≡ Menu

Fantasme sexuel : l’homme « invisible »

Ceci est un article dans la catégorie Fantasmes féminins. Le but de cette catégorie est de te titiller, de stimuler ton imagination et de te donner un petit aperçu de ce qui se cache réellement aux fins fonds de l’esprit d’une femme. AVERTISSEMENT : cet article est réservé uniquement aux adultes. Si tu es mineur, alors ferme cette page ou consulte un article d’une autre catégorie. Si tu es une femme et si tu souhaites partager (un de) tes fantasmes avec nous, alors publie-le(s) dans les commentaires ci-dessous. Si la qualité répond à nos critères (contenu, style, grammaire et orthographe), alors ton fantasme sera publié en tant qu’article.

« Ce soir, je serais l’objet de tous tes désirs. Ne laisse pas la lumière de ta chambre allumée et ne porte rien. »

Ce petit message que j’ai reçu à mon réveil a chamboulé toute ma journée. Je n’arrivais plus à me concentrer. Je ne reconnais pas le numéro et une petite peur me noue l’estomac.

En fait, ce n’est pas vraiment de la peur. C’est une hésitation mélangée à de l’excitation. Je n’arrive pas à avoir les idées claires. J’essaye de deviner qui se cache derrière ce message, mais je n’ai pas la force d’appeler et de vérifier.

Je rentre enfin à la maison à 19h. Le message n’annonce aucune heure. Je prends ma douche et je traîne en serviette dans la maison. Je me verse un grand verre de vin et je me laisse perdre dans mes pensées.

Qui a les clés de chez moi ?

Ma colocataire. Il n’y a qu’elle.

Je l’appelle pour vérifier si elle n’a pas donné les clés à quelqu’un et tout ce que j’ai c’est la voix de son répondeur.

À 21h je décide d’aller m’allonger sur mon lit. Comme par instinct, je reste nue. J’éteins la lumière et je m’assois au bord du lit. Mon téléphone vibre. Un autre message : « Good Girl. N’aie pas peur ma belle, tu me connais. »

J’entends la clé tourner dans la serrure. Mes sens se mettent en alerte. Je regarde vers la porte puis tourne les yeux vers la fenêtre. Le sang coule dans mes veines à une vitesse incroyable. Mon cœur rate un battement. Je sens une silhouette derrière moi. Puis des doigts se posent sur mes épaules. Je connais ces doigts. Je connais cette odeur.

« C’est toi ?! »

« Shhhht… Ne dis rien. »

Je ferme les yeux.

Je suis beaucoup plus rassurée. Je me détends enfin. Je sens les mains musclés et fermes parcourir mon corps. J’avance un peu mes doigts maladroitement pour essayer d’atteindre la silhouette qui se tient devant moi dans la pénombre, mais une main virile retient fermement ma poignée.

J’ouvre la bouche pour protester et des lèvres s’abattent sur elle pour la faire taire. J’écarquille les yeux comme pour essayer d’apporter un peu de lumière.

Ai-je deviné juste ?

C’est un baiser dont la sauvagerie est nuancée par la douceur de la chair. Je me laisse aller contre cette caresse et j’entrouvre mes lèvres pour accueillir la langue avide qui s’y introduit.

Nos bouches se mêlent en une dance primitive…

… et ma respiration s’accélère jusqu’à ce que l’air manque à mes poumons. Ses lèvres me quittent aussi soudainement qu’elles m’ont envahies.

J’essaye à peine de reprendre mon souffre quand ses mains fortes me tiennent par la taille et me soulèvent, m’arrachant un gémissement qui ressemble plus à un cri.

Son corps est nu. Je sens ses muscles contre ma poitrine que la serviette vient de quitter. C’est un corps qui me semble à la fois familier et étrange.

Il ne porte rien. Je le sais, parce que je sens son érection contre ma cuisse. Je sens sa grosse bite veineuse contre ma peau.

Ce point de contact est si chaud que j’ai l’impression qu’il brûle. Il me plaque contre lui me retenant d’une main par la taille. Sa jambe vient se faufiler entre mes cuisses pour les écarter. Son autre main vient se plaquer contre ma cuisse pour la soulever.

Je sens un liquide chaud et visqueux couler entre mes jambes.

Petite salope !

Je mouille déjà. Je mouille au point de sentir ma mouille couler. Ses doigts viennent explorer ma chatte. Je sens un sourire se dessiner sur ses lèvres.

Comme pour cacher ma honte, je plaque mes lèvres contre les siennes et je me perds dans un baiser si passionnel tout en espérant qu’il fera de même. Mais il ne perd pas son temps.

Il m’embrasse tout en fourrant ses doigts dans ma chatte. Je les sens entamant un va-et-vient énergétique et je sens un feu brûler en moi. Je sens une boule de feu grandir et quitter mon ventre pour venir me brûler ce qui me reste d’idées claires.

Je suis au bord de l’explosion quand tout s’arrête soudainement. Doucement, ses doigts se mettent devant mes lèvres m’obligeant à me lécher.

J’ouvre la bouche et sens ma mouille. Mais je sens surtout ses doigts qui me pénètrent la bouche doucement, très doucement.

Lentement, il me pose sur le lit et vient se mettre entre mes cuisses.

Puis, avec toute la lenteur du monde, il commence à me pénétrer. Je sens son gland écarter mes lèvres, titiller mon clitoris. Je cambre mon dos et j’attends que cette bite, qui me pressait la chair des cuisses tout à l’heure, me remplisse de l’intérieur.

Mais, non !

