≡ Menu

Une technique de séduction en 2 étapes pour embrasser une fille en moins d’une minute

Dans cet article tu découvriras une de mes routines favorites pour fastcloser en soirée. Dans la rue, entre les bars et les boîtes, ou dans les bars et les boîtes directement.

Au fil de mes sorties, j’ai voulu trouver un moyen d’aller plus directement droit au but. Pour embrasser plus de filles sur une même soirée.

Sans perdre mon temps. Sans devoir discuter plusieurs minutes si la demoiselle n’est pas intéressée car en couple (ou mariée) et très fidèle ou trop coincée.

Je ne prends plus le risque de discuter une demi-heure avec la même fille alors qu’elle pourrait me rejeter au bout du compte. Il y en a des dizaines d’autres qui m’attendent!

De toute façon, en nightgame, contrairement à la drague de jour, les choses doivent être rapides.

« Es-tu du genre spontané ? »

Je crois que je suis tombé sur cette phrase dans une vidéo d’un youtuber (prankster) américain quelconque. J’aime regarder ces vidéos. Souvent je ressors leurs phrases bidons (« pick-up lines » ou autres) en soirée.

Ces vidéos de « pranks » (blagues en caméra cachée) me donnent beaucoup d’inspiration pour mon game. (Mes romans préférés aussi : il y a souvent de bonnes phrases fun à dire aux filles dans un contexte de sortie alcoolisée.)

J’ai donc piqué cette phrase à un prankster sur YouTube. Et j’en ai fait une routine de séduction.

Cette technique fonctionne pour moi 3 fois sur 5.

Ça marche bien quand les filles sont un peu saoûles. Ou en tout cas dans un bon mood, dans l’ambiance de la soirée.

Celles qui tirent la tronche seront bien moins réceptives…

Voici la technique de séduction…

J’aborde une fille — qui est dans son groupe d’amis généralement — et je sors la première chose qui me vient à l’esprit.

Par exemple : « Hello. Moi, c’est Hippolyte. Et toi ? »

Tout de manière confiante, en lui tapant dans la main ou en lui serrant la main. Elle va alors me donner son prénom.

À ce moment-là, si elle affiche un sourire qui en dit long, j’y vais directement.

Sinon, je continue encore avec quelques phrases : « Tu es étudiante ? Qu’est-ce que tu fêtes ce soir ? Blabla… »

C’est à ce moment-là qu’il est temps de tenter le tout pour le tout* : « Dis-moi, Christelle… Es-tu du genre spontané ? »

Deux réponses possibles à cela.  Je n’ai jamais rien eu d’autre.

  • « Oui, bien sûr ! »
  • « Euuh, ça dépend… Pourquoi ? »

La première réponse est de très bonne augure.

Soit tu l’embrasses directement. En souriant. Pas en mode psycho/pervers.

Soit tu lui dis « Alors laisse-moi t’embrasser », juste avant de le faire. Tu prends son visage d’une main ou tu approches son corps du tien.

La deuxième réponse est moins bonne. Elle se doute généralement de ce que tu vas faire. Mais le fonctionnement est le même.

Réponds-lui : « Parce que je vais t’embrasser, là, maintenant. »

Et tu t’approches pour l’embrasser.

Si elle tourne la tête…

Si elle tourne la tête — ce qui arrivera 2 fois sur 3 pour la deuxième réponse, moins souvent pour la première — rigoles-en : « Come on, t’es pas super ouverte d’esprit, Christelle. T’avais l’air plus fun de prime abord. Allez viens… »

Continue en lui faisant de petits baisers sur la joue.

À ce moment, ça continue parfois en petite discussion : « Je ne te plais pas c’est ça ? Dis-moi… Qui dans cet endroit est mieux que moi? Tu n’auras peut-être plus jamais l’occasion de me recroiser. Réfléchis-y, Chris. »

Le baratin du séducteur, quoi…

Ce que tu lui dis est sympa et la met en valeur. Mais tu te fous d’elle à la fois.

Soit elle sera un peu rassurée et se laissera finalement faire, soit elle continuera de refuser catégoriquement.

Elle ne sait pas ce qu’elle rate, fais-le lui savoir : « Tant pis pour toi, ma petite Chris. J’y vais, bye. » Dis ça sur un ton taquin et accompagné d’un large sourire. De cette façon, tu as toujours le dessus malgré ce « râteau ».

Personnellement, je ne considère pas ces refus comme des râteaux. Je me dis juste que ces filles ont raté quelque chose.

Une fois la fille embrassée longuement — ne te contente pas d’un petit bisou, sinon elle t’oubliera — propose-lui d’aller chez toi, si tu habites dans le coin.

