≡ Menu

Comment draguer dans la rue… et sur internet ? Interview avec Allan Kikker

Quel est le lieu de drague préféré de la majorité des lecteurs de CoachDrague ?

La rue !

Quand est-ce que les lecteurs de CoachDrague sont-ils les plus actifs sur le terrain ?

Pendant la journée !

Je peux très bien les comprendre. La drague dans la rue ne coûte rien (pas besoin de payer d’entrée, de boissons…) et on y trouve de belles filles partout et tout le temps (et il n’y a presque pas de concurrence).

Souhaites-tu recevoir plein de bons conseils pratiques et immédiatement applicables pour mieux draguer dans la rue ?

Alors attache ta ceinture, car tu seras servi très copieusement.

Et je n’exagère pas… ;-)

Aujourd’hui j’ai l’honneur d’interviewer un mec humble et discret, mais hyper efficace.

Il s’est spécialisé dans la drague en rue et dans la drague en ligne.

Spécialement pour CoachDrague il a accepté de partager ses meilleurs conseils et techniques de drague (drague en rue ET drague en ligne).

Je te présente…

Allan Kikker de DraguerUneFille.net !

Prépare-toi mentalement… Détends-toi… Concentre-toi bien… Et surtout, ne te précipite pas, car cette interview dure 1 heure et 20 minutes !

Pour un apprentissage optimal, je te conseille de consulter cette interview 2 fois : une fois au format audio et une fois au format écrit (la transcription optimisée se trouvant ci-dessous ou la transcription version e-book).

Sans plus attendre, voici l’interview !

Clique ici pour télécharger l'e-book Street 'N Web

Cher ami, la réalisation de cette interview a été un travail gigantesque. Nous laisser un commentaire pour nous remercier est la moindre des choses. Et si tu as des questions pour Allan Kikker, n’hésite pas à les lui poser. Pour laisser ton commentaire, donner ton avis ou poser tes questions, clique ici !

Télécharge J'Aborde en cliquant ici !

Transcription optimisée en version article

Qui est Allan Kikker de DraguerUneFille.net ?

Je m’appelle Allan Kikker. Je me suis intéressé à la séduction à partir de 2007. À l’époque j’habitais encore en province en France.

Comme j’étais assez timide je me suis dit : « J’ai du mal à approcher les filles dans la vie réelle. Donc, je vais commencer sur Internet. »

D’autant plus qu’à l’époque j’étais déjà à fond dans l’informatique. J’étais déjà un bon petit geek. C’était un moyen dans lequel j’étais à l’aise pour entrer en relation avec les femmes.

C’était en 2007.

En 2008 j’ai déménagé à Paris pour trouver un nouveau boulot. Et là, en voyant plein de jolies filles dans la rue, je me suis dit qu’il faut faire quelque chose. Je ne peux pas passer ma vie sur internet avec autant de jolies filles dans la rue.

Je me suis alors lancé le défi d’aborder les filles dans la rue.

Au début ce n’était pas évident. Je n’osais pas. J’avais toujours cette espèce de carapace, ce côté timide.

J’avais peur de déranger les gens…

Et puis à force de travailler, j’ai réussi à devenir très à l’aise dans la rue. Même plus à l’aise dans la rue que sur Internet.

Au final ça devient plus facile, plus rapide et plus spontané.

J’ai presque envie de dire que tu perds moins ton temps dans la rue que sur Internet où tu peux passer des heures à échanger des messages avec une nana pour qu’au final il ne se passe rien.

Dans la rue tu as cinq minutes pour faire une bonne ou mauvaise impression.

Si ça marche bien, tant mieux. Comme ça c’est fait rapidement.

Si ça ne marche pas, tant pis. Tu en trouveras une autre.

En tout cas, à Paris ce n’est pas les filles qui manquent.

Pourquoi est-ce que je m’arrête à 2008 ?

Parce que depuis je suis en couple. Ça fait maintenant plus de deux ans. Donc, je ne séduis plus de manière aussi active.

Mais ça m’arrive quand même de le faire pour le plaisir ou pour expliquer certains points précis aux lecteurs…

Je travaillais dans l’informatique. Mais ça va bientôt changer, puisque je vais travailler à mon compte : faire de la production audiovisuelle et du marketing.

Une partie de ces activités sera consacrée au développement du blog DraguerUneFille.net.

Une autre partie concerne des projets qui n’ont strictement rien à voir avec la séduction. Par exemple, j’ai un projet pour faire des vidéos sur les sports extrêmes. J’aime bien faire du sport, j’aime bien filmer et faire du montage vidéo.

C’est donc surtout lié aux passions et aux opportunités qui vont se présenter.

Comment draguer une femme dans la rue ?

