≡ Menu

Technique de drague exceptionnelle : Le Marieur Marginal

Ok, l’ami !

Me revoici avec une technique de drague exclusive et méga puissante.

Non, ce n’est pas vraiment une technique. C’est plutôt une stratégie de drague. Tu comprendras…

Technique de drague Le Marieur Marginal

Comme tu as pu le constater je suis un grand adepte de 2 extrémités :

  • tout ce qui touche au monde intérieur (le « inner game », comme on l’appelle dans la communauté de séduction) ;
  • les méthodes et techniques de drague hyper simples, pratiques, concrètes et efficaces.

Oui, j’aime bien faire le rapport entre l’émotionnel, l’abstrait, l’invisible et l’impalpable d’une part et le rationnel, le concret, l’observable et le mesurable d’autre part.

Puisque les lecteurs de CoachDrague veulent avant tout des techniques de drague concrètes, je me dois bien de satisfaire leurs besoins.

Séduire des filles sans râteaux et te bourrer la gueule gratuitement

T’es prêt ? Alors attache ta ceinture, car je vais t’apprendre une stratégie de drague qui t’offre de nouveau plein d’avantages. Tout comme avec Le Regard-Double-Gain (le RDG), tu feras d’une pierre non pas deux, mais beaucoup de coups :

  • tu séduiras plein de gonzesses ;
  • tu te feras payer plein de boissons ;
  • tu ne te prendras (presque) PAS de râteaux ;
  • tu te feras plein de nouveaux amis ;
  • tu vaincras l’angoisse de l’approche sans te forcer et de manière progressive ;
  • tu apprendras à sortir seul ;
  • tu développeras des compétences en matière de leadership ;
  • tu deviendras la star de la soirée.

Pour cette technique de drague tu n’as pas besoin de…

Afin de maximiser tes chances, voici ce dont tu n’as PAS besoin :

  • un partenaire de drague (un « wing »). Oui, c’est très important. Tu dois sortir seul !
  • de l’argent. Non, je ne blague pas. Moins tu as d’argent sur toi, mieux c’est ! Car moins tu as d’argent, plus tu seras obligé d’agir. Tu n’auras tout simplement pas le choix. Bon. Disons que tu peux prendre maximum 5 euros avec toi.

Je te vois déjà venir : « Non, mais il est malade ce type ? Je dois sortir seul ? Seul… et fauché ? Là, Konsti, tu déconnes ! »

Oui, je déconne. Je sais. Continue à lire et tu verras comme c’est beau…

Pour cette technique de drague tu as besoin de…

Afin de maximiser tes chances, voici ce dont tu as besoin :

  • toute la nuit. Tu sors et tu t’interdis de rentrer avant l’aube ;
  • un peu de patience. Au début, tu devras faire quelques efforts avant que l’effet boule de neige se mette en marche ;
  • de la persévérance. Pareil. Tu devras répéter certains comportements jusqu’à ce que ça se mette en marche ;
  • un café dansant moyen ou grand.

Au lieu de te donner l’énumération purement factuelle des ingrédients de cette stratégie, j’ai quelque chose de beaucoup plus intéressant : une histoire.

Il était une fois…

L’histoire se déroule en 2005 ou 2006, je ne sais plus exactement, à Gand, une « petite » ville pittoresque flamande.

Un grand centre ville médiéval, beaucoup de jeunes et une vie nocturne très active, Gand est une ville universitaire. Tu vois l’image.

Je viens d’obtenir mon diplôme de psychologue. Et comme je suis hyper ambitieux, j’ai tout sauf envie de me lancer sur le marché du travail.

Draguer et se bourrer la gueule

Non, j’ai envie de faire des choses beaucoup plus constructives : un peu de développement personnel et beaucoup de drague et de beuveries.

Lire, draguer et se bourrer la gueule ne sont pas des activités très lucratives… Je vis d’un chômage très modeste… Je suis fauché. Et je m’en fous complètement.

Et un soir, comme d’habitude, j’appelle mon pote pour qu’on aille faire une petite séance de drague. Il ne peut pas. Il doit se lever tôt. J’appelle quelques autres amis. Ils sont tous occupés.