Sinon prends son numéro : « Je t’envoie un message dans quelques jours. Nous irons prendre un verre. N’oublie pas. » ;-)

Embrasse-la une dernière fois avant de continuer à faire la fête avec tes amis : « À bientôt, Christelle. Surveille ton téléphone. »

Rien qu’avec cette petite technique de séduction toute bête, tu devrais déjà pouvoir…

Embrasser 1, 5, 10 ou 15 filles en une seule soirée !

Cette petite routine, je l’ai réalisée un bon nombre de fois. Et j’ai embrassé plusieurs dizaines de filles de cette manière.

J’ai parfois eu des soirées où je n’ai embrassé aucune fille de cette façon. Parfois j’en embrassais 5 ou plus avec cette même routine.

Il faut donc tomber sur des filles fun et ouvertes et se montrer soi-même fun et ouvert. Si tu réalises cette routine de façon coincée, ça ne fonctionnera pas.

Le tout est de le faire avec confiance et de jouer sur le fait que si la fille ne t’embrasse pas, alors que l’ambiance de la soirée est super fun, cela fait d’elle une rabat-joie.

Généralement elle sera même poussée par ses copines…

L’effet de surprise

Pour que cette technique soit efficace, l’effet de surprise est important. La question « Es-tu spontanée ? » doit être posée innocemment.

Quand je lance cette question en souriant d’une façon qui trahit mes intentions, avec mon regard dans son regard, cela marche moins bien.

Concrètement, pose la question en regardant un peu ailleurs : « Hmm, Christelle… T’es du genre spontané ? »

Elle va logiquement te répondre « Oui, pourquoi? » ou une réponse similaire. C’est alors que tu souris et que tu t’approches pour l’embrasser.

J’insiste sur cet effet de surprise. Car j’ai remarqué que cela changeait pas mal la donne lors des mes différentes tentatives.

J’ai pas mal d’autres routines dans ce genre, pour fastcloser en soirée. Si ça te plaît, dis-le-moi dans les commentaires et j’en posterai d’autres.

À bientôt et…

Bon amusement !

;-)

* Le tout pour le tout est une stratégie pour éviter de perdre ton temps. Une fois que la discussion se tasse avec une fille, ou que tu t’ennuies avec une fille ou un groupe de filles, il est temps de tenter de l’embrasser (ou de prendre son numéro). Tu n’as de toutes façons rien à perdre. C’est beaucoup plus rentable que de laisser s’éterniser la discussion et de perdre toute sa soirée (ou sa journée) à s’ennuyer sans finir par conclure.

À propos de l’auteur : Hippolyte est un gros dragueur. Il est passionné par le sport, la musique, mais surtout… par les femmes et la drague. Collectionnant les conquêtes depuis ses 13 ans, une rupture difficile à l’âge de 18 ans le poussa à développer son jeu de séduction à un niveau extrême.

  • Flaw dit :

    Très d’accord avec toi Hyppo.

    Perso pendant une soirée, j’ai abordé une fille et j’ai pris son numéro mais sans l’embrasser. Pendant le 2ème rendez-vous, la fameuse friend zone.

    Peut-être que je m’y suis mal pris pendant le 2ème rendez vous mais je ne pense pas. J’ai surtout manqué de spontanéité et d’audace lors de notre rencontre en boîte à mon avis et pas assez de tension sexuel créée.

    Après c’est vrai que pendant ce 2ème rendez-vous, je n’ai probablement pas créé assez de tension sexuelle également. Mais au moins lors de notre rencontre j’aurais été fixé et n’aurais pas perdu de temps, d’argent dans cette relation et m’éclater avec d’autres filles en boîte le 1er soir…

  • Chris dit :

    Salut Hyppolite,

    Merci pour cette petite routine que j’essayerai à l’occasion… c’est bien pensé !
    Oui, j’ai particulièrement aimé cet article qui sent le vécu et la sincérité et qui en plus donne un excellent conseil facilement applicable.
    Enfin, je dis facile mais ça reste de la séduction de haute voltige. Tout le monde n’a pas les couilles de faire de telles choses. C’est pourquoi je suis admiratif des kamikazes comme toi qui essaient avant tout le monde !

    Bravo.

    Bonne journée.

    Chris

  • kotoh dit :

    Ah oui je suis du genre directe allé droit au but comme Hippolyte mon seul problème est de ne pas pouvoir dragué à distance, j’en ai embrassé deux ou trois fille en boite de nuit la même soiréé, mais j’ai juste une seule question pour Hippolyte est ce qu’il s’est fait gifler une fois par une de ses fille qu’il a embrassé ou tenté d’embrassé.
    Merci guys

    • Hippolyte dit :

      Giflé plusieurs fois oui et je me suis pris trois fois une bière dans la figure… Sans compter les agressions des amis, ça fait partie du jeu.

      Ça arrive, ce n’est pas bien grave en soi.

