≡ Menu

Séduction, visualisation, langage du corps et bagarre générale

Cher ami, aujourd’hui j’ai l’honneur d’interviewer un séducteur de l’autre côté de l’Océan. Et plus précisément du Canada.

Cet homme a connu une jeunesse difficile : une mère absente, une famille uniquement composée de garçons, pas de modèle féminin pour l’appuyer, une timidité sans borne, un visage ingrat, le tout accompagné d’une confiance en soi qui battait de l’aile.

Un jour il en a eu marre.

Il s’est pris en main.

Et… avance rapide, quelques années plus tard cet homme est l’auteur de 9 livres sur la séduction.

Je te présente…

Gentleman Doc de GentlemanSeduction.com.

Prépare-toi mentalement… Détends-toi… Concentre-toi bien… Et surtout, ne te précipite pas, car cette interview dure un 1 heure et 40 minutes !

Pour un apprentissage optimal, je te conseille de consulter cette interview 2 fois : une fois au format audio et une fois au format écrit (la transcription optimisée se trouvant ci-dessous ou la transcription version e-book).

Sans plus attendre, voici l’interview !

Téléchargement La Séduction Ne Meurt Jamais

Cher ami, la réalisation de cette interview a été un travail gigantesque. Nous laisser un commentaire pour nous remercier est la moindre des choses. Et si tu as des questions, n’hésite pas à les poser. Pour laisser ton commentaire, donner ton avis ou poser tes questions, clique ici !

Transcription optimisée version article

Qui est Gentleman Doc de GentlemanSeduction.com ?

J’ai commencé à séduire en 2001. J’ai 5 frères. Ma mère est partie quand j’avais 7 ans. Elle nous a abandonnés. J’ai un père très à cheval sur les règles et les lois de la galanterie, à tel point qu’à 17 ans je n’avais jamais parlé à une fille de toute ma vie.

À un moment, j’ai commencé à draguer sur internet car j’étais trop peureux de rencontrer une fille en face à face. J’ai réussi à me trouver une copine. Bon, elle était laide…

Et comme la première copine de tous les gars, c’est elle qui m’a laissé. Ça m’a brisé le cœur et c’est là que j’ai commencé à vouloir séduire pour de vrai.

J’étais devenu tellement bon sur internet que j’allais à la place de mes amis pour écrire, pour chatter et pour essayer de décrocher des rendez-vous pour eux.

Ça fonctionnait vraiment bien et moi j’adorais ça. Mais tu l’as surement remarqué, si tu dragues sur les sites de rencontre, ce n’est qu’une fois sur huit environ que la fille ressemble vraiment à sa photo. Et les autres fois tu es en face d’une fille qui ne t’intéresse pas du tout. Tu vas peut-être sortir avec seulement parce qu’elle est là et qu’elle t’accepte…

Mais au fait… Le choix on l’a partout : à l’extérieur, quand on sort… C’est fou combien de femmes on croise chaque jour. Mais on ne s’en rend pas compte tant qu’on ne croit pas qu’on a les capacités d’aller les chercher.

J’ai vraiment travaillé là-dessus. J’ai commencé à aborder les femmes. Je me suis fait rejeter de tous les côtés pour en arriver à une formule qui marche vraiment.

Ensuite j’ai commencé à faire du coaching, à participer dans les communautés de séduction, à donner des conférences…

Maintenant je ne fais que ça. Aider les gens qui sont dans le besoin en termes de séduction, c’est ma passion.

Donc, j’ai beaucoup souffert, mais je suis devenu exactement la personne que j’aurais aimé rencontrer quand je ne connaissais rien de rien à la séduction.

La différence entre gentleman doc et les autres gourous ou experts en séduction ?

Je pense que la plupart des gourous enchaînent leurs élèves en les rendant dépendants de la technique. Les gens qui pratiquent cette séduction-là deviennent des souffleurs de texte, de gens du théâtre. Il manque de l’humanité là-dedans.

On reconnaît un bon professeur à sa capacité de libérer les gens de la dépendance. Mon rêve c’est de donner à mes élèves le plein contrôle de leur vie amoureuse, au delà de l’image de la séduction qui est véhiculée.

Ce qui est souvent véhiculé par rapport aux gourous c’est, par exemple, de prendre 8 numéros par semaine, alors que la majorité des hommes veulent simplement avoir une fille qui les attend le soir à la maison et passer des moments tendres avec elle. Il faut qu’ils restent humbles avec eux-mêmes, sans rentrer dans la course folle de la séduction juste pour enfler leur gourou de séduction.

La séduction doit être vue comme une attitude qu’ils portent déjà en eux et non pas comme un mode de vie.

Pour résumer :

  • je suis un adepte de l’authenticité, de se lâcher, de se libérer, de se manifester ;
  • la séduction n’est pas tellement une question d’apprendre des techniques ;
  • la séduction est plutôt une question de s’accepter et de comprendre que notre capacité de séduction se trouve déjà quelque part en nous ;
  • les techniques de séduction peuvent être utiles comme béquille, mais à un moment il faut que ces techniques de séduction soient transcendées.
La séduction ne meurt jamais

Comment vaincre la timidité ?

La question n’est pas : « Qu’est ce qu’ils ne font pas à cause de leur timidité ? », mais bien : « Qu’est ce qu’ils font déjà, mais qu’ils ne devraient pas faire ? »

C’est une question d’attitude. La séduction passe par l’attitude. Souvent ce qu’on dit est secondaire comparé à l’attitude et l’énergie que l’on dégage.

Les timides ont tendance à se poser trop de questions sur la technique : « Ah ! Est-ce que je devrais dire ce mot-ci plutôt que celui-là ? ». Alors que ce n’est pas sur ça qu’ils devraient se concentrer.

La séduction c’est comme un sprint : ça ne prend pas beaucoup de présence.

La plupart des séducteurs débutants pensent qu’ils doivent beaucoup parler à la fille, alors qu’au fond la séduction ne demande que très peu de présence.

Mais ! À chaque moment qu’il y a de la présence, il faut qu’il y ait une séquence parfaite de la séduction. C’est de tout petits moments et c’est très puissant. De cette façon-là tu crées une illusion de continuité… Une illusion que tu es toujours au top de la montagne, au maximum de ton potentiel.

Comme je viens de le dire, la technique est un bon outil pour commencer… Une bonne béquille…

Mais au fond la timidité se vainc par une bonne préparation. La préparation est une des clés principales pour quelqu’un qui commence ou qui est timide.

Le but est que ça devienne une seconde nature, mais pour ça il faut pratiquer. Pas de pratique, pas de progrès.

Un de mes objectifs est justement de porter les hommes à ce niveau où la préparation devient superflue. Car à un moment tout coule parfaitement. Autrement dit, plus on mûrit dans la séduction plus on prend de plaisir à séduire.

Donc, comment vaincre la timidité ? Par la préparation et… la frustration ! Car ça prend beaucoup de frustration de la part de quelqu’un d’aller au-delà de sa timidité.

En bref :

  • quelques claques dans la gueule ;
  • une préparation parfaite ;
  • diriger le hasard en prévoyant le plus possible (il est possible de préparer 90% à 95% de la situation).

Quels sont les traits les plus attirants chez un homme ?

Il y en a plusieurs :

  • la confiance ;
  • avoir une vie excitante ou au moins être passionné par sa vie ;
  • un brin de méchanceté ;
  • l’humour.

Ceux qui connaissent David DeAngelo, connaissent aussi sûrement le concept « cocky & funny » (traduction : arrogant et drôle). Je mettrais l’accent là-dessus. C’est drôle. Un peu macho. Mais sans se prendre au sérieux.

Je trouve que le « cocky & funny » crée une bonne tension sexuelle. En matière de séduction, le « cocky & funny » est un des meilleurs atouts que l’on puisse développer.

Mais !

Il faut nuancer le « cocky & funny », car il y a beaucoup de mecs qui mettent trop l’accent sur la partie « cocky », sur l’arrogance. Ils veulent masquer leur incertitude en se présentant comme étant alpha presque partout, presque tout le temps et surtout dans les situations sociales importantes pour eux.

Donc, avec leurs copains, ou en présence des femmes… Là, ils mettent trop l’accent sur le « cocky », sur l’arrogance.

Ils veulent paraitre alpha. Ils veulent dominer la situation. Et ils font une impression rigide, inaccessible, froide, arrogante et désagréable.

De nouveau, il ne faut pas trop se prendre au sérieux.

Bref, l’idée du « cocky & funny » c’est ce mélange de confiance en soi et de légèreté.