Ce n’est pas compliqué. À la limite, ce n’est même pas de la drague.

Mon approche c’est d’aller rattraper la fille, parce qu’en général je la croise. Quand c’est dans la rue, on n’a pas forcément des chemins qui se suivent, mais plutôt des chemins qui se croisent.

Je la rattrape et j’attire son attention avec une petite tape sur l’épaule. Et je lui explique qu’elle me plaît et que j’aimerais faire sa connaissance.

Je n’ai pas forcément beaucoup de temps sur le moment, mais j’aime bien prendre quelques minutes pour essayer de faire la connaissance de la fille.

Je n’ai pas vraiment de phrases toutes faites. Je vais sortir la première chose qui me vient à l’esprit. En général c’est juste lui dire que : « Voilà, je viens de vous croiser. Vous me plaisez. Et je me suis dit qu’il faut que je tente quelque chose. Je m’appelle Jeoffrey. »

La fille est un peu surprise au début. Ça la flatte, ça lui fait plaisir. Des fois elle rougit.

Elle se présente également à son tour. Puis on entame une conversation.

Alors, la plupart des mecs se demandent : « Mais comment fais-tu pour entretenir une conversation avec une fille ? »

Ça devient un peu plus compliqué à expliquer, car chaque interaction est différente. Au final ça revient à ça : je me base sur la situation pour amorcer la conversation.

Si elle a trois sacs de courses par exemple et que c’est la période des soldes, je vais lui demander si elle a fait de bonnes affaires. C’est des choses toutes simples, mais qui permettent de lancer la conversation rapidement.

Si elle a un cartable, je lui demande ce qu’elle étudie. C’est des idées toutes simples, mais qui alimentent la conversation naturellement.

Comment obtenir le numéro de la fille, un rendez-vous ou même plus ?

Avant de répondre à la question, voici une chose importante pour les gens qui débutent.

Quand tu débutes, tu dois toujours tenter de repartir avec le numéro, même si tu n’es pas forcément intéressé par la fille. Rien que pour l’entraînement j’encourage les gens d’aller jusqu’à la prise du numéro.

Si tu n’as plus vraiment d’appréhension pour demander un numéro, je te recommande de faire autrement : s’il n’y a pas de feeling, ne cherche pas à prendre le numéro. Dis-lui juste de passer une bonne journée. Et voilà, tu mets fin à la conversation gentiment et tranquillement. Ne cherche pas les numéros des filles avec lesquels tu sens que ça n’ira pas plus loin.

Si tu as envie de prendre son numéro, la manière la plus simple c’est de trouver pendant la conversation un centre d’intérêt commun avec la fille et de lui proposer d’explorer ensemble ce centre d’intérêt commun.

Par exemple, j’aime bien danser. Ça m’est arrivé plus d’une fois d’inviter une nana que j’ai croisée dans la rue à un de mes cours de danse du mardi soir.

Je ne demande pas le numéro directement. Je l’invite à faire une sortie et si la fille accepte, seulement après je demande le numéro. Ainsi le numéro devient une conséquence logique du fait qu’on va se revoir.

Au début, j’avais tendance à faire l’inverse. Je demandais le numéro et une fois rentré chez moi j’attendais quelques jours pour proposer un rendez-vous.

Non seulement je perdais du temps, mais en plus je m’exposais à un risque de refus plus élevé, parce que la fille ne m’a plus en face. Elle n’est plus en train de passer un bon moment avec moi et elle a peut-être changé d’humeur et d’état émotionnel. Et peut-être qu’au moment de l’appel elle n’aura pas envie de faire la sortie.

Alors que si elle s’engage avec moi le jour de la rencontre, elle va certainement avoir plus d’intérêt à tenir cet engagement.

Donc, juste en changeant l’ordre des choses, les chances de réussite augmentent. De plus, c’est plus facile pour tout le monde. Parce que tu n’as pas besoin de galérer au téléphone pour obtenir le rendez-vous.

Au début je n’étais pas à l’aise au téléphone avec les nanas. J’avais l’impression que le rendez-vous était un objectif insurmontable.

J’appelais la fille et je prenais de ces nouvelles : « Comment ça va… Que-est ce que tu as fait aujourd’hui… »

J’essayais de boucher les vides… Jusqu’au moment fatidique où n’ayant plus rien à dire, je lui demandais : « T’es libre mardi soir pour aller prendre un verre ? »

En général ça ne marchait pas des masses.

Ça crée un malaise, une tension, un moment absolu de tout ou rien…

Il y a une certaine anticipation. Et quand ça ne marche pas c’est très frustrant, parce que tu as l’impression qu’il faut tout recommencer à zéro et que tu as dépensé beaucoup d’énergie pour rien.

