≡ Menu

Comment draguer efficacement et avec plaisir : les 10 règles d’or (la 9e est cruciale)

Dans un commentaire récent, un lecteur (tu te reconnaîtras…) a évoqué l’utilisation de techniques.

Qu’elles soient mentales, verbales, gestuelles ou sensuelles, ces dernières constituent une part non négligeable du processus de drague.

Draguer efficacement et avec plaisir

Voici donc ce qui me paraît le plus important pour se lancer, au delà-même de toute réussite éventuelle : prendre un maximum de plaisir !

Car tout ce qui est fait la peur au ventre n’est pas très agréable, n’est-ce pas ?

La drague se doit d’être un jeu plein de fun, non pas une torture.

That’s my point !

Inner game… le bon départ

1. Développe une attitude saine

En voici les composants :

  • humilité ;
  • fraîcheur ;
  • joie de vivre ;
  • franchise et sincérité ;
  • envie d’aller vers les autres sans juger, ni comparer ;
  • envie de donner de l’amour à ton prochain ;
  • envie de partager.

Si tu ne prends pas ton départ avec l’état d’esprit adéquat… Si tu es susceptible, à fleur de peau, plein d’arrières pensées, de rancœur…

Si tu te laisses facilement atteindre par n’importe quoi, n’importe qui… Si tu cherches ton salut dans le regard ou le jugement des autres… Si tu veux à tout prix plaire…

Alors je t’en prie… Pense « développement personnel » avant de penser « séduction ».

Fais des recherches. Lis. Remets-toi en question. Évolue !

Tu n’en seras que plus libre et équilibré. Et ce bien au delà de la drague et des femmes que tu pourras conquérir. À Prendre un mauvais départ, on finit déçu et éreinté.

Planification… rime avec modération

2. Vis le moment présent

Ce qui signifie : ni visualiser, ni imaginer des scénarios, des plans, des manières d’attaquer, des propositions… Juste les vivre en situation !

Fais confiance à ton instinct. Nous ne sommes que des animaux, après tout. Et la pensée est bien souvent ce maillon faible qui nous retient d’agir.

Imaginer relève du fantasme et de l’illusion. Cela peut facilement générer crainte et appréhension. Un gros stress qui va finalement te bloquer et réduire tes plans à néant.

Pour peu que tu perdes tes moyens, ça peut virer au n’importe quoi (comme confondre la porte des toilettes avec le secrétariat, du vécu !).

Je ne suis pas en train de te dire de ne rien planifier du tout, mais il ne faudrait pas commencer à trop fantasmer l’interaction. Celle-ci se vit tout simplement.

Dans le pire des cas, si c’est trop dur de ne pas tripper, alors visualise la rencontre idéale, avec des bonnes vibes, une nana qui réagit bien, etc. Mais évite au maximum.

J’écrirai un prochain article sur ce sujet…

Approche… tout en décontraction

3. Vas-y sans pression

Sans déconner, vas-y sans pression ! On s’en fout du résultat. Si tu l’as pas elle, t’en auras une autre, toute aussi belle et intéressante.

Se mettre la pression, c’est déjà partir en loser. Accorder trop d’importance à cette fille… Le mérite-t-elle ? La connais-tu assez pour en juger ?

Si tu as le bon état d’esprit, la bonne démarche, les résultats viendront d’eux-mêmes.

Attention ! Je ne te dis pas de mépriser les femmes, loin de là. Juste remettre les éléments à leur place : un humain est un humain, et on est tous égaux avec nos qualités et nos défauts, that’s all folks !

4. Souris et regarde la dans les yeux

Sourire et contact visuel, c’est du dit et redit, je sais… Mais je le redis !

Pour ma part, je commence par un petit regard joueur, avec des yeux de chat (dixit une copine que j’adore), légèrement plissés.

Si la fille est réceptive, je lui renvoie toute ma joie de vivre du moment à travers mon smile, comme si je m’amusais de la situation.

S’il y a cet échange visuel et cette complicité dans les regards et sourires, j’irai lui parler avec beaucoup plus d’aisance. Et j’ai déjà fait une grosse partie du taff ! Je trouve ça sympathique de théâtraliser un peu cette étape.

Tout cela n’est qu’un jeu, je vous le répète les amis ! Et qui dit jeu dit plaisir. Le plaisir se communique et se transmet. Le partage, c’est magnifique n’est-ce pas ?

5. Reste playful en toute circonstance

Ne sois pas logique ni sérieux, oh non non non, mon ami !

Encore une fois, amuse-toi de la situation, même si tu ne trouves rien d’amusant au départ. Et si, en bonus cadeau, il y a un bon prétexte d’amusement, ne passe pas à côté. Exploite-le au mieux.

6. Fonce maintenant

Eh oui, cette fameuse règle des trois secondes… Car toute attente précédant une initiative proche se transforme à la vitesse de l’éclair en un magma de sensations négatives.

Avant même d’avoir eu le temps de dégainer, tu te résignes et abandonnes. Retour à la case départ, plein de déception et de dépit. Tu es dégoûté de toi-même et te sens comme une merde…

Ce sont des souvenirs forts, tellement mauvais qu’on s’en rappelle longtemps après. Je sais de quoi je parle…

Le meilleur moyen d’éviter cet auto-affront : foncer sans réfléchir au pourquoi du comment. Et puis, comme j’aime à le penser, l’inaction et la frustration sont bien pires à endurer que le ridicule… si ridicule il y a.

A toi de redéfinir ta perception du ridicule. Et si tu décidais d’éradiquer ce sentiment, ou d’en rire systématiquement ? C’est bien plus possible que l’on peut le croire.

Ok, fonçons ensemble… action

7. Souffle le chaud et le froid

Alterne compliment et cassage en bonne et due forme, contact et prise de recul, rire et sérieux. Varie les plaisirs : donne-lui tout sauf de la monotonie !

N’aie pas peur de bousculer un peu la fille si ce n’est pas à longueur de temps, et si c’est fait avec sourire et le regard complice, voire un peu de sérieux pour alterner.

Par exemple, j’ai vanné une collègue, à qui je n’avais jamais daigné adresser la parole, en la traitant de « méchante sans scrupules » suite à une décision un peu sévère qu’elle avait prise.

Sa réaction : « Oh oui ! C’est vrai, mais j’assume ! », morte de rire !

Ça n’a l’air de rien, mais ainsi naît une complicité. La fille te catalogue à présent comme un gars joyeux, plein d’humour et de subtilité.

Attention, si tu es trop sérieux, ça peut mal tourner ! Quand tu l’as bien vannée, rattrape-toi avec un p’ti compliment, histoire d’équilibrer la balance.

Ça te fera en plus un prétexte pour la toucher, genre « Ohhh, tu l’as mal pris… Comme t’es mignonne quand t’es contrariée. » Tu la touches émotionnellement ETphysiquement. C’est beau, c’est fort, et pas si difficile à faire !

8. Ne panique pas en cas de blancs

Les silences sont d’or quand il s’agit de regarder et de sourire, sans se laisser déstabiliser par ses émotions.

C’est peut-être le moment de te rapprocher un peu d’elle et d’escalader physiquement… Comme il est souvent rappelé sur ce blog, « que dire n’est pas la question »Ton attitude directe, sincère et audacieuse sera la clé.

9. Elle t’envoie des signes ? Sois le chef !

Yep, yep, une fois qu’elle te donne des vrais signaux d’intérêts, c’est toi le chef ! C’est toi qui la gère, car tu sais qu’elle a faim ! Il faut que tu apprennes à te sentir à l’aise avec ça.

Lorsque tu penses que c’est in ze poket, ne te précipite pas, mais fais monter la tension. Tu auras plus de chances de passer la porte de ta chambre en sa compagnie si c’est ce que tu recherches. Et ne me dis pas que c’est pas le cas, petit coquin !

10. Ne sois pas trop gentil

Par pitié !

S’il te plaît !

Remplace le pot de colle mielleux que tu as été par un mec franc et sûr de lui. Quelqu’un qui n’a pas tout le temps peur des conséquences de ses actes et des « qu’en dira-t-on »…

Dis ce que tu as envie, marie-toi au feeling du moment. N’essaye pas de tout faire pour lui plaire. C’est paradoxal, mais c’est comme ça.

Les femmes sont des ovnis. Mais on les adore quand-même !

Ton dévoué pote, Freshstart.

À propos de l’auteur : A 31 ans, Freshstart a décidé de remettre sa vie et ses croyances à plat. Enseignant dans les DOM-TOM, ce passionné d’écriture et de musique s’intéresse tout particulièrement au développement personnel en relation avec la séduction. Ses deux mots d’ordre : action et écriture.

  • yani dit :

    Super bon article bon courage pour la suite.

  • Willou dit :

    Excellent article, vraiment .. ! Tout le contenu est vrai et on a vraiment l’impression de se reconnaître là dedans quand on fait ces « erreurs ».

    Merci beaucoup Freshstart ! ;)

  • Manu dit :

    J’ai vraiment adoré cet article . Je m’y suis aussi reconnu dans presque tous les paragraphes , et le fait de comprendre comment surmonter toutes ces erreurs , la peur , l’appréhension , ça a vraiment changé ma façon de penser .

    Maintenant je vais sûrement être de plus en plus détendu à force de m’entraîner
    ^^

    Franchement Freshstart merci beaucoup pour cet article ;-D

    • Freshstart dit :

      Yani, Willou, Manu : merci, merci et merci !
      N’hésitez pas à ajouter vos propositions…
      A +

  • Hugues dit :

    Salut à tous,

    Voilà encore un très bon article pour le site, merci Freshstart.

    Il n’y pas que les femmes qui soient des ovni. Ne croyez pas que ça m’amuse de jouer mon « troll », simplement j’exprime ce que je ressens et ce que j’expérimente. Il n’y a de ma part aucune volonté de me distinguer ou d’aller à contre courant. Ca concerne l’inner game.

    Tu dis « Fais confiance à ton instinct », c’est trés juste et ça tombe à point car j’ai décidé ou plus exactement ressenti la necessité de pousser cette logique à bout.