Donc, pour résumer, les traits les plus attirants chez un homme sont :

  • la confiance en soi ;
  • l’humour ;
  • un petit brin d’arrogance, de méchanceté même (avec trop de gentillesse tu te retrouveras dans la case « Je préfère qu’on reste amis. ») ;
  • l’authenticité ;

L’authenticité est super importante, mais je ne sais pas si ça peut arriver d’un coup sec à quelqu’un qui n’est pas habitué. Surtout qu’il y a tellement de techniques de séduction disponibles que c’est plus facile de reprendre et d’utiliser ces techniques, que de se faire confiance et de laisser la créativité couler. L’échappatoire est facile… Mais à un moment donné, on commence à s’ennuyer de répéter ces mêmes techniques.

L’authenticité, il n’y a rien de plus vrai que ça. Mais ça émerge progressivement avec la maturité et l’expérience en matière de séduction.

Comment augmenter ton succès auprès des femmes grâce à la visualisation ?

Je ne crois pas forcément aux trucs métaphysiques, mais j’utilise la visualisation parce que ça fonctionne vraiment. Ça peut aider à vaincre la timidité. Et ça apporte des occasions uniques dans la vie.

Je crois que l’esprit est extrêmement puissant. Grâce au pouvoir de l’imagination on peut modifier et même créer des situations.

Si tu visualises une situation et si tu t’attaches à cette image-là, à ce film-là, alors cette situation a beaucoup de chances de se manifester.

Voici un exercice de visualisation :

1. prends 5 à 10 minutes (au moins une fois par jour, idéalement deux fois) ;

2. ferme les yeux ;

3. visualise avec un maximum de détails une situation que tu aimerais réaliser ;

4. concentre-toi sur tous tes sens.

Par exemple, tu peux t’imaginer habillé en smoking, en compagnie de 3 ou 4 super belles filles. Vous buvez un verre de vin. Tu vois leur cœur battre. Tu vois qu’elles rient à tout ce que tu dis.

Tu t’imagines tous ces détails comme si c’était une séquence vidéo. Tu te concentres sur ce que tu ressens. Tu sens la confiance. Tu sens que tu es en pleine possession de tes moyens.

Tu te concentres sur ce que tu vois, sur les couleurs, le goût de ton vin, le toucher, les bruits…

Et tu utilises cette séquence chaque jour, matin et soir, avant de te coucher, pour vivre cette situation et ce sentiment de bien-être.

Ensuite, tu pourras reproduire ce sentiment de bien-être à la demande. Quand tu sors pour aborder des filles… Quand tu sens un peu de nervosité…

Tu rejoues cette séquence vidéo, tu respires, tu fonces et tu laisses l’univers faire le reste.

C’est surtout sur les détails que tu dois travailler. Je connais beaucoup d’excellents séducteurs qui gardent la séquence de visualisation sur eux comme un trèfle à 4 feuilles. Quand ils sortent, par exemple, ils visualisent un parfum qui émane d’eux et qui attire le regard de toutes les filles. Je pense que c’est vraiment utile. Et comme c’est gratuit, alors pourquoi ne pas essayer. :-)

Presque tous les gens ayant du succès utilisent la visualisation. Que ce soit dans le sport, les affaires, les arts ou n’importe quel autre domaine.

L’école métaphysique met l’accent sur la visualisation, mais ils parlent très peu du comportement, de l’action. Car il y a aussi la réalité qui nous donne du feedback. Mais il y a des choses qui me sont arrivées, auxquelles j’ai pensé, sans traduire ma visualisation dans un comportement proactif (comportement proactif : comportement qui va vers l’objectif). Et malgré ce manque d’action ça s’est quand même manifesté.

L’image et l’action sont importantes. Mais la clé de la visualisation c’est les émotions ! Donc, l’image et l’action aident, mais c’est l’émotion qui va avec qui fait le travail.

Comment aborder une femme ?

C’est assez large comme question. En termes d’efficacité la meilleure approche va dépendre de la situation. Par exemple, est-ce une approche à froid ? Une inconnue comme, par exemple, une fille dans la rue ?

Est-ce une approche tiède ? Par exemple, une fille que l’on voit au travail, ou qui est dans la même classe, ou dans le même groupe de yoga ?

Est-ce une approche chaude ? Par exemple, une fille de ton groupe d’amis que tu croises par hasard en soirée ?

Bon ok, j’utilise les termes « à froid », « tiède » et « chaude »… Mais je n’aime pas trop utiliser ces étiquettes. Ça peut donner l’impression que l’approche est difficile. Tandis que ça dépend juste de l’aisance du séducteur.

Par exemple, un séducteur peut trouver qu’aborder une fille dans la classe ou à l’université c’est une approche à froid. Alors que pour un autre c’est une approche tiède, voire chaude.

Donc, il ne faut pas trop s’attacher aux étiquettes, car à l’intérieur de nous on a une créativité qui peut permettre d’avoir autant de résultats dans les approches à froid que dans les approches tièdes.

Moi, ce que je regarde avant d’aborder une fille :

  • est-ce une fille seule ou en groupe ;
  • est-ce une approche froide ou tiède ;
  • est-ce une approche de jour ou de nuit.

Le jour et la nuit, ce n’est pas pareil. Les clubs et les bars, c’est la nuit. Au centre commercial ou à l’épicerie, c’est le jour.

Ce qui fait le plus peur c’est l’approche à froid, car les hommes ont peur de se prendre un râteau.

Mais ! En réalité – et c’est quelque chose que les autres coachs ne vont jamais crier sur les toits – les râteaux ne se produisent pratiquement jamais. À part vraiment si on a aucune connaissance en séduction et qu’on a aucun respect pour la personne.

C’est beaucoup plus difficile de se prendre un râteau qu’on ne le croit. Quand tu abordes une fille il est important :

  • que la fille ait rapidement l’impression qu’elle te connait (c’est le résultat de ton aisance) ;
  • de créer de la complicité ;
  • d’être charmant et sympathique ;
  • de ne pas être un trou du cul.

Être un trou de cul peut fonctionner dans certaines situations. Ça peut créer une bonne tension sexuelle. Mais dans la vie de tous les jours il faut mettre son égo de côté. Il faut être « cocky » sans trop se prendre au sérieux.

Ensuite, il faut essayer de partir avant d’arriver au pic de l’intérêt. Donc, quand tu abordes une fille, tu prends ses coordonnées et tu termines l’interaction avant d’arriver au pic de l’intérêt.

Comme je viens de le dire : la séduction est un sprint. Tu abordes la fille en te donnant à 100%. Et quand tu sens que l’intérêt et la tension vont baisser, c’est là que tu dois prendre ses coordonnées et partir.

Si tu appliques ce conseil à chaque fois, tes approches seront beaucoup plus efficaces.

Beaucoup de séducteurs qui font une première approche qui marche, sont tellement contents qu’ils restent avec la fille. Et quand ils s’en vont, l’intérêt et la tension ont déjà baissé. Ce qui ferme beaucoup de portes pour revoir la fille une deuxième fois.

Ensuite, au moment de prendre le numéro, ne te donne pas l’occasion de te défiler.

Les humains choisissent toujours la solution la plus facile, le statu quo. Par exemple, il ne faut pas lui demander si tu peux prendre son numéro ou ses coordonnées. Non, tu ne lui demandes pas, mais tu lui dis de te les donner !

Moi, par exemple, je vais lui dire directement : « Tu dois avoir Facebook. C’est quoi ton nom de famille ? » En même temps je sors un crayon et un papier de manière un peu désintéressée.

Donc, je ne vais pas lui demander : « Je peux prendre tes coordonnées ? ». Par contre, je vais dire : « Tiens, c’est quoi ton numéro ? », en sortant mon téléphone portable. Je lui donne mon portable pour qu’elle l’écrive elle-même. Et puis je l’appelle pour lui donner mon numéro en échange. C’est précis et ça fait parfaitement l’affaire.

Ensuite, il y en a beaucoup qui connaissent et qui utilisent la question d’opinion (anglais : opinion opener).

À mon avis, ce n’est pas la plus puissante. En plus, le problème avec cette question-là, c’est qu’on vous l’apprend, mais pour le reste on vous laisse dans la jungle maudite pour arriver jusqu’au numéro.

Beaucoup de mecs deviennent des pros de l’approche avec la question d’opinion, mais quand il faut prendre le numéro, là, tout d’un coup, les statistiques tombent. Et ils n’ont qu’à se démerder.

En ce qui me concerne, la phrase d’approche la plus puissante nécessite un peu plus d’authenticité et de créativité. Mais en bout de ligne elle est beaucoup plus payante.

C’est l’approche situationnelle. C’est une approche en deux temps :

1. tu fais un commentaire drôle sur la situation ;

2. tu enchaînes avec la discussion.

