≡ Menu

Casanova : séducteur, aventurier et coeur d’artichaut

Bienvenue chez Les grands séducteurs de l’histoire. Dans cette catégorie tu découvriras des mini-biographies agréables à lire des plus grands séducteurs de l’histoire. Avec l’explosion des sites de séduction, nous avons tendance à oublier que la séduction est de tous les temps. Le but des grands séducteurs de l’histoire est justement de te faire (re)découvrir ces personnages remarquables afin de pouvoir t’en inspirer. Tu verras, tes cours d’histoire n’ont jamais été aussi chouettes. Je te souhaite un agréable voyage dans le temps.

Dans la série des plus grands séducteurs de l’histoire, difficile de ne pas parler de Casanova.

Attention, à ne pas confondre avec Don Juan, sur lequel nous aurons d’ailleurs l’occasion de revenir. Don Juan est un personnage fictif, tandis que Casanova a bel et bien existé.

Dans notre inconscient collectif, on a tous l’image de Casanova égal chaud lapin. On pense aussi à un homme cultivé qui sait endormir son monde. Mais qu’en fut-il dans la réalité ?

Fils de comédiens, Giacomo Girolamo Casanova est né en 1725 à Venise. Il fut violoniste, écrivain, magicien, espion, diplomate et bibliothécaire. Pas banal sur un CV !

Il a exercé ces professions dans des objectifs pas toujours très honnêtes. La seule constante est sa revendication de « Vénitien ». Il a donc été l’ambassadeur malgré elle de la cité des doges.

Qu’est-ce qui fait sa légende ?

Après de brillantes études en sciences et philosophie, Giacomo prend la route. Pour lui, le seul enfer c’est d’être condamné à habiter au même endroit. Sa vie en fut donc une de baroudeur ou bohème.

De Venise à Paris, de Madrid à Vienne en se terminant en Tchéquie, en Bohème justement (fallait y penser) en 1798. Il vivait de ses intrigues et avait un talent certain pour la manipulation.

Il devint par exemple « magicien » dans le seul but d’escroquer Madame d’Urfé (une riche un peu bête et surtout très naïve). Mais le résumer à un simple filou est une erreur.

Il fut un vrai « espion » pour la France qui le missionna sur une enquête navale. Il réussit parfaitement le job et en fut largement remercié.

C’est aussi un vrai écrivain qui a laissé une œuvre importante. Certes de nos jours restent surtout « ses mémoires », mais ses écrits parfois alambiqués sont savoureux et riches en enseignement sur son époque.

Au sommet des cours, aux bas-fonds des prisons

Enfin, tout cela l’amène alternativement au sommet des cours des rois d’Europe et aux bas-fonds des prisons. Et c’est en s’échappant de l’une d’entre elles qu’il va gagner ses premiers galons de célébrité. La zonzon de Venise, l’Alcatraz de l’époque, ne connaitra qu’une seule évasion réussie et ce sera celle de Casanova et son complice en 1756. Suite à cela, il devra s’exiler pour toujours de Venise.

De là, il gagnera Paris où un ancien ami devenu ministre l’aidera. C’est vraiment dans l’adversité que l’on reconnait les siens !

Enfin, à Paris, coup de génie, l’aventurier y fait fortune en inventant un système dont lui seul pouvait avoir le secret. Il s’agit de financer une École militaire, sujet sur lequel on ne badine pas à l’époque, sans nouvel impôt (ça sent déjà l’arnaque). Il crée donc une loterie dont il saura, par d’habiles entourloupes, s’approprier une grande part des bénéfices.

La suite de sa vie est plus tranquille niveau arnaques, évasions…

Mais dans l’ensemble, il restera un baroudeur jusqu’à la fin.

Baroudeur et… caliente !

La recherche du plaisir étant son unique moteur, il pensait aux dames matin, midi et soir et entre aussi, enfin tout le temps.

Pour arriver à ses fins, c’était du sans pitié. Il usait de tout ce qu’il avait dans sa boutique : charme, délicatesse, perfidie, fourberie… Et il en usait très bien car les femmes ne marchaient pas, elles courraient !

Son parcours en séduction féminine est éloquent. Jeune, il est déjà entouré de femmes qu’il commence à séduire. Il court après tout ce qui bouge.

Une servante, en 1740, raconte même qu’elle a passé une nuit torride avec lui, alors qu’il est âgé de 15 ans seulement.

Il aura un enfant avec une cuisinière. Mais il réussit aussi à séduire les bourgeoises. Donc, tout ce qui a un jupon l’intéresse potentiellement. Et il intéresse potentiellement tout ce qui a un jupon grâce à son charme, sa culture, etc.

Dans ses mémoires il raconte avoir séduit 122 femmes (dont certaines à peine pubères et sa fille : pas vraiment glorieux, mais heureusement nous avons changé d’époque).

Baroudeur, caliente finalement comme des millions d’hommes…

Alors pourquoi est-il une légende, lui ?

La pensée de Casanova

Casanova a eu de nombreuses aventures galantes, mais ce n’est pas le seul !

Et puis 122 conquêtes, finalement ce n’est pas tellement (par rapport aux 4000 de Rocco Siffredi). Alors pourquoi est-il resté, lui, comme « le » séducteur ?

Grâce à sa pensée, ou philosophie de jouisseur et d’homme libre et le fait que celle-ci soit connue grâce à son travail d’écrivain.

Trop libre pour se marier, trop « honnête » pour faire le joli-cœur pour des raisons purement financières, cet anti-gigolo a qualités et défauts. Oui, il a profité quelques fois de sa supériorité intellectuelle. Oui, il a parfois été fripon, mais lui-même l’avoue, c’est parce qu’il était dans le besoin.

Il n’était pas non plus un chasseur de trophées, un collectionneur de femmes. Non, il était au contraire un cœur d’artichaut qui s’attache.

Il pouvait porter secours aux dames. Il ne profitait pas d’une jeune fille promise à un grand avenir en la dépucelant sauvagement. Ce fut un homme d’honneur, de courage. Bref, un « bon gars ».

Le seul objectif de sa vie aura donc toujours été de répondre à son besoin intense de plaisir. Ses frasques amoureuses lui causèrent d’ailleurs bien des soucis avec les lois de l’époque.

Mais son talent, son intelligence, en font un personnage d’exception qui a su rentrer dans la légende.

À propos de l’auteur : Je m’appelle Konsti. Je suis psychologue, le fondateur de CoachDrague et l’auteur des guides Plus jamais seul ! et Tu la veux, tu l’auras. Je suis passionné par l’analyse profonde des interactions homme-femme, le polyamour, l’hypnose et la sexualité. Mon style de drague est direct et sincère.

  • kamal dit :

    Magnifique ! J’adore cette idée d’écrire sur les grands séducteur de l’histoire ! J’attends la suite. ;-)

    (La question qui se pose maintenant… vas-tu rédiger un article sur moi ? ! Ok, je sors… lol )

    • Konsti dit :

      Hello Kamal ! Comment va, l’ami ?

      (La question qui se pose maintenant… vas-tu rédiger un article sur moi ? ! Ok, je sors… lol )

      Je ne savais pas que t’étais si vieux que ça ! :-p

  • >