    Voilà déjà quelque temps que je zone dans la rue, dans les centres commerciaux à èpier les femmes et draguer celle qui me plaisent et je dois reconnaitre que parfois je n’ai pas envie d’aborder des filles. Alors dans ces moments là je cherche à rester motiver, continuer mes abordages et finalement ça me pompe!

    « Fais confiance à ton instinct ». Ainsi j’ai décidé de voir les choses autrement. J’ai pris le pari que cette fluctuation, intéret-désintéret pour la drague, est un signal que quelque par je fais fausse route.

    Mais où? Peu importe de savoir où.

    Je me fais confiance, je ne me force plus. Je ne renonce pas à la drague mais à la façon que je la mene actuellement.

    Bref je me fixe sur l’objectif de la drague comme je voudrais la vivre en faisant fi des moyens à utiliser concernant l’inner game et le game. J’arrete de vouloir me donner une orientation. Je fais un nouveau pas dans l’inconnu et je vous tiens au courant.

    Qu’en pensez vous?

    Ca vous arrive aussi d’en avoir marre de draguer? si oui quels sont vos réactions? Comment le vivez-vous?

    ++

    • Konsti dit :

      Salut mon Hugues !

      Il n’y pas que les femmes qui soient des ovni.

      J’ai bien rigolé en lisant ça. T’as tout à fait raison, Hugues. Et je vais y ajouter que « les hommes viennent de mars, les femmes de vénus » comme petit clin d’oeil léger (et un peu bête).

      Ne croyez pas que ça m’amuse de jouer mon “troll”, simplement j’exprime ce que je ressens et ce que j’expérimente. Il n’y a de ma part aucune volonté de me distinguer ou d’aller à contre courant. Ca concerne l’inner game.

      Aucun soucis, Hugues. Comme tu le dis, tu t’exprimes et c’est tout ce qui compte. Et j’apprécie sincèrement toutes tes contributions !

      Bref je me fixe sur l’objectif de la drague comme je voudrais la vivre en faisant fi des moyens à utiliser concernant l’inner game et le game. J’arrete de vouloir me donner une orientation. Je fais un nouveau pas dans l’inconnu et je vous tiens au courant.

      Très très très intéressant, Hugues. C’est clair que tu as une attitude beaucoup plus spirituelle, profonde, existentielle (je ne trouve pas le bon mot) de la drague (et sûrement de la vie en général) que la moyenne. Et, oui, ça me ferait vraiment plaisir que tu nous tiennes au courant. Je te prend au mot.

      Ça vous arrive aussi d’en avoir marre de draguer? si oui quels sont vos réactions? Comment le vivez-vous?

      Oh que oui… Souvent…

      Mes réactions varient. Ça dépend surtout de la durée et de la qualité du sentiment de lassitude. Si c’est un sentiment profond et prolongé (de plusieurs semaines, par exemple), alors j’arrête de draguer pour tout simplement retrouver un équilibre interne.

      Sinon je risque d’avoir ce que j’appelle un « burnout social » : t’as trop dragué, trop abordé, trop de baise, trop de râteaux, trop de visages, trop de blabla, trop de noms à retenir, trop de Julies, de Sophies, de blondes, de brunes, de mecs, de filles, trop, trop, trop de tout.

      Résultat ? Un sentiment vide, des interactions mécaniques, plus aucun plaisir à draguer, la baise ne te fait plus rien, les râteaux ne te font plus rien, plus rien ne t’intéresse chez l’autre…

      Vide, vide, vide…

      Là j’arrête tout simplement.

      Par contre, si la lassitude est le résultat de fatigue (après des heures de drague intensive), alors soit je continue encore un peu pour cultiver ma « condition physique », soit j’arrête et je me repose. Ça varie…

      • Hugues dit :

        Merci pour ta réponse Konsti. Ca me rend du tonus de savoir que les séducteurs affirmés connaissent aussi des moments de lassitudes.

        Concernant ma vision idéale de la drague, elle tient en une phrase:

        Une fille me plait, je vais la draguer!

        Je dois préciser le sens de celle-ci.
        C’est une notion complete qui ne souffre d’aucun complément ce qui implique,

        1. Je ne recherche pas une fille qui me plairait mais c’est une POSSIBILITE. Ca veut dire, je me ballade et l’attrait doit s’imposer de lui-même. Bannir le « je dois parler à une fille »; je dois est toujours orienté action pour l’action et non vers notre intention ou notre objectif (du simple compliment à vouloir rencontrer la femme de sa vie). Je ne répete pas l’erreur de me dire en voyant une femme « humm celle là, est-ce que je dois aller lui parler? Est-elle assez bien?… » NON j’ai envie ou pas!

        2.Il n’y a aucune question: où, quand, comment, pourquoi. Le désir justifie l’acte et n’est pas remis en question par des considérations intellectuelles. J’approfondirais cette notion dans la 2de partie sur les croyances. c’est EXACTEMENT comme quand tu vois un billet de 5 euro sur le trottoir, tu le ramasses sans te demander comment te pencher ou ce que tu vas en faire.

        3.Draguer. Ce n’est pas une discussion ordinaire, elle est orientée dans le but de créer rapidement une intimité ou mieux l’ambiance que tu veux lui donner.
        Par exemple:
        fille-J’aime bien aller à la piscine.
        moi neutre- ah c’est chouette tu y va souvent?
        moi drague-(un pas en arriere, je la regarde de haut en bas) Je me demande si tu mets un maillot ou un deux pieces?

        fille-J’aime bien prendre mon temps pour choisir des fringues, les essayer.
        moi ordinaire-oh non,j’aurais pas la patience.
        moi « Mystery »-C’est bien un truc de filles.
        moi drague-Tu fais pareil pour les hommes?

        fille-J’aime bien lire
        moi ordinaire-Tu lis quoi?
        moi drague-T’es plutot sexy pour une intello!

        Décryptage, en mode drague plutôt que de répondre à la fille, il faut instaurer dès le départ une ambiance,une orientation. Après on repart sur une communcation plus conventionnnelle en la pimentant d’allusions et de kinos, inutile de faire son show ou retomber dans la neutralité. le sexe n’est pas la seule option possible.

        4.Pas de plan d’action. Vivre le moment présent avec la fille, sans vouloir atteindre un but précis MAIS en gardant à l’esprit son objectif comme une éventualité et agir en ce sens. La différence est subtile mais primordiale.

        Tout aussi important, avoir des croyances. Oui des croyances avec tout ce que ça signifie de naïf et de péjoratif.

        Soyez convaincu que si la fille est celle que vous désirez, la drague passera comme une fleur quelque soit votre niveau de séducteur. Evitez de penser négatif, à savoir qu’avec une fille incompatible ça sera la galère, ça sera le cas mais pensez toujours positif. Soyez bêtement confiant même si rien ne le justifie!

        Dites-vous aussi que toutes vos aventures même malheureuses ne vous sont pas arrivées par hasard mais dans le but de vous faire progresser ou vous avertir que vous devez voir les approches différemment. Lisez ceci http://www.coachdrague.com/blog/comment-se-liberer-du-regard-des-autres/ et soyez convaincu, n’oubliez pas que je parle bien de croyances, que les mésaventures de notre cher Konsti devaient non seulement lui arriver mais lui arriver à ce moment précis! Avez-vous remarqué que ça coincide justement avec l’attente de certains lecteurs qui préfère ce ton « plus humain »
        et s’interroge sur la gestion de leur erreurs. A ce propos Konsti tu as réagi comme il fallait, bravo.

        Comme les légendes, les croyances ont leur fond de vérité. Mes meilleures rencontres n’ont jamais souffert de stress, de temps mort. Ne croyez pas devoir galerer 5 min pour lancer la dynamique, bien que ça puisse être le cas.
        Concretement? en moins d’une minute la fille demande « et tu parles souvent comme ça aux filles » « tu viens pour me draguer » « c’est dingue que tu viennes comme ça me parler! »…etc, je vous assure que c’est très bon signe et surtout répondez honnetement, oui je parle aux inconnues, oui je viens draguer… Une fois j’ai interpellé une fille qui descendait un escaltor alors que je montais, elle revenue exprès dans le centre commercial pour me demander « pourquoi tu m’as dit ça? »… l’échange de numéros c’est fait sans problème (c’est récent la suite est à venir).

        J’ai commencé la drague de rue fin ’80 pendant que Mystery regardait Winnie l’ourson, aucun soutien, aucun conseil, aucune methode, seul et complexé. Pourtant j’avais plus de close que maintenant avec une methode calibrée, fausse contrainte de temps, arreter la fille et tout le touintouin. Je ne dis pas que la methode est mauvaise que du contraire mais non intégrée à notre personalité elle représente plus une source de stress et un comportement emprunté donc avant tout soyez naturel, spontané même si ça va à l’encontre de l’académisme. Aprés vous pourrez affiner.

        Considérez que rien ne vous arrive par hasard et que ça va dans les sens (bon ou mauvais) de votre vision de la vie, vous serez surpris d’y voir une cohérence et même une certaine « logique ». Que tout ce qui vous arrive même de mauvais est une opportunité de vous améliorer, d’y voir plus clair, ne négligez rien même des choses insignifiantes comme une impression subite de chaleur que rien ne justifie, le chant d’un oiseau, un malaise vague.

        La prochaine étape est de considéré la drague comme une conséquence afin que se soit aussi naturel et évident que dire bonjour à la caissiere.
        J’y reviendrais

        ++

        • Eric dit :
          Draguer. Ce n’est pas une discussion ordinaire, elle est orientée dans le but de créer rapidement une intimité ou mieux l’ambiance que tu veux lui donner.
          Par exemple:
          fille-J’aime bien aller à la piscine.
          moi neutre- ah c’est chouette tu y va souvent?
          moi drague-(un pas en arriere, je la regarde de haut en bas) Je me demande si tu mets un maillot ou un deux pieces?

          fille-J’aime bien prendre mon temps pour choisir des fringues, les essayer.
          moi ordinaire-oh non,j’aurais pas la patience.
          moi “Mystery”-C’est bien un truc de filles.
          moi drague-Tu fais pareil pour les hommes?

          fille-J’aime bien lire
          moi ordinaire-Tu lis quoi?
          moi drague-T’es plutot sexy pour une intello! »

          Bravo Hugues tu es un artiste! ;)

          • Hugues dit :

            Merci Eric

            c’est trop :)

            • Hugues dit :

              Salut Eric,

              Comme tu sembles t’intéresser à la spécificité du code de la drague voici une anecdote en rapport à ce que j’ai ecrit ci-dessus.

