur la jalousie quand t’es avec d’autres filles etc. etc. etc.), je me suis dit :

    « écoute mon vieux, soit tu l’acceptes ou tu le refuses. Tu n’aimes pas ça, t’aimerais que toutes les filles te prennent avec ton côté dominant mais aussi ton côté « romantique » mais à l’évidence la plupart sont pas assez évoluées pour comprendre que malgré que tu lâches un peu la pression c’est pas pour autant que tu vas les demander en mariage dans la minute qui suit, mais vu qu’elles sont émotionnelles, elles ne se posent pas la question comme ça… »

    Concrètement, j’en suis arrivé à me dire qu’il faut que j’arrange mon environnement de manière à ce que tous ces éléments deviennent naturels dans ma vie et que je n’ai plus à me poser cette question « suis-je assez dominant ? » par exemple. Concrètement, quelques exemples :

    1) Je sais que la plupart des filles vont être davantage être attirées par toi quand tu es accompagné de jolies filles.

    C’est typique de ce qui pouvait m’énerver, je me disais « putain elles réfléchissent donc jamais, que je sois ou pas avec des filles bonnasses, ça change rien, je suis toujours le même ».

    Donc, je vais arranger mon environnement de façon à toujours être entourées de filles bonnasses. Mais ça règle à moitié mon problème car je ne pourrais m’empêcher de me dire « pfff encore une qui réagit à ce genre de stratagèmes » et je vais vite développer du mépris, ce qui se traduira par : « je vais te baiser et ensuite te renvoyer dans ta superficialité sale petite plante verte » :o)

    2) Je sais que la plupart des filles vont commencer à se désintéresser quand, après mes traditionnelles 3-4 rendez-vous, je vais commencer à lâcher la pression.

    Je vais donc en quelque sorte « me forcer » à tenir le cap de la « dominance ». Mais même chose, je vais devoir réfreiner certaines de mes envies par moment et j’en reviendrai donc au même mépris.

    (N.B. : Attention, il y a des filles avec qui tout ça n’arrive pas, mais c’est le cas de 1-2 sur 10, malheureusement).

    etc. etc. etc.

    Ma question : l’idée d’organiser l’environnement de telle manière à diminuer les risques de rejet me paraisse une bonne idée, par contre je n’aime pas l’idée de se faire violence car je sais que les filles vont « mieux » réagir. Vos impressions sur le sujet ?

    Mais ma grosse conclusion sur cette réflexion, avant de passer rapidement à ce que je pense du point 6 de l’article, c’est que malgré tout, il faut TOUJOURS avoir un pas d’avance sur la fille. Donc qu’en quelque sorte, elle se sente toujours soumise par rapport à toi et cela peut arriver à travers de nombreuses situations :

    – Dans un cadre purement relationnel/émotionnel : tu as l’ascendant sur elle car tu es un vrai dominant et qu’elle est soumise à toi ;

    – Dans un cadre plus « social » : tu occupes une fonction dominante qui te place dans une sphère de respect, ce qui augmente son attirance envers toi.

    – Dans un cadre plus « global » : tu as une compétence particulière qui te rend plus spécial/dominant par rapport à la majorité des gens autour de toi et cela contribue à maintenir que tu as toujours un pas d’avance sur elle.

    Ma question : vos réactions par rapport à ça ?

    Mon point de vue sur le point 6° de l’article
    —————————————–

    Je suis d’accord avec la notion et surtout sur le mot « PRESSE » (pressé donc). Montrer que tu es pressé de coucher (dans le sens « needy »), c’est clair que c’est pas attirant.

    Par contre, de nouveau à travers mes expériences : la chauffer (très rapidement) / la doigter (si elle se refuse à la pénétration au bout de la 1ère/2ème fois) / la baiser (au maximum au 3ème rendez-vous) me semble être un impératif pour ne pas se faire entuber par la suite.

    J’ai pu faire l’expérience plusieurs fois (et encore récemment haha) où je me la suis joué à (et c’était sincère) « j’adore nos échanges émotionnels, notre interaction et donc pour moi, on peut attendre pour le sexe ».

    Ben je peux te dire que 8 fois sur 10, je me la suis prise dans le cul (au sens figuré, on s’entend).

    Deux exemples parmi d’autres :

    1) Je rencontre une fille dans un bar. C’est un groupe de deux, je les aborde, elles sont rapidement accrochées. J’arrive à en embrasser une relativement rapidement. Je présente sa copine à mon pote. On parle, on s’embrasse etc. etc. etc. On en arrive à partir avec elles en voiture. Elle ramène mon pote. Elle ramène sa copine. Reste moi et elle. Elle ne veut pas qu’on aille chez elle, mais elle est ok pour me ramener. Une fois arrivé, 2-3 petites phrases et elle vient chez moi. Je commence à la chauffer. Je la doigte et là elle me dit un truc du genre « soit on couche ce soir mais on se revoit pas ou on attend un peu et on fait ça plus tard car je t’apprécie vraiment, j’aimerais vraiment prendre le temps de te connaitre et je sais que si on couche dès ce soir, je vais me sentir mal etc. »

    Bref, comme cette fille était vraiment chouette, je me suis dit « bon, comme t’es à moitié bourré et fatigué, ça ne sera de toute façon pas une baise d’anthologie, et vu qu’elle est vraiment chouette, je vais accéder à sa demande ». Encore une petite léchouille, et la voilà partie.

    La suite ? Plus jamais eu moyen de la revoir.

    Précision : il y a certainement eu des tas d’éléments externe à moi qui ont changé la bonne et ça je le sais (genre maintenant, 7 mois après notre rencontre, elle est mise « fiancée » sur facebook) et cela explique parmi d’autres choses pourquoi je l’ai pas revue car je savais qu’elle était sincère lorsque j’avais mes doigts profondément ancrés dans sa mouille.

    But the point is : si je l’avais baisé ce jour-là, j’aurais eu un certain ascendant.

    Il faut surtout souligner selon moi : il faut lui faire comprendre que la baise n’est CERTAINEMENT PAS en soit le plus gros investissement que toi ou elle pourriez faire, c’est juste un truc parmi tant d’autres. Mais dans les faits, une fois que tu l’as joyeusement pénétrée, l’interaction prend quand même une direction différente et tu as un ascendant.