En draguant dans la rue, quelles sont les réactions les plus courantes de la part des filles ?

Là réaction la plus courante : elles sourient et elles le prennent bien. Mais ça peut tout aussi bien être un « oui » qu’un « non ». Je ne considère pas qu’il y a 80 % de « non » et 20 % de « oui » ou l’inverse 80 % de « oui » et 20 % de « non ».

Ça peut être assez fluctuant d’une journée à l’autre.

Ça dépend aussi de l’humeur des filles

Chose qui est marrante aussi, c’est que ça dépend aussi de la météo. Les jours où il y a du soleil, les filles sont bizarrement plus de bonne humeur que les jours où il fait tout gris et qu’il commence à pleuvoir.

Je ne dirais pas que les filles disent « non » plus que « oui ». Je dirais surtout qu’elles sont en général souriantes et qu’elles le prennent bien. Et peut-être une fois sur 10 elles le prennent mal, parce que le contexte ne s’y prête pas.

Maintenant, je tente des fois des trucs un peu extrêmes juste pour le fun. Par exemple, la fille est pressée et elle est en train de galoper. Je vais quand même y aller parce que je la trouve mignonne. Elle me plaît et j’ai envie de tenter quelque chose.

Là je me prends un râteau, des fois bête et méchant. La fille m’ignore tout simplement et poursuit son chemin.

Mais bon, là on va dire que je l’ai bien cherché.

Comment gérer le râteau ?

Il y a plusieurs façons.

Premièrement, c’est aller dans un sens positif. Par exemple : « Ce n’est pas grave. De toute façon dans deux minutes je vais voir une autre jolie fille et je vais l’aborder. Et ça ne peut que se passer mieux. »

Un autre moyen c’est de te remémorer les moments où ça s’est déjà bien passé : « J’ai déjà quand-même eu des expériences vachement positives avec d’autres filles la semaine dernière. Si ça s’est mal passé avec celle-là, ce n’est pas grave. Peut-être qu’elle était de mauvaise humeur. »

La troisième manière c’est de te dire : « Je ne le prends pas comme un échec, mais plutôt comme un apprentissage. Qu’est-ce que je peux tirer comme leçon de ce qui vient de se passer pour que la prochaine fois soit une réussite ? »

Donc, c’est un ensemble de manières de penser, qui font que – individuellement ou même en les combinant les unes avec les autres – chaque expérience n’est plus un échec ou un râteau, mais l’occasion de faciliter ses prochains succès.

Si tu es conscient que ça ne te fait pas mal à toi, mais à ton ego… Et si tu arrives à te dissocier de cet ego en te disant : « Ce n’est pas grave. De toute façon, dans deux minutes tu n’y penseras même plus, surtout si tu vois une jolie fille derrière. » C’est là que tu te réaliseras :

  • que cette douleur ne va pas durer ;
  • qu’il faut laisser la douleur se dissiper naturellement (donc ne pas la résister) ;
  • qu’il faut passer à la suite ;
  • que dans deux minutes la situation peut s’inverser.

Le râteau n’est pas évident à gérer les premières fois, parce que tu es attaché au fait de vouloir plaire aux autres.

Mais plus tu pratiques, plus tu réussiras facilement à te détacher de l’issue de la situation, d’autant plus quand tu sais pertinemment que tu plais déjà à d’autres filles.

Si dans ton carnet d’adresses il y a déjà 10 filles qui attendent un rendez-vous, si tu te prends un râteau, clairement t’en as rien à faire.

L’histoire la plus bizarre, la plus drôle, la plus loufoque qui est arrivée à Allan

Un samedi soir je quitte mon domicile pour aller à une soirée. En sortant de la résidence je vois une fille qui me plaît.

Je fais demi-tour et je la rattrape. Elle s’appelle Valérie. Je prends ses coordonnées. On s’appelle plusieurs fois, mais je ne réussis jamais à la revoir.

Un an après, elle me rappelle elle-même pour qu’on se voit pour un rendez-vous.

J’ai l’impression que si elle reprend contact avec moi à ce moment-là c’est que je lui ai plu à l’époque, mais que ça ne s’est pas fait pour une raison X ou Y.

Peut-être qu’à l’époque je n’étais pas suffisamment doué au téléphone pour réussir à la ramener à un rendez-vous.

Quand elle m’a rappelé, je me suis dit que : « Il doit s’être passé quelque chose. Je pense qu’elle s’est faite larguer ou qu’elle a largué son mec et qu’elle en cherche un nouveau. »

Et c’était ça…

Et moi, étant casé, j’ai accepté l’invitation pour rediscuter plus amplement avec elle.