Ça crée instantanément un lien fort. Avant-hier je prenais l’ascenseur. On était environ six et chacun allait à un étage différent. À un moment il ne restait plus que moi, une fille et un autre gars.

Dès que le gars est parti et que les portes se sont fermées, je me suis retourné vers la fille en disant avec un petit sourire : « Aaaahhh, enfin seuls ! »

Elle a commencé à rire. C’est comme si on se connaissait depuis toujours. Et j’ai tout de suite enchainé sur les points communs en lui posant des questions… En lui demandant où elle allait…

J’agis comme si je la connaissais depuis toujours.

Dans la même lignée : il y avait une fille qui sortait d’un centre commercial. Elle portait un sac. Et dans ce sac il y avait une taie d’oreiller blanche. J’arrive et je lui dis : « Aaahhh, c’est bon d’avoir une couche de rechange. On ne sait jamais. On peut en avoir besoin. » Elle s’est mise à rire.

Je continue avec : « Moi je n’ai pas mis la mienne aujourd’hui et je me sens vraiment wild ! Dis, tu vas où comme ça ? » Et on a tout de suite commencé à parler.

Même si ce n’est pas la chose la plus drôle, ça déstabilise toujours un peu. Ça provoque un rire et tout de suite après c’est comme si tu avais sa confiance.

L’approche situationnelle est une approche qui fonctionne super bien. Sauf que ça demande un peu d’authenticité, de confiance et de créativité.

Et quand on se base sur la situation, on a toujours quelque chose à dire. On ne vit pas dans un vide. Il y a toujours une situation… Il y a toujours plein d’éléments… Plein d’informations… Plein de petits points de repères sur lesquels on peut se baser pour dire quelque chose.

Cependant il ne faut pas trop réfléchir. Car si on réfléchit trop, l’insécurité s’installe et on le dit avec moins d’énergie. Ça devient prémédité et moins spontané.

Donc, il faut s’habituer à tout laisser sortir. Ça arrive dans ta tête ? Ne te laisse pas le temps de penser !

La séduction ne meurt jamais

Après l’approche, comment parler aux femmes de manière séduisante ?

Le premier truc que j’utilise abondamment c’est le monkey mind (l’esprit singe). Le monkey mind, c’est l’esprit qui sautille d’une pensée à l’autre. Par exemple, c’est quand tu essaies de t’endormir, mais que tu n’y arrives pas. Tu penses à un truc, puis à un autre… Et tu penses et tu penses… Tu sautes d’un sujet à l’autre. Au final tu passes 2 à 3 heures couché dans ton lit en train de penser à plein de trucs. C’est ça le monkey mind.

Notre esprit saute d’une pensée à l’autre automatiquement, mais on n’est pas habitué à utiliser ça de manière consciente. Donc, il faut l’utiliser, ton monkey mind. Il faut en faire un outil plutôt qu’un obstacle !

Dérivé du monkey mind, partout où je vais j’utilise ce qu’on appelle « l’association ». Et c’est un exercice que je te recommande fortement. Exerce-toi à observer l’environnement. Sois conscient de tout ce qui se passe. Chaque élément doit être une inspiration pour un sujet de conversation.

Par exemple, quand je tourne la tête je vois ma bibliothèque. Ça me fait penser à : instruction, lecture, hobby, valeurs, expériences… Tous ces mots, toutes ces pensées sont des sujets de conversation potentiels.

Naturellement, ces mots-là vont me mener à d’autres mots. Et ça va me permettre de produire une question ou de me rappeler d’une histoire…

Ensuite, après lui avoir posé une question ou raconté une histoire, ou bien je continue à associer, ou bien j’approfondis les réponses qu’elle vient de me donner. Car, dès qu’elle me répond… Dès qu’elle m’en dit plus sur elle, sur sa vie, sur ce qu’elle fait, c’est facile d’approfondir. Alors j’essaie de comprendre davantage ce qui l’intéresse, ce qui la motive… Bref, l’association te donne une explosion de sujets de conversation.

Tu dois vraiment t’habituer à porter de l’attention à ton environnement, à tout ce qui se passe autour de toi, car c’est une énorme source d’inspiration.

En revanche, si l’association ou le monkey mind ne te disent rien, alors je peux te proposer une autre technique. Tu prends un petit papier ou un post-it et tu marques tout ce qui te fait rire. Tu entends un humoriste raconter une blague qui te fait rire ? Tu la notes ! Tu lis dans le journal un truc surprenant ? Tu le notes !

À la fin de la semaine tu devrais avoir 3 ou 4 trucs intéressants. Et tu fais ça chaque semaine.

Ensuite, tu racontes ces trucs à tes amis (filles et mecs). Si ça ne provoque pas la réaction voulue… Si ça ne provoque pas de l’intérêt, de l’étonnement ou du rire… Si ça n’a pas le même effet que ça a eu sur toi, alors tu les enlèves de la liste. Car il faut que ce soit plus ou moins universel. Il faut que tout le monde réagisse de la même façon plus ou moins.

Et quand tu sors pour aborder des filles, rappelle-toi de ces sujets. En plus, ces sujets peuvent très bien servir comme des sujets d’urgence. Si jamais il y a un blanc dans la conversation, tu lui sors un de ces trucs-là. Ainsi, tu es sûr d’avoir toujours quelque chose d’intéressant ou de drôle à raconter.

Comment passer de l’approche et la conversation à la chambre à coucher ?

C’est sûr qu’il faut y arriver un jour ou l’autre, sinon ça ne sert pas à grand-chose. :-)

Une fois que tu as les coordonnées, tu attends environ 3 ou 4 jours avant de reprendre contact. Puis, tu discutes un peu pour trouver davantage d’intérêts communs avec la fille.

Mais comme je l’ai dit tout à l’heure, la séduction est un sprint. Peu importe si tu as son numéro ou sa messagerie instantanée, l’objectif final c’est qu’elle accepte de te revoir.

Donc en premier lieu, si tu ne veux pas la voir parce que tu trouves qu’à distance tout va bien, dis-toi que ses attentes vont monter en conséquence. Et si le face à face n’est pas ta tasse de thé, il te sera plus difficile de répondre aux attentes.

Quand tu vas la revoir, essaye d’organiser plusieurs activités dans la même soirée, même si le rendez-vous ne dure que 3 ou 4 heures.

Faire 3, 4 ou 5 trucs différents lui donnera une impression de vécu avec toi. Elle va te faire beaucoup plus confiance.

Dans la vie de tous les jours il y a des personnes que l’on voit régulièrement : à l’école, au travail, etc. Quand on voit une personne tout le temps dans la même situation, c’est comme si on n’a qu’un seul petit tiroir mental pour cette personne-là : « C’est Roger du travail. »

Par contre, quand tu fais 3, 4 ou 5 activités différentes en un soir avec une personne, c’est comme si tu crées 4 ou 5 petits tiroirs de souvenirs avec cette personne-là. Ça donne tout de suite une certaine maturité à la relation.

Ensuite, quand faut-il embrasser la fille ? La première ou la deuxième fois que tu la revois devrait être suffisante pour pouvoir l’embrasser. Ça ne dépend pas du temps passé avec la fille, mais de la qualité de la drague et de l’interaction.

À partir de ce moment-là tu ne devrais plus avoir de difficultés à rentrer chez elle, sauf si elle habite avec sa famille ou des colocs qui ne dorment jamais. Dans ces cas, tu peux lui dire avant la sortie de venir sonner chez toi et de te rejoindre. Tu peux utiliser une excuse genre : « Je finis un truc. Ça ne sera pas long. Rentre deux secondes. »

Ça va la rendre plus à l’aise avec le lieu. Et ensuite elle sera beaucoup plus propice à accepter de rentrer chez toi, soit pour prendre une tasse de thé à la fin de la soirée, soit parce que tu veux lui montrer quelque chose de drôle. Elle sera plus à l’aise car elle connaitra déjà le lieu.

Une fois que tu te retrouves avec elle, chez elle ou chez toi. Tu commences à parler de trucs un peu plus personnels : ses rêves, ses passions…

Mais la majorité du travail est fait à l’avance. Si tu l’embrasses avant d’aller chez elle ou chez toi, alors elle sait très bien à quoi s’attendre. Il n’y a pas beaucoup de blabla.

Tu auras le temps de faire le thé, mais pas de le servir. Il ne faut pas attendre le dernier moment, car ça ne facilite pas les choses.

La séduction ne meurt jamais

Qu’est-ce qui constitue un langage corporel masculin séduisant ?

Un exemple typique c’est bien sûr James Bond.

Une chose qui m’a vraiment libéré quand j’ai commencé la séduction, c’est de marcher comme si le monde m’appartenait.