    (Dans cet exemple, j’aurais dû lui dire « je vais te baiser et on va se revoir pour faire plus ample connaissance ») :o)

    2) Une superbe fille que j’avais rencontré en rue. Approche direct, ça se passe super bien. On s’est échangé des e-mails incroyables pendant presque 2 mois (car lorsque je l’avais abordé, elle partait en vacances à l’autre bout du monde). A sa rentrée, on se voit, on passe 6 heures ensemble, on s’embrasse, bref tout se passe bien.

    Et démarre alors une série de rencontres où je « contrôle » (à prendre avec des pincettes ce mot) bien l’interaction.

    Mais donc, point important, alors qu’on aurait pu baiser deux fois (mais la première fois, elle avait ses règles et la deuxième fois, on avait décidé de reporter car « c’est pas le plus important le sexe, le plus important c’est nos échanges ». Et bien « SUCE MON POUCE ! ».

    Entre mardi (cela s’est passé il y a environ deux mois) et le samedi, alors que rien de particulier ne s’était passé entre ces deux jours, elle m’envoie un long message sur facebook m’expliquant que « c’est fini » (c’était en des mots différents, mais le résultat est le même).

    De nouveau, je suis quasi-persuadé que si je l’avais baisé, la suite de l’interaction aurait aussi différente.

    Donc, ne pas montrer que tu es pressé (needy) : OK. Bien faire comprendre que le sexe n’est pas une fin en soit, que c’est « quitte ou double » : OK. Mais ne pas se presser dans un contexte plus temporel, pour moi : PAS OK (et ce pour les raisons invoquées plus haut).

    Ma question : vos réactions les amis ?

    P.S. Petite anecdote. Avec cette fameuse fille, avec qui j’ai échangé des e-mails, je lui avais même envoyé cette chanson. Vous comprendrez en lisant les paroles.

    P.P.S. C’était long mais bon : -)

    • Konsti dit :

      Salut jlaw,

      holala, mon vieux, quel commentaire ! Long, réfléchi et sophistiqué…

      Ok, jlaw, concernant 6 à 7 premiers paragraphes de ton commentaire sur la “tapettisation”…

      Donc ma première question : tout simplement, que répondrais-tu à cela ?

      Je vais te répondre par un exemple pour illustrer ma vision des choses. Tout récemment j’ai vécu un truc qui entre parfaitement dans cette catégorie de « tapettisation ».

      Je suis allé faire la fête avec une fille. À un moment j’en avais marre… J’ai donc pris ma veste et je me suis cassé.

      De quoi avais-je marre ? De la différence intellectuelle. Je suis supérieur à elle… Je l’avais baisé auparavant. Donc, ma bite et mon corps me disaient : « Tu l’as eue. Il est temps d’aller te chercher une autre proie fraiche. » Ma motivation avait baissé…

      Et pour garder le contact avec elle, j’ai en quelque sorte besoin d’un autre challenge. D’une compensation pour ma baisse de motivation. Au début, avant de l’avoir baisée, intelligente ou pas, tu t’en fous, car tu veux la baiser. Mais après, c’est plus la même chose. Après la baise, j’ai besoin d’un autre truc pour rester intéressé.

      J’étais en train d’essayer de lui faire comprendre un truc tout simple, mais fondamental sur les interactions sociales (que ce soit les relations intimes, les relations amicales, les relations professionnelles…) Ce n’était qu’une phrase… Pas plus de 10 secondes…

      Elle a réagi genre : « Holalaaaaa… On est en train de faire la fête, hein. » Comme pour dire : « Allez, mon vieux. Ne soit pas si sérieux. » Tandis que le plus gros fêtard, le plus gros porc, celui qui met le plus d’ambiance, c’est moi. Mais même quand je me bourre la gueule j’aime bien avoir de temps en temps un tout petit peu de nourriture intellectuelle…

      Suite à cette réaction je me suis dit : « Mais qu’est-ce que je fous ici ? Pourquoi suis-je en train de perdre mon temps ? Si c’est comme ça, alors je préfère me bourrer la gueule avec un pote avec qui je peux de temps en temps échanger quelque paroles un peu plus intelligentes. »

      Et là, je me suis cassé.

      Deux minutes plus tard… Tu ne le devineras jamais… Eeeehh si… Elle m’appelle…

      La réaction classique, typique, prévisible, pavlovienne : « Pourquoi t’es parti ? Tu sais que je t’aime ! Reviens ! Je t’aime… Blabla blabla… Je t’aime… »

      Elle m’a répété je ne sais combien de fois qu’elle m’aimait.

      Moi : « Pourquoi tu dis ça ? Pourquoi tu dis ça maintenant ? »

      Je savais très bien pourquoi elle disait ça. C’est une question d’ego. C’est moi qui part. C’est moi qui a le dernier mot. C’est elle qui perd.

      Elle : « Tu sais ce que je veux dire par là. Je t’aime comme un très très bon ami. Tu as ta femme… Blabla… »

      Peu importe la façon dont elle « m’aime ». Ce qui est « surprenant » (enfin, pas vraiment), c’est le timing et la fréquence du « je t’aime ».

      C’est de la simple manipulation pour me faire revenir, pour protéger son ego, pour rétablir la balance.

      J’ai décidé de retourner. Non pas parce que j’avais gagné, car ce n’est pas ce qui m’intéresse. J’ai décidé de retourner, car j’ai trouvé que j’avais mal réagi. Me casser brusquement n’était pas en accord avec mes valeurs et mes principes : l’honnêteté et le respect. Et me casser comme ça ne fait pas preuve de respect.

      Je ne peux pas lui en vouloir de ne pas être comme je le voudrais. Je ne peux pas lui en vouloir de ne pas (vouloir) comprendre mon raisonnement. Je ne peux pas lui en vouloir de ne pas (vouloir) écouter mon conseil sur les interactions sociales.