« Et merde… »

Je n’ai plus que quelques euros en poche, 3 ou 4, et je n’ai personne pour m’accompagner. Dans de telles conditions j’aurais normalement dit : « Bon, je n’ai pas de thunes. Je n’ai personne pour venir avec moi. C’est mieux de rester chez moi. Demain est un autre jour. »

C’est du bon sens, n’est-ce pas ?

Oui, je suis d’accord.

Sauf que ce soir-là, je suis agité… Excité… Impatient… J’ai les couilles qui vont exploser d’un moment à l’autre.

Ni potes, ni argent

« Demain est un autre jour ? Demain est toujours un autre jour ! Pas de potes ? Pas grave. Pas de thunes ? Pas grave. J’y vais ! Je vais m’amuser. Je vais m’éclater ! Je ne sais pas comment, mais une chose est sûre : je vais m’éclater. »

Direction le quartier de sorties estudiantin. Ce qui est magnifique, c’est que l’épicentre de ce quartier est une rue où il n’y a que des bars. Beaucoup de bars ! 40, 50, 60 ? Aucune idée. Je n’ai jamais eu l’envie ni la sobriété de tous les compter.

J’entre dans un bar. Je chie un peu dans mon froc… Mon dialogue interne : « T’es tout seul. T’as que 3 ou 4 euros en poche. En plus tu ne (re)connais personne ici. En fait, t’es le loser de service. »

Je me place au bar et je me dis : « Tu peux penser ce que tu veux, mon vieux. Tu vas t’éclater ! Point ! »

Je commande un verre de courage blond et mousseux. Mon dialogue interne : « C’est la première et l’avant dernière. Faut bien doser, mon petit. T’es presque complètement fauché. Il faut trouver une solution. »

De belles filles qui s’amusent et de moins belles

Je prends consciemment une gorgée économique et j’observe. Le tableau classique : des groupes qui s’amusent, d’autres qui s’amusent un peu moins, de belles filles, de moins belles, des mecs alpha, des mecs timides…

Quelques filles me plaisent, mais j’ai encore un peu la trouille. « Blabla, blabla… » dans ma tête, je continue à observer.

Un mec se met à coté de moi pour commander. Il me dit quelque chose. Je ne sais plus quoi. On commence à parler. Vu mon style de vie, mon répertoire conversationnel est assez limité : meufs et alcool.

Il est célibataire…

« Y’a pas de fille qui te plaît ici ? »

— « Si, celle-là, là-bas. »

— « Et pourquoi tu ne l’abordes pas ? » (Facile à dire… Je chie moi-même dans mon froc, mais déjà un peu moins qu’il y a quelques instants.)

— « Blabla… Excuse, excuse… Blabla… Excuse, excuse… »

— « Attends… Je m’en occupe. Je vais te la présenter. »

Et hop… Je me dirige vers la fille. Je l’aborde : « Salut ! Viens, je vais te présenter à quelqu’un. C’est un mec fantastique ! Et il veut faire ta connaissance. »

Elle, toute curieuse et flattée, me suit.

Je les présente l’un à l’autre. Malgré son regard reconnaissant, le mec ne sait pas trop quoi dire. La fille non plus. Je guide un peu l’interaction, sinon ça risque de se terminer vite.

Et soudain…

Mais quelle surprise !?

Les amis du mec se joignent à nous. :-) Tu vois un peu le style. Des mecs passifs en train de « s’amuser » en regardant dans le vide. On ne les remarque même pas. Ils font partie du décor.

Mais dès qu’il y a une meuf dans le groupe, « Paaaaf ! « Les zombies se transforment en loups-garous.

La constitution du groupe est en déséquilibre… 5 mecs et une fille qui ne se connaissent pas, je vois que la fille se sent un peu mal à l’aise. Je dois agir vite, sinon elle risque de se barrer.

« Attendez-moi ici ! »

Ils me regardent d’un air curieux.

Quelques instants plus tard je reviens… avec les amies de la fille. Je les présente aux autres mecs (aux loups-garous).

Avec le groupe un peu plus grand, plus en équilibre et la fille qui n’est plus « toute seule », l’ambiance commence à se réchauffer. On discute… On rigole… On s’amuse… Je me sens déjà beaucoup plus confiant.