              FAITS
              La semaine dernière j’ai abordé une fille qui m’a laissé son GSM. Dimanche pour le 1er mai je lui envois un sms, le numéro était faux!

              REACTION NORMALE POSSIBLE
              « Elle s’est bien foutue de ma gueule »
              « Si je la revois je la snobe, ça serait cool si j’étais avec une fille super canon »

              MA REACTION
              Elle a du faire une erreur, le courant semblait bien passer entre nous.
              Si c’est le cas je la reverrais et tout se passera bien (croyance).
              Effectivement je l’ai revue fin d’apres midi, presque qu’au même endroit de notre rencontre (normal les centres commerciaux sont un peu comme des villages). Je lui explique l’affaire, corrige son numero.

              chez moi je lui envois le message suivant:
              C’est le bon. Tu avais été troublée par mon charme (j’ai aussi quelques notion de pub)

              « c’est le bon »: ça, c’est du 12eme degre. Je ne précise pas que je parle du numero, a t-elle pensé à autre chose?

              Dans la suite « charme » fait référence à la séduction et « pub » pour donner de l’ironie on se connait pas trés bien je veux pas passer pour un prétentieux et parfois les filles ont l’humour assez limité.

              J’ai ecrit ce texte comme il me plaisait et non en pensant à lui faire une impression.

              ++

              • Eric dit :

                Salut Hugues et condoléances,

                J’aime bien le côté joueur de la drague, cocky and funny comme disent les ricains…
                Pour moi ce n’est pas toujours un réflexe naturel…
                C’est un état d’esprit, une « bonne » inspiration c’est de l’art!
                Quand on arrive à instaurer cette complicité avec une fille, j’adore, le côté sexuel devient une évidence c’est beau :)

                Merci l’artiste

              • Hugues dit :

                Salut à tous,

                Eric, j’ai une bonne nouvelle, ce réflexe n’est pas si difficile à acquérir. Cependant tu dois pouvoir te faire confiance. Je ne prétends pas y être arrivé mais ma détermination dans cette voie porte ces fruits bien mieux que par tous mes efforts « volontaires » du passé. Voici quelques exemples pour te faire comprendre cette orientation.

                Aujourd’hui c’était les funérailles. Ambiance lourde, des gens avec qui j’ai des degrés d’affinités divers.
                Je suis aller de un à l’autre dans un esprit de remerciement d’être là indépedemment de ce que je pense d’eux. Au lieu de me demander « qu’est-ce que je vais leur dire? », je me disais je vais leur dire quelque chose en tenant compte de ce que je sais d’eux. Ainsi j’ai eu un mot leger parfois impertinent mais bienveillant pour chacun. L’ambiance avait changé.

                Les mots venaient spontanément guidé par mon intention.

                Parfois les mots ne viennent pas, mais ce n’est pas grave. Ce matin au magasin, une femme très belle et chic que je croise assez souvent. D’abord j’ai hésité, puis je me suis dit « je vais lui faire plaisir, un petit cadeau ». »Bonjour, je vous croise régulièrement.Vous êtes toujours très élégante » « …merci ». Elle commençait à s’éloigner, je lui dit « vous avez du style », j’ai vu qu’elle rougissait. La question n’est pas de savoir si j’ai eu tort ou raison, mais j’ai jugé préférabble de ne pas insister, du moins pas cette fois-ci.

                Il est probable que j’ai manqué d’ambition, si j’avais pensez « je vais aller la séduire » plutôt que « lui faire plaisir » mon approche aurait été différente mais n’aurais pas été en accord avec ma situation pésente. De toute façon si une relation aurait été possible à ce moment, elle ne serait pas partie, ce qui n’empeche que j’aurais pu insister, je ne cherche pas d’excuse.

                IMPERTINENCE
                Peut être vous laissez-vous arreter par des situations où vous pensez déranger car elle est occupée ou pressée.

                Je pense que tout est affaire d’intérets. Si elle juge plus importante son occupation que de faire votre connaissance, effectivement ça sera mal perçu mais vous ne perdez rien. Même non occupée l’accueil n’aurait pas été meilleur. Donc les conditions extérieures ne déterminent pas les chances de réussite. Vous pouvez commencer par un « Excuse(z)-moi… »

                Moment magique. La femme que j’ai abordé alors qu’elle tapait un SMS et avec qui j’ai parlé de Tolle. A la sortie de l’église, elle était là, radieuse, sur le parvis de l’église à m’attendre.

                Lors de notre rencontre, notre intéret commun. J’ai non seulement ressenti comme un lien préexistant entre nous mais une complicité dans nos regards. Ce n’est pas intellectuellement justifiable, mais une sensation de bien être, de chaleur que je sentais réciproque.
                Le fait que je l’interompe, n’existait pas.Le lien émotionnel spontané d’une valeur supérieur anihilait la forme de mon approche.
                L’accueil de la femme dépend de ce lien, de cette intuition et non de la façon ou du moment où vous l’aborder.

                Plus simplement. Si une femme qui vous plait vient vous parler alors que vous êtes occupé, que feriez-vous?

                Tu vois Eric, ce réflexe est en fait ton intention, pourquoi tu veux la connaitre et surtout l’émotion que tu éprouves pour elle. Ne cherche pas des mots, mais ait confiance que ceux-ci viendront, juste et spontané.

                Avoir confiance c’est savoir que si tu as de l’amour tes paroles seront imprégnée d’amour. Parfois je dis « …et en plus je vous trouve sexy » comme mon intention est respectueuse, que quelque chose de personnel en elle me plait, c’est toujours bien passé!

                Eric ne pense pas aux mots que tu devrais dire mais au message, à l’émotion que tu veux communiquer. Il vaut mieux être hésitant et sincère que « sûr » de soi et récité un texte, même si c’est le tien.

                JE MARQUE LE COUP
                Ce qui suit est assez extrème, d’ailleurs je n’en suis pas encore là.

                Je n’ai rien inventé ces notions remonte à la nuit des temps et sont la base des religions et de nombreuses philosophies.

                C’est l’orientation que j’ai adoptée depuis quelques temps et comme j’en tire une grande satisfaction, je souhaite la partager avec vous.

                No Concept
                Arretez de porter des jugements beau/laid bien/mauvais utile/nuisible …etc. Ce sont des concepts c’est à dire des idées rigides que la socité ou vous même vous êtes imposé. A l’époque de Rubens une femme devait être grosse pour être belle, maintenant c’est l’inverse, qui a raison?

                D’ailleurs vous avez déjà fait un pas en ce sens. Aller parler à une inconnue dans la rue n’est pas un concept reconnu par notre société.

                Les pensées sont superflues
                Votre dialogue intérieur, la petite voix dans votre tête vous tient prisonier dans votre réalité, alimente vos concepts.

                Laissez-vous guider. Quand vous vous sentez mal, ça veut dire que vous êtes en désaccord avec le sens de la vie. Vous avez menti alors il est probable que vous ayez des remords ou que vous ayez peur que la vérité se sache ou que vous vous sentiez lâche de n’avoir pas assumer vos actes.

                Faites-vous confiance. Quand vous vous sentez bien, soyez assuré d’être sur le bon chemin, et laissez-vous guider par votre intuition sans analyser, sans chercher un résultat. Resté présent et confiant que le meilleur arrivera.

                Le meilleur ne sera pas forcément ce que le mental à prévu. Par exemple pour le mental le mieux serait de gagner une compétition sportive pour vous prouver que vous êtes le meilleur. Vous perdez.
                Le mental souffre, ce n’est pas ce qu’il voulait. En étant présent et convaincu que le mieux vous arrive vous remarquerez, l’orgueil du mental que le vrai plaisir est de pratiquer ce sport, de chercher à vous améliorer sans comparaison aux autres et de féliciter sincèrement le vainqueur. En restant attaché au mental vous bloquez ce processus.

                C’est ce que Konsti à fait face aux rateaux successifs, il a vu au dela du mental et découvert le « mieux » de cette situation.

                Soyez confiant, ressentez vos émotions et laissez les vous guider.
                Dites vous seulement, sans penser à quoi, comment, dans quel but…etc.

                « Je ferais ce qu’il y a de mieux à faire »

                Des commentaires?

                ++

        • Thierry dit :

          Concretement? en moins d’une minute la fille demande “et tu parles souvent comme ça aux filles” “tu viens pour me draguer” “c’est dingue que tu viennes comme ça me parler!”…etc

          Bonjour Hugues, waow, je suis émerveillé. .

          Au dessus se trouve ce que tu as écris, mais pour que la fille te réponde comme cela que c’est dingue que tu viennes lui parler , que luis-dis tu, comment l’abordes-tu pour obtenir ces réactions positives et que la fille revienne te trouver au centre commercial après l’avoir abordé à l’escalator.??? qu’est ce que tu lui a dis? Tu te souviens?

          Bien à toi

          • Hugues dit :

            Salut Thierry,

            En fait je ne fais rien de plus qu’à une autre. Ce que je dis est très simple, j’exprime ce pour quoi elle m’interesse. Exemple, « j’aime bien ton style, c’est simple mais ça te donne du charme/ à mon avis tu as du caractere/ tu dois avoir de la personalité… » « C’est cool ton badge sailor moon sur ton sac, pour un otaku comme moi j’en ai la larme à l’oeil ». L’idée c’est de ne pas chercher de midi à 14h, mais d’exprimer ce que tu te dirais en te demandant pourquoi elle?

            La fille de l’escalator je lui avait dit « Je vous trouve charmante et vous me quittez déjà! ». Pour être précis ce n’est pas elle qui m’a abordé. Je l’ai revue appuyée sur une vitrine avec un air inquiet, je me suis approché d’elle et je lui ai dit « Chouette comme on se retrouve » ensuite elle m’a demandé pourquoi je lui avait parler sur l’escalator.

            Ce que je veux dire c’est que ce n’est pas la façon dont tu abordes les filles qui est déterminant mais que tu peux légitiment croire que si une relation, peu importe sa nature, est possible les choses se passeront bien et de maniére agréable. Ca sera peut être la 16eme que tu abordes, ça n’a pas d’importance. Si les choses se passent mal, il n’y pas de regrets à avoir, c’est qu’il n’y avait pas de relations possibles.