      Je suis donc retourné et je me suis excusé : « Désolé de m’avoir cassé ainsi. J’ai réagi émotionnellement. » Et j’ai continué à faire la fête, à draguer d’autres gonzesses et à me bourrer la gueule.

      En résumé, je n’avais pas agi en accord avec mes valeurs et mes principes et c’est pourquoi je me suis excusé. Dès que je suis retourné et encore plus quand je me suis excusé, donc quand je me suis « tapettisé », la balance à tout de suite penché en sa faveur. Je voyais dans son comportement et son attitude qu’elle était « soulagée »… Son intérêt avait baissé…

      Avance rapide…

      Le lendemain de la sortie elle m’envoie un message pour me demander si je me suis bien amusé. Je ne réponds pas. Le soir elle m’envoie encore un message. Je ne réponds pas. Deux jours plus tard elle m’appelle. Je ne réponds pas. Trois jours plus tard elle m’envoie encore un message pour demander si je suis fâche ou déçu. Je ne réponds pas.

      Pourquoi n’ai-je pas répondu ? Pour trois raisons :

      • Bien que j’ai la permission de ma femme, puisqu’elle est enceinte (oui cher lecteur, Konsti va devenir papa !), je ne veux pas la confronter à ça. Je ne vais pas passer du temps à interagir avec une autre femme pendant que je passe du temps avec ma femme. Ma femme le sait et l’autre femme le sait aussi. Ne pas répondre est donc quelque chose de normal dans ma « relation » (relation au sens large du terme) avec cette autre femme.
      • Mon frère est venu loger chez nous pour deux jours. Je préfère donc passer du temps avec mon frère et ma femme. Oui, un sms ne prend que quelques secondes, mais ces secondes je préfère les investir ailleurs à ce moment-là.
      • Le lendemain de la sortie un de nos proches s’est suicidé. Un drame… Une tragédie… (Encore une fois : mes sincères condoléances à sa famille, ses amis, ses collègues.)

      Bref, je ne lui ai pas répondu non pas pour la manipuler, pour lui « faire sentir qu’elle est en train de me perdre », mais pour d’autres raisons. En plus, ne pas répondre ou répondre plus tard est quelque chose de normal entre cette femme et moi.

      Je l’appelle quelque temps plus tard. Je lui explique ce qui s’est passé. Je lui explique pourquoi je réponds si tard. Et je m’excuse encore une fois. Oui, car quand je suis bourré (et j’étais à un moment très très bourré), il m’arrive de me comporter comme un vrai porc. Je lui ai donc dis : « Je sais que je me suis comporté quelques fois comme un vrai porc. Et je veux m’excuser auprès de toi et ta copine. »

      Petite parenthèse. Sa copine m’avait testé. Elle m’avait dit : « Alors, il parait que tu as une grande gueule. Allez, fais voir ! »

      Moi d’un air nonchalant, arrogant même : « Oui, j’ai plein de choses intéressantes à raconter. Toi par contre, t’as absolument rien d’intéressant à me proposer à part tes gros nichons. Donc ferme ta gueule et donne-moi ces nichons, que je les bouffe comme personne ne les a encore jamais bouffés ! »

      C’est drôle, mais ce n’était pas très approprié au moment même. Cela ne faisait pas preuve de respect. Mon but était bel et bien de la casser.

      Et c’est pour ça que je me suis également excusé au téléphone.

      Résultat ? J’avais encore une fois rétabli la balance en sa faveur.

      J’ai donc eu deux occasions que je pouvais exploiter pour renforcer ma position de « mâle dominant ». Deux occasions que je pouvais exploiter pour la faire courir après moi.

      Mais je ne l’ai pas fait. Pourquoi ?

      PAR PRINCIPE !

      J’ai préféré agir selon mes principes. J’ai préféré respecter MON intégrité.

      Je trouvais que j’avais agi en désaccord avec mes principes. Et je m’en suis excusé.

      Alors, laisse-moi te poser une question. Qu’est-ce qui se trouve au top de ta liste de priorités ? Ton intégrité ou « la conquête » ?

      Ma question : l’idée d’organiser l’environnement de telle manière à diminuer les risques de rejet me paraisse une bonne idée, par contre je n’aime pas l’idée de se faire violence car je sais que les filles vont “mieux” réagir. Vos impressions sur le sujet ?

      Pareil, qu’est-ce qui est plus important pour toi ? Ton intégrité (même si ça pourrait diminuer tes résultats en matière de séduction) ou les filles qui réagissent « mieux » ?

      il faut TOUJOURS avoir un pas d’avance sur la fille. Donc qu’en quelque sorte, elle se sente toujours soumise par rapport à toi et cela peut arriver à travers de nombreuses situations : […]

      Il faut toujours avoir un pas d’avance sur la fille ? Pourquoi exactement ? Pour la séduire ? Pour l’attirer ? Pour la garder ? Pour autre chose ?

      Alors, mes réactions par rapport à ça… Oui, je suis d’accord avec toi.

      Mais d’autre part, je ne pense pas vraiment en termes « d’avoir un pas d’avance sur la fille ».

      Mon focus est plutôt dirigé vers l’intérieur. Ma motivation est plutôt intrinsèque.

      Voici un exemple classique de la communauté de séduction. Il y a plein de mecs qui se développent en fonction des femmes. Ils vont suivre des cours d’improvisation, faire de la muscu, apprendre à cuisiner… pour devenir plus attirants. Pour plaire aux femmes…

      Bref, ils le font pour les femmes (même s’ils disent le contraire).

      Ben, non… Pour moi ce n’est qu’une forme masquée de « needyness ».

      Si je vais suivre des cours d’improvisation, alors ça sera par amour pour l’improvisation. Si je vais faire de la muscu, ça sera par amour pour mon corps. Si je vais apprendre à cuisiner, alors ça sera par amour pour la cuisine.

      Et le résultat sera le même, c’est-à-dire que j’aurais un pas d’avance sur l’une ou l’autre fille, mais ça ne sera pas mon but. Et je prendrai plus de plaisir à apprendre l’improvisation ou la cuisine ou à faire de la muscu, car ma motivation sera intrinsèque.