Je te conseille de faire comme si tu étais le roi du monde. Ne ferme pas les mains en poings. Certains font ça pour montrer qu’ils sont durs, rudes et forts. Garde les mains ouvertes, c’est beaucoup plus invitant.

Un peu de désinvolture… De laisser-aller… La tête haute, mais pas hautaine.

Il faut être à l’aise. Donc, prends un peu d’espace quand tu t’assieds. N’aie pas peur de prendre de l’espace et de t’étaler.

Un bon langage du corps part d’une bonne attitude mentale. La visualisation aide beaucoup à te rendre plus à l’aise.

La séduction passe beaucoup par l’attitude.

Le langage du corps c’est un peu comme la pointe de l’iceberg. En séduction, le langage du corps est la chose la plus facile à travailler, mais aussi la moins utile.

Donc, au lieu d’être uniquement attentif à ta gestuelle, développe d’abord ton attitude. Et laisse ensuite ton attitude couler à travers tes gestes.

Voici encore une petite astuce mentale : si tu rentres chez toi le soir, dans ta grosse villa, en sachant que la femme de tes rêves et une grosse bagnole de luxe t’attendent, comment marcherais-tu ? C’est cette attitude et ce langage corporel dont je parle…

Quels sont les signes d’intérêt et les signes de désintérêt féminins et comment les reconnaître ?

C’est extrêmement traître comme question. Et c’est dommage, car beaucoup d’hommes veulent vraiment le savoir.

Trop se concentrer sur le langage corporel peut avoir un effet handicapant. Par exemple, si tu vois un signe de désintérêt et que tu décides de ne pas embrasser la fille ce soir-là, tu laisses filer une opportunité. Parce que ton insécurité te dit : « Ah, oui… Mais peut-être que non… Elle ne voudra pas… »

L’insécurité c’est un peu comme un oiseau. Si tu lui donnes à manger, il va revenir et laisser un beau petit cadeau sur ton perron. :-)

Par exemple, une fille nerveuse et timide peut envoyer des signes de désintérêt, alors que ça n’a rien à voir avec la qualité de la séduction.

Une personne qui porte attention à ces choses-là peut rater plein d’opportunités.

Donc, c’est mieux de ne pas trop se fier à ça, car les choses qu’on peut accomplir sont beaucoup plus grandes, qu’il y ait des signes d’intérêt ou non.

S’il n’y a pas de signes du tout, la personne peut bloquer et se dire : « Oh, ben… Je laisse tomber… Je vais attendre une autre fois… Cette fille-là n’est pas intéressée… » Alors que souvent ce n’est pas du tout le cas.

Et des fois, les signes d’intérêt ou de désintérêt ne correspondent pas du tout à ce qui se passe par la suite (par exemple, elle à l’air désintéressée, mais elle se laisse embrasser).

Te concentrer sur le langage du corps féminin, ça peut t’aider pendant un temps pour prendre un peu de confiance, mais il ne faut pas en devenir dépendant.

Se concentrer sur les signes d’intérêt et de désintérêt est pour beaucoup d’hommes une sortie de secours… C’est juste une autre façon de nourrir l’insécurité. C’est l’angoisse de se faire rejeter et humilier qui se manifeste. Et cette angoisse peut se manifester de plein d’autres façons :

  • utiliser des techniques de drague toutes faites. Beaucoup d’hommes utilisent ces techniques de drague toutes faites pour masquer leur incertitude ;
  • il y a un petit silence qui s’installe et tu ne sais pas quoi dire : « Euh… Euh… Euh… » Tu ne gères pas la tension et tu te barres.
  • le langage corporel : « Est-ce qu’elle m’envoie des signes d’intérêt ou pas ? » Et finalement tu ne fais qu’analyser la situation au lieu de participer et de ressentir l’interaction.

En revanche, quelqu’un qui est déjà bon en séduction peut s’intéresser au langage du corps féminin en guise de curiosité, mais il ne faut pas s’appuyer là-dessus.

Pour conclure, le langage corporel est intéressant, mais ce n’est pas si important que ça.

La séduction ne meurt jamais

Le meilleur conseil pour les hommes qui veulent se lancer dans la séduction

Se faire rejeter ! C’est une bonne façon de commencer, car tu vas voir d’une part que ce n’est pas gagné d’avance et d’autre part que ce n’est pas si douloureux que ça. Puis, des claques en pleine gueule, tu ne vas pas en recevoir.

Le deuxième conseil pour les débutants, c’est de miser sur ta force existante plutôt que de copier celle des autres.

Le troisième conseil c’est d’abandonner ton ego et d’abandonner ce que tu crois savoir sur la séduction. Beaucoup de choses que tu fais mal, tu les fais mal, car tu crois que c’est mal. Tu t’accroches trop durement à tes croyances et à des conceptions qui sont erronées à la base.

Si tu fais quelque chose de « mal »… Si tu as certaines faiblesses, certaines maladresses… Et si tu crois que c’est inefficace et que ce n’est pas séduisant, alors ça devient inefficace et moins séduisant. Tout simplement parce que tu le crois.

Autrement dit, c’est l’intention et l’attitude qui rendent l’acte moins séduisant. Et non pas l’acte en soi. Si tu commets certaines maladresses et si tu t’accroches à l’idée : « Ohlala… J’ai foiré ! », alors là ça devient réalité.

En revanche, si tu laisses tomber ton ego et si tu t’en fous de cette maladresse, alors là cette nonchalance peut justement rendre cette petite maladresse séduisante.

Certaines idées, notions et croyances venant des écoles de séduction peuvent avoir un effet handicapant, juste parce que tu crois que c’est la vérité et que tu constates que tu ne corresponds pas à ces idées.

Donc, si gourou Jean dit : « Il faut faire x et non pas y. »… Si tu crois gourou Jean car il a une certaine autorité… Et si tu constates : « Mais moi je fais tout le temps y. », alors juste le fait de le croire peut détruire le pouvoir séduisant du comportement y, tandis que ce n’est pas nécessairement vrai.

Bref, chacun a ses forces. Il ne faut pas aller chercher trop loin en dehors des qualités et forces que tu as déjà. Tu peux développer celles que tu as déjà, mais ça ne sert à rien de rebâtir la pyramide au complet.

L’apprentissage de la séduction est un parcours personnel. Il y autant de séductions que de personnes sur terre. C’est juste que la plupart des gens vont copier la séduction d’un autre, sans nécessairement obtenir les mêmes résultats, car ils n’ont pas les mêmes point forts.

La séduction ne meurt jamais

Le problème le plus courant des élèves de Gentleman Doc ?

Il y en a 3. Le premier c’est la peur d’approcher. Le deuxième c’est ne pas savoir quoi dire. Et le troisième c’est comment séduire une amie ou une ex.

Il y en a beaucoup qui ont dans leur entourage une fille qu’ils n’ont jamais osé approcher ou qui restent dans l’entourage au cas où un jour elle les remarquera. C’est beaucoup plus facile de recommencer à zéro, de séduire une autre fille.

Comment draguer une amie ou une ex-copine ?

La meilleure chose à faire (et la plus facile) c’est de laisser tomber et de repartir à 0 avec une autre fille.

Sauf qu’il y a un grand démon : les émotions. On est tellement attaché. On ne veut pas la perdre…

Rationnellement tu sais que c’est mieux de la laisser tomber. Mais tes émotions te disent l’inverse : « Non, ne la laisse pas tomber. Accroche-toi ! »

C’est humain… C’est compréhensible… Tu as tellement investi d’efforts et de pensées. Et ça se traduit dans tes émotions.

La laisser tomber signifie perdre un investissement considérable. C’est comme si tu avais investi 10000 euros et que soudain tu devais les jeter par la fenêtre.

Quelque part c’est aussi ce petit espoir (qui n’est qu’une illusion, car il est tellement petit). C’est comme jouer au loto. C’est une illusion ! C’est une faiblesse du psychisme humain : le fait de surestimer la probabilité qu’un certain événement se produise.

Pourquoi les gens jouent-ils tellement au loto ? Car ils surestiment leur influence, leur contrôle sur le résultat. Rationnellement tu sais que tu n’as qu’une chance sur un million (ou même moins) de gagner.

Tu as plus de chances d’avoir un accident d’avion que de gagner au loto. Les gens croient qu’ils ont une certaine puissance, un certain pouvoir, un certain contrôle sur le résultat.

Séduire une ex ou une amie, ça rentre plus ou moins dans la même optique. Tu as investi, tu es attaché émotionnellement et tu surestimes tes chances !