Il ne rentre pas et continue à attiser le feu qui brûle au creux de mon ventre en me titillant le clitoris du bout de la bite.

Je gémis.

Je sens le désir remonter en moi.

J’halète comme un chien devant un bon morceau de viande.

Je sens la salive remplir ma bouche. Je mets mes mains sur ses épaules et j’essaye de l’attirer vers moi. Mais il résiste. Il est plus fort que moi, et il continue à titiller mon clitoris.

Soudain, il s’arrête et je n’ose pas ouvrir les yeux. Je sens des poils entre mes cuisses.

C’est ses cheveux !

Sa langue se plaque contre ma chatte. Et il me lèche lentement du bas vers le haut comme pour ne rien rater du liquide qui en coule. Mon corps se tend encore et je sens tous mes muscles se crisper. Mes mains s’agrippent aux draps et mes gémissements deviennent de plus en plus forts.

Je vais bientôt exploser. Je cambre le dos davantage et mes pensées deviennent une sorte de brouillard.

Soudain, tout s’arrête.

Non !

Pas une fois de plus !

Mon corps ne demande qu’à être délivré !

Je lance un juron et je sens tout de suite sa bite qui s’introduit sans préambule en moi.

« Doucement ma belle ! »

Ces mots ont sur moi l’effet d’une bombe. Je ne gémis plus.

Je crie !

Je n’arrive plus à retenir ma voix. Mes idées partent dans tous les sens. À mesure que ses coups de reins deviennent plus violents, mon orgasme monte.

Mon corps entier se met à trembler. Je lance ma tête en arrière et j’enfonce mes doigts dans les draps.

« Vas-y ma belle. Jouis pour moi ! ».

À ces mots, j’explose.

Je sens sa bite qui me quitte d’un coup laissant place à ce liquide qui jaillit de ma chatte comme un fleuve. Mon corps est pris dans un tourbillon de sensations et de vibrations que j’essaye de contrôler en vain. Je me laisse aller jusqu’à ce que ça se calme tout seul.

Je prends le temps de reprendre mon souffle. J’essaye de rassembler mes idées avant d’avancer des mains tremblantes cherchant un corps qui serait allongé près de moi.

Mais je ne trouve rien.

Prise de panique, je me lève.

J’allume la lumière et je manque de m’écrouler quand je ne vois personne dans la chambre.

Ai-je rêvé ?

Non.

Les draps défaits me fournissent la preuve qu’il s’est bien passé quelque chose ici. J’entends un bruit dans la cuisine. Je cours voir.

Et je le vois, là, debout dans sa nudité presque divine en train de se verser un peu de vin.

À propos de l’auteur : À 23 ans, Luna plaque tout. Son travail dans le domaine médical ne lui apportait pas la satisfaction qu’elle voulait. Elle se consacre entièrement à l’écriture. C’est une lectrice compulsive qui s’intéresse à la sexualité et la séduction. Elle est attirée par les hommes et les femmes tant que la passion est là.

  • Flaw dit :

    Belle plume Luna, j’avais l’impression d’y être et j’aurais bien aimer d’ailleurs ;)

  • Alabi dit :

    Happy birthday à toi luna et welcom au groupe de coach drague. J’adore déjà tes fantasmes, l’excitation est vraiment intéressante. Impatient de te lire a nouveau.
    ;-)

    • LUNA dit :

      Salut à toi

      Tout d’abord, merci et merci. (Pour les autres, oui c’est mon anniversaire et vous voir apprécier mes « petits » fantasmes est le meilleur cadeau qu’on puisse m’offrir).

      Me lire de nouveau… Intéressant !

      Vos demandes sont des ordres messieurs… Je compte bien vous offrir plus d’une idée pour apporter un peu de piment dans vos vies sexuelles. (C’est un service que je rends surtout à celles qui n’oseront jamais vous l’avouer).

  • Franck dit :

    Waouh…..!!!! Quel récit réaliste!

  • Pascal dit :

    Bonjour Luna.

    Bon anniversaire.

    Ouah quelle belle histoire.

    J’en avais les couilles qui frétillent et une erection.

    Moi qui adore lécher le sexe humide d’une femme mmmmm.

    Il me tarde de faire ce qui est écrit.

    Il me faudra juste trouver avec qui.

  • Koyraga dit :

    En lisant ce récit écrit par une femme on a vraiment envie d’être a la place de ce mystérieux imaginaire de mec.

  • Cedric dit :

    Hbd pour toi

  • hianis dit :

    très joli et HBD a toi

  • Positif dit :

    Article très excitant je dois l’avouer … j’ai une question à propos du cunnilingus messieurs, j’ai eu l’occasion de le faire 1 ou 2 fois et j’avoue trouver cela très excitant. Mais le faîtes à chaque fois avec chaque nouvelle partenaire, ou bien par prudence d’éventuels IST vous préférez le faire avec une Femme en particulier pour diminuer les risques ( Sexe friends, ou copines) ?

    • LUNA dit :

      Je me permet de te répondre,

      Comment peut-on baiser une fille sans la rendre plus « humide » en bas?!

      Car, crois-moi, toutes les filles ne vont pas t’accueillir avec les chutes du Niagara… Il faut les exciter et les « préparer »…

      Alors si tu as peur des IST, essayes de bien choisir tes partenaires.

      Même en ne faisant pas de cunni, en ne touchant pas la femme et en la baisant avec une capote, tu  »diminue » le risque, tu ne l’annule pas.

      A toi de voir après, vivre dans la peur des IST ou faire vivre a tes partenaires des expériences incroyables. ;-)

  • >