      C’est comme bosser pour des thunes ou bosser pour le plaisir (faire de sa passion son métier). Et en plus, l’un n’empêche pas l’autre. Mais de nouveau, c’est une question de motivation. Motivation intrinsèque versus motivation externe.

      Sinon, oui, je suis tout à fait d’accord avec toi. Il faut avoir un pas d’avance sur la fille. Mais, ce pas d’avance, est-ce un but en soi (motivation externe) ou est-ce le résultat d’une passion (motivation intrinsèque) ?

      Ensuite…

      Donc, ne pas montrer que tu es pressé (needy) : OK. Bien faire comprendre que le sexe n’est pas une fin en soit, que c’est “quitte ou double” : OK. Mais ne pas se presser dans un contexte plus temporel, pour moi : PAS OK (et ce pour les raisons invoquées plus haut).

      Yep, tout à fait d’accord avec toi, jlaw. J’ai une conviction très simple : baiser le plus rapidement possible et ensuite on verra. :-) Et surtout… Dès que l’occasion « se présente » de la baiser, ben, il faut le faire. Sinon…

      je me la suis prise dans le cul (au sens figuré, on s’entend).

      Mais, comme tu le dis si bien :

      Donc, ne pas montrer que tu es pressé (needy) : OK. Bien faire comprendre que le sexe n’est pas une fin en soit, que c’est “quitte ou double” : OK. Mais ne pas se presser dans un contexte plus temporel, pour moi : PAS OK (et ce pour les raisons invoquées plus haut).
      • jlaw dit :

        Merci Konsti pour cette réponse ! Il est très franchement agréable de toujours avec des réponses de ce niveau :-)

        Première chose, tout à fait d’accord sur la motivation intrinsèque. On devrait toujours faire quelque chose pour soi indépendamment d’un éventuel résultat espéré.

        De nouveau, avec ta réponse, je me pose toujours une petite question.

        Quand j’ai lu que tu t’étais cassé car tu t’es demandé « mais qu’est-ce que je fous avec cette fille ? », la première chose qui m’est venu à l’esprit c’est « bonne réaction ».

        Bonne réaction, pourquoi ? Même si effectivement tu dis que tu es revenu par après car c’était pour toi un manque de respect, je trouve au contraire que ce genre de comportement devrait permettre à l’amélioration de la réflexion chez certaines femmes.

        Je me souviens que Roger Alan (Moooode ooone) disait « pourquoi est-ce que beaucoup de femmes sont manipulatrices ? Car des hommes leur ont donné des armes pour l’être ».

        Dans ton exemple et je me dirige de plus en plus vers ça, je serais tenté dans un futur (très proche) de dire, mais très calmement, sans aucun signe d’énervement ou de frustration :

        « Je suis parti car j’aime avoir des discussions un tant soit peu intelligentes de temps en temps. J’ai entamé une petite discussion avec toi sur *tel sujet* et j’ai pas vraiment apprécié ta manière de te comporter »

        Et je trouve que c’est si incompatible avec une certaine rigueur au niveau de principes, valeurs, qui me semblent tout à fait louables.

        D’un autre côté et je fais là ma propre critique, il faut aussi que j’intègre que l’énorme majorité des femmes n’ont pas fait ce parcours de développement personnel… Donc leur demander de courir le 100m en moins de 10 secondes alors qu’elles ne connaissent pas l’athlétisme c’est un peu renforcer une misogynie qui n’aurait jamais dû exister si je n’avais des exigences si hautes chez l’autre.

        Concernant le fait de garder un pas d’avance sur la fille. Oui bien entendu, je suis tenté de répondre « oui c’est pour la garder, oui c’est pour la séduire » mais c’est pas vraiment ça non plus.

        J’en reviens au même raisonnement que dans mon premier message. Bon d’accord, l’idéal est d’agir suivant nos principes directeurs, nos valeurs et non en fonction d’un résultat espéré. D’un autre côté est-ce qu’en sachant que la société dans laquelle nous vivons fabrique une grande majorité de filles fonctionnant à ce carburant-là… N’est-il pas mieux de leur donner ce qu’elles veulent TOUT EN SACHANT qu’à côté de cela ce sont vraiment des filles géniales avec qui on peut partager etc… Mais qui (malheureusement) doivent sentir que tu as « ce pas d’avance » (et même si cela joue inconsciemment chez elle) ???

        Tu comprends ce que je veux dire ?

        Maintenant, peut-être que c’est car j’évolue en ce moment dans un environnement assez superficiel, mais je retrouve quand même ce comportement un peu partout.

        Le sujet reste ouvert… :o)

        P.S. J’aurai de beaux prénoms à proposer pour le bébé ;-p

    • Freshstart dit :

      Salut Jlaw et merci pour ton com et tes compliments.

      Et ouais je te comprends : plus c’est long plus c’est bon l’ami!! Ça vaut pour l’écriture, le sexe et bien d’autres plaisirs…

      Je vais te donner mon point de vue en quelques lignes.

      Sur la « tappetisation aigüe », j’ai envie de te dire que tu ne pourras pas calculer, surveiller, travailler ton attitude toute ta vie. Ça devient chiant et lassant à force…

      Où est le plaisir à jouer un autre que tu n’es pas.

      Donc si la fille ne t’accepte pas comme tu es vraiment (pas une tapette mais un lover, un peu romantique, gentil et tout…) alors ce n’est pas celle avec qui tu auras une relation authentique, sincère et durable. Donc ces nanas là ne valent même pas la peine que tu les rappelles…

      Laisse les aller se rendre malheureuse avec la brutasse qu’elles méritent!

      J’ajoute que je connais pleins de filles qui ne se comportent pas forcément comme des bitches dès lors que tu deviens plus gentil et plus présent. Au fond d’elles, les femmes cherchent aussi un homme gentil, aimant et attentionné, il ne faudrait pas l’oublier.

      Donc franchement, SOIS TOI-MÊME, ne calcule plus et ce dès le début.

      La liberté d’être toi-même ok. Le calcul et la manipulation, pas ok.