Et pour vraiment la laisser tomber, il faut mordre sur sa chique. Il faut agir purement rationnellement. Pour laisser tomber l’idée de séduire une amie ou une ex, je conseille très fortement de ne pas écouter tes émotions. De ne pas suivre tes émotions. Tu dois savoir que tu surestimes tes chances.

Bon, supposons que tu la séduis quand même. À quoi bon ?

À ceux qui n’ont aucune chance de séduire leur amie ou leur ex, je leur conseille d’aller approcher d’autres filles. Car dès qu’il y a d’autres filles dans leur vie ils vont laisser tomber leur amie ou leur ex.

Et ceux qui n’ont aucune chance avec leur amie ou leur ex et qui n’arrivent pas à aborder d’autres filles… Ceux qui sont complètement bloqués par leurs émotions, souvent ce qui va se passer c’est qu’ils vont faire le nécessaire pendant des mois pour créer un effet de nouveauté. Ensuite, quand ils iront revoir la fille, ils ne seront plus intéressés. Car ils auront pris confiance qu’ils peuvent avoir d’autres filles aussi.

En plus, la laisser tomber est un très bon moyen de rééquilibrer la balance. Quand tu désires une amie ou quand tu veux reconquérir ton ex, souvent elle le sait. Elle le ressent. Même si elle ne le sait pas consciemment… Même si elle ne se dit pas : « Hahaha, il me veut ! » Quelque part elle le sent.

Je dirais même que dans la plupart des cas elle le sait.

Si tu la laisses tomber, alors elle perd cette attention, cette validation. Elle perd l’attention et la validation d’un mec qui lui court après. Et en rééquilibrant la balance, elle commencera à te courir après.

Émotionnellement c’est difficile de la laisser tomber, mais tu dois le faire. La laisser tomber est le meilleur moyen pour la reconquérir.

Mais tu dois faire très attention de ne pas retomber dans tes vieilles habitudes. Tu dois faire attention de ne pas reperdre le pouvoir. Et en plus, si tu la laisses tomber… Si tu dragues d’autres filles… Et si elle découvre que tu as un minimum de succès auprès des femmes, alors ça va encore renforcer son attirance. Un, tu la laisses tomber. Elle perd sa validation. Et deux, elle constate que t’as du succès. Là, elle changera son comportement envers toi.

Mais ! Je te conseille très fortement de ne pas considérer ça (la laisser tomber et draguer d’autres filles) comme une technique de drague. Car cette « technique » marche uniquement si tu es un séducteur expérimenté ayant du succès. Et si tu es un séducteur expérimenté ayant du succès, tu ne vas pas t’attacher à ton ex. Tu la laisses tomber tout simplement. Et tu n’auras pas besoin d’utiliser cette technique.

En revanche, si tu n’es pas un séducteur expérimente… Si tu es dépendant des résultats… Si tu es « needy »… Et si tu utilises cette « technique », alors tu ne feras que t’investir davantage en elle. Et tu t’attacheras et tu souffriras encore plus.

Donc, il faut vraiment la laisser tomber. Point !

Ce qu’il y a aussi, c’est que beaucoup de gars veulent montrer leur frustration à leur amie ou leur ex.

Ils veulent montrer combien ils étaient attachés à elle… Combien ils l’ont aimé… C’est totalement inutile. C’est destructeur pour l’amitié. Et ça brise les chances de pouvoir la séduire ou de la reconquérir.

Et en soi, ce n’est rien d’autre qu’un signe de faiblesse. C’est même de la manipulation. Car en montrant tes frustrations… En lui montrant combien tu l’aimes… En lui montrant ce qu’elle signifie pour toi… En lui montrant à quel point elle t’a fait du mal… Tu essaies de la manipuler !

Car au fond, ce que tu essaies de faire, c’est de la blesser. Et lui infliger un sentiment de culpabilité. Tu veux implicitement lui faire passer le message suivant : « Tu es mauvaise. Tu m’as blessé. » Et si tu réussis à lui faire passer ces messages, alors vous aller vous retrouver dans un cercle vicieux d’accusations et de culpabilisations. Et un plus, tu te positionnes comme victime, ce qui est aussi un signe de faiblesse.

La séduction ne meurt jamais

Qu’est-ce qui fait la différence entre un séducteur moyen et un séducteur excellent ?

Autrement dit, qu’est-ce qu’un séducteur excellent fait qu’un séducteur moyen ne fait pas ?

Le séducteur moyen va s’inventer une façade pour plaire à la fille. Mais par la suite, il va souvent souffrir, car pour rester fidèle à l’image projetée, il se sentira obligé de faire des trucs dont il n’a pas envie. Le séducteur moyen finira par abandonner cette démarche-là, car il voudra faire de moins en moins de concessions.

Le séducteur excellent ose. Le séducteur excellent dégage beaucoup de confiance. Le séducteur excellent a de la présence. Il aspire l’attention des femmes, mais aussi celle des hommes. Il magnétise tout le monde.

Et ce n’est pas une question de pouvoir : le séducteur excellent n’a pas plus de pouvoir, il n’est pas plus élevé que les hommes ou les femmes qu’il croise. C’est une question de leadership. Le séducteur excellent est un bon leader.

Le séducteur excellent ne s’emmêle pas dans les techniques de drague. En interaction avec les gens il n’est pas en train de penser à plein de choses… Il n’est pas en train de penser à sa prochaine technique. Si ça sort, ça sort. Si ça ne sort pas, ça ne sort pas.

Et cet esprit vide est important pour ressentir vraiment ce qui se passe à l’intérieur. En quelque sorte ça fonctionne comme un détecteur de mensonges, comme un baromètre. Quand tu as une inspiration, une idée, tu vas sentir si cette idée est bonne ou pas. Tu sentiras si tu dois l’exprimer ou pas.

Le séducteur excellent est très intuitif. Il fait les choses comme il les ressent. Il a intégré toutes les approches et techniques. Et quand il aborde, c’est comme une symphonie.

En façade, les gens pourraient penser que le séducteur excellent est méchant ou mal élevé, mais il s’en sortira quand même mieux que quiconque, car il n’a pas peur du ridicule ou de déplaire. C’est sa symphonie… C’est comme ça que sa séduction opère. Et il en est conscient. C’est une question d’attitude. Et cette attitude se développe avec l’expérience. Cette attitude s’atteint quand la peur s’envole, quand l’habitude remplace la peur. C’est pour ça que de temps en temps je pousse les hommes à se faire rejeter par les filles : pour enlever le plus vite possible cette peur-là.

Ça me fait penser à un de mes clients. Je l’ai forcé à se faire rejeter. Après son premier râteau il a vraiment eu un mauvais sentiment. J’ai même pensé que l’idée de lui faire subir quelques râteaux n’était pas si bonne que ça.

Finalement, sa douleur n’a a duré que 5 minutes. Il s’est dit : « Je vais quand-même continuer avec cet exercice. Je vais quand même continuer à essayer de me faire rejeter. » Après le troisième rejet il ne sentait plus rien.

Tout de suite après il a eu son premier numéro. Et soudain, tout avait l’air facile pour lui. Le râteau et la peur du râteau ne faisaient plus partie de son histoire. Je vais te faire une confidence : ce n’est pas le plus assidu des séducteurs. Il lui arrive encore de manquer son coup, mais ça ne l’affecte plus du tout. Car au final, il finit toujours par décrocher plus de rencards que de rejets. Il a accepté sa position de séducteur. Il est à l’aise. Et il finit toujours par être gagnant !

Le plus important c’est de se concentrer sur l’attitude et sur la confiance. Pourquoi ? Car l’attitude et la confiance sont les éléments les plus importants de la séduction !

On reconnaît un séducteur débutant et peu confiant à son attitude. Quand il se fait rejeter, il se dit : « Je ne suis pas assez beau ! » Mais que peut-on faire contre ça ? Rien ! La seule option c’est de payer 2000 euros pour se faire changer la face ou se faire poser de faux muscles.

En revanche, le gars confiant va peut-être se sentir désarçonné après un râteau, mais il va persévérer. Quand il voit qu’un type d’approche ne fonctionne pas, il va passer à un autre type d’approche.

Il est donc important de s’habituer au râteau pour vaincre la peur. Si tu n’abordes pas beaucoup, alors il te faudra plus de temps pour vaincre cette peur.

Pour résumer, un excellent séducteur se définit par :

  • l’audace ;
  • la confiance ;
  • un esprit vide (il n’est pas en train de réfléchir sur les techniques) ;
  • son intuition ;
  • son indifférence face au ridicule ;
  • son indifférence face au râteau ;
  • sa persistance.

Et tous ces éléments-là se cultivent grâce à l’expérience, la pratique.

Comment est-ce qu’un séducteur avancé peut s’améliorer encore plus ?

