≡ Menu

Les 6 leçons de séduction de Steve Jobs

Ceci est un article de Cornelius, l’esprit dérangé derrière SeductionAcademy.fr. Sa mission : t’aider à surmonter tes peurs pour injecter plus de fun, de passion et de sexe dans tes relations avec les femmes. Clique ici pour découvrir le meilleur de son site.

Quand je veux montrer que mon Principe de Polarisation s’applique au delà de la séduction, je prends souvent l’exemple d’Apple et de Steve Jobs.

Pourquoi ?

Parce que Jobs a construit son succès en refusant d’aller dans le sens de la masse.

C’est assez étonnant de voir ce qui se passe sur le marché aujourd’hui : tous les fabricants d’électronique se marchent dessus avec des produits essentiellement similaires.

Il semble que la seule façon de rester en jeu est de faire moins cher que les autres.

Sauf si on s’appelle Apple.

Apple se fait des couilles en titanium en sortant un produit plus cher que les autres…

… et en disant « Si ça ne te plais pas, va te faire foutre. »

Je trouve ça incroyablement cool.

Parce que si je dois choisir, je préfère être le mec qui écris ses propres règles et qui se fait plaisir plutôt qu’un des 40 clowns qui se bagarrent pour ce qu’il reste du gâteau.

Cornelius serait-il un fanboy ?

Le plus fort, c’est que je n’aime même pas les produits Apple.

J’ai un PC Asus et un téléphone Samsung. De toute ma vie, j’ai acheté un seul produit de la firme à la pomme : un iPod nano aux alentours de 2007.

Mais tu peux attendre longtemps avant que je te parle d’Asus dans un article sur ce blog !

Tu peux aimer Apple, ou peux les détester, mais tu ne peux pas nier qu’ils ont compris quelque chose d’important.

Et dans cet article, tu vas apprendre 6 leçons de séduction que tu peux tirer de la vie de celui qui a tout commencé, Steve Jobs.

Note : Toutes les citations viennent du bouquin Steve Jobs de Walter Isaacson… traduites par mes soins (parce que je lis en anglais, t’as vu).

Leçon n°1 : aie une vision du succès

S’il y a une seule chose qui explique le succès de Jobs, c’est sa vision.

La raison est simple : si tu ne sais pas où tu vas, tu ne risques pas d’y arriver.

Jobs savait où il allait, et il était prêt à te rouler dessus avec un rouleau compresseur si tu te trouvais sur son chemin.

Hertzfeld :

Jobs se voyait comme un artiste, et il encourageait l’équipe de développement de Macintosh à nous voir comme ça nous aussi. Le but n’a jamais été d’écraser la compétition ou de faire plein d’argent. C’était de créer le meilleur produit possible.

Est-ce que ça veut dire que tu dois commencer à prédire le futur de l’électronique grand public ?

Bien sûr que non.

Mais tu dois savoir ce que tu veux dans ta vie :

  • Quel genre d’homme est-ce que tu veux être ?
  • Quel genre de personnes est-ce que tu veux avoir dans ta vie ?
  • Quel genre de relations est-ce que tu veux avoir ?

Et ne vas pas me dire « BAISE, BAISE, BAISE ». Tu sais comme moi qu’il y a quelque chose de plus important derrière tout ça.

Leçon  n°2 : sois exigeant avec les gens qui t’entourent

Jobs :

L’expérience Macintosh m’a appris que les meilleurs aiment travailler avec les meilleurs, ce qui veut dire qu’on ne peut pas tolérer ceux qui sont moins bons.

Est-ce que tu mets des limites au comportement que tu acceptes des gens qui t’entourent…

… ou est-ce que tu te laisses marcher dessus parce que tu veux apparaître sympa ?

Jobs était totalement intolérant, parce qu’il n’avait pas peur d’être perçu comme un connard (c’est la leçon n°3), et du coup, il faisait rapidement fuir les gens qui ne remplissaient pas ses critères.

C’est le Principe de Polarisation en action, mais évidemment, il faut commencer par établir tes critères.

Par exemple, j’ai décidé que mon temps est ce que j’ai de plus précieux. Si une fille essaie de me mener en bateau en me faisant miroiter quelque chose au bout du tunnel « si je suis sympa », je n’attends pas de voir ce qui va se passer : je vais très vite aller voir ailleurs.

Quels sont tes critères concernant les gens qui t’entourent ?

Leçon n°3 : n’aie pas peur de passer pour un connard

Quand tu es exigeant avec les gens qui t’entourent, attends-toi à ce que certains se disent « Pour qui il se prend celui-là ? ».

Jobs lui-même a souvent fait face à cette réaction.

Souviens-toi que son conseil d’administration l’a viré de l’entreprise qu’il avait fondée !

Avec les filles, c’est pareil : tu ne peux pas réussir sans vexer des gens.

Pour reprendre mon exemple, quand je t’ai dit que je dégage rapidement une fille qui me fait perdre mon temps, je pouvais presque entendre un bien-pensant s’exclamer : « Tu n’es qu’un salaud qui ne pense qu’au cul. Tu ne fais rien pour personne sans qu’ils ne couchent avec toi. »

À ça, je répondrais :

  • C’est pas vrai, d’abord. J’ai écrit cet article pour les lecteurs de CoachDrague. Et selon mes calculs, il est assez improbable que je reçoive une faveur sexuelle de la part d’un d’entre vous.
  • Ok, je suis un connard. Maintenant, tu veux bien te casser de chez moi et me laisser finir mon article ?