            Il s’agit d’une croyance, ne l’oublie pas, que un « signal », une intuition fera que dès la première seconde que « quelque chose » vous unis. Ce n’est pas explicable intellectuellement.

            Ca répond à ta question?

            • Hugues dit :

              Salut à tous,
              Salut Konsti,

              Comme promis je vous tient au courant de mes évolutions.

              MOMENT PRESENT
              Konsti et Freshstart nous rappelle à juste titre de profiter de l’instant heureux d’une rencontre, sans se soucier de ce qui pourrait se passer.

              Pour ma part j’aime mettre l’accent sur la necessité d’apprécier aussi le moment présent concernant nos états négatifs. Peut être vous dites-vous « c’est bien beau tout ça mais quand un vrai coup dur arrive, je vois pas comment le tourner en positif. »

              Il m’est arrivé avant hier quelque chose que je ne souhaite à personne.

              Je vous passe les détails macabres. Alors que rien ne l’aurais laisser présager, le matin en descendant déjeuner au rez de chaussée, j’ai retrouvé ma mère morte.

              C’était totalement inattendu, pourtant je suis resté calme. Ma premiere réaction après avoir constaté la mort a été de me dire « tu ne sauras pas réagir intellectuellement à ça ».

              Je me suis assis, je l’ai regardée, elle semblait dormir. Je me retrouvais seul avec mes deux chats. J’ai laissé venir à moi toutes les images, toutes les pensées. Je voyais ce qu’elle m’avait dit sur son enfance, mon père mort il y a 15 ans, l’avantage que j’avais à me retrouver seul, des souvenirs d’enfance avec elle. Par deux fois j’ai sangloter, comme des spasmes.

              J’étais le berger. J’adore cette description que j’ai lu sur le net. Le berger regarde ses moutons sans intervenir sur leur comportement, son chien ramène le moutons égarés.
              Le berger est notre conscient, dans ce cas il laisse les choses vivre leur cours sans intervenir.
              Les moutons sont nos pensées conscientes et inconscientes.
              Le chien c’est la vie superieur, Dieu, l’ordre de la nature appelez le comme vous voulez. Il remet les moutons (pensées) en ordre, exactement comme ils doivent l’ètre sans que vous ayez à intervenir.
              Etre présent à vos pensées mais ne pas chercher à les influencer, avoir confiance que LA solution viendra si vous n’intervenez pas, simplement vouloir LA solution sans la nommer ou l’imaginer.

              Je suis resté ainsi 3/4 d’heure puis je me suis levé spontanément pour appeler le medecin. J’étais en paix.

              CROYANCES
              Un truc énorme que j’ai lu sur le net, est de faire « comme si ». Vous agissez comme « si » vous étiez déjà celui que vous voulez être. Agissez sans attendre comme vous souhaiteriez agir « si… »!

              J’avais un GSM assez encombrant, c’était une excuse pour ne pas le prendre surtout, je n’avais aucun contact.
              Il y a 4 jours j’ai acheté un GSM trés petit qui tient dans la poche de mon jeans. C’est très important, car ainsi j’étais non seulement sûr de l’avoir toujours sur moi mais aussi motivé à m’en servir. Je faisais « comme si » j’étais sûr d’avoir des contacts, ce n’étais plus une vague éventualité.

              Aujourd’hui (2 jours aprés le déces) un des centres commerciaux où j’ai mes habitudes organise des stand sur le bien-être dans l’allée principale.

              J’ai acheté des CD de Eckart Tolle. La vendeuse n’en revenait pas que j’arrive au moment précis ou elle les recevait de sa collegue, d’autres clients n’avait pas eu ma « chance ».

              Il y avait une femmes que je trouvais superbe qui tenait un stand sur les huilles essentielles.
              – c’est la 3eme fois que je passe devant votre stand, et je vous trouve un charme incroyable. Et je ne pense pas que c’est à cause de vos huilles.
              -(elle sourit) d’ailleurs vous me l’avez déja dit!
              -ah?
              -oui ici je marchais dans l’allée, il y a quelques temps.
              -Bin voila! ça confirme mon impression. (je le dis gaiement pas du tout gené de ne pas l’avoir reconnue) (j’aurais dû lui dire « alors il s’est rien passé entre nous, aussinon je m’en rappelerais! » mais cette idée m’est venue bien plus tard)
              -C’est marrant, je suis inscrit à des mailing list sur internet et justement y a trois jours j’ai telechargé des pdf, que j’ai pas lu, sur les huilles essentielles (authentique, j’invente pas)
              Elle prend un flacon, met des gouttes sur un buvard, me le donne à sentir. Entre temps un femme arrive, fort plaisante. Je plaisante avec elle, elle est très receptive. Elle s’en va souriante. Je la reconnaitrais.
              -Tient! on va faire un test, connaissez vous ceci (je sors un CD de Tolle)
              -Oui bien sûr, j’adore, c’est vraiment très interessant.
              On discutte effectivement elle connait!
              -Si vous voulez vous pouvez laisser votre mail sur la liste ici.
              -Non je préfere vous le donner personnellement.
              Ce que je fais.
              -Maintenant le vôtre.
              -non je donne pas le mien (toujours souriante)
              -L’arnaque, je me suis fait avoir (elle se marre).Les femmes prennent jamais l’initiative d’écrire … …. Je vous offre l’occasion de me montrer que vous n’ètes pas comme toute les autres et de m’écrire…ok
              -….
              -Dans le sujet mettez huilles essentielles, je saurais que c’est vous…avec toutes mes admiratrices (elle se marre)
              Je m’en vais.

              En rue je croise régulierement une femme assez étrange et belle.
              Je lui avait dit 3 fois bonjour sans réponses. Une intuition me conseillait d’insister. la 4eme je ne dis rien, je la fixe et je vois qu’elle me regarde en coin. Ensuite elle répondait timidement à mon bonjour.
              Aujourd’hui je decide de marquer le coup!
              Elle marchait en tapant un sms, peu importe.
              -Bonjour (je m’arrete de façon déterminée et j’enchaine directement)Vous me faites une drôle d’impression, je suis sûr que vous aimez la méditation.
              Elle sourit etonnée et ravie.
              -Excusez-moi, je finis mon sms encore quelques mots…oui c’est vrai! c’est etonnant.
              -Il fallait que je vous rencontre, regardez (je sors le CD)
              -oh c’était mon livre de chevet durant des mois.

              -Par contre j’ai plus de mal avec la loi de l’attraction, vous connaissez?
              -oui
              On discutte de ça. Son GSM sonne, excuse-moi je suis occupée je te rappelle.
              -Je n’ai pas beaucoup de temps je vais funerarium.
              On parle de ça.
              -On doit se revoir! on va s’echanger nos numeros.
              -d’accord.

              Voilà deux femmes très belle (à mon gout) qui sont en plein dans le develloppement personnel, avec de solides références. Rappelez-vous de la croyances qu’on rencontre forcément le type de personne qui corresponde à nos aspirations. Avouez que c’est étonnant comme « coincidence », les CD qui tombent à pic, ces deux femmes.
              L’important nest pas d’y croire (faits) mais de le croire (ça ne peut qu’arriver). Je reconnais que une fois de plus la différence est subtile et primordiale. D’ailleurs la seconde femme m’a dit sur un ton impératif
              « Je ne crois pas au hasard! »

              ++

              • Freshstart dit :

                Je te présente, Hugues, toutes mes sincères condoléances.

                Merci de nous faire partager tes expériences de manière concrète, avec des interactions réelles et des situations vécues.
                C’est toujours très enrichissant.

                Je serais curieux d’en savoir plus sur ta situation personnelle : tu dis que tu dragues depuis que Mystery regarde Winnie l’ourson, ça doit faire un bail! J’en déduis que tu dois être plus âgé que Konsti et moi réunis ;-)

                Ta situation de séducteur est-elle un choix de vie totalement délibéré ou un choix par défaut, faute d’avoir trouvé la femme qui te donne envie de te ranger?

                Si tu ne veux pas publier ce genre d’infos, je t’invite à me répondre sur mon mail perso si tu le souhaites.

                Bien à toi, et paix à ta mère.

                Fresh.

              • Hugues dit :

                Salut Freshstart,

                J’ai 44 ans.

                Quand j’ai commencé la drague, sans GSM et sans internet, j’étais assez complexé genre ado intellectuel un rien perturbé.

                Je draguais toujours en rue, pas non plus de centre commerciaux digne de ce nom. Je le faisis seul et pas loin d’imaginer d’être le seul à le faire, avec tout le poids que tu imagines.

                Ca marchait plutot bien malgré un niveau zero de methode « bonjour, il fait beau, tu viens te promener… », pas de kino les filles faisaient toujours le premier pas vers une relation physique. J’aime bien le préciser car ça tort le coup à ce qu’on peut lire sur les sites de dragues, je me comportais comme un « good guy » sans forcément finir dans la case « meilleur ami », pensez y!

                Le problème c’est que je rencontrais généralement des filles à problèmes, parents divorcés (à l’époque c’était pas la norme), envie de fugue, attirée par la drogue, tendance dépressive…etc.

                C’est amusant car avec le recul je me rends compte que ça confirmait ce que je crois à présent. Ce n’est pas une coincidence, ou une malchance qui me faisait tomber sur ce type de filles mais bien mon malaise intérieur, je n’étais pas timide mais complexé. On attire à soi ce que l’on ressent de nous.

                Puis la chute due à l’arrivée quasi simultanée d’évenements. Marre de ce genre de filles, le déces de mon père auquel j’avais pas su comment réagir, la découverte d’internet puis des jeux vidéo (que je pratique toujours). Bref j’étais un vrai Otaku, je ne sortais de chez moi que par obligation.

                A l’arrivée de l’été dernier, j’ai pris la décision de retourner dans la vie et de recommencer mes dragues mais le coeur n’y était plus.