Le séducteur avancé doit être assez curieux et motivé pour trouver lui-même les points à améliorer.

Si un séducteur perd sa motivation, alors il n’essayera plus de nouvelles choses. Il se concentrera surtout sur les proies faciles. Il restera dans les trucs de base. Il sera figé dans son apprentissage.

Donc, il faut garder l’éternel étudiant en nous. Un homme motivé qui manque d’inspiration pour savoir sur quoi travailler, peut se baser sur un tas de choses :

  • son look ;
  • son « inner game » (confiance, attitude, niveau d’énergie, etc.) ;
  • sa manière d’approcher ;
  • sa façon de parler (articulation, histoires, humour, taquinerie, etc.) ;
  • sa voix (débit, volume, portée, etc.) ;
  • son langage corporel (façon de marcher, posture, etc.) ;
  • le contact physique (toucher, embrasser, etc.) ;
  • la façon dont il mène la relation.

Certains séducteurs sont trop concentrés sur leur façade. Ils sont trop « cocky ». Et ils n’ont pas de vrais amis. Ils ont peut-être plein de prospects, mais après un certain temps leurs prospects les auront oubliés. Il est important d’avoir une vie sociale riche et sincère. Le cercle social est donc encore un éventuel point qui peut se développer.

Ensuite, un séducteur peut améliorer sa façon de faire l’amour. Il peut développer de nouveaux moyens pour déclencher de la tension sexuelle. Il peut travailler sur les préliminaires. Il peut même améliorer sa façon de se présenter aux parents… Il y a plein d’opportunités.

L’authenticité et la confiance restent les points centraux, mais celles-ci peuvent se manifester de 1001 façons.

Pour simplifier, pour qu’un séducteur avancé s’améliore davantage, il doit :

  • se poser les bonnes questions ;
  • être curieux ;
  • être responsable de son propre développement ;
  • tout en devenant plus indépendant vis-à-vis des influences et connaissances externes.

Devenir plus indépendant vis-à-vis des influences et connaissances externes ne signifie pas qu’il ne doit plus s’informer. Bien au contraire. Mais il doit développer plus d’indépendance, de liberté et de choix dans son propre développement.

La séduction ne meurt jamais

La technique de séduction préférée de Gentleman Doc

Les jeux de rôles ! Quel jeu de rôle exactement dépend du moment. C’est une question d’inspiration. Par exemple, j’agis comme si la fille était ma femme soumise. Ou quand elle dit quelque chose de drôle, de provoquant ou de bête, alors je lui dis : « Ah, tu crois ça ? Je vais devoir déchirer notre contrat de mariage. » Ou bien : « Tu sais que t’es vraiment la pire de mes maîtresses. ». Et parfois je dis même des choses comme ça hors contexte.

C’est une technique de drague efficace pour sauter des étapes et bâtir une aisance entre la fille et moi. Je vais insinuer que c’est ma femme ou quelque chose comme ça. Et je vais insinuer ça avec des filles que je ne connais que depuis 5 ou 10 minutes.

Ça vient automatiquement dans la conversation. Et on voit tout de suite qu’elle est plus à l’aise à me toucher… À être plus intime… Elle s’ouvre plus facilement… Elle rigole plus facilement…

Ça change vraiment la dynamique. Ça enlève le sérieux de la discussion, genre : « J’essaie d’apprendre à te connaître. J’essaie d’obtenir ton numéro. » C’est comme si elle assiste à un spectacle. C’est intéressant, agréable, léger et drôle.

Ça communique aussi du leadership et de la confiance. Et ça stimule l’imagination des femmes. C’est comme « l’éléphant rose ». Quand on dit « Ne pense pas à un éléphant rose. », on y pense automatiquement.

La plupart des gars qui abordent les femmes sont des relous, alors cette aisance-là peut faire la différence.

L’histoire la plus folle qui est arrivée à Gentleman Doc

Il y a 4 ans. J’avais séduit une fille (fille 1). C’était une artiste qui étudiait dans le show biz. Elle voulait devenir comédienne. Dans son CEGEP (formation pré-universitaire) elle était le leader d’un groupe de filles. Je suis sorti avec elle pendant 2 à 3 mois. Entre temps j’avais rencontré sa pire ennemie (fille 2).

Quand j’ai quitté fille 1, je suis sortie avec fille 2 (l’ennemie). Fille 2 était plus « gangsta ». Elle avait une attitude plus agressive.

Elle était aussi le leader d’un groupe de filles, toutes aussi agressives qu’elle.

La bande de fille 2 n’arrêtait pas d’aller voir la bande de fille 1 pour aller « se péter les bretelles » (se vanter).

Fille 1 était vraiment blessée par ça. Puis un jour, ça n’a plus fonctionné avec fille 2 non plus et je l’ai quittée.

Alors, fille 1 est allée « se péter les bretelles » à son tour auprès de fille 2 que je venais de quitter. Fille 2 était tellement fâchée et agressive, qu’elle est allée chercher des gars. Les 2 gangs ont commencé à se battre.

Donc, juste d’avoir laissé 2 filles a fait qu’une trentaine de personnes ont fait une bataille générale !

La fille du groupe qui s’est fait tabasser le plus m’a appelé pour me dire que c’était trop dangereux de me connaitre. Et qu’elle préférait oublier tout ce qui s’est passé entre nous.

Ça m’a toujours fait rire. Mais en fait ce n’est pas drôle et je n’en suis pas fier.

La séduction ne meurt jamais

À propos de l’auteur : Je m’appelle Konsti. Je suis psychologue, le fondateur de CoachDrague et l’auteur des guides Plus jamais seul ! et Tu la veux, tu l’auras. Je suis passionné par l’analyse profonde des interactions homme-femme, le polyamour, l’hypnose et la sexualité. Mon style de drague est direct et sincère.

  • jlaw dit :

    Très bon interview et excellent travail à vous deux, vraiment !!! : -)

    P.S. Etant un grand fan du québec et de l’accent québecois, mention « très bien » pour GentlemanDoc juste pour cette mélodie :-)

  • Laurent dit :

    Merci, très instructive cette interview. Au plaisir de lire tes newsletters.

  • Red dit :

    Salut Konsti!

    C’est toujours réjouissant que tu fasses des trucs pour améliorer, contribuer à l’expérience de vie des gens!

    J’ai trouvé cette interview un peu longue mais il y avait des choses très intéressantes comme « la visualisation » comme toi je me suis imaginé avec les 4 nanas (mais pas le vin, pas d’alcool lol), j’ai ressenti des émotions vraiment cool, je vais tester ça, ça a l’air vraiment lourd !!!

    Comme le disait Gentlemen Doc, quand il disait qu’il fallait que l’approche soit inspirée du CONTEXTE, de la SITUATION.. En réalité si t’as envie de séduire une fille tu vas pas te CASSER LES COUILLES à réfléchir! Tu laisses couler tu vois ce que je veux dire! C’est une vraie perte de temps de commencer à réfléchir à ce qu’on doit dire, si ça va plaire ou pas, ON S’EN FOUT EN FAIT!!!

    Je trouve que c’est ça qui fait qu’on CONSTRUIT sa PERSONNALITÉ de manière OPTIMALE, et j’en suis convaincu!

    Et le fait que vous ayez parlé du fait d’admettre qu’on est toujours entrain d’apprendre est pour moi le point clé, ça doit faire partit de l’état d’esprit d’un soldat de la vie (le séducteur) :D !

    Le seul truc que j’aime pas vraiment au final, dans l’entièreté de l’itw, c’est le fait de vouloir vendre un produit, même sans le dire explicitement, je pense qu’on a pas besoin de débourser des sommes de fous pour être génial.

    Mais assez paradoxalement si je dois vraiment conseiller un ebook à se procurer c’est « Plus Jamais Seul », ça m’a vraiment débloqué, et ça m’a poussé à exprimer le Redouan que je suis au plus profond de moi ! On a tous une personne géniale en nous et il est possible de l’exploiter en ce lisant le ebook.

    Penser par soi-même c’est plus réjouissant, que de se dire tel ou tel connard de coach a dit que je devais faire ça ou ça, c’est FAUX et ça tue votre vrai PERSONNALITÉ!

    Merci Konsti et j’ai vraiment quelque chose à te proposer, une autre surprise pour les lecteurs de CDB!

    Salam à toutes et à tous et surtout bon apprentissage et succès !!!

    • Konsti dit :

      Salut, Red. Comment va, l’ami ? ;-)

      Comme le disait Gentlemen Doc, quand il disait qu’il fallait que l’approche soit inspirée du CONTEXTE, de la SITUATION.. En réalité si t’as envie de séduire une fille tu vas pas te CASSER LES COUILLES à réfléchir! Tu laisses couler tu vois ce que je veux dire! C’est une vraie perte de temps de commencer à réfléchir à ce qu’on doit dire, si ça va plaire ou pas, ON S’EN FOUT EN FAIT!!!