Le leader du groupe

Bien que tout le monde interagit avec tout le monde, je constate que c’est moi que les filles matent le plus. Je suis le centre de l’attention. Je suis le leader du groupe ! (Ben oui… C’est moi qui viens d’orchestrer tout ça.)

Quelques instants plus tard : « Dis, qu’est-ce que tu veux boire ? »

— « Aaah… Sympa… Une bière, merci. »

Encore quelques instants plus tard : « Mec, merci ! T’es trop cool… Blabla… Flatterie, flatterie… Blabla… »

À côté de moi, je vois deux nouvelles filles. Elles viennent d’arriver et ne sont pas encore dans l’ambiance. Sans hésiter, je les présente au groupe. Elles sont contentes. Le groupe aussi (surtout les mecs).

« Blablabla… Hihi… Haha… Blabla… »

Et hop… Encore deux mecs…

« Qu’est-ce que tu veux boire ? »

— « Une bière, merci. »

Et hop… Encore deux filles…

« Blablabla… Hihi… Haha… Blabla… »

Et hop… Encore quelques mecs…

« Qu’est-ce que tu veux boire ? »

— « Une bière, merci. »

Et ainsi de suite…

À un moment le groupe se dissout. Les mecs vont ailleurs. Les filles aussi.

« C’était trop cool ! C’est quoi ton nom ? Tu viens ici souvent ? À refaire… Blabla… C’est quoi ton numéro ? À très bientôt… » L’au-revoir typique de 4h du matin arrosé de quelques litres de bière.

On continue !

Je suis de nouveau tout seul. Pas grave. Je recommence !

Je présente des filles à des mecs (ou des mecs à des filles). Encore et encore…

« Qu’est-ce que tu veux boire ? Blablabla… Hihi… Haha… Blabla… »

À 7h du matin, je me retrouve sur le podium collé contre 2 filles bisexuelles. Nous dansons sensuellement. J’embrasse l’une dans le cou. Elle m’embrasse en retour. J’embrasse l’autre sur la bouche. Elle m’embrasse en retour.

Je dis à l’une : « J’ai envie de toi. »

— « Moi aussi… »

— « Viens, on part d’ici. »

— « Non, je vais directement au cours. Mais à vrai dire je ne sais pas comment je vais tenir le coup. »

— « Ok… »

(On a rectifié ça quelques jours plus tard. Putain, comme elle était douce ! Enfin, soit…)

Vers 7h30, ou 8h, ou 9h du matin, je ne sais plus, je rentre chez moi : la poche pleine de numéros de téléphone, ivre, comblé et n’ayant dépensé que 3 ou 4 euros.

À partir de ce jour-là, sortir seul sans thunes, j’en ai fait un sport ! Et à chaque fois j’ai obtenu des résultats similaires : numéros, baisers, sexe et boissons gratuites.

Je te présente…

Le Marieur Marginal

Je ne vais pas te torturer l’esprit en te laissent lire entre les lignes. Voici les composants de cette méthode, étape par étape.

1. Sors seul et sans fric dans un café dansant

Pourquoi seul ? Quand tu sors seul, tu es obligé de te bouger le cul. En plus, tu ne dois tenir compte de personne. Tu n’as pas tes potes qui viennent te saboter ou réclamer ton attention.

Pourquoi sans fric ? Il m’est effectivement arrivé de sortir seul avec littéralement 0 euros en poche. Aucun problème. Mais bon, tu peux prendre quelques euros avec, maximum 5, pour « survivre » les éventuels moments vides. MAIS ! Réduis ton budget au minimum, afin de ne pas te retrouver tout seul au comptoir en train de picoler… sans agir.

Donc, quand tu n’as pas de potes, ni de fric, tu ne peux que te bouger le cul !

Et pourquoi un café dansant ? Car il y a pas mal de mouvement ET tu peux y parler (enfin, si la musique n’est pas trop forte).

2. Mets-toi au comptoir et accoste un mec

Pourquoi au comptoir ? Car c’est là qu’il y a le plus de mouvement et que les rencontres se font le plus aisément.

Donc, tu te mets au comptoir et dès que l’occasion se présente, tu accostes un mec (ou des mecs). Et pas n’importe quel type de mec. Non, tu accostes un mec plutôt « bêta » : le mec qui ne se remarque pas trop, le mec abordable, le mec qui à l’air célibataire… Ce genre de mec !