                Alors j’ai tapé sur Yahoo « drague rue »

                J’ai été impressionné du nombre de sites sur le sujet mais aucun ne m’a vraiment aidé
                Le bon est que j’y ai trouvé d’excellents conseils.
                Le mauvais est que j’y perdais ma spontanéité, comme je l’ai dit j’ai eu moins de « résultats »

                Puis de liens en liens j’ai découvert le développement personnel.
                J’ai compris deux choses
                1- Que toutes mes intuitions étaient bonnes
                2- Que mon erreur était due à mon coté intellectuel qui veut tout comprendre et maitriser.
                Ca a été la REVELATION.

                Concernant l’âge
                Je suis très proche des animaux. Ma notion du temps se limite aux cycles; jour, nuit, saisons. Pour moi les anniversaires, le nouvel an ne signifient rien.

                L’été dernier je suis sorti brievement avec une fille de 32 ans. Elle avait déjà un enfant de 4 ans, s’était fait larguée récemment et avait un vision relativement désabusée de la vie. A 43 ans je me sentais plus jeune qu’elle. Actuellement je fréquente de plus en plus un fille de 34 ans et parfois je ne peux m’empècher de constater qu’elle à des réactions de « vieux ».

                Adolescent j’étais plus vieux que maintenant.

                Quand on vit dans le présent, le temps s’efface. Que ma transformation se soit faite à 20 ans ou maintenant n’a aucune importance. Il n’y a ni passé ni futur, le présent contient le futur que nous voulons vivre actualisé. Par exemple quand on reproche à Tolle que en vivant le présent on n’a pas de projets ou d’ambitions, il explique ceci.

                Quand il a voulu écrire des livres, ce n’était pas une projection dans le futur. Son livre, qu’il n’avait même pas commencé, existait déjà pour lui dans le présent. Il se « sentait » déjà COMME SI son livre avait déjà été publié. Son livre était déjà présent émotionnellement, son écriture relevait du présent et non d’un projet dont l’aboutissement se placerait dans le futur « quand mon livre sera publié je serais… », non il est déjà ce « je serais ».

                J’avoue que cette notion est assez perturbante.

                Quand je suis avec cette fille, c’est COMME SI nous avions déjà fait l’amour. Il n’y pas d’attente.

                Si vous trouvez triste qu’il n’y pas d’attente, c’est que vous êtes dirigé par l’égo qui vous fait des promesses qu’avec elle se sera mieux qu’avec les autres. Mais une fois au lit vous risqueriez d’être déçu à moins de revenir dans le présent et de vous consacrer entierement à elle.

                C’est ce que j’appelle le futur actualisé.

                L’âge est un concept. Une femme qui pourrait être votre mère vous plait, allez y!

                Le concept c’est la différence d’âge, la réalité c’est votre désir.

                ++

              • Hugues dit :

                Voila ce que je peux dire.

                Si tu le souhaites parle nous aussi de toi Freshstart

                ++

              • Konsti dit :

                Wow, wow, wow, Hugues ! Toutes mes sincères condoléances…

                Je suis encore plus perplexe de ton attitude vis-à-vis de cet événement tragique…

                C’est émouvant et… inspirant.

                Hugues, t’es un grand monsieur.

                Et que l’âme de ta maman repose en paix (avec un tel fils, je suis sûr que c’est le cas).

            • Hugues dit :

              Merci Konsti

  • Kov'1n dit :

    Merci beaucoup pour ton article Freshstart, tu as bien su résumer les erreurs que nous commettons en générale bonne continuation.

    PS:Moi aussi j’habite dans les DOM-TOM (martinique)

    • Freshstart dit :

      Merci, et pour les DOM TOM hip hip hip…

  • KOUDJO dit :

    Salut cher ami.

    Que c’est beau.

    J’ai toujours dit aux amis que la femme est un être en quête de sensations fortes, qui veut un mec qui va lui indiquer la direction à prendre et celui là qui va passer tout le temps à requérir son avis.

    Superbe article article et au plaisir de te relire.

    • Freshstart dit :

      Hello Koudjo, et merci!

      Moi j’ai mis plus de trente ans à piger que l’on devait être le guide. Tout d’abord dans la phase de séduction. Puis, assumer notre statut d’homme dans la relation. Crois-moi ça a changé beaucoup de choses de mon côté. Je me rends compte qu’en effet, beaucoup de femmes ont besoin d’un homme qui prenne les choses en main, pas d’un gars indécis, hésitant, qui se laisse marcher dessus.

      Pour autant cela fait-il de moi un macho? Ben, à la limite je préfère être un peu macho que beaucoup castré! Et je dirai même plus : je préfère être un peu macho, libre et confiant, que castré et malheureux en amour.

      Il y a sans doute un juste équilibre, que j’atteindrai un jour, qui sait…

      Avant, celui qui demandait tout le temps leur avis, qui hésitait, qui avait constamment besoin de leur approbation, c’était moi…

      Même pour leur faire l’amour, je demandais ;-)

      Ça va peut-être te faire rire, mais combien d’entre nous en sont là…?

      Et puis, un jour, à force de faire les choses de travers, il se passe quelque chose. Un déclic, une révélation…

      Mon cas, celui d’Hugues, le tien peut-être…

      On passe des années et des années à reproduire les même erreurs. Puis un jour, on change.

      Comme on dit, vieux motard que jamais…

      Bye.

      • Hugues dit :

        Salut Freshstart,

        « Moi j’ai mis plus de trente ans… »

        J’en déduis que tu as dépassé la quarantaine ?

        ++

        • Freshstart dit :

          Hé non Hugues c’est bien toi le daron du blog ;-))

          J’ai trente et un ans, trente deux cet été.
          Je voulais dire « depuis ma naissance » car petit déjà, les femmes me passionnaient…

          J’ai lu à ce propos sur un autre site très sympa que, pour s’épanouir avec les nanas, il ne fallait pas trop les placer au centre de notre vie.

          Je comprends super bien ce concept, mais je ne saurais me l’appliquer à moi-même : les femmes sont bel et bien au centre de ma vie, je ne pense qu’à elles, au sexe, à leur amour, leur tendresse, l’échange. Comment les aborder, leur parler, les séduire…

          J’aime mon boulot, ma famille, mes potes. J’ai quelques loisirs, mais tout ce qui me passionne c’est les femmes. Depuis toujours.

          Peut-être que c’est pour cela que je dis « j’ai mis plus de trente ans… »!

          Parler de moi Hugues? Et bien, après avoir enchaîné des relations longue durée bien foireuses, j’en ai eu assez et j’ai décidé de changer mon regard sur la vie et les relations hommes/femmes.

          Tout comme toi Hugues, je me suis tourné vers le développement personnel. Et tout comme toi également, j’aime beaucoup « Le Pouvoir Du Moment Présent » : un livre qui a su bien m’apaiser.

          Ce bouquin, tout comme notre blog, sont des éléments qui ont contribué à ce que je pourrais appeler ma renaissance.

          Certains collègues disent de moi que je « fais ma crise d’adolescence » car j’aime à flirter avec toutes les nanas que je croise. Je passe beaucoup de temps à déconner, à chambrer les autres. Je ne prends pas grand-chose au sérieux.

          Je suis sorti ces derniers temps avec plusieurs filles à la fois : crise d’ado ou cycle de vie? On s’en branle au fond. Je suis comme cela et je n’ai pas le souvenir d’avoir été aussi heureux depuis…mon adolescence justement!

          A défaut de me prétendre un grand séducteur (que je suis loin d’être), je me définirais plutôt comme le gars qui a tout fait de travers et qui l’a compris récemment.

          Mon approche de la drague : adepte de la konstimania (direct, authentique, sincère), je ne sors pas pour autant dans l’unique but de sarger.

          Par contre, lorsqu’une fille me plaît, j’y vais naturellement sans trop penser à ce que je fais.
          De toute manière, comme écrit dans l’article, si je commence à analyser la situation, c’est dead.

          Je n’ai pas d’objectif chiffré. Je prends la vie comme elle vient avec son lot de rencontres fortuites ou pas.

          Draguer pour draguer ne m’intéresse pas tant que ça. C’est un peu comme si je charmais sans m’en rendre compte, naturellement.

          Comme un mode de vie qui, aujourd’hui plus que jamais, refait surface. Après avoir dormi de bien nombreuses années, je réveille et assume ce que je suis. Comme c’est bon!

          A présent, je voudrais communiquer, aider, passer des bonnes vibes, motiver celui qui se sent perdu et découragé…
          D’où mon plaisir intense à écrire, draguer, et prendre la vie d’une manière beaucoup plus légère.

          Ce qui est important pour moi, outre la santé et le bonheur de mes proches : mon bien-être spirituel. Ne plus jamais m’affoler, m’emballer dans ma tête, me laisser envahir d’émotions négatives et douloureuses.

          Mon bonheur : mon état d’esprit. Vivre le moment présent, arrêter de se prendre la tête, de souffrir pour rien. Arrêter de tout prendre au sérieux. S’ouvrir aux autres. Faire les meilleurs choix possibles pour moi sans avoir peur des conséquences.

          Arrêter de flipper. Vivre.

          Je terminerai en disant que je préfère être un imbécile heureux qu’un gars intelligent et torturé.

          J’aime cette comparaison et elle résume pas mal mon nouvel état d’esprit.

          A +

          PS : c’est pas une raison pour me traiter d’imbécile ;-)

          • Hugues dit :

            Salut Freshstart,

            Tu es sur le bon chemin, je le sais car j’ai ressenti un réel enthousiasme et une vraie joie de vivre dans ton texte.

            Personnellement être trop centré sur les femmes a été une charge. Je prends du recul et je considére de plus en plus la drague comme une conséquence de mon developpement personnel, ça a cessé d’être le plus important. Ca m’a rendu plus de spontaneite et de plaisir à aller vers elles. Mais si tu te sens à l’aise en mettant les femmes au centre de tes pensées, c’est le principal.

            ++

  • ROSSE dit :

    super article pour draguer en IRL^^
    je me suis reconnue avec une filles faire ses truc et pas une fille avec le quelle je suis sortie sa met de bonne humeur de voir que on est pas si nul que sa!

  • eric dit :

    Merci beaucoup pour cette article,c est formidable.ca a changé ma facon de voir les choses

    • Freshstart dit :

      Merci Eric!