      C’est exactement ça. T’as tout compris !

      Et le fait que vous ayez parlé du fait d’admettre qu’on est toujours entrain d’apprendre est pour moi le point clé, ça doit faire partit de l’état d’esprit d’un soldat de la vie (le séducteur) :D !

      Eh oui ! Le fait d’avoir un blog sur la drague ne veut pas dire que je n’ai plus rien à apprendre. Bien au contraire.

      Je continue à me développer activement et consciemment tous les jours. En lisant, en écoutant, en regardant, en analysant, en discutant, en pratiquant, etc.

      Et plus j’apprends, plus je me rends compte à quel point je suis ignorant.

      Pour moi l’apprentissage permanent est un besoin, voire une nécessité et surtout… un grand plaisir. Et je ne parle pas que de l’apprentissage de la séduction, mais de l’apprentissage en général : comment apprendre à draguer, comment développer un site, comment apprendre une langue étrangère, comment apprendre à bien s’habiller, comment gérer ses finances, comment entretenir une relation, comment être plus heureux, comment baiser plus avec moins d’efforts, etc. :-)

      Le seul truc que j’aime pas vraiment au final, dans l’entièreté de l’itw, c’est le fait de vouloir vendre un produit, même sans le dire explicitement, je pense qu’on a pas besoin de débourser des sommes de fous pour être génial.

      L’interview dure 1h40 minutes. Quand est-ce qu’on présente le livre de Gentleman Doc ? Les 10 dernière minutes. Donc, 90 minutes de contenu gratuit et 10 minutes de promo. Bref, l’interview c’est 90% de contenu gratos.

      Tu sais pourquoi je fais ça ? Tu sais pourquoi je fais de la promo ?

      Premièrement, car CoachDrague est MON SEUL gagne-pain ! Pour pouvoir te fournir ce contenu de qualité gratuitement, ça me coûte en moyenne 30 heures par interview (faire l’interview, la faire transcrire, corriger et éditer la transcription, créer la version e-book, publication sur le blog, etc.)

      Et deuxièmement, pour donner un coup de pouce aux mecs qui acceptent de faire ces interviews. Car Gentleman Doc et les autres font ces interviews GRATUITEMENT ! Et si ces mecs acceptent de partager leurs connaissances avec nous gratuitement, alors donner un coup de pouce à leurs gagne-pains est la moindre des choses.

      Tu le dis toi-même :

      Mais assez paradoxalement si je dois vraiment conseiller un ebook à se procurer c’est “Plus Jamais Seul”

      Tu ne m’as jamais dit : « Konsti, salopard. Pourquoi est-ce que tu me fais payer pour ton e-book ? »

      Tandis que maintenant on te propose du contenu de qualité gratuit dans lequel on fait 10% de promo et là tu te dis : « Bwa, ça ne me plaît pas vraiment cette promo… »

      Que préfères-tu ? Que je demande 19€ par interview sans promo dans l’interview ou bien que je te propose l’interview gratuitement, mais que j’y inclus 10% de promo ?

      Mais assez paradoxalement si je dois vraiment conseiller un ebook à se procurer c’est “Plus Jamais Seul”, ça m’a vraiment débloqué, et ça m’a poussé à exprimer le Redouan que je suis au plus profond de moi ! On a tous une personne géniale en nous et il est possible de l’exploiter en ce lisant le ebook.

      Super sympa ! Merci pour cette pub, Red. Vraiment ! Ça me fait chaud au coeur. :-)

      Merci Konsti et j’ai vraiment quelque chose à te proposer, une autre surprise pour les lecteurs de CDB!

      Telle me ! Telle me ! Je suis curieux. :-) Et un grand merci d’avance.

  • jean yves dit :

    Merci pour cette interview très intéressante. En fait si on va vers les femmes avec qui on se sent bien et où il y a un vrai feeling, la séduction est naturelle. Il faut accepter qu’on ne peut pas plaire à toutes et on est pas obligé de toujours séduire. Plus on est soi même et spontané, sans calcul, plus on attire les vraies affinités. Comme dit un proverbe, « Ne cherchant à plaire à personne, on plaît à tout le monde. »

    jy

  • david dit :

    Bonjour.

    Merci pour vos aides et tout le travail fait. Car il est vrai que cela demande du temps et donc je vous en remercie.

    Par contre en suivant vos conseils sur les techniques , je suis tombé sous le charme d’une demoiselle et je suis arrivé assez rapidement à la séduire.

    Jusqu’ici tout va bien, mais je ressens par moment comme un manque d’intérêt. Comme si elle ressentait que je n’étais pas un si grand séducteur que cela , que ma vie ne semble pas si mouvementée que cela. Tout en sachant que je n’ai jamais menti sur mon passé. J’ai toujours été honnête avec elle.

    Je ne sais pas s’il faut que je fasse ce qu’elle veut en gros voir, c’est a dire un séducteur (J’ai peur au contraire de mettre en avant un certain manque d’intérêt pour elle.)

    • Konsti dit :

      Salut David. Je ne comprends pas très bien ta question… De quel intérêt parles-tu ? De ton intérêt pour elle ? Ou de son intérêt pour toi ?

      En revanche…

      Je ne sais pas s’il faut que je fasse ce qu’elle veut en gros voir, c’est a dire un séducteur.

      Contente-toi de te dévoiler. Donne-lui l’occasion d’apprendre à te connaître.

      • david dit :

        Merci pour ta réponse rapide, Konsti.

        Je parle de son manque d’intérêt d’elle pour moi! je vois dans cette interview la technique « casser » pour raviver son attention et sa validation.

        Mais le problème c’est que vous ne le conseillez qu’a des « experts » de la drague car pour moi débutant je pense ne pas être à la hauteur.

        Et pourquoi cette technique me semble bien ? Car l’histoire devient de plus en plus compliquée. Son ex (11 ans) alors qu’il est en pleine déprime, seul et sans famille, devient de plus en plus présent et cela dans mon dos. Je suis mis au courant après.

        C’est elle qui le contacte pour le sortir de cette solitude et selon elle c’est non intéressé par une reprise de l’histoire, mais simplement une main tendue pour l’aider a reprendre le gout de se bouger.

        Dernièrement alors qu’ils vont voir des psychologues chacun de leur coté il devront y aller prochainement ensemble pour « clarifier » la situation.

        Lui faire confiance, (elle a un coté samaritain) ou bien casser pour peut-être mieux repartir ?

        Merci Konsti pour ton travail et pour l’attention portée au commentaire.

        • Red dit :

          Salut David

          Tu m’as l’air vraiment très jeune et maintenant que je vois que tu mentionnes que « son ex » a 11ans, alors là tu sais j’suis un peu choqué..

          Je vais te dire pourquoi! Tu dois avoir quel age ? Disons 13?14? Je suis fort étonné qu’a cette age on donne autant d’importance aux filles..

          C’est un vrai soucis d’en faire le centre du monde, je pense que se concentré sur ton parcours scolaire serait plus intéressant pour toi, je sais que tu vas dire qu’est-ce qui me raconte ce mec, moi je veux cette fille..

          On s’en rend pas compte mais ce sont des hormones à mon avis qui te joue des tours, la crise d’adolescence et je sais comme ça doit être dur pour toi, de laisser tomber cette gamine! :)

          Je sais pas ce que Konsti pense de ça, mais si j’étais ton grand frère et que tu me disais ça, je te dirais simplement te prends pas la tête avec les filles en étant aussi jeune, amuse-toi avec autre chose, deviens un génie du foot, du tennis, met-toi des défis, deviens le premier de classe, ou encore essayer de maitriser les bases du solfège (qui a dit hit-maker?).

          Si je me prenais la tête comme ça ton âge, je pense que j’serais pas là ou j’en suis…

          Pour résumé le filles ne sont que la dernière option et crois ce n’est pas du jour au lendemain qu’on pense comme ça!

          Aller David j’espère que tu m’en veux pas!

          Salut!

          • Konsti dit :

            :-D Red, tu m’as fait rire. 13 ou 14 ans ? Je crois qu’il est un peu plus vieux que ça.

            Son ex (11 ans) alors qu’il est en pleine déprime, seul et sans famille, devient de plus en plus présent et cela dans mon dos.

            T’as déjà vu un mec de 11 ans seul et sans famille en déprime ? Oui, il y en a des millions. Mais dans notre société occidentale c’est quand même assez rare.

            Dernièrement alors qu’ils vont voir des psychologues chacun de leur coté il devront y aller prochainement ensemble pour “clarifier” la situation.