Pourquoi un mec et pourquoi un mec « bêta » ? Pour plusieurs raisons :

  • un mec ne va pas se dire : « Pfffttt… Encore un qui me drague. » Un mec ne va donc quasi jamais te rejeter. Et quand t’es tout seul et fauché, en train de chier dans ton froc, toute réaction plus ou moins positive est la bienvenue ;
  • en abordant un mec bêta, tu as encore plus de chances de recevoir une réaction positive ;
  • un mec bêta se laisse guider plus facilement ;
  • un mec bêta va moins souvent essayer de te dominer genre : « Salut mon vieux ! » en te tapant un peu trop fort sur l’épaule, soi-disant de manière « amicale ».

Comment aborder le mec ? Si tu te poses cette question, alors tu as encore pas mal de travail à faire. Car il n’y a rien de plus simple que d’aborder un mec. Tu te présentes. Tu lui demandes d’où vient sa chemise. Tu lui demandes : « Alors, ça roule ce soir ? ». Peu importe…

3. Parle de gonzesses avec le mec

Après ta phrase d’approche, tu changes tout de suite de sujet. Tu lui parles de gonzesses. Tu connais un mec qui n’aime pas parler de gonzesses ? Moi non plus… Donc, facile !

Par exemple :

Toi : « Salut ! Alors, ça roule ? »

— « Oui, ça roule… »

— « Dis… T’as une copine ? » « Dis… Quelle fille te plaît ici ? » « Dis… Quel genre de filles est-ce que tu trouves attirantes ? » « Dis… Fesses ou nichons, que préfères-tu ? » Un truc de ce genre…

4. Présente-lui une fille

S’il te dit quelle fille lui plaît, alors tu vas lui présenter la fille. Tu dis à la fille : « Salut ! Viens, je vais te présenter à quelqu’un. C’est un mec fantastique ! Et il veut faire ta connaissance. » Dans la plupart des cas, la fille te suivra.

Sinon, tu lui en présentes une autre. :-)

5. Fais la connaissance des amis du gars

En soirée, les gens qui sortent seuls sont une minorité. Donc, dès que tu présentes la fille au mec, les amis du mec viendront vous rejoindre. Si ses amis ne se manifestent pas, tu lui demandes tout simplement de te les présenter : « Dis… Où sont tes amis ? Tu veux bien me les présenter ? »

Et si le mec est également seul, alors tant mieux ! Tu viens de te trouver un partenaire de drague. Tu lui dis : « Sérieux ? T’es tout seul ? Toi aussi ? Parfait ! On va faire équipe toi et moi. »

6. Présente les amies de la fille aux amis du gars

Comme décrit dans mon histoire, tu vas chercher les amies de la fille pour les présenter aux amis du mec. Présenter les amies de la fille a un grand avantage : une fois les filles réunies, elles seront plus tentées de rester :

  • la fille ne peut pas dire : « Je vais chercher mes amies. » ;
  • si une d’entre elles (ou deux, car elles y vont rarement seules) va aux toilettes, elle reviendra dans le groupe ;

Si les amies de la fille ne veulent pas ou ne peuvent pas, tant pis. Tu présentes d’autres filles aux amis du mec. Tu procèdes exactement de la même façon : « Salut les filles ! Venez, je vais vous présenter à des mecs fantastiques ! Ils veulent faire votre connaissance. »

7. Ajoute d’autres mecs et filles au groupe

Tu répètes tout simplement les étapes précédentes ! Tu vas chercher d’autres mecs… Tu vas chercher d’autres filles… Et tu t’occupes des présentations.

Et tu répètes…

Tu répètes…

Encore et encore…

Bon, je viens de disséquer Le Marieur Marginal en 7 étapes. Ça peut sembler beaucoup.

Mais attention !

Je t’interdis de mémoriser ces étapes. Car premièrement, cette stratégie peut se résumer à ça : tu présentes des filles aux mecs encore et encore… That’s it.