Effectivement, elle était de nouveau sur le marché des célibataires.

Et par la suite c’est quelque chose qui s’est passé plusieurs fois avec d’autres filles.

Donc, tu peux très bien récupérer le numéro d’une nana et ne rien réussir à en faire sur le moment. Et puis… un beau jour tu reçois un petit coup de fil et là tu peux être sûr que la nana est célibataire et qu’elle n’est pas contre l’idée de te revoir.

Mais il ne faut pas voir le fait d’obtenir un petit numéro comme un investissement à long terme, car ce n’est pas un investissement super sûr. Si tu soudes des numéros comme ça, à long terme il n’y en a pas beaucoup qui marchent non plus.

Je préfère quand-même les travailler sur le moment et reprendre contact rapidement avec la fille, plutôt que d’attendre un an.

L’histoire la plus humiliante, la plus pénible qui est arrivée à Allan

Je ne la vois pas comme la plus humiliante, parce que je ne l’ai pas pris comme une humiliation, mais plus comme une déception et une envie de revanche.

C’est un peu comme avec l’histoire précédente.

Je sors de chez moi un samedi soir. Juste en bas de chez moi je croise une fille. Sauf que cette fois ce n’est pas moi qui me retourne pour la rattraper. C’est elle qui m’aborde. Elle est perdue. Elle doit se rendre à une crémaillère et elle cherche l’adresse de son amie.

J’essaie de lui donner un coup de main. Je la taquine un peu au passage. On discute, le courant passe bien. Et puis je me dis : « Tu viens de croiser une fille. C’est elle qui t’a abordé. Tu n’as pas fait le premier pas. Mais pourquoi ne pas en profiter pour essayer d’aller plus loin. » Je prends son numéro.

On s’est vu la semaine suivante pour une sortie au musée. Après le musée on a pris un verre tranquillement.

Ce qui m’a le plus « énervé », c’est qu’à un moment elle a demandé mon âge. À l’époque j’avais 24 ans. Elle en avait 30.

Et à partir du moment où elle a su mon âge, elle n’était plus du tout intéressée. Je n’ai pas réussi à retourner la situation à mon avantage.

C’est la situation qui m’a marqué le plus. J’ai trouvé ça extrêmement frustrant de ne pas avoir su comment surmonter l’obstacle.

Je n’ai rien entrepris pour me venger, mais bien pour surmonter l’obstacle.

Quand j’ai rencontré ma copine, c’était pareil. Il y avait une certaine différence d’âge. Au début ça lui avait fait un peu un choc.

J’avais 24 ans. Elle en avait 29. Ça fait cinq ans de différence et elle avait l’impression de rencontrer un petit jeunot. Chose qu’elle n’avait pas ressentie au premier abord, parce que j’essaye d’avoir un comportement assez mature.

Quand on s’est croisé, j’étais parti au boulot. J’étais en costume-cravate. Enfin, le côté sérieux, quoi…

Pour remédier à cet obstacle, la meilleure parade que j’ai trouvée c’est d’assumer à 200 % le fait que j’aime les filles plus âgées.

Ce n’est pas parce qu’elle n’est pas prête à rencontrer quelqu’un de plus jeune que je ne peux pas lui apporter ce qu’elle attend d’un homme.

En général, les filles qui ont un problème avec l’âge ont peur d’être déçues par rapport aux attentes qu’elles ont de l’homme dans la relation, que ce soit une relation exclusive ou juste une relation sur le plan sexuel.

Il faut lui montrer que tu assumes complètement cette différence d’âge et que tu assures autant qu’un mec qui aurait l’âge qu’elle voudrait.

Ça peut sembler un peu abstrait, mais c’est normal, parce que chaque femme peut avoir des attentes différentes.

Au moment où tu essaies de la séduire, il faut essayer de cerner ce qui lui plaît chez un homme. Et ça peut faire l’objet de questions assez directes. Tu n’es pas obligé de deviner entre les lignes ce qui lui plaît.

Ça peut être une question aussi simple que : « Si moi je suis trop jeune, ton mec idéal, qu’est-ce qu’il a ? Qu’est-ce qu’il a de plus ou de moins que moi ? À quoi est-ce qu’il ressemble ? Qu’est-ce que son âge fait que moi je ne corresponds pas à l’homme que tu recherches ? »

Il faut essayer de la faire verbaliser ce qu’elle pense être ces caractéristiques, pour lui faire réaliser qu’au final tu vaux largement aussi bien, voire mieux, que l’homme qu’elle aimerait avoir.

Alors, quand elle mentionne une caractéristique que tu ne possèdes pas, faut-il la développer ? Faut-il s’adapter ou non ?

Ça ne sert à rