≡ Menu

Fantasme féminin : le nouveau boss

Ceci est un article dans la catégorie Fantasmes féminins. Le but de cette catégorie est de te titiller, de stimuler ton imagination et de te donner un petit aperçu de ce qui se cache réellement aux fins fonds de l’esprit d’une femme. AVERTISSEMENT : cet article est réservé uniquement aux adultes. Si tu es mineur, alors ferme cette page ou consulte un article d’une autre catégorie. Si tu es une femme et si tu souhaites partager (un de) tes fantasmes avec nous, alors publie-le(s) dans les commentaires ci-dessous. Si la qualité répond à nos critères (contenu, style, grammaire et orthographe), alors ton fantasme sera publié en tant qu’article.

Les courses du matin m’ayant pris beaucoup de temps, je suis en retard à mon rendez-vous. Une douche, vite !

Je n’ai même pas le temps de me faire un peu de plaisir.

Tant pis !

Je n’aurai qu’à fantasmer après sur mon nouveau boss. Je relève mes cheveux en une queue de cheval et j’applique un peu de rouge à lèvres. J’enfile une petite robe noire et je mets mes bottines couleur crème.

Je sors vite et je monte dans mon taxi qui m’attend déjà depuis une bonne demi-heure.

Merde, j’ai oublié de porter une culotte

Heureusement que ma robe est assez moulante.

Je rentre dans un vaste bureau. Il est là, beau, grand, très bien bâti. Je le regarde se lever et contourner le bureau pour venir me serrer la main.

Ce spectacle d’un prédateur en train de s’approcher de sa proie doucement, avec tant de grâce met tous mes sens en alerte. Mes tétons durcissent à ce spectacle et je sens déjà que ma chatte réagis très violemment.

J’use de toutes mes forces pour rester tranquille sur ma chaise et le fait qu’il s’est assis devant moi en évitant de retourner derrière le bureau me trouble.

Que veut-il me dire ? Qu’il ressent la même chose ? Ce pantalon si serré ne me laisse rien deviner.

J’essaye de rester lucide tout le long de notre entretien, mais voir ses doigts bouger, sa langue qui humidifie ses lèvres, ses yeux qui me fixent, ses pupilles qui se délattent à chaque fois je bouge sur ma chaise pour essayer de calmer ce feu qui brûle en moi, me rend dingue.

Je n’ai qu’une seule envie

Que cet entretien finisse pour que je puisse rentrer tranquillement chez moi et me masturber jusqu’à ne plus avoir de force dans mes doigts.

Une heure passe. C’est enfin fini. Il me tend la main comme pour sceller notre accord et me dit en même temps : « Que diriez-vous d’un verre ? Il n’y a plus personne dans le bâtiment pour me tenir compagnie. »

Et c’est là que les idées défilent dans ma tête à toute vitesse. Il est seul. Il n’a rien à faire après vu qu’il me propose un verre. Il est beau et je suis plus que disposée à laisser ces mains viriles parcourir mon corps en entier. Non, ce n’est pas de cette façon que je compte sceller notre accord.

Je regarde sa main tendue vers moi puis je relève doucement les yeux. Il remarque ce changement brusque dans mon regard. Je le fixe avec des yeux brûlants de désir et d’excitation et sans rompre ce contact, je me lève lentement en usant de toute ma volonté pour garder un certain rythme dans mes gestes et je m’approche de lui tout en contournant la petite table basse qui nous séparait.

Je me place entre lui et le bureau, et tout en m’appuyant sur mes bras, je m’assieds sur le bureau. Je relève mes jambes pour les mettre de part et d’autre de lui, lui offrant un spectacle exquis.

La robe relevée, il ne peut s’empêcher de baisser les yeux vers mon entre jambes, totalement nu et luisant par la mouille qui en coule.

Je porte ma main vers mes cheveux et je les détache, laissant ma longue chevelure tomber en cascade derrière moi.

Je cambre le dos comme pour l’inviter à me joindre

D’un geste brusque, il se lève, m’attrape les cuisses et pince légèrement. Il met une main derrière mon dos et l’autre sur ma hanche et m’attire vers lui.

Je sens enfin, à travers le tissu de son pantalon, la preuve que je ne l’ai pas laissé de marbre depuis le début.

Ses lèvres se mettent sur les miennes et il m’embrasse avec une telle fougue mélangée à quelque chose de doux me faisant perdre ce qui restait de lucidité en moi.