Deuxièmement, en réalité, ça se passe de manière beaucoup plus organique :

  • si tu te retrouves avec un grand groupe, ce groupe se décomposera en petits groupes. À toi de voir comment gérer tout ça… À toi de voir à qui tu prêtes de l’attention… Si tu souhaites avoir plus d’infos sur les dynamiques de groupe, je te conseille de télécharger l’e-book gratuit « Comment Aborder Une Femme En Groupe ? » ;
  • certains mecs timides n’iront pas plus loin que le « Salut, moi c’est… » avec la fille. Alors, à toi de voir si tu t’occupes de la fille, du mec ou si tu les laisses faire.
  • certaines filles timides auront besoin d’un petit coup de main. À toi de voir si tu t’en occupes personnellement ou si tu laisses un mec s’en occuper (ça dépend de la taille des nichons de la fille) ;
  • certaines filles ne seront pas intéressées. Pareil pour certains mecs, bien que ces derniers se font rares ;

Je répète…

Tu présentes des filles aux mecs encore et encore et tu restes actif ! C’est tout…

La psychologie du Marieur Marginal

Et on termine par la partie la plus intéressante. N’oublie pas que je suis psychologue et que j’aime bien analyser. Je vais donc t’expliquer exactement pourquoi ça marche si bien.

Tu chauffes tes muscles sociaux

Le Marieur Marginal est une méthode simple pour chauffer tes muscles sociaux sans trop de pression. Tes potes ne sont pas là pour te saboter, pour te pousser à agir ou pour réclamer ton attention. Tu peux agir à ton aise et à ton rythme.

De plus, puisque tu abordes d’abord des mecs, tu ne risques rien. Car il n’y a rien de plus facile que d’aborder un mec. Et surtout, un mec qui fout un râteau à un autre mec, ça n’existe pas.

Tu ne te prends pas de râteaux

Comme je viens de le dire, les mecs ne vont pas te flanquer de râteaux. Mais ! Les filles non plus ! Car tu ne les abordes pas pour toi.

Non, tu les abordes pour d’autres mecs. Quand une fille te dit : « Non, merci ! », ce n’est pas toi qu’elle rejette. Elle rejette les mecs qui veulent faire sa connaissance. Donc, ton ego n’a absolument rien à craindre.

Tu deviens automatiquement plus attirant

Le Marieur Marginal est un moyen puissant pour te rendre plus attirant aux yeux des filles. En organisant les rencontres entre mecs et filles tu communiques plein de caractéristiques attirantes :

  • leadership : toi tu guides, les mecs et les filles te suivent ;
  • indépendance : ce n’est soi-disant pas toi qui est intéressé par les filles, c’est les autres mecs, ce qui te donne un aura d’inaccessibilité ;
  • intelligence sociale : tu rencontres plein de gens et tu présentes ces gens les uns aux autres, c’est évident ;
  • confiance en soi : toi au moins t’as les couilles de prendre l’initiative. Donc, indirectement, tu baisses aussi la valeur sociale des mecs. Ce qui, par le simple effet de contraste, te distingue encore plus de ces mecs. Les pauvres. En fait, c’est assez mesquin, hein ?!

Tu te fais constamment payer des verres

C’est une des choses qui m’a le plus surpris au début. Mais comment cela se fait-il qu’on me paye autant de boissons, sans rien demander ? Ça m’a pris du temps pour comprendre. Il y a deux principes psychologiques qui jouent un rôle :

  • la loi de la réciprocité : tous les mecs connaissent l’angoisse d’aborder les filles. Mais peu de mecs arrivent à surmonter cette angoisse. Donc, quand tu abordes des filles pour d’autres mecs, tu fais le sale travail pour eux ! Et automatiquement (c’est tout simplement la nature humaine) ils te sont redevables. Inconsciemment ils se sentent obligés de te rendre un service.
  • une loi évolutionniste dont j’ai oublié le nom : le nom n’est pas si important. Ce qui compte, c’est le principe. Le voici : sais-tu qui reçoit le plus de pourboires ? Les serveuses (et non pas les serveurs). Et de qui est-ce qu’elles reçoivent le plus de pourboires ? De la part des mecs… qui sont accompagnés de femmes ! Pourquoi ? Pour montrer leur pouvoir d’achat… Pour montrer leur statut social… Pour communiquer leur valeur de survie : « Regarde comme je suis généreux. Ça veut dire que j’ai plein de ressources pour m’occuper de toi et de nos descendants potentiels. Donc, avec moi ta survie est garantie. »

Tu comprends ? Les mecs me sont reconnaissants et redevables. Et ils veulent se montrer généreux aux yeux des filles pour augmenter leurs chances de les séduire !

