≡ Menu

Est-ce possible de séduire une fille quand il n’y a pas d’étincelle ? Partie 3/3

Voici la 3e partie de cette trilogie non-planifiée. Clique ici pour la 1e partie et ici pour la 2e.

Mon pote vient de me rappeler : « Salut mec, ça va ? Dis… Dans un mois il y a une nouvelle édition de la soirée pour célibataires. Ça te dit d’y aller ? »

La soirée pour célibataires, je sais exactement de quoi il parle. J’adore ces soirées. J’en garde de bons souvenirs. (Voici un compte rendu et encore un.)

Moi : « Ouais, ça va. Bonne idée. Attends, je jette un coup d’oeil dans mon agenda. Pom, pom, pom… C’est bon. Je suis libre. Je le note. On va s’éclater, comme d’hab. Et sinon, toi, comment vas-tu ? Comment ça se passe avec ta conquête ? »

Lui : « Ben, puisque je t’invite à aller à la soirée pour célibataires, tu peux déjà deviner ma réponse. »

Moi : « Ah… Raconte. Je t’écoute. »

Il me raconte son histoire.

Il parle beaucoup.

Je vais juste te donner quelques fragments et les points essentiels.

  • Elle lui a rendu visite. Elle en a profité pour également rendre visite à une copine. Il n’a pas aimé : « Pourquoi est-ce qu’elle fixe un rencard avec une amie après notre rencard ? C’est comme si elle voulait se protéger. Moi, quand je vais lui rendre visite, j’y vais pour la voir elle. Je ne fixe pas d’autres rencards après. »
  • Je lui demande s’ils ont couché ensemble. « Ben non… Tu sais quoi ? Elle a parlé de moi à ses copines. Elles avaient l’air de me trouver plutôt cool. Par contre, il y a un point qu’elles ont trouvé bizarre : que je lui ai proposé de dormir chez elle lors de notre premier rencard. » Après 3 ou 4 rencards, ils n’ont toujours pas fait crac-crac.
  • Elle trouve qu’il est allé trop vite avec « l’escalade physique ».
  • Il n’a pas envie de faire d’efforts. « Ça doit venir des deux côtés », me dit-il. Il lui a rendu visite 2 ou 3 fois. Elle n’a été le voir qu’une seule fois.
  • Il n’y avait pas d’étincelle. Souviens-toi, après leur 1er rencard, il était au 7e ciel. Il était carrément en train de développer des sentiments amoureux pour cette fille. Maintenant, après le 3e ou 4e rencard, il n’y a pas d’étincelle. Ça peut évoluer vite, n’est-ce pas ?

Pour résumer cette aventure: ça avait bien démarré, mais ils se sont vite retrouvés sur la pente descendante.

Cher lecteur, je te propose que nous en fassions une petite analyse.

Variabilité dans ses sentiments et son comportement

Après leur premier rencard, il était enthousiaste (c’est un euphémisme). Malheureusement, son enthousiasme fut de courte durée. Son état interne (ses émotions et ses pensées) et son état externe (ses paroles et son comportement) miroitent ceux de la fille.

Il manque de cohérence dans son comportement.

Il n’a pas de fil conducteur. Pas de principes.

Il change en fonction des changements de la fille.

Il est réactif, comme une balle de ping-pong.

Cette variabilité dans les pensées, les émotions et le comportement est normale et humaine. Pour rendre les choses encore plus compliquées, cette variabilité est liée à l’environnement. Change d’environnement et tes pensées, émotions et comportement changeront aussi.

Par exemple, quand la fille se montre intéressée (en partant du principe que la fille fasse partie de l’environnement), tu es flatté, fier, confiant, enthousiaste et je ne sais quoi. Inversement, quand la fille préfère « qu’on reste amis », tu as bobo. Encore une fois, c’est normal.

Mais…

Pour être plus efficace et pour avoir plus de prévisibilité dans tes résultats, tu dois agir selon des principes. Tu auras ainsi un comportement plus cohérent et stable. Un comportement moins dépendant de tes fluctuations émotionnelles (et de ceux de la fille).

« Quels principes, Konsti ? »

Premier principe : la sincérité. « La drague directe, pure et dure, pas de censure. »

Deuxième principe : la ténacité. Quand tu rencontres une fille qui te plait, même si ce n’est pas ton âme sœur (l’âme soeur n’existe pas, c’est carrément une croyance limitante), tu essaies d’aller jusqu’au bout. Tu essaies de conclure. Point ! Ainsi :

  • Tu augmentes tes chances de conclure. (C’est évident.)
  • Tu accumules plus d’expérience et tu développes tes compétences en matière de drague (tu deviens un meilleur dragueur).
  • Tu apprends à développer des relations de qualité, à condition de respecter le 1er principe : la sincérité.

Le contact physique précoce

Il a initié le contact physique dès le début.

Bien joué.

S’il ne l’avait pas fait, s’il s’était comporté gentiment, de manière asexuelle, ils n’auraient pas eu 3 ou 4 rencards, mais un seul se terminant par : « Merci, c’était sympa. »

Il avait donc bien commencé, mais par la suite il s’est calmé au niveau du contact physique. Ça pourrait partiellement expliquer la baisse de température et la tournure fade et formelle de leur interaction.

Crac-crac

Il a fait une tentative maladroite lors de leur 1er rencard pour « rester dormir chez elle ». Tu peux deviner ses intentions. :-)

Encore une fois, bien joué, même si c’était maladroit.

Bien joué, voici pourquoi :

  • Crac-crac est un bon moyen d’augmenter tes chances de revoir la fille.
  • Crac-crac est le meilleur moyen de consolider le caractère intime de l’interaction ou de la relation.

Encore un truc…

Les copines de la fille trouvent la proposition indécente de mon pote bizarre. Cette réaction est normale et prévisible. C’est une question de réputation : les filles ne veulent pas être perçues comme des filles faciles et ne veulent pas être associées à des filles faciles.

Soit…

Bizarre ou pas, lors des rencards suivants il aurait également dû essayer de coucher avec la fille.

Une démarche plus rationnelle

Accroche-toi, car c’est maintenant que ça devient intéressant.

Il aurait dû traiter « ce dossier » de manière plus rationnelle.

Pour l’instant cette fille est (était) sa seule option. À part ça, pour subvenir à ses besoins affectifs, il n’a que madame 5 et le porno.

Si avec cette fille ça n’aboutit pas…

S’il veut autre chose que madame 5 et le porno…

S’il compte subvenir à ses besoins affectifs…

Et s’il ne compte pas devenir ermite…

Alors, il devra faire de nouvelles rencontres. Il devra recommencer de zéro.

Trouver de nouvelles candidates demande plus d’efforts que de développer une relation existante. C’est moins économique. Dans cette optique, il aurait dû montrer plus d’engagement et de cohérence. On en revient au 2e principe : la tenacité.

Il aurait dû essayer d’aller jusqu’au bout.

« Oui, mais Konsti. C’est du « scarcity thinking ». C’est contre-productif pour la séduction. »

Cette fille est pour l’instant sa seule option. Ce n’est pas du « scarcity thinking », mais du réalisme. Il peut très bien s’investir davantage dans cette relation et en parallèle se créer de nouvelles opportunités.

« Ouais, mais Konsti, il dit qu’il n’y avait pas d’étincelle. En plus, elle n’habite pas dans la même ville. »

Encore une fois, pour l’instant c’est ça ou rien.

À mon sens, il aurait dû être plus persévérant et déterminé. Il aurait dû essayer d’approfondir cette relation.

Il aurait dû essayer de conclure !

Juste pour l’expérience…

Pour l’apprentissage…

Pour développer ses compétences relationnelles.

Cette expérience lui servira de leçon pour ses prochaines interactions et relations.

J’en ai parlé dans la 2e partie de la trilogie : ce n’est pas noir ou blanc. Ce n’est pas une question d’étincelle ou pas. Les humains et les relations sont malléables.

S’ils avaient couché ensemble, il aurait eu d’autres sentiments, une autre vision de la fille et de leur relation. Il aurait mené un autre discours. Ce n’est pas une étincelle, mais un vrai feu d’artifice qu’il y aurait eu.

Je te donne un exemple pour illustrer ça.

Pas besoin d’étincelle

Quand j’ai rencontré une de mes copines actuelles (une de mes maîtresses), il n’y avait pas d’étincelle. L’attirance était faible, voire inexistante. C’était plutôt un truc mental. Une curiosité.

J’aurais pu me dire : « Il n’y a pas d’étincelle. Bof… Ce n’est pas la bonne. Je laisse tomber. »

Je ne l’ai pas fait. Je me suis dit : « Intéressant. Je suis curieux de voir ce que ça va donner. »

J’ai respecté le 2e principe : je suis allé jusqu’au bout. Correction : nous sommes allés jusqu’au bout. Elle y est pour quelque chose. :-)

Boum, paf, crac-crac sur son fauteuil !

Le sexe était vraiment…

Bof.

:-s

Elle n’arrivait pas à se détendre.

Ce qui diminue le plaisir pour les deux partenaires.

« Ok, pas grave… C’est normal. C’est souvent comme ça la 1e fois. Ça ira mieux avec le temps. »

Sauf que la 2e fois…

… et la 3e, la 4e, la 5e fois…

… c’était pareil.

Bof.

Ce n’est qu’après 2 ans…

DEEEUUUX ANS !

730 jours !

Qu’elle a réussi à se détendre (ou que j’ai réussi à la détendre) entièrement.

Ce n’est qu’après 2 ans que nous avons eu du bon sexe.

Perte de temps ?

Si tu es axé uniquement sur le cul, oh que oui.

Mais pour moi, non, car durant ces 2 années, nous avons développé une relation de qualité, basée sur la sincérité, la confiance et le respect.

Ce n’est pas qu’une maîtresse. C’est aussi une pote. On sort en boite, on s’éclate, on fais des petits diners, on discute, on rigole et on baise.

De son point de vue, qu’espérer de mieux ? Elle a un pote, avec qui elle peut tout partager (y compris ses histoires d’amour et/ou de cul), sans jalousie et sans avoir peur d’être jugée, et qui en plus lui procure du plaisir…

… avec sa bite mauve, brillante, veinée et légèrement courbée vers la gauche.

(C’est exactement ce genre de détails que tu voulais savoir, n’est-ce pas ?)

Tout ça pour te dire que les relations sont malléables. Même s’il n’y a pas d’étincelle, il est tout à fait possible de développer une relation de qualité.

Il n’aurait pas dû baisser les bras. Il aurait pu en tirer beaucoup plus.

Et toi, cher lecteur, si tu te trouves dans une situation similaire, si tes options sont limitées, alors j’espère que tu ne commettras pas la même erreur.

L’âme sœur n’existe pas.

L’étincelle est surestimée.

« Always be closing », comme le disent si bien nos « amis » les marketeurs et les séducteurs ricains.

Revoici les liens vers la 1e et la 2e partie.

À propos de l’auteur : Je m’appelle Konsti. Je suis psychologue, le fondateur de CoachDrague et l’auteur des guides Plus jamais seul ! et Tu la veux, tu l’auras. Je suis passionné par l’analyse profonde des interactions homme-femme, le polyamour, l’hypnose et la sexualité. Mon style de drague est direct et sincère.

>