Je sens sa main derrière ma nuque, me retenant contre lui tandis que l’autre ouvre la fermeture éclair de ma robe.

Des deux mains, il tient les manches de ma robe et la descend d’un coup sec m’arrachant un gémissement sans pour autant libérer mes lèvres.

J’enroule mes bras autour de son cou et je l’attire à moi. Il sent la dureté de mes tétons à travers le tissu fin de sa chemise, ce qui l’excite encore plus.

Je romps notre baiser pour me laisser tomber en arrière lui offrant le spectacle de mes seins en l’air et de ma chatte gonflée.

Il recule un peu pour admirer le paysage puis, comme pour ne pas en rater une miette, il tient ma robe des deux mains et la fait descendre jusqu’à mes pieds pour me les bloquer en haut.

D’une main, il plaque mes cuisses contre mon ventre…

… et se met à me lécher la chatte tout en taquinant mon clitoris de sa main libre.

Les mouvements circulaires que fait sa langue sur ma chatte me font perdre la tête.

Je commence à haleter comme un chien.

Mon corps entier vibre au rythme de ses caresses et je sens que je vais bientôt exploser.

C’est là qu’il arrête.

Je relève ma tête et j’ouvre difficilement mes yeux pour voir ce qu’il se passe. Mes yeux rencontrent les siens et je remarque une étincelle, un regard pénétrant qui en dit long sur ses intentions.

Ce n’est pas que du regard qu’il compte me pénétrer.

Sans enlever ses vêtements, il ouvre sa braguette et sa grosse bite veineuse surgit comme un trophée. C’est la preuve même de l’effet que j’ai sur lui.

Cette constatation me fait l’effet d’un volcan et une chaleur nouvelle parcoure tout mon corps. D’un coup de pied, je jette ma robe comme un vieux torchon aussi loin que possible et j’écarte un peu plus mes jambes comme pour l’inviter à rentrer sans tarder.

Mais, il ne le fait pas !

Du bout de la bite, il me taquine.

Il fait parcourir son gland entre mes lèvres sans entrer, ce qui m’arrache un gémissement de frustration mêlée à un plaisir inavoué.

Je commence à me tortiller et je cambre le dos comme pour lui montrer ce qu’il rate en me refusant l’accès entier à sa bite.

Je sens qu’il sourit. Puis, d’un coup sec, il me pénètre, m’arrachant un cri si aigu qu’il résonne dans tout le bâtiment.

Il me laisse m’habituer à sa présence en moi pendant quelques secondes puis entame un aller-retour en moi faisant augmenter l’intensité du feu qui brûle dans mes entrailles à chaque coup de rein.

Je m’agrippe aux bords du bureau et il plante les doigts dans la chair de mes cuisses pour me tenir immobile. Ses coups de rein deviennent plus violents et il garde un rythme constant faisant naître en moi un tourbillon de sensations qui me font perdre tout contact avec la réalité.

« Vas-y, maintenant ma belle ».

À ces mots, j’explose en un cri.

Je l’arrose du fruit de mon orgasme…

… et il se retire d’un coup pour observer le spectacle qui se passe devant lui.

Moi, toute nue, sur son bureau, en train de vibrer de la tête au pied, essayant de reprendre difficilement mon souffle.

La tempête se calme doucement. Je garde les yeux fermés pour profiter des dernières vibrations de mon corps. J’essaye de savourer chaque instant avant que ça ne se dissipe.

J’ouvre doucement les yeux et la lumière m’aveugle. Je sens ses mains qui m’entourent et me relèvent. Il s’assied et me met sur ses genoux.

J’ouvre enfin les yeux entièrement pour tomber sur son sourire charmeur. Il m’embrasse lentement, langoureusement, faisant naître en moi un sentiment d’appartenance et de paix.

Puis, tout doucement, il rompt notre baiser et me regarde droit dans les yeux : « Je sens que notre collaboration va bien se passer. »

Je souris timidement et il me dit : « Je vais me changer et on va boire ce verre. A moins que tu ne veuilles qu’on aille le boire dans mes appartements ?! ».

Je lui offre mon meilleur sourire pour toute réponse et il comprend très bien le message.

À propos de l’auteur : À 23 ans, Luna plaque tout. Son travail dans le domaine médical ne lui apportait pas la satisfaction qu’elle voulait. Elle se consacre entièrement à l’écriture. C’est une lectrice compulsive qui s’intéresse à la sexualité et la séduction. Elle est attirée par les hommes et les femmes tant que la passion est là.