      Concernant ce fameux « point 6 », il ne faudrait pas non plus rentrer dans des caricatures du genre « oh comme le ciel est beau et le soleil brille, attendons les premières hirondelles pour se découvrir et se mettre à nu au bord du lac… Effleurons-nous des mois durant avant de faire l’amour. »

      Non non et non! Ne pas la baiser tout de suite en veut pas dire jouer aux faux romantiques grotesques et hypocrites!

      Bien sûr que nous sommes des humains et que nous adorons le sexe!

      Bien sûr que le but primaire entre un homme et une femme qui se fréquentent est de baiser comme des porcs avec un maximum de plaisir…

      Bien sûr qu’il faut du bon sexe tout de suite, mais il n’y a pas que le coït n’est-ce pas?!

      Le tout est d’instaurer une petite attente subtile, synonyme de désir grandissant, juste le temps des premiers RV. La faire languir et lui montrer que tu as AUSSI d’autres projets en tête que de te vider les couilles en elle (ouh c’est cru!).

      Si ta prétendante est sérieuse et un minimum intelligente, je pense qu’elle appréciera cela.

      Voilà mon point de vue, à développer et critiquer, comme d’hab!

      Bien à toi Jlaw et à bientôt.

      • jlaw dit :

        Hello Fresh !

        Je suis d’accord avec ce que tu as dit et en fait, au plus profond de moi-même, je le sais (je dirais même que je le sais et je le sens) mais c’est juste que parfois, malgré que je le sache, c’est une petite frustration qui traîne et j’ai besoin de l’exprimer.

        Mais globalement il est clair que je ne sais rien faire contre ça. Gommer quelques imperfections why not, mais vouloir me faire violence afin de me changer du tout au tout sur certains traits de caractère n’en vaut réellement pas la peine :-)

        Et puis surtout, je suis en fait actuellement dans un environnement où le taux de superficialité est extrêmement élevé et c’est pour ça que cette frustration est un peu remontée, mais elle est aussi vite repartie :o)

    • gonzinet dit :

      Salut à tous,

      Tout d’abords merci pour vos articles et commentaires, j’apprends énormément en vous lisant…

      Je voulais intervenir sur un point abordé par Jlaw, je cite cette phrase :

      Quand t’es un jerk, et je n’aime pas forcément ça, elles te courent après. […] Quand tu es un “jerk” au début, mais que je lâche un peu prise après, elles se cassent.

      A mon humble avis, il s’agit là d’un problème de congruence, (et là je rejoint le commentaire de Freshstart), car au fond de toi tu n’es pas un vrai jerk, tu joues un rôle au début de tes interactions, mais cette facette du mauvais garçon ne dure pas longtemps, ta vraie nature de « nice guy » reprend le dessus, et hop le détecteur infaillible de la gente féminine se met alors en route : « ce mec n’est pas stable émotionnellement »

      Pour allez plus loin dans la réflexion, je pense qu’il existe trois types de femmes :

      • Il y a celles qui aiment les leaders (elles aiment sortir s’amuser, voyager) le leader est là pour les amener aux meilleurs endroits, il connait les bonnes adresses, il est bien entouré, etc.
      • Il y a celles qui aiment les « nice guys » (elles sont plutôt mélancoliques, parfois tristes, elles ont des problèmes…) le nice guy va leur apporter son soutien, sa bonne humeur, il sera là quand elles auront besoin de lui (attention à la friend zone).
      • Il y a celles qui sont plus émotionnelles que les autres, (elles agissent en premier, elles réfléchissent après). Jlaw, c’est certainement le genre de filles que tu as rencontrées. Si elle va dire à son mec viens on va baiser dans les toilettes d’un resto pleins de clients, il va lui dire « what the hell » allons y.

      Voila, pour revenir à ton histoire, tant qu’on est pas parvenu à trouver le « vrai soi », on sera condamné à perdre notre temps à séduire les mauvaises filles, c’est comme pêcher avec le mauvais appât.

      L’idéal serait bien sûr de développer les 3 trois types de personnalité, afin de pouvoir séduire toutes les filles, je suis d’accords, c’est plus facile à dire qu’à faire, cela demande un énorme travail sur soi et beaucoup de pratique.

      Voila j’espère que j’ai pu répondre au moins en partie à tes interrogations, et que j’ai pu apporter un plus au débat.

      Bonne année 2012,

      Gonzinet

    • Beth dit :

      Excellent ! Et après on dit que les nanas se posent bcp de questions 😂😂😂😂

  • peace dit :

    Merci! Konsti j’ai trop aimer cet article mais je ne suis pas encore en couple mais bon…

  • Ternon dit :

    jlaw … ?!

    J’ai peu d’expérience avec les filles, je suis pas à ton niveau de séduction. Pourtant, tout ce que tu dis, j’y ai pensé, avec ma très faible expérience, tout ce « jeu du pouvoir » dont tu fais référence, je sens sa réalité de ma faible expérience et de mes observations. Ca me fait bien flipper, d’ailleurs. Si j’avais ton expérience, que deviendrais-je ? Un énorme salopard cynique voué à une vie de solitude et qui oublie en baisant ? … Un peu comme le « Le dragueur est seul » de Alain soral…

    Donc voila, c’est super déprimant ce que tu dis, tu généralises un peu, peut être, j’espère même, parce que si la plupart des filles sont comme ça, quel triste monde… Même si j’ai tendance à me dire, cyniquement, que les filles cessent d’être comme ça quand elles désirent fonder une famille, se caser, etc… (fin de la 20ene)…

    Bref, y’a un truc que je comprend pas, avec toi. Comment arrives-tu à mettre dans ton lit des filles que tu trouves insupportables et connes ? Pareil pour Konsti. Moi, une fille qui n’a pas de dimension intellectuelle, qui n’est pas ouverte d’esprit… Mais… de quoi peut-t-on bien discuter avec ? Comment les intéresser, comment ne pas s’emmerder avec ? Moi quand je m’emmerde en discutant avec une fille, elle le sent direct, autant que je le sens, et le courant passe pas. Et quand je fais semblant de ne pas être ennuié, le courant passe pas non plus. Donc voila, je comprend pas trop. La majorité des filles, honnêtement, je m’emmerde avec elles. Je ne sais pas de quoi parler avec. Elles n’ont aucune conversation, souvent, d’ailleurs. Donc je me demande comment tu fais, au final. Tu joues sur la réputation de « male alpha », de mec populaire et vachement convoité ?