      Si tu veux bien développer (comment tu voyais les choses? qu’est-ce qui a changé? etc.), je pense que c’est susceptible de m’intéresser ;-)

      A +

  • Hugues dit :

    Je remercie tous ceux qui ont participés à mes posts. Mais je vais arreter de participer à ce forum.

    En effet il n’est pas cohérent ni justifiable que je continue à donner des « conseils » alors que je suis nul en drague.

    Je vous apprécie et je suis honnète. J’ai subit 2 bides honteux. Ca ne remet pas en cause ce que j’ai ecrit mais l’endroit où je l’ai fait. Visiblement ça n’a rien à voir avec la séduction vu ma nullité.

    Comme d’hab, je vous raconte.

    1-Quand j’ai voulu embrasser la fille, celle de l’escalator, elle s’est détournée et a dit
    -NON
    Je n’étais pas affecté et j’ai répondu confiant
    -ouai quand une fille dit non ça veut dire peut être
    -NON c’est NON mais on peut resté copain.
    Elle était calme et si déterminée que je n’ai pas pensé nécessaire d’insister.

    2- Une femme de 48 ans m’a clairement dit qu’elle était pas intéressée par une relation physique avec moi.

    Tout ça le même apres-midi

    J’ai eu 2 réaction.

    1er L’ego
    Je suis une merde. Elles veulent des salauds (toutes 2 sont sorties avec des mecs qui les méprisaient ou les battaient). Je suis incompatible avec la sexualité des femmes, du moins celles qui me plaisent.

    2me L’esprit
    Ca n’est pas le hasard, je dois l’accepter. J’ai mal agis (tenter d’embrasser à froid).
    Je dois accepter mon incompatibilité et continuer à aimer les femmes sans espoir de les posséder. Surement je continuerais à parler à des inconnues (ce que j’ai fais)
    Mais je renonce à la drague. A présent j’ignore ce que ça sera. Je suis en paix.

    Actuellement j’oscille entre les deux mais la seconde est heureusement plus forte.

    Je me sens plus proche de ce que j’ai écrit et plus éloigné de la drague (raison de mon arret). Je me sens très bien, même plus que ça.

    Konsti (si tu brises le silence radio ;) je te remercie d’avoir créer ce site. Je ne te connais pas. Mais je suis sûr qu’on aurait été de super pote.

    Freshstart, je ne me fait aucun soucis pour toi. Visiblement tu as la chance de ne pas être « incompatible ». Je te souhaite tout le bonheur possible.

    Eric tu y arriveras. Les bons conseils sont ici.

    Aux autres, soyez plus actifs. Ca sert à rien de dire « super ton article ». Exprimez-vous, posez des questions, parlez de vos expériences, de vos problèmes.

    Je reste inscrit sur la mailing list.

    Ca m’a rendu heureux de voir de lire des articles aussi intelligents. Mais visiblement je n’appartiens pas à votre monde.

    Je vous en prie continuer. Vous irez loin.

    Adieu

    • Freshstart dit :

      Un jeudi après-midi, j’étais très chaud en rentrant du boulot, malgré une grosse journée. J’ai décidé de retourner voir cette vendeuse d’un grand magasin d’électroménager.

      La quarantaine je suppose, elle m’avait fait bonne impression de par sa classe et une silhouette porteuse de promesses cachées sous son chemisier…

      Je l’avais déjà vue à deux reprises. La première interaction, dans le cadre d’une vente de table basse :

      Vendeuse : « Bonsoir, alors vous avez trouvé votre bonheur? »
      Freshstart : « Oui, je crois…j’aime beaucoup la vendeuse (en la dévorant des yeux) »
      V : …silence froid, elle affiche un air indifférent
      F : « Vous me plaisez, vous devez vous faire draguer souvent (+ léger kino)
      V : Merci, alors vous prenez quoi… »
      F : (bon ok…je sais plus quoi dire)
      F : blablabla…achat

      Bide number one, try again!

      La deuxième fois, quelques jours plus tard, j’étais main dans la main avec une charmante créature, mais cette vendeuse diabolique me gratifiait de son plus beau sourire… Ah oui, j’ai moyen, on m’aurait menti? Elle se souvenait de moi. En bien?

      Donc, ce jeudi aprème, j’y retourne bien motivé. Dans le magasin, on se croise une première fois mais juste un petit bonjour timide de sa part… Elle trace sa route.

      Je la rattrape jusqu’à son poste de travail. La trouille commençait à monter les quelques mètres que j’avais à faire. je n’emmenais pas bien large mais mon body language essayait de montrer le contraire.

      C’est reparti pour une tentative :

      F : « Alors Y (son prénom), c’est comme cela qu’on me dit bonjour…
      V : (bien froide), ben je vous ai dit « bonjour » ya un instant
      F : C’était un tout petit bonjour, je m’attendais à mieux, surtout quand vous m’avez sourit comme ça l’autre jour…(j’étais chaud!!)
      V : (me montrant son doigt), je suis mariée, vous n’avez pas vu mon alliance, regardez…
      F : Vous voulez dire qu’entre nous c’est purement commercial. Et si je vous invitais à boire un verre demain soir?
      V : Non, je regrette.
      F : C’est dommage, je vous trouvais vraiment charmante. Ok, j’ai compris, j’arrête de te draguer Y. La prochaine fois, je te dirai juste bonjour. »
      V : sourire poli et complaisant

      Bing dans tes dents, Freshstart. Toi qui te la pètes à donner des conseils sur un blog… regarde ce qui t’es arrivé!

      Cher Hugues, nous passons tous par là.

      Est-ce une raison pour baisser les bras ou, pire encore, publier des énormités telles que « je suis incompatible » ou « tu vas continuer à aimer les femmes sans vouloir les posséder ».

      Je suis désolé, Hugues, avec tout le respect que je te dois, arrête tes conneries et reviens.
      Les lecteurs aiment tes posts, et la drague n’est pas une histoire d’être parfait.

      Au contraire, qui dit « drague » dit « des quantités de râteaux ».

      Au fait, dix minutes après, j’étais plutôt content de m’être pris ce vent car j’avais osé. C’est cela qui prime, bien plus que le sentiment de défaite que l’on peut avoir sur le moment.

      Pour ce trentième commentaire, je vous remercie tous pour vos coms et vos témoignages.

      Et si vous racontiez chacun d’entre vous une accroche bien foireuse, telle que la mienne…?

      Histoire de dédramatiser…et de faire revenir notre ami Hugues.

      Bien à vous,

      Freshstart.

      • Hugues dit :

        Ok Freshstart, je reviens :)

        Pas parce que tu t’es pris un rateau mais que ton message m’a emu.

        Tu m’as bien eu :) En te lisant je me disais: cool Freshstart a prit le relais pour écrire des dialogues complet.
        Je l’ai pas vu venir. lol. Bravo.

        Ca n’est pas la premiére fois que que je fais ça, il ne s’agit pas d’une coquetterie. Je me laisse aller en public (choisi!) et j’attends que mon état s’améliore. Ca annonce de profonds changements dans ma façon de percevoir la vie et cette fois-ci n’a pas fait exception.

        Ce que j’ai dit n’était pas des conneries, c’etait vraiment ce que je ressentais mais je savais que ça ne durerait pas. D’ailleurs rien ne dure!

        Donc me revoici. D’autant plus que j’ai du nouveau par rapport à ces deux bides.

        Pour la fille de l’escalatore, qui m’avait dit « NON » sur un genre de princesse. Il s’est passé quelque chose qui pourrait changer la donne. Je ne l’ai pas encore revue mais je suis curieux de voir sa réaction. Je le ferais sans esprit de revenche, je lui raconterai brièvement l’histoire qui suit en mettant l’accent sur l’étrange coincidence, je lui eviterais la loi de l’attraction, sauf si je le juge pertinent. J’en parle uniquement maintenant parce que ça concernera la femme de 48 ans. Voila ce qui s’est passé.

        Toujours convaincu de mon incapacité à séduire, en acceptant la situation telle qu’elle est, j’avais cependant retrouvé l’amour des femmes. J’ai rarement abordé autant de femmes avec autant de naturel, j’étais libéré du poids de l’objectif, il n’y en avait plus puisque je m’étais déclaré incapable à l’atteindre.

        Une parenthese s’impose. Trois rencontres après l’escalator, j’ai remarqué un détail qui au début n’a eu que peu d’effet sur moi, elle avait un piercing sur la langue. Puis chemin faisant, cette petite boule de métal à commencé devenir un phantasme presque une obsession. Quel sensation devait-on avoir? Etait-ce vraiment mieux?

        Si vous avez connu cette expérience, merci de me dire ce que vous en pensez?

        Je reviens à l’histoire, 2 jours après le « NON ». Chez moi je me suis livré à un test sur la loi de l’attraction. Comme je suis liberé de toute inhibition à un résultat, je vais ressentir les sensations qu’on devrait avoir avec une fille percée. Je me sentais COMME SI j’avais déjà connu cela.

        Dans le centre ville en plein pétonnier bondé de gens, je remarque une fille qui téléphone. Une forte intuition me prend, il faut que j’y aille. Je m’approche, justement elle raccroche.  » bonjour, je te regardais telephoner, c’est marrant on aurait dit une business woman » en fait j’ai dit n’importe quoi. Elle se marre, on papotte (pas très futée, limite vulgaire mais sympa), on va boire un verre.

        N’ayant aucun objectif donc rien à perdre, je me penche pour l’embrasser sans m’embarrasser de savoir si j’avais assez « escaladè », si elle était receptive et tout ce genre de techniques. Et devinez quoi…elle se laisse faire. Et devinez quoi…elle avait un piercing.

        Je ne fais qu’exposer les faits, la loi de l’attraction vous en faites ce que vous voulez!

        Sachant que les femmes sont lunatiques, je précipite les choses « j’ai envie de toi, viens, je t’invite à l’hotel » « d’accord ».

        Assez bizarement le piercing est nettement plus impressionnant pour le baiser que pour la fellation, mais c’est quand même sympa.

        Fin

        Avec la femme de 48 ans, qui est en fait celle à qui j’avais dit « je suis sûr que vous aimez la méditation », nous avons continuer à echanger des mails trés denses parfois deux échanges par jours.

        Souvenez-vous qu’elle m’avait dit « qu’elle n’était pas intéressée par une relation physique avec moi ».

