≡ Menu

La source de l’attirance et le paradoxe de l’amour

Exclusivité ! CoachDrague a l’honneur et le privilège de pouvoir partager les secrets de séduction surprenants de Hans Comijn. Sociologue et docteur en philosophie, Hans est avant tout un amoureux. Il aime les femmes et la vie. Son intelligence et son style de séduction authentique et joyeux l’ont rendu célèbre. En 2008 il fait la rencontre de Zan Perrion, l’un des experts en séduction les plus respectés et médiatisés de la planète. Aujourd’hui Hans et Zan voyagent dans le monde entier pour enseigner leur programme Ars Amorata dans lequel ils apprennent aux hommes comment mener une vie plus enrichissante et séduisante.

Dans ma quête de beauté et mon désir de célébrer et d’être submergé par l’énergie féminine, je me demande souvent ce que j’aime tant chez les femmes.

Zan et moi voyageons beaucoup. Quand on nous demande : « Qu’est-ce qui vous manque le plus quand vous êtes en voyage ? », je réponds : « Un lieu de repos… avec une femme qui me réconforte et prend soin de moi. »

Pour citer Zan : « Ma tête posée sur la poitrine d’une femme, me caressant les cheveux et me chuchotant que tout va bien… »

L’essence de l’énergie masculine et féminine

Je me demande… cette image pourrait-elle décrire l’essence même d’une femme ? Prendre soin de moi, le voyageur. Me donner un endroit pour poser ma tête… Serait-ce cela le cœur de l’énergie féminine ?

Je me demande également si voyager ne représente pas l’essence de l’énergie masculine. L’aventurier, face au monde sauvage. Le guerrier en mission, embarqué dans quelque chose qui le dépasse… L’homme ayant un but !

La source de l’attirance

Si ces images sont de bonnes représentations des énergies masculines et féminines, alors se peut-il que ces différences expliquent également la source de l’attirance entre les hommes et les femmes ? Partir versus prendre soin ?

Elle est attirée et amoureuse d’hommes ayant un but, d’hommes en mouvement. Elle veut prendre soin du guerrier. Partout où nous allons, les femmes nous demandent comment garder ce mec. Elles veulent donner un foyer à l’aventurier, dompter l’indomptable.

Et lui, voyageur et aventurier en manque, attiré par les soins d’une femme. Il aime que l’on s’occupe de lui. Il aime rentrer à la maison après avoir affronté les étendues sauvages, poursuivant son but.

Le paradoxe de l’amour

Allons même plus loin. Se pourrait-il que ces différences d’énergies n’expliquent pas seulement les origines de l’attirance entre les hommes et les femmes, mais qu’elles soient aussi la source du paradoxe de l’amour et de tous nos problèmes en matière de rencontres, séduction et relations entre hommes et femmes ?

N’est-il pas vrai que dès que le mec est casé, dès qu’elle a dompté l’aventurier, elle commence à perdre son attirance pour lui ?

N’est-il pas vrai que dès qu’il se pose et qu’il abandonne son mouvement, dès qu’il renonce à son but et qu’elle devient son aventure, il tue l’homme en lui et ne lui permet plus de se sentir femme ?

Que voulons-nous vraiment ?

Pourquoi nous posons-nous ? Pourquoi préférons nous le « pour le restant de nos jours » aux pincements de « tu me manques » ? Se pourrait-il que ce que nous pensons vouloir nous fait oublier notre essence masculine et féminine ? Se pourrait-il que ce que nous pensons vouloir ne puisse pas nous apporter le bonheur sur le long terme ?

Elle pense que ce qu’elle veut vraiment c’est garder ce mec à la maison. Elle est convaincue que donner un foyer permanent à cet aventurier la rendra heureuse. Et lui, de son côté, a tellement peur de perdre cet endroit chaleureux qu’il pense devoir se caser.

Alors il le fait, et ils s’installent ensemble. C’est alors qu’ils oublient que la source de leur attirance mutuelle est également la source du paradoxe de l’amour.

Au nom de tous les hommes et toutes les femmes

Peut-être qu’il vaut mieux qu’elle le réclame, qu’elle essaye de le ramener à la maison, et peut-être qu’il vaut mieux qu’il parte quand même… au nom de l’attirance, au nom de tous les hommes et toutes les femmes.

Peut-être qu’il vaut mieux lui offrir le cadeau de lui manquer. Peut-être qu’il vaut mieux disparaître, réapparaître et la célébrer… chaque fois avec excitation et fraîcheur, chargé à nouveau d’énergie masculine… Zan le dit si bien : « Comme si s’était son tout premier amour… »

Peut-être qu’elle le mérite…

À propos de l’auteur : Sociologue et docteur en philosophie, Hans est avant tout un amoureux. Il aime les femmes et la vie. Aujourd’hui Hans voyage avec Zan Perrion dans le monde entier pour enseigner le programme “Ars Amorata” dans lequel ils apprennent aux hommes comment mener une vie plus enrichissante et séduisante.

  • Tom dit :

    Ce serait pas un article un peu stéréotypé pour le coup ?

    Le mec vaillant et fort, grand aventurier. Avec la fille qui l’attends dans son château pour le soigner… En gros le mec au boulot et la femme au foyer.

    Je sais que c’est pas vraiment ça le message mais quand même, on est plus au moyen-âge…

    Je suis pas tellement convaincu que ce soit comme ça que toutes les femmes se voient, et les hommes non plus d’ailleurs.

  • Freshstart dit :

    Moi, je trouve cet article magnifique et très bien écrit.

    Il y a du vrai là-dedans. Il faut savoir se manquer pour mieux se retrouver.

    Merci Hans et à bientôt.

  • Xlanhuapec dit :

    J’adore ton article.

    C’est un peu l’expression du Yin et du Yang version séduction. Peut-être un peu stéréotypé, un peu succinct, mais le fond et l’idée est là, et je pense qu’il y a du vrai.

  • >