    • Konsti dit :

      Salut Ternon,

      Comment arrives-tu à mettre dans ton lit des filles que tu trouves insupportables et connes ? Pareil pour Konsti. Moi, une fille qui n’a pas de dimension intellectuelle, qui n’est pas ouverte d’esprit… Mais… de quoi peut-t-on bien discuter avec ? Comment les intéresser, comment ne pas s’emmerder avec ?

      J’ai une ou quelques « techniques » pour rendre l’interaction plus intéressante, peu importe la fille ou la femme en face de moi. Je ne recherche pas à être stimulé intellectuellement. Pour ça il y a des bouquins, des films, des cours, des écoles, des universités, des pièces de théatre, etc.

      Voici ce que je fais :

      • je n’essaie pas de comprendre rationnellement ce qu’elle me dit. Non, j’essaie de ressentir les émotions et les besoins qu’elle exprime via ses paroles et son langage non verbal.
      • j’essaie d’évoquer les papillons dans le ventre (avant tout dans MON ventre). Comment ? En me rapprochant d’elle physiquement (être tout prêt d’elle, que ce soit debout ou assis), en lui tenant la main, en lui caressant les cheveux et le visage, en me rapprochant d’elle len-te-ment, douc-ement comme pour l’embrasser, etc. Lentement et doucement, non pas par peur, mais pour créer du suspense et de la tension.

      En résumé, je me concentre sur le côté émotionnel de l’interaction. Tout le reste est secondaire.

  • Ternon dit :

    Hmm… Disons que être stimulé intellectuellement, c’est dur, mais il suffit juste que la fille ait un cerveau, soit un minimum curieuse et sensible. L’équilibre entre stimulation sexuelle/amoureuse et stimulation intellectuelle est pas mal. Mais on va pas refaire le monde, personnellement, je vois peu de filles qui me stimulent intellectuellement. J’en ai même vu qui pouvaient le faire, qui était suffisamment sensible et intéressante pour, mais qui étouffait cette part en elle pour avoir l’air plus « simple » et « primaire »…

    ENFIN BREF! Alors! Se concentrer sur les émotions plus que sur le rationnel! Et bien… J’y arrive pas ^^’. Pourtant, je suis très émotif, j’ai la malchance d’être l’inverse du psychopathe, c’est à dire surement trop sensible des émotions (ainsi, je suis toujours perdant dans le « jeu du pouvoir-fuis moi je te suis »).
    Mais malgré ça je vois pas trop ce que tu veux dire.
    Si j’ai bien compris, admettons qu’un autre mec vienne lui parler: la jalousie se déclenche -> Dois-je manifester de ma jalousie ?
    Si je la trouve super belle, beau visage, dois-je lui faire savoir mon attirance cash? Ca risque pas de faire gros boulet ? Parce que niveau émotion, avec une fille inintéressante mentalement, que ressentir a part de l’attirance charnelle et de l’excitation? Dans ce cas, ne faut-t-il pas passer par une rationalisation afin, au moins, de filtrer le message instinctif « J’ai envie de te baiser » en … »*Message super inventif improvisé de tueur* » ? ^^

    Pour le toucher, les caresses… Plutôt couillu. Faut faire attention à ce qu’elle y soit vraiment réceptive pour ne pas faire pervers et qu’elle se barre en courant.

  • Flaw dit :

    Ce soir je viens plus ou moins me faire larguer. Malheureusement je sais pourquoi grâce à cette article donc j’aimerais que personne d’autre ne fasse la même erreur que moi.

    En ce qui concerne les étapes de Fresh j’ai presque tout bon à part peut-être une qui est la 6ème : j’ai couché trop tôt avec elle et je me demande si c’est bien la raison de sa fuite.

    Pour faire simple c’était très intense entre nous. Sans m’envoyer des fleurs, je l’ai rendue amoureuse au bout de 2 rendez-vous. J’étais le dominant. Mes regards, mon humour, ma confiance en moi la faisaient fondre. Vous me direz mais pourquoi est-elle partie dans ce cas ?

    Elle eu peur, peur de ses émotions, de ses sentiments et surtout de la seule relation qu’elle à eue à part moi, en sachant que j’ai 25 ans et elle en a 28.

    En gros c’est allé trop vite pour elle. J’étais aux petits soins mais sans être trop disponible. Elle n’avait jamais vécu quelque chose comme ça auparavant. Sérieusement, je lui faisait découvrir la vie. Beaucoup d’années d’études, peu de sorties, pas une goutte d’alcool, de cigarette ou « cigarette qui fait rigoler »…En un sens, tant mieux, car moi-même a part l’alcool j’ai tout arrêté. Mais elle voulait que je lui fasse découvrir cet univers, cette inconnue, cette vie qui n’était pas la sienne.

    J’espère qu’elle changera d’avis et qu’elle me reviendra car je ne « l’aime » pas mais je commençais à vraiment l’apprécier. Je suis vraiment tombé des nues quand elle m’a dit qu’elle à fait un malaise en pensant à moi, car oui c’est une grande émotive. Maladive même surement, et que nous devions faire une pause (en gros ne plus se voir du tout on sait ce que ça veut dire).

    Donc je me demande si j’ai brûlé les étapes que tu as pu énoncer dans ton article fresh ou alors est-ce elle qui a un problème car elle sens ne pas avoir le contrôle dans notre relation ainsi que sur ses émotions ?

    Comment lui faire comprendre ou ressentir qu’il n’y a pas de quoi en faire une maladie de rencontrer un « mec bien » et de passer du temps avec lui ?

    • Konsti dit :

      Hello Flaw,

      comment lui faire comprendre qu’il n’y a pas de quoi en faire une maladie ?

      En n’en faisant pas une maladie toi-même.

      Stay calm, donne-lui le temps et l’espace nécessaire.

      Attention ! Je ne dis pas de te soumettre. D’être un gentil toutou. Non…

      Ce que je veux dire est : accepte la situation comme telle, accepte sa décision, garde la porte entrouverte et poursuis ton chemin avec ou sans elle.

      Elle change d’avis et veut revenir ? Super !

      Elle préfère en rester là définitivement ? Tant pis.

      C’est cette attitude dont je parle.

  • Firstfire dit :

    Hey guys!

    Je suis consciente d’entrer en territoire inconnu, mais c’est très enrichissant. J’ai eu le courage de lire tous vos postes, et j’en ai appris, des choses! Néanmoins, j’en arrive à la conclusion que vous avez grandement besoin d’un avis féminin.

    Déjà, la manière dont vous parlez de nous, les filles… non. Mon cœur s’est serré lorsque j’ai compris le peu d’importance que vous portez aux relations amoureuses ; vous m’avez donné l’impression de n’être intéressés que par une chose : le sexe. Toutes ces démarches pour séduire tournent-elles uniquement autour de ce but ? C’est triste. On dirait que du coté de la gente féminine, on est bien loin de votre réalité. On devrait vraiment cesser de croire au prince charmant. Vous parliez des partenaires limitées intellectuellement, de supériorité aussi. Mais NON, NON, NON. Ne cherchez pas à être le « mâle dominant ». Si on n’est plus des animaux, si on a évolué, c’est qu’il y a des raisons, non ? Alors par pitié, servez-vous de votre matière grise et essayez un temps soit peu de vraiment vous intéresser à vos conquêtes! Arrêtez de vouloir « avoir un pas d’avance », parce que ça revient à réduire à l’état de chienne – oui, c’est cru, mais j’avais pas d’autre mot – la fille que vous convoitez. Et c’est bien triste. On a tellement de choses à vous apporter !

    Faire semblant de vous intéresser à celle que vous voulez – uniquement – baiser ne sert à rien. C’est un comportement hypocrite, égocentrique. C’est pitoyable. Certes, certaines girls sont des bitchs. JE VOUS INVITE DONC À CONTINUER D’UTILISER CES PAUVRES CRÉATURES. Mais les femmes ayant un minimum d’intelligence comprennent immédiatement votre petit jeu, et soit elles vous claquent la porte au nez directement, soit elles s’amusent de vous voir vous ridiculiser pour ses beaux yeux – ou pour ses fesses, à voir…

    En gros, à vous comporter comme des bêtes en rut en espérant passer pour un cador, vous avez l’air franchement débiles. N’importe quelle femme avec un peu de cervelle comprend sans mal les motivations d’un homme, et si beaucoup d’entre-nous nous confortons dans l’existence du « brun ténébreux » ou du « prince charmant », ce n’est pas pour rien, mais parce que nous avons notre dose de mecs « comme vous » (si je puis dire). Au lieu de vous casser la tête à avoir l’air crédible, laissez parler votre cœur et oubliez un peu ce qui se trouve en-dessous de la ceinture ; vous l’utiliserez bien assez tôt !

    J’espère avoir pu vous éclairer de ma petite lanterne. J’ai tellement de choses à répondre que je préfère couper court. Si vous répondez, je pourrais peut-être essayer d’approfondir encore ma théorie. Mais en attendant, comme vos posts semblent dater, je m’arrête là.

    Bonne journée, et joyeuses fêtes!

    • Robby dit :

      C’est un commentaire qui est loin d’être humble.

      Pourquoi ?

      Car tu parles « des filles avec cervelles » en ton nom, comme si tu les représentais toutes.

      La raison pour laquelle 98% des filles disent des bêtises en matière de séduction car elles se basent uniquement sur leurs propres expériences, désirs et vision des relations.

      Cette notion de « mâle dominant » que tu trouves désuète, c’est certainement pour une raison : tu es certainement de cette mouvance des femmes « émancipées, indépendantes, l’égal de l’homme ». En d’autres mots, et laisse-moi être cash, tu es certainement une femme moyenne physiquement, avec un cercle d’amies du même acabit. Tu penses d’ailleurs être dessus de « tous ces mecs lambda, tellement facile à repérer ».

      Et c’est censé être la voie de la sagesse !

      Ce qui compte pour moi, c’est l’expérience globale, l’expérience d’une vie ! A tester ce qui marche et ce qui ne marche pas.

      D’ailleurs, ton commentaire respire les clichés en tout genre. Aucune marque d’expérience pratique. On sent la répétition de ce qu’on voit dans les magazines féminins de piètre qualité.

      Pour terminer et revenir sur cette notion de « mâle dominant ».

      Tu as raison.

      Mais soyons cash encore une fois.

      Si tu veux une fille moyenne physiquement, dénuée en grande partie de toute la féminité qui fait qu’un homme à envie de se sentir homme, dans ce cas, oui, ton discours peut s’appliquer.

      Le truc c’est que beaucoup d’hommes ne veulent pas se contenter de ça. Beaucoup souhaitent des femmes de qualité, très attirante et féminine. Et dans ce cas, ton discours est à côté de la plaque. Car tu parles en ton nom (ou au nom de tes copines similaires), en tes expériences.

  • Claude dit :

    Merci pour ce billet enrichissant et j’aimerais apporter un nouveau point de vue. Dans une relation de couple, il y a des désaccords qui créent des disputes, mais lorsque nous sommes conscients que les désaccords ne sont que des choix moindres afin de vouloir contrôler l’autre à notre avantage, alors notre esprit prend conscience qu’il existe des choix plus élevés.

    Une des choses que la plupart des gens oublient est de voir leur réaction dans une discussion. Ils veulent constamment gagner la discussion, car ils ont peur de perdre la face. Avoir raison et une réaction qui crée des désaccords, car les gens ont l’habitude de vouloir donner tort à l’autre. Chaque personne a raison compte tenue de sa perception et chaque personne à une perception différente de la réalité. Par conséquent, tout le monde a raison et ce qui compte est d’accepter cela, d’accepter les gens tels qu’ils sont, même si nous savons qu’ils se trompent.

    Est-ce que cela a du sens ?