      Le but n’est cependant pas que la fille se sente agressée, il faut qu’il y ai de la légèreté et qu’on montre bien qu’on est quelqu’un d’un peu intelligent et respectueux. C’est là que l’audace de la technique sera efficace.

      Si la fille se sent agressée, le mieux est de montrer que l’on s’en fout et de s’étonner de son manque de fun.

      A toute,

      Hippo

  • Marx dit :

    Bonne routine Hyppo !

    J’ai une question pour toi et Konsti :

    Si j’ai bien compris il y’a une subtilité a maîtriser lors de l’abordage, c’est le détachement ou le « je t’aborde mais en fait j’en ai rien a foutre ». Ce qui se traduirait si je te suis, par le fait de lui parler en regardant ailleurs souvent et finalement avec un ton super calme (comme si tu t’ennuyais ??).

    Je demande parce que moi naturellement quand j’aborde j’ai plutôt tendance a fixer intensément la fille, regard assez sexuel (un peu ce que Konsti décrit dans une technique non verbale que avec le regard) histoire de lui faire comprendre et communiquer ce que je veux. Et le ton de parole confiant mais avec de l’énergie histoire de l’accrocher. Le bilan c’est que ça marche plutôt bien mais évidemment avec son lot d’échecs également.

    Maintenant avec ce que tu avances la c’est vrai ça me fait douter et j’irais bien tester la technique détachée mais évidemment avec la crainte de manquer l’accroche par mollesse ou manque d’énergie surtout en soirée et que la fille se barre alors que je regarde ailleurs.

    J’espère que vous voyez ce que je veux dire.
    Alors les gars, de votre expérience, est ce que vous pouvez m’éclairer sur cette distinction avec avantages/inconvénients par plus de détails de terrain ?

    Marx

    • Hippolyte dit :

      Salut Marx et merci pour ton commentaire !

      Il y a de ça encore quelque temps je pensais qu’il était très important d’avoir beaucoup d’énergie lorsque l’on sort draguer…

      Tous les coachs sont même là pour le confirmer et on voit le grand niveau d’énergie que veulent atteindre les ‘gamers’ lorsqu’ils sortent.

      Cependant, avec les mois et les années qui passent, toutes ces filles que je baise et avec toutes les sorties que je fais, je n’ai plus vraiment d’énergie en sortant draguer.

      Surtout qu’aujourd’hui, comme certain le savent, c’est plus une addiction qu’une passion.

      Donc je vais souvent aborder en trainant les pieds… Tu vois le tableau ?

      J’ai juste assez d’énergie pour sourire un peu et c’est le principal.

      Car en effet, et c’est surprenant, être plein d’énergie n’est pas nécessaire, voire néfaste si cette énergie est forcée.

      Cette énergie forcée des gamers est d’ailleurs un défaut que j’ai remarqué souvent. Ils s’efforcent de sourire à fond, parler fort, faire de grands gestes, taquiner, faire des blagues, etc.

      Ce qui ne va pas là-dedans c’est que ça rend extrêmement « needy » alors que c’est censé faire l’inverse…

      Pourquoi un mec qui a confiance en lui, qui n’a besoin de rien et qui a déjà un tas de copine s’investirait autant dans une conversation avec des filles en boîte ?

      C’est sûr qu’en étant totalement déprimé et mou, on ne va pas loin.

      De plus, les soirs où je saute partout tellement j’ai la pêche, je close beaucoup plus de filles.

      Mais il ne faut pas se forcer pour avoir l’air d’être dans cet état, comme beaucoup le font.

      Il faut d’avantage travailler son détachement, son air assuré, cet air nonchalant dont je parle souvent, et respecter son état d’esprit du moment.

      Mou ou énergique, peu importe, le tout est d’être à la fois audacieux et détaché.

      Si je devais donner un exemple connu de ce type de langage du corps, c’est celui de Brad Pitt dans Fight Club.

      Exemple concret : une fille dans un groupe de 3 personnes sur la terrasse d’une boîte.

      J’arrive doucement, sans énergie, je tends ma main à la fille que je veux en regardant autre part.

      Si elle ne me sert pas la main je tourne mon regard vers elle de façon un peu interrogateur.

      Elle va donc le faire.

      « Hippolyte. Toi ? ».

      « Euh, Camille, pourquoi ? On se connait ? ». Ses amis se marrent, elle est gênée. Moi j’ai juste l’air de savoir ce que je fais.

      « J’en sais rien. Je trouvais juste que t’avais l’air… Je sais pas, intéressante ».

      « Merci… ». Elle essaie de montrer que je passe pour un con mais il se passe quelque chose entre nous.

      Maintenant je vais closer en prenant une « technique » quelconque.

      Ça pourrait être la technique de la spontanéité ou autre chose.

      « Ecoute, euh… Camille, c’est ça ? ». Sourire.