Voilà, mon cher ami ! J’espère sincèrement que tu ne vas pas en rester là mais que tu vas appliquer Le Marieur Marginal sur le terrain.

Technique de drague Le Marieur Marginal

Pas besoin de me remercier. Paye-moi une bière et on en parle plus. Ou mieux encore : si tu as encore la trouille d’aborder les femmes et si tu souhaites découvrir encore plein de techniques de drague simples et efficaces, alors procure-toi mon guide de drague « Plus Jamais Seul ! ».

Tu verras, tu vas l’adorer. Et sinon, ben, tu demandes un remboursement… tout simplement. ;-) T’as rien à perdre (et grâce au Marieur Marginal tu économiseras quand même pas mal d’argent)…

Santé !

À propos de l’auteur : Je m’appelle Konsti. Je suis psychologue, le fondateur de CoachDrague et l’auteur des guides Plus jamais seul ! et Tu la veux, tu l’auras. Je suis passionné par l’analyse profonde des interactions homme-femme, le polyamour, l’hypnose et la sexualité. Mon style de drague est direct et sincère.

  • jlaw dit :

    Très bon article !

    J’ai déjà eu l’occasion de mettre en place une « mise en scène » similaire et W-O-W.

    Lorsque je rencontre aujourd’hui certaines personnes avec qui je draguais à l’époque, ils me rappellent toujours cette soirée comme celle de « référence ». Alors qu’objectivement, ce soir-là, à part le numéro d’une fille (bon d’accord c’était vraiment la biche de la soirée) je n’avais pas eu de résultats probants par rapport à d’autres moments – certes beaucoup moins spectaculaires – mais bien plus prolifiques !

    Mais j’avais vraiment fait comme l’article le décrit sauf que j’avais abordé des filles et non un homme beta :o)

    Elles étaient espagnoles.

    Ensuite, je vois des filles qui ressemblent aussi à des espagnoles. Je les aborde « vous êtes espagnoles ? Venez, je vais vous présenter des filles ! » Et ainsi de suite. Des mecs, des filles, des vieux…

    Avec l’effet boule de neige, j’avais réussi à créer un énorme groupe qui scandait mon nom lorsque je passais (réellement). Vraiment un super souvenir.

    De plus, j’ai non seulement eu le numéro de cette fameuse biche, mais EN PLUS, elle n’a pas arrêté de m’appeler pendant des semaines.

    Bref, cette façon de faire ne comporte aucun risque. La pression de l’échec est coulisse sur les autres. On devient le leader du groupe. On est pas du tout demandeur mais quel effet !

    • Konsti dit :

      Merci pour cette chouette anecdote, Jlaw. C’est exactement ça !

      Tu es un vrai…

      Marieur Marginal ! :-p

  • Théau dit :

    Salut Konsti,

    C’est franchement une bonne idée, et surtout elle est bien mise en mots. C’est logique et terriblement efficace.

    Surtout, ca résout un problème récurrent : comment s’en sortir seul. Je me rends compte qu’au final, même avec des amis, on est toujours seul. Les amis ça sert surtout d’excuse pour ne pas agir, pour ne pas sortir de sa zone de confiance. Quand j’aborde, je suis seul, donc pourquoi ne pas commencer la soirée seul ;)

    Je relève ce défi, il faut maintenant que je trouve un endroit adapté ;)

    A plus :)

  • Ternon dit :

    Très très très intéressant ! On sent l’expérience et la découverte de stratégies d’enfer, sans le vouloir, au talent, par la force des choses ^^

    Mais que se passe-t-il si on se loupe et que le groupe de filles refusent de faire la connaissance de ton nouveau pote ? La, il risque de te voir comme un boulet, un parleur. A ce moment là, on change de bar ?
    Cette technique peut même se faire à deux, en plus ! Genre, tu viens avec un pote, vous parlez drague avec d’autres mecs, on va tous chercher des filles pour les aider, etc.