  • Shu dit :

    Bonjour

    Bravo et merci pour ces conseils.

    Par contre je voudrais vous poser une question.

    Comment se comporter avec une fille qui n’a jamais eu de copain ?

    Actuellement je sors avec une fille et je suis son premier copain.

    Du coup je ne sais pas trop comment me comporter avec elle, sans la mettre mal à l’aise ou encore la brusquer.

    Comment lui montrer que je tiens beaucoup à elle sans lui faire peur.

    Merci d’avance.

    Cordialement.

  • DIARRA Seydou dit :

    Salut le vaillant, c’est vraiment génial et très satisfaisant de nous offrir ces types de conseils en matière de séduction, Vous êtes le meilleur !

  • kaz dit :

    Je ne sais pas quoi dire pour aborder une femme. Je suis timide ! Que dois-je faire ?

  • Lov dit :

    Hhhh je me marre. moi je suis 1 fille…qui aime les hommes « dominants ». Oui parce que je lis tellement, je suis si curieuse de tout, je suis tres indépendante et j’ai un métier disons..de pointe.

    Aloooors comment dire… dans la vie je suis une fonceuse et du coup j’adore je kiff je vibre.. .de pouvoir mener avec un homme des « combats » intellectuels. Sorte de ping-pong philosophique, argumentation appuyée sur les expériences vécues, les livres lus, les films vus etc. Partie d’échec entre 2 intellects qui s’affrontent.

    C’est si excitant d’avoir en face de soi un homme capable de jouer ainsi.. qui parfois me remet à ma place, qui à d’autres s’émerveille de mes raisonnements…et qui soudain me dit bon ferme ta gueule maintenant on va voir qui a raison au pieux mdr.

    C’est un jeu animal intellectuel sexuel.. un homme qui me dirige ..me soumet gentiment et meme me brutalise un peu pour me faire sortir de mes retranchements. Qui m’aide à oublier complètement toute bienséance … qui me rend femme et animale..

    Un homme qui m’aide à évoluer…à préciser ma pensée lors d’échanges ..un homme qui a sa propre vie et moi la mienne..pour que nous nous nourissions l’un l’autre de nos différences, de nos expériences… qui sache prendre parfois de la distance pour que l’on se manque.. le manque c’est l’essence meme du désir… et le désir est l’essence meme de la vie.. bref j’arrete là

    Biz à ts et ttes

  • Jen dit :

    Je suis une femme j’ai plus de la trentaine, pas mal d’expériences et je me permets d’écrire ce petit commentaire car je viens d’halluciner sur les conseils qu’un homme vous donne pour séduire une femme.

    Je pense que vous faites sincèrement fausse route pour la simple et bonne raison que ce coach est en couple et donc forcément sa réussite et son pouvoir sur les autres femmes risquent davantage de marcher que pour vous célibataires mâles qui essaient tant bien que mal de lui ressembler. Un homme en couple a une sécurité, une stabilité et donc beaucoup moins de pressions pour draguer d’autres femmes, car il sait quoi qu’il en soit que s’il essuie un refus il rentrera se consoler et se rassurer auprès de madame.

    Forcément cette légèreté fait la différence avec la femme qui du coup ne ressent pas l’empressement ou la frustration de certains mâles en manque, en chasse ou désespérés. Pour ma part quand je lis ces conseils et même tous ces stratagèmes mis en place je me dis que vous utilisez tout bonnement des techniques de « pétasse ».

    Et je vois pas ce qui va vous rendre plus dominant avec ce genre de techniques qu’on connaît toutes et qui au fond n’agissent pas du tout sur les « FEMMES ». Vous vous compliquez tellement les choses à croire que la séduction ce sont des variables à manipuler pour obtenir un résultat, mais la séduction et l’amour ne sont pas des domaines fiables.

    Restez naturels et ayez confiance en vous et croyez moi, y’a pas de secrets. Si une femme vous désire, elle kiffera recevoir des millions de SMS needy, parce qu’elle vous a choisi !

    Si au contraire elle en a rien à faire, vous pourrez user de toutes les techniques possibles, elle ne vous aimera jamais pour autant et elle ne vous désirera jamais non plus. Au pire elle retournera la situation histoire de profiter de vous, car elle se fait chier ou elle est seule ou elle cherche à oublier son ex ou à rendre jaloux x ou y !

    Quand vous êtes choisi par une femme, elle kiffera votre côté romantique, même le premier jour, vos appels incessants, votre jalousie et vos déclarations d’amour tempestives, parce qu’elle vous veut tel que vous êtes.

    Donc pour résumer, une femme qui n’accroche pas c’est pas parce que vous vous êtes montrés trop needy ou trop ci ou trop ça, c’est parce que tout simplement elle n’était pas plus motivée que ça dès le départ…

    Donc conseil de femme : soyez naturels, arrêtez de vous féminiser avec des techniques de biatch ou de pétasses et laissez faire le feeling, ça passe ou ça casse. C’est comme ça, ce serait trop facile sinon !

    Et par pitié arrêtez d’écouter des conseils de queutards qui rentrent chez eux tranquillement retrouver maman… C’est pathétique car rien n’est plus compliqué pour un célibataire de se lancer lorsqu’il ressent vraiment la solitude qu’il soit Homme ou Femme.

    Par expérience je vous dis ça, car j’en ai connu beaucoup des hommes qui n’osaient pas se lancer avec moi, mais du jour où ils se sont mariés ils ont eu des ailes pour me contacter !

    Et oui le challenge n’est pas le même, trouver des cacahuètes pour couper la faim c’est toujours plus facile quand on sait qu’à la maison on a un repas bien chaud !

    Cdlt Jenla M

  • theo dit :

    tu écris mal à mon goût mais tu as de bonne idée tes métaphores ne sont à mon goût toujours car comparé la facette d’une fille ou d’une femme à un iceberg c’est quand même bizarre mais je comprend tes idées alors c’est juste pour te dire que si tu écris tu devrais faire un peu plus attention à tes métaphores et autres…

    • Konsti dit :

      Tu as raison. Il devrait s’inspirer de ta syntaxe et ta grammaire. 🤣🤣🤣

  • >