      « Ouai… »

      « Tu te rappelles de mon prénom toi ?? :-) ». Je commence à l’éloigner de son groupe en même temps que je lui parle.

      « Hippolyte ! :D »

      « T’es super… Tu sais ce qui serait parfait, là maintenant, Camille ? »

      « Non… »

      Elle a à peine le temps de répondre. « Ce serait qu’on s’embrasse… ». Et je m’approche de ses lèvres en prononçant cette phrase.

      Tout ce que je dis est bateau et ça n’a peut-être même pas de sens.

      Mais je suis détaché (donc mystérieux ?) et j’ai confiance en ce que je dis et ce que je fais.

      « Regarder ailleurs », c’est une image. Je ne regarde pas forcément ailleurs en permanence (et heureusement).

      A un moment de la conversation décrite ci-dessus, il y a eu ce « regard intense et sexuel », ponctué d’un sourire sincère.

      Au moment où je dis « tu te rappelles de mon prénom toi ??? ». Ceci jusqu’au close ou bien jusqu’à ce qu’elle se détache de moi.

      Joue donc avec les deux.

      Concrètement :
      Abordage : nonchalance.
      Attention de la fille captée : regard intense.
      Désintérêt de la fille : nonchalance.

      On revient au principe du push & pull que j’explique dans mon article précédent.

      Quand je m’imagine draguer, je me vois regarder ailleurs, cherchant un ami ou autre chose du regard, tandis que la fille tente de me cerner.

      J’espère que c’est suffisamment clair :-)

      A bientôt,

      Hippo

  • Emanuel dit :

    Yo, ça m’interesserai d’avoir d’autres routines de ce genre pour fastcloser en soirée :-)

  • LoG dit :

    Cool cette routine, je teste ça dans la semaine. J’attends les suivantes avec impatience !

  • francois dit :

    Ouais ok, ce genre de techniques fonctionnent peut-être avec des gamines insouciantes et naîves un peu alcolisées mais fonctionnent elles lorsque l’on à plus de 30 ans avec des fille un peu équilibrées dans la tranche d’âge 25- 30 ans ?

    • christian dit :

      @francois

      Experience personnelle, samedi (hier) devant un bar deux heure et demie du matin, une petite brune, la trentaine, des yeux gris bleus magnifiques …

      elle: « t’as du feu »

      moi (en lui tendant la main pour la saluer) : »bonjour, christian, enchanté. Tu t’appelles ? »

      elle: « caroline »

      moi: « oui caroline j’ai du feu mais pas sur moi … dans ma voiture la bas »

      Je lui montre ma voiture garée de l’autre coté de la rue. Je la prend par la taille pour l’inciter à bouger et pendant qu’on traverse la rue je repense à la technique d’Hyppolite …

      Je prends le feu dans la voiture, le vent n’arrête pas d’éteindre la flamme, j’en profite pour la faire s’adosser contre la portière, la clope s’allume enfin on parle un peu …. je range le briquet dans la boite à gants et lui lance en même temps : « caroline tu m’as l’air d’une fille spontanée ? »

      elle : « oui, pourquoi ? »

      moi (je ferme tranquillement la voiture, et viens me coller contre elle) : « parce-que je vais t’embrasser ». Je pose une main sur sa taille, prends sa nuque de l’autre et l’embrasse.

      Donc oui ça peut marcher avec les filles de 30ans et pour info j’en ai 48. Je me souviens quand j’ai lu le post d’Hyppolite, je me suis dis ce mec est trop fort mais des trucs comme ça c’est juste pas pour moi, j’aurais jamais assez de couilles, de confiance pour le faire.

      En y réfléchissant la question n’est pas de savoir si ce truc marche mais de savoir si tu (on) es capable de le faire marcher.

      Pour illustrer encore, un peu plus tôt dans la soirée j’aborde une fille superbe, 1m75 type méditerranéen. Elle est tellement magnifique que je flippe à mort, je n’arrive pas à dominer l’interaction et même si ça passe pour discuter, tenter ce truc aurait été suicidaire.

      Donc tu veux savoir si ça marche pour toi ? Alors essaye tu verras. Si ça marche pas dis toi que t’as pas su le faire marché et trouve comment le faire marcher. Puis essaye de nouveau, jusqu’à trouver comment le faire marcher. Ou alors laisse tomber et fais un truc qui te ressemble plus !

      @Hyppolite

      Génial ! Merci mille fois et si t’as d’autres techniques du même calibre à partager, n’hésites surtout pas !

  • Erick dit :

    J’adore mon gars, j’attends les suivants avec impatience

  • ATOM dit :

    Salut Hippolyte,
    Je voulais savoir quels sont les points fondamentales que l’on doit appliquer pendant la séduction.
    Merci ! PS: ce blog est super :)

  • >