Leçon n°4 : sois passionné

Nous sommes comme les petits papillons de nuit qui se rassemblent autour des ampoules : nous sommes irrésistiblement attirés par ceux qui vivent avec passion.

Tu n’as qu’à voir les conférences annuelles de Steve Jobs à la grande époque. C’était des événements énormes. Tout le monde ne parlait que de ça.

Des milliers de gens se déplaçaient pour aller voir ce mec en col roulé monter sur scène et parler de sa dernière invention.

On aurait pu croire que c’était le concert du siècle, mais c’était juste l’annonce de la commercialisation d’un produit.

N’importe quelle autre entreprise aurait fait un communiqué de presse que tout le monde aurait ignoré.

Mais tous les médias se marchaient dessus pour faire la publicité de Steve Jobs.

Pourquoi ?

Parce que quand il montait sur scène, il était sincèrement convaincu qu’il était en train de te montrer le meilleur produit jamais conçu par l’homme.

Et du coup, tout le monde voulait le croire, et partager sa passion.

Leçon n°5 : crée ta réalité

Le monde qui nous entoure est beaucoup plus malléable que nous ne le pensons à première vue, et c’est quelque chose que Jobs comprenait bien.

C’est que ces collègues appelaient son « champ de distorsion de la réalité ». Wozniak, qui était aussi terre à terre que Jobs était retors, était surpris de voir à quel point c’était efficace :

Son champ de distorsion de la réalité entre en jeu quand il a une vision illogique du futur. Par exemple, quand il m’a dit que je pouvais programmer le jeu Breakout en quelques jours seulement. On réalise que ça ne peut pas être vrai, mais il arrive à le rendre vrai quand même.

Si tu crois que tu ne peux pas faire quelque chose à cause d’une raison X ou Y, demande-toi : si tu étais absolument déterminé à réussir, est-ce que tu pourrais le faire quand même ?

Dans la plupart des cas, tu décides de ce qui est possible ou impossible. Par exemple :

  • Est-ce que c’est vraiment impossible d’aller voir une fille et de lui dire que tu as envie de la rencontrer, sans aucun prétexte ?
  • Est-ce que c’est vraiment impossible d’aborder une fille quand il y 10 personnes qui te regardent ?
  • Est-ce que c’est vraiment impossible de fermer cet article  MAINTENANT et d’appeler une fille qui te plaît pour lui proposer un rendez-vous ?

Leçon n°6 : sois brutalement honnête

À mesure qu’Apple grandissait, Jobs s’est aperçu qu’il allait avoir besoin d’un PDG expérimenté pour gérer l’entreprise pendant qu’il s’occupait de développer les nouveaux produits.

Il avait décidé d’engager le PDG de Pepsi, John Sculley. Mais Sculley hésitait à prendre le risque de quitter Pepsi pour tenter sa chance avec Apple.

Pour le convaincre, Jobs est allé le voir à New York. Jobs le fixa sans cligner des yeux. Sculley marmonna un dernier refus, suggérant qu’ils devraient peut-être rester amis et qu’il pourrait conseiller Jobs sans s’impliquer directement :

Quand tu es à New York, je peux passer du temps avec toi.

Plus tard, il se souvint de l’instant critique :

Steve a baissé la tête et regardé ses chaussures. Après une pause longue et inconfortable, il m’a lancé un défi qui m’a hanté pendant des jours et des jours : « Est-ce que tu veux passer le restant de tes jours à vendre de l’eau sucrée, où est-ce que tu veux avoir une chance de changer le monde ? »

C’est tellement bon que je n’ai rien à rajouter…

Leçon bonus

Ces 6 leçons sont des exemples parfaits du Principe de Polarisation en dehors du contexte de la séduction.

Mon objectif est de te montrer que c’est en n’ayant pas peur de froisser quelques rabat-joie qu’on peut accomplir des choses vraiment remarquables.

Et franchement, qui à part Steve Jobs a accompli autant de choses incroyables en froissant autant de gens ?

À mon modeste niveau, j’essaie d’en prendre de la graine.

Et ça marche du tonnerre, que ce soit avec mes amis, avec mon site… et bien sûr avec les filles.

Si tu veux apprendre comment appliquer ces principes dans tes conversations avec les filles et te distinguer de la masse, alors télécharge Sortez du lot – 5 Moyens d’intriguer une fille et de lui donner envie de vous revoir.

À propos de l’auteur : Cornelius est un savant fou de la séduction : il rejette les conseils classiques, les techniques des gourous ou même le bon sens. Sa mission ? T’aider à surmonter tes peurs pour injecter plus de fun, de passion et de sexe dans tes relations avec les femmes. Clique ici pour découvrir le meilleur de son site.

  • Mick dit :

    Génial cet article. En particulier les trois questions révélatrices à la fin de la leçon 5… Nous devons cesser d’être notre propre ennemi.

  • >