        Comme nos mails devenaient sexuellement plus décomplexés, mais toujours avec en filigranne son absence de désir physique pour moi. Pour la provoquer et pour voir sa réaction, je lui raconte mon aventure avec cette fille qui est en quelque sorte son opposé, elle trés intelligente très classe et nettement plus âgée.

        La réponse à été cinglante, j’avais l’impression de lire quelqu’un d’autre! Agressive, méprisante envers la fille.
        Florilège :
        -C’est le comprotement banal et majoritaire de « l’homo faber » non évolué.
        -De toute évidence cette fille est au même niveau que toi, ce qui fait que vous vous accordez…Tout est parfait.
        -Je ne te juges pas, c’est à la limite du pathétique.
        -Sors des égouts où tu traines avec les rats.

        Je lui renvois un mail pour lui dire que j’ai bien aimé sa réponse car j’y vois de la jalousie, étonnant pour une femme qui ne me désire pas.
        J’gnorais comment elle réagirait, si elle allait réagir. sa réponse a été au dela de mes esperances:

        -Oui je te considére comme un homme sexué désirable.

        Le reste c’est de la guimauve sentimentale dont seule les femmes ont le secret.

        ++

        • Konsti dit :

          Wohoooooooowwww !!!!

          Wouuuhhaaaaaaaa !!!!

          Wouhouhouuuuuuuhaaaaaaa !!!

          Fresh, Hugues, votre conversation est de loin le meilleur truc que j’ai lu sur ce putain de blog !

          Putain ! Bordel de cul ! Ah, là, ma bite et mes couilles chantent en symphonie : « That’s the way… Aha, aha… I like it ! Aha, aha ! »

          Ensuite, Hugues, j’ai un service à te demander ! Vraiment ! Fais-le pour moi…

          Non, fais-le pour le bien de l’humanité !

          La prochaine fois que tu te prends des claques, attends quelques jours avant de poster sur le blog.

          Putain, tu m’as foutu une de ces trouilles !

          Je vais te donner mon avis sincère, direct et tout sauf diplomate : ton commentaire d’adieu, c’est du caca ! Tu peux le nommer comme tu veux, lui donner la dimension que tu veux, ça reste une simple réaction émotionnelle.

          Regarde ça :

          • je regarde du porno beaucoup trop souvent (tous les jours) ;
          • je me branle beaucoup trop (tous les jours) ;
          • je ne suis pas un expert en séduction, non, je suis le roi des râteaux ;
          • à mon goût, je ne baise pas assez souvent ma copine, ni d’autres femmes ;
          • malgré mon expérience et mon intelligence sociale et émotionnelle, je continue à me prendre les râteaux les plus ridicules qu’on puisse s’imaginer ;
          • j’ai eu pas mal de conquêtes et j’ai un blog sur la séduction, mais j’en connais qui sont beaucoup plus doués que moi avec les femmes, qui ont eu plus de conquêtes et qui n’ont pas de blog sur la séduction (ils ont un job normal, pour ainsi dire) ;

          SO WHAT ?

          Tu es de loin le meilleur contributeur en termes de quantité et surtout de qualité ! C’est SAIN, c’est même VITAL d’avoir quelqu’un comme toi. Quelqu’un de plus spirituel, de plus épanoui, de plus posé, de plus ADULTE !

          Râteaux ou pas, tu ajoutes de la valeur ! Une valeur COLOSSALE !

          Avec toutes ces théories de séduction mécaniques qui polluent le net et l’esprit de beaucoup d’hommes, un contrepoids est devenu tout simplement une nécessité. Ce contrepoids, c’est TOI, Hugues !

          Tu sais que 25% des lecteurs du blog ont plus de 45 ans ? Tu savais ça ? Non, tu ne le savais pas !

          De qui vont-ils s’inspirer tu crois ? À qui feront-ils plus confiance tu crois ? À un petit branleur de 32 ans ? Ou à un mec du même âge ?

          Oui, je le pense aussi.

          Donc, je suis plus que content de ton retour, Hugues ! :-)

          (Et arrête tes couilles, hein. J’ai pas envie de me taper une crise cardiaque à 32 ans.)

          • Hugues dit :

            Trés cher Konsti,

            Il est 3h du mat. Je ne dormais pas, état léthargique. C’est donc en recevant une claque toute particuliére que j’ai lu ton texte.

            Je suis assez partagé.

            Tu me demandes de ne plus écrire ce genre de caca. Je ne le ferais plus eu égard ton petit coeur. Mais je devais officialiser mon état « dépressif » pour lui permetre d’exprimer son potentiel novateur. Ca c’est pour le point de vue egoiste.

            Ce caca, et c’est bien vrai qu’on fait les meilleures cultures sur le fumier, ne t’auras pas épargner.

            Tu viens d’écrire et je me demande si tu en mesures la valeur, un texte aussi capital que novateur, bref EXEPTIONNEL.

            Lecteur attentif, n’allez pas penser que le site se soit transformé en concour de cirage de pompes. Je m’explique.

            J’avais déjà ressenti ça avec ton texte sur tes rateaux successifs, mais ça n’était qu’une ébauche.

            Tu es l’administrateur du forum, et cette fonction te va comme un gand.
            Tu as toujours de bons conseils à donner avec le ton juste, mais ça n’est pas de ça que je veux te parler.

            Vraiment je me demande si tu es conscient de ce que tu viens d’écrire?

            Voilà! Tu as le don faire progresser, de faire vivre ce forum.

            Grâce à ce texte, les choses ne seront plus comme avant.

            Tu es un leader! toi seul ici fait progresser ce forum.

            Comment pourrait on encore écrire de la même façon, aprés une telle confession, d’une telle SINCERITE et d’un tel COURAGE. Il en faut des couilles pour écrire ça. A cote de ça oser draguer en rue c’est du scoutisme.

            Tu fais progresser la profonseur et l’humanité d’une intensité que t’imagine même pas!

            Ce n’est pas toi qui a écrit ça, c’est ton moi profond, quelque chose qui dépasse ta conscience. Une humanité rare. C’est ton être le plus profond qui à ecrit cette merveille et qui nous communique sa force de façon aussi contagieuse que la petite vérole.

            Le forum ne pourra plus être comme avant.

          • Hugues dit :

            Effectivement j’ignorais qu’il y avait autant de lecteurs de plus de 40 ans.

            Konsti tu nous dit que tu ne baises pas assez. Je vais te donner mon opinion sur le sexe.

            J’ai des collegues qui ne parlent que sexe, foot et vins. Je ne les juge pas.

            Hier je me suis fais la réflexion qu’ils agissaient ainsi car c’est ce qui leur procure le plus la sensation dans la vie.

            J’ai été comme eux. Je voyais le sexe comme la chose la plus intense qu’on puisse connaitre. En plus des filles (à problème) que je draguais, j’ai dépensé une fortune dans les bordels.

            Pas de nirvana promis. Une décharge dans le corps, dans le cerveau, des spames dans le ventre puis le vide. Le même Hugues, les mêmes joies, les mêmes problèmes. Puis surtout le besoin d’essayer d’autres femmes, d’autres positions et toujours le même vide.

            Sans m’en rendre compte j’avais plus de plaisir à apprécier que les « putes » me gardent 10 minutes de plus, juste pour le plaisir de parler.

            j’ai lu un sondage officiel, à grande echelle, sur des hommes de 20 à 35 ans. On leur demandait un truc du genre  » Que préférez-vous faire de votre temps libre? ». Et le gagnant haut la main…les jeux video! le sexe vient après melé avec le sport et la musique. Ce résultat n’a rien d’étonnant.

            Je me disais que si mes collègues avaient, comme moi, découvert la puissance, la magie de jouer avec ses pensées, avec son âme, le sexe leur semblerai aussi comme un super plaisir, quelque chose de formidable MAIS qui n’apporte RIEN. Alors que tout ce qui est lié au developpement personnel, aux religions, à la méditation apporte TOUT.

            Ce que je veux vous dire c’est que le sexe est formidable mais arreter de lui donner des vertus qu’il n’a pas. Konsti ce n’est pas en baisant plus que tu seras plus heureux, plus épanouis et l’expérience que j’ai eu à l’hotel le confirme!

            ++

          • Freshstart dit :

            Nullité et cirage de pompes !

            Dans le même ordre d’idée que se branler, se prendre des râteaux et mater des films X, il y a sortir en boîte tellement déchiré que t’es même pas en état de pécho!

            C’était hier soir (je sent encore la bouteille de vodka bue à deux dans ma tête). J’ai très peu de souvenirs. Juste deux trucs sympas, le reste est trop flou.

            1) Je me suis fait offrir à boire par une serveuse après qu’on se soit bien matés. Mais pas de numclose, je ne sais même pas si on s’est parlé…rien les mecs! Ou j’ai été con ou j’ai été con!

            2) J’ai dansé un zouk avec une belle plante. Bonté divine! Je crois qu’elle m’a remercié au bout de quelques minutes. J’avais pourtant l’impression d’assurer!

            Tu parles d’une classe Konsti ;-)

            Bref, rien à branler je me suis amusé et j’étais déchiré avec mon pote!

            Par ailleurs, je pratique l’indulgence totale avec moi-même, mes actes et pensées. Donc no regret, ça me fait même plaisir de raconter ma nullité.

            Aime-toi, la vie t’aimera. Avançons avec cette mentalité. Comme l’a dit notre ami Christophe, arrêtons avec la quête de la perfection et acceptons nous totalement avec nos conneries.

            Pour ce qui est du cirage de pompes, je te renvois tes mercis Konsti car ton blog m’a aidé à me sentir comme je me sent aujourd’hui (même si la vodka fait mal!).

            Je ne fais que rendre à César…

            Pour terminer ce post du jour, je reprendrais les propos de l’ami Winston Wolf dans Pulp Fiction, brillantissime œuvre cinématographique de Tarantino :

            « Les amis, on se taillera des pipes plus tard. »

            A bientôt.

        • Freshstart dit :

          Je partage ton avis sur le piercing à la langue. C’est bien plus excitant de se faire embrasser que sucer avec, on le sent mieux.

          Pourquoi? C’est bizarre, on est en droit de se poser la question vu le nombre de capteurs sensoriels sur le gland…

          Bref très intéressant, le sujet mériteraient d’être développé mdr.