  • Alabi dit :

    Waoh ! Quel putain d’entretien ! Je Bandais déjà depuis « j’use de toute mes forces pour rester tranquille sur ma chaise… »

    Ayant un esprit pourri, cet article a été appétissant.

    Impatient de te lire à nouveau.

    • LUNA dit :

      Un esprit pourri ?!

      Pas tant que ça… (Il suffit de me lire pour comprendre que ton esprit n’est pas aussi pourri que le mien.)

      Me lire de nouveau…

      Je peux t’assurer que j’ai encore des trucs plus « pourris » que ça dans ma poche… (Ma poche… Ouais… Qui a dit que les mecs pensent avec leurs quéquettes ?!… Et les femmes alors ?!)

  • Mickael dit :

    Génial !.;-)

    Très excitant, je suis épaté par l’audace de cet Homme qui est un vrai Leader-ship !

    C’était plutôt coool, mon pénis ne cessait d’entré en érection à chaque mots lus dans cette article avec un esprit très curieux, désireux et impatient de connaitre la fin de cet entretien ! B-)

    Mais bon… c’est déjà fait, merci coach ! :-)

    Et à très bientôt, pour un autre article ! :-)

  • harry dit :

    putain de merde ! ! ! t’es pas une malade mais t’es deux malades ! à chaque fois que je lis ton article je commence toujours par dire au fond de moi <> au finish tu y parviens toujours. tu es très forte et j’ai appris un truc dans ton article que j’ai expérimenté sur 4 de mes meufs, ca marche à merveille.je te le dirai en inbox si tu me le demande. vas-y j’attends d’autres. et tous mes encouragements

    • LUNA dit :

      Deux malades ?! Comment ça ?!

      Et encore… J’y vais doucement là…

      Ce que tu as appris dans mon article, tu peux le partager ici (ne sois pas avare avec tes semblables. Allez!! On veut tous le savoir.)

      Quoique… Me le dire ne me sera pas d’une grande aide. Je te rappelles que je suis une femme !

      Mais si ça n’exige pas la présence d’un « zizi », alors là, je veux le savoir.

      Apprendre à faire plaisir à une femme peut m’être utile un de ces jours. ;-)

  • Harry dit :

    bah DEUX malades c’est une expression de chez moi,un peu comme un superlatif. du genre tu fais une connerie qui me fait marrer et au lieu de te dire que tu es un con je dis plutôt tu es deux con. bah ce que j’ai découvert et expérimenté c’est bien-sûr avec un ,comme tu disais plus haut que le fait qu’il fasse des va et vient sans pourtant te rentrer dedans comme un léopard sur une gazelle te rendais dingue est très vrai. donc les gars même si vous avez déjà envie de plonger faites des aller-retour avec le bout de votre pénis jusqu’à ce qu’elle vous arrache la peau du dos avec ses ongles avant de la pénétrer. ca les rend dingue!d’après elles bien-sûr. et d’après l’article de notre génie luna.

  • Flaw dit :

    2ème articles avec lequel tu arrives à me donner une gaule comme c’est pas permis.
    Très belle plume Luna et tu devrais envisager d’écrire des livres érotiques, 50 nuances de Grey, même si je ne l’ai ni lu ni vu peut se rhabiller comparer à tes articles ;-)

    • LUNA dit :

      Des livres érotiques… J’y penserai. Promis. Tu seras le premier auquel je l’offrirai, mais à une condition: que Konsti soit mon co-écrivain ;-)

      Me comparer à fifty shades of Greg… Ce n’est pas sympa! Ma tête est un endroit plus sombre ;-)

      J’espère pouvoir continuer a titiller ton imagination plus longtemps…

      Bonne drague et surtout bonne Baise!

      • Grey dit :

        Ah ben bravo…j’aimerais avoir un entretien qui se passe comme ça moi.

        Sinon moi j’suis on pour être ton co-écrivain :p.

        Hâte de TE relire :)

        • LUNA dit :

          Tu peux déjà me relire…
          Le fruit défendu est déjà là!
          ;-)

    • LUNA dit :

      Des livres érotiques… J’y penserai. Promis. Tu seras le premier auquel je l’offrirai, mais à une condition: que Konsti soit mon co-écrivain ;-)

      Me comparer à fifty shades of Grey… Ce n’est pas sympa! Ma tête est un endroit plus sombre ;-)

      J’espère pouvoir continuer a titiller ton imagination plus longtemps…

      Bonne drague et surtout bonne Baise!

  • >