            T’as déjà vu un mec de 11 ans déprimé et sans famille aller chez un psychologue avec son ex-copine ?

            Bref, je crois qu’ils sont plus âgés que ça. :-)

            En tout cas merci pour ton intervention, Red.

        • Konsti dit :

          Rebonjour, David. :-)

          Aha, ok. Je vois. J’ai cru comprendre qu’il s’agissait de ton intérêt pour elle. C’est donc l’inverse : son intérêt pour toi. Ou plutôt, son manque d’intérêt.

          je vois dans cette interview la technique “casser” pour raviver son attention et sa validation.

          De nouveau, tu ne dois surtout PAS « casser » avec elle pour raviver son attention et sa validation. Bref, « casser » n’est PAS une technique.

          Le but de « casser » est de te libérer et détacher émotionnellement. Bref, d’arrêter la frustration et la souffrance. Donc, tu ne le fais PAS pour obtenir quoi que ce soit de sa part. Tu ne le fais PAS pour influencer son comportement.

          Tu le fais UNIQUEMENT pour toi. Sinon, c’est juste un autre investissement qui ne fera que renforcer ton attachement, ton désir et ta frustration.

          c’est que vous ne le conseillez qu’a des “experts” de la drague

          Non, pas du tout. Je crois que tu as mal compris.

          car pour moi débutant je pense ne pas être à la hauteur.

          Je répète : le but de « casser » est justement de te libérer de la souffrance et la frustration.

          Tu es trop attaché à ce qu’elle pense de toi. Tu es encore trop dépendant du résultat.

          Tu veux lui plaire et tu as peur de foirer. Résultat ? Tu deviens trop prudent et tu te demandes…

          s’il faut que je fasse ce qu’elle veut en gros voir, c’est a dire un séducteur

          Et une telle attitude est tout sauf séduisante !

          C’est ça le problème !

          Son ex (11 ans) alors qu’il est en pleine déprime, seul et sans famille, devient de plus en plus présent et cela dans mon dos. Je suis mis au courant après.

          Tu es mis au courant après… Et alors ? Elle n’a pas de comptes à te rendre.

          Le mec est en déprime… Seul et sans famille… Il devient de plus en plus présent… Et cela derrière ton dos…

          Et toi, que fais-tu ?

          Tu te sens menacé !

          David, t’as besoin d’être secoué.

          Je répète : le mec est en déprime, seul et sans famille ! Elle veut l’aider…

          Et toi ?

          Toi, tu devrais LA SOUTENIR DANS SA DÉMARCHE ! Ou au moins, lui laisser la liberté de l’aider.

          Bref, ou bien tu la soutiens ou bien tu lui/leur donne l’espace dont ils ont besoin.

          Tu as mis 11 entre parenthèses. Je suppose qu’ils ont eu une relation de 11 ans. Si c’est le cas, alors il est normal qu’elle veuille l’aider.

          Avec ton attitude actuelle tu deviens un poids supplémentaire.

          C’est elle qui le contacte pour le sortir de cette solitude et selon elle c’est non intéressé par une reprise de l’histoire, mais simplement une main tendue pour l’aider a reprendre le gout de se bouger.

          Oui, et je peux très bien la comprendre.

          Lui faire confiance, (elle a un coté samaritain) ou bien casser pour peut-être mieux repartir ?

          Pourquoi est-ce que tu ne lui ferais pas confiance ? Et je ne vois pas non plus pourquoi tu devrais « casser » avec elle.

          Non, j’ai une meilleure solution. Beaucoup plus simple, plus efficace, plus constructive et plus humaine.

          Tu lui demandes :

          Je sais que la situation avec ton ex n’est pas facile. Et c’est pour ça que j’ai une chose à te demander. Est-ce que tu veux que je te soutienne ou est-ce que tu préfères que je te donne plus d’espace pour pouvoir mieux l’aider ? Autrement dit, comment puis-je vous aider ? En participant ou en m’abstenant ?

          Et ensuite, tu respectes sa décision.

          Attention ! Je dois préciser quelques trucs :

          • ce n’est pas une technique ;
          • tu ne le fais pas pour lui plaire, la séduire ou quoi que ce soit ;
          • tu le fais de manière inconditionnelle ;
          • en gardant ton indépendance.

          Allez, courage. :-)

          • david dit :

            Bonjour Konsti,

            et merci !!

            J’appliquerai les conseils de ton dernier paragraphe.

            Je sais que la situation avec ton ex n’est pas facile. Et c’est pour ça que j’ai une chose à te demander. Est-ce que tu veux que je te soutienne ou est-ce que tu préfères que je te donne plus d’espace pour pouvoir mieux l’aider ? Autrement dit, comment puis-je vous aider ? En participant ou en m’abstenant ?

            Merci encore de l’attention portée à mon message et si cela devient compliqué, que l’histoire se finit (ce que je n’espère pas), alors je viendrai vers toi pour apprendre à séduire.

            Cordialement,

            David

  • Gims dit :

    Bonjour à tous !

    J’ai 18 ans, j’habite Bruxelles, et je suis à la recherche de copilotes – coéquipiers – wingman – … pour sortir ensemble, à Bruxelles, pour lever des filles

    Cela fait un an que je sors régulièrement pour lever des filles, j’ai donc un assez bon niveau.

    Alors, qui est chaud ??

    • Red dit :

      Aahah lever des filles, tu crois que c’est que des trous lol, je suis plus partant pour séduire et plus si affinité, j’fais pas l’amour à toutes les filles!

      Mec envoie ton facebook ou twitter sur profil face : Redouan Privado.

      Aller on se tchek là-bas ! ;)

    • Konsti dit :

      Jette un coup d’oeil au Brussels Lair South.

      Tu y trouveras plein de wings pour lever des filles. Lever des filles… :-D :-D :-D :-D

  • pascal dit :

    Bonjour, et merci (sic) pour l’article…mais …la séduction ne vaut la peine d’être travaillé si le but est de rester toute sa vie avec une femme (je parle en tant qu’homme), mais si le but est seulement de coucher une fois ou deux avec une femme, alors la séduction devient une perte de temps…pas besoin de tous ces chichis…que la femme dise tout de suite oui ou non, et si c’est oui, on y va, si c’est non, on passe à une autre femme… mais, et donc la vraie séduction est durable dans le temps et amène à former un couple… Pour réussir à coucher rapidement avec une fille il suffit qu’elle le veuille…si elle ratélise les hommes, c’est qu’elle est une ratélisienne . cqfd

  • Anonymous dit :

    Salut Konsti,Salut Doc,

    Merci pour cette interview très intéressante.

    J’ai également beaucoup apprécié tes interventions Konsti.

    J’ai remarqué que Doc pensait aussi qu’il ne fallait pas se fier aux signes d’intérêt.

    Bref,tout ça n’est pas facile quand même.Je me demande si certains mecs n’ont pas plus de facilités que d’autres dans la drague.

    Il y a 2 jours,je vais trainer sur facebook,je retrouve une meuf avec qui j’ai été au lycée il y a 10 ans, elle était pas dans ma classe, mais je la voyais de temps en temps. Je discute un peu avec la meuf, apparemment, le courant passe bien.

    Au bout d’un moment,je dis que je dois partir et je lui propose de continuer la discussion une autre fois en prenant un verre.La meuf semble d’accord.J’avais envie de lui demander son téléphone, mais je me suis dis que c’était peut-être trop tôt .

    2 jours après, j’envoie un message à la meuf via facebook et je lui propose de prendre un verre demain.

    La meuf a trouvé des excuses, style qu’elle passait un concours, les cadeaux de noël,etc,et donc que ce serait pas possible. J’ai retenu la phrase qui dit ‘qu’une meuf qui est intéressé trouve toujours un moment ».

    Alors,j’ai dit « ok, bonne révision,à un de ses jours » et j’ai l’intention de couper les ponts, d’ailleurs je vais dégager de facebook.

    Pourtant,la meuf a 30 ans et est soit disant célibataire.

    Voilà,je sais pas ce que j’aurais dû faire, peut-être demander son numéro et fixer un rdv la première fois que je l’avais recontactée sur facebook.

    Donne moi ton avis la dessus Konsti s’il te plaît et ce que tu aurais fait à ma place.

    A + et merci.

  • David. dit :

    Salut Konsti. Tes envois d’information sont toujours intéressants pour moi car ils me gardent motivé. Le « Fais-toi larguer » pour apprendre le détachement est tellement vrai.

    Moi non plus ça ne me fait plus rien de me prendre un rateau.

    A plus et bon courage ! David.

  • Papa dit :

    Merci c’est vraiment génial

  • >