          Y aller sans pression : tu en amènes la preuve sur le terrain. Merci de joindre l’utile à l’agréable pour nous tous.

          Pour ce qui est de ta copine de quarante huit ans, ben je trouve ça triste pour elle de ne pas assumer ses désirs à son âge. Mais ça ne m’étonne qu’à moitié. Quand je disais que femmes = O.V.N.I.

          Dommage…et tant pis pour elle. J’espère que tu ne te la taperas pas. Elle ne le mérite pas : elle t’as fait du mal en te faisant douter de toi-même…pour rien!

          A + Monsieur Hugues

          • Hugues dit :

            Merci 2 fois Freshstart.

            Le premier pour ta réponse.
            C’est un plaisir et une chance de partager mes expériences avec vous. Quand j’écris je pense à vous, je me dis « qu’est-ce que je pourrais leur apporter, qui leur servirait dans la drague et si possible dans la vie » La réponse est simple, relater de mon mieux l’évolution personnelle que j’ai tiré de cette expérience.
            Une chance, car bien souvent des idées, des souvenirs me viennent en écrivant. Par exemple je me suis souvenu d’un truc en écrivant hier matin.

            Toutes les filles avec qui je suis sorti, je ne me rappelle même pas d’une exeption, ça c’est passé le jour de notre rencontre.
            Avant ma réclusion volontaire, ça a TOUJOURS été elles qui ont fait le premiers pas « physique », encore un coup tordu à tous les sites qui prétendent que c’est aux mecs de se charger de la logistique physique car les filles ne le feront pas.

            Le second pour la forme. J’ai écrit plus haut que grâce à Konsti, le forum ne serait plus le même, tu le confirmes! relis ta réponse à Konsti si dessus et relis tes autres posts, tu sens la différence de ton, de décontraction?

            Concernant la femme de 48 ans, je me suis fait avoir, dans ce cas me=moi. Je vous explique.

            J’ai manqué de vigilance. J’ai encore du boulot à faire en tant qu’observateur silencieux de mes pensées.

            Au fait je vous ai raconté l’histoire du berger, je ne me rappelle plus. Si non dites le moi car elle vaut son pesant d’or et même plus!

            Je lui ai télephoné, et on a echangé des mails et je ne peut que reconnaitre mon erreur d’avoir interprété ses intentions.

            A ma décharge, je dois dire que c’est du langage féminin dans sa splendeur. Donc quand elle dit « qu’elle n’es pas interessée par une relation physique avec moi », ça ne voulait pas dire comme je l’ai cru « casse toi, t’es trop moche/pas assez viril pour moi ».

            Tout à l’heure, je lui ai dit « C’est bizzare que je ne t’interesse pas sexuellement, du moins avant que je ne te relate mon aventure pornographique. Car j’ai toujours ressenti de ta part un désir pour moi ».
            Elle a répondu calmement « Tu n’as vraiment rien compris, c’est lamentable mais bon. Les hommes ont toujours peur qu’on remette en cause leur sacro-sainte virilité. Vous avez tous un complexe de castration.
            Bien sûr que tu as ressenti juste, j’avais envie de toi mais pas ainsi, pas pour tirer un coup comme vous dites. Il me faut du temps, de l’amour. Je veux pas baiser mais faire l’amour, tu peux comprendre la différence…etc ». Aprés elle m’a fait comprendre que mon aventure l’avait déstabilisée, qu’elle ne savait plus quoi faire « je suis une femme pas une sainte » et que son trouble était la raison de son agressivité, ça je l’avais compris!
            Par mail elle m’a envoyé une photo d’un Casanova caressé par deux femmes.
            J’irais même plus loin. Avec la fille de l’escalator, comme j’étais énervé , je me souviens lui avoir dit « je ne te plais pas » elle a répondu « oui mais c’est pas une raison ».

            Je me suis dit aprés avoir raccroché « elle a pas tort j’ai été con de me sentir vexé, de penser que c’était moi qu’elle rejetait. »

            Je tire déjà une leçon de cela. Les femmes étant des OVNI, je pense qu’il y à un moment ou elles sont prète à « tirer un coup » qui se limite probablement au jour de la recontre et au début d’un premier rendez-vous peut être. Puis, allez voir dans leur tête? Elle changent d’avis ou veulent « avoir des garanties » d’une relation avant de se donner.

            Que pensez- de ma conclusion?

            C’est une femme d’une rare intelligence, par rapport à mon post dans les conseils contre la jalousie. Elle a parfaitement compris que je n’ai que « déclenché » comme elle dit, un besoin, une envie qui existe en elle mais dont elle se protège. Probablement parce que sa vie sentimentale n’a pas toujours été rose.
            Elle a tout compris. Respect!

            ++

      • Konsti dit :

        Tout simplement magnifique, Fresh !

        T’as vraiment de la classe, mon vieux.

        Merci, merci, merci, merci !

        Merci d’avoir secoué Hugues.

        Merci pour tes contributions et pour ta générosité !

        Merci !

  • nightingale dit :

    Chapeau bas l’artiste, tu me séduis déjà avec ton article. :-)

    Je vais essayer tes techniques sur les hommes histoire de voir le résultat !

  • Jack dit :

    Salut sa fais 1 mois que je drague dans la rue avec le DG j’arrive a prendre des numéros mais les fille ne réponde jamais je suis dégoutté j’arrive plus a me motiver pour aller draguer bref je ne sais plus coi faire je voulais un conseille STP!!

  • Luckykiller dit :

    Bonsoir à tous, bonsoir Jack,

    Sans prétendre être un expert, loin de là d’ailleurs! je me permets de te donner mon avis.

    La prise de numéro d’une fille pour être efficace et marquer son esprit doit être un simple moyen pour vous retrouver à un rendez ou en fixer la date.

    Le rendez-vous étant déjà implicitement accepté bien entendu.

    En clair il faut que tu lui fixe le rendez-vous avant de prendre son numéro, au pire que tu lui suggères en étant enthousiaste et original pour susciter sa curiosité et/ ou son envie.

    Cela dit il peut y avoir des tas de raisons pour que la fille ne réponde pas : elle a changé d’avis, est a trouvé quelqu’un qui a été plus efficace ou qui lui convient mieux, elle t’a laissé son numéro par politesse, elle n’assume plus le fait de t’avoir laisser son numéro, elle est timide…

    Cela dit, appelle la au maximum deux fois… Si elle ne répond pas tu peux lui envoyer un sms pour le lui faire remarquer et rester drôle et joueur… Puis efface son numéro et attend qu’elle te recontacte.

    Si elle ne fait rien, c’est mort! Et si elle est intéressée, elle te recontactera.

    En espérant t’avoir apporté ma modeste contribution.

    Courage mec et ne baisse pas les bras.

    Comme le suggère Freshstart…

    Fonce !

  • Matilda59 dit :

    Alors là j’allucine :D
    : elle a chaud ?! C est toi qui gères ?
    Pour celui qui manque de confiance en lui ok, mais pour emballer pfff

  • Matilda59 dit :

    Faites l’amour les gars, ca n’a rien avoir
    Pourquoi utiliser une technique lorsque vous perdez vos moyens, et c’est plutôt bon signe quand une fille ou femme vous plait vraiment (ça arrive à tout le monde, même aux filles !), mais faites vous confiance sans vous la raconter par pitié !

    Des techniques il en existe pas mal, mais pour garder quelqu’un ou même pour la revoir après avoir consommé ça ne suffit pas .

    Soyez vous même avec classe et respect, si c’est réciproque le naturel fera le reste ;)
    Désolée de vous apprendre qu’on est toutes différentes, celles à qui tu plaies et celles « qui ont chaud » viendront seules, reste les timides, là c’est encore autre chose …
    Mais je ne vais pas tout réveler non plus, quoique ce serait sympa que ce soit une femme qui donne ce genre de conseils finalement :)

  • kamka47 dit :

    Bonjour.

    Depuis quelque temps, j’ai repéré une jeune vendeuse en photo dans un magasin plutôt mignonne, qui lors de ma visite, alors qu’elle était affairée à une autre tâche, je lui tendu un livre afin de lui faciliter la tâche … et petit sourire à la clé !

    Dois-je l’aborder ? Si oui, comment ?

  • Giumanio dit :

    Bonjour à tous !!

    Un article sympa mais ce que je retiens et qui me pousse aujourd’hui à poster une réponse est l’ensemble des commentaires déposés plus haut. Superbe échange et surtout wouah j’aime ce genre d’avis et de vision.

    Je n’ai que 26 ans et me retrouve à taper sur google des recherches de dragues avec comme but principal la recherche d’une approche parfaite, de la phrase parfaite, des choses à faire où ne pas faire… comme je pense beaucoup de vos lecteurs lors de la première visite sur le blog.

    Je suis aujourd’hui dans une situation ou un changement de ma vision homme/femme est entrain de s’effectuer petit à petit, ce n’est que le début et c’est pas facile.

    Pas facile d’aborder une fille qui me plait, l’exemple d’une jeune femme remarqué dans une fête de village l’été dernier, oui oui il y a 1 an, croisé dans un bar a plusieurs reprise, quelques échanges de regards mais impossible pour moi d’allez vers elle, mes jambes sont bloquées mes couilles surtout sont terriblement bloquées (sont elles liées par un improbable liens invisible …)

    Il y a peu de temps lors d’un passage en ville pour le dépôt d’un dossier client passant dans une rue commerçante j’aperçois cette jeune femme dans le magasin comme vendeuse… encore une fois j’ai envoyé inconsciemment le signal à mon cerveaux de l’impossibilité pour moi de l’aborder, mais cette article ainsi que vos commentaires m’aide petit à petit à voir cette « 1er étape d’un autre œil ».

    Je commence le travail sur le fait de ne pas imaginer le moment tant attendu et de m’en faire un film m’inventant les questions réponses éventuels, et enfin faire place à la simplicité du moment venu.

    Une simple question pour commencer ce travail concernant cette demoiselle. Sachant où elle travail dois je « forcer » le moment venu (passer devant le magasin …) quel est votre avis ?

    Merci à vous

  • JOHN dit :

    Comment aborder une femme qui nous intimide ?

  • >