    Au fait, Konsti, une question ; Trop se bourrer la gueule ne risque-t-il pas de nuire à nos chance de séduire ? Et pareil, une fille qui a trop bu, n’est-ce pas un mauvais plan? Je m’explique :

    – Rare sont les filles qui couchent avec un inconnu rencontré dans un bar, surtout quand elles sont bourrées (malgré ce qu’on dit justement). En tout cas, c’est ce que je pense, mais je me trompe peut être.

    – Rare sont les filles qui te répondent ou te prennent au sérieux quand tu prends leur numéro alors qu’elles sont déchirées, ou que VOUS êtes déchirés (boite par exemple).

    -> Donc, n’est-t-il pas un peu destructeur de TROP boire ? Car trop boire peut nous faire aller vers d’autres filles bourrées, et dans ce cas, non seulement vous ne serez pas pris au sérieux, mais en plus, il y a d’énormes chances qu’elles ne vous répondent pas les jours suivants si vous prenez leur numero (et très peu de chance de les mettre dans son lit le soir même).

    Voila, je sais pas si je suis bien clair là ^^’. Donc pour résumer, l’alcool ça peut détendre un peu, mais n’est-t-il pas plus bénéfique de viser des groupes qui ne picolent pas trop ? Afin d’être pris au sérieux.

    Voila, je pense que ma question est plutôt pertinente.

    Une dernière : Je me demande si, en France, le marieur marginal n’est pas plus efficace pour rencontrer des filles et créer des contacts féminins, que celle du gonzesse-o-phone?

  • Thib dit :

    Konsti, cette technique vaut de l’or en barre!

    Lire et relire ce guide ne me donne qu’une envie: me casser du taf le plus vite possible pour me jeter à l’eau (blonde et mousseuse aussi) ce soir!

    Enjoy life mec, avec ce que tu sais, tu ne seras jamais malheureux dans la vie :)

  • Toine dit :

    Salut Konsti, ton site vas largement m’aider pour atteindre les objectifs fixés ( surtout que le nouvel an approche =p ) donc pas de temps à perdre ! merci pour le temps que tu accorde à tes lecteurs =D ( ta jamais songer à devenir proxénète … ? par contre ayant avoir pus tester un peut la technique du marieur marginal ( qui est redoutablement efficace ) il serait peut être conseiller de dès l’arriver dans le bar, pour éviter de chier dans notre pantalon trop longtemps et de commencer directement par tchatcher les serveuses dans le bar ( bon évidement il faut éviter les bars de nuits blinder pour qu’elles aient un minimum de temps à occuper =p, sinon leurs lançer quelques petites approche ou tout simplement échanger deux trois phrases directement après la commande ) Les avantages ? ( enfin je ne suis pas expert en relation sociale hein ^^ ) :

    1. Les serveuse auront un « devoir » commercial en quelque sorte et au moins il n’y aura pas de rejet trop dur à avaler pour les débutants.

    2. Au moins tu vas avoir une image de mec social qui n’a pas peur d’allez vers les gens même si t’est tout seul ( Disons que t’aura une meilleur image que jean claude, le vieille ivrogne qui vient s’enchainer des demis tout les jours tout seul dans le coin d’une table au fond du bar en ressassant ça vie de merde … )

    3. Et puis si tu gère bien ( enfin ceci n’est pas encore dans l’ordre du vécu ^^ ) tu numclose la barman puis tu la propose un rendez vous lors d’un de ces après midi de libre par la suite ^^

    Voilu voilou, modeste approfondissement d’un afc en phase de rentrer dans le game.

    Pour l’anecdote, lorsque je causais à une serveuse un mec tout seul ( ayant l’air social lui aussi =p ) a eu le temps d’arriver lui aussi, donc pareil, causette, puis début du marieur marginal, on à finalement le temps de terminer en groupe de 4 personne avec deux filles qui se sont rejoins à nous grâce à cette technique ( bon c’est pas énorme, mais terminer la soirée à 4 à la fermeture du bar quand tu pars tout seul c’est plutôt encourageant =p

    Merci konsti ! à l’occasion t’aura le droit à quelque photos de mes conquêtes ( enfin tu peux le préciser si t’en poli royalement les couille avec du nutella aussi =D )

  • judi dit :

    J’apprécie beaucoup cet article. Vous donnez de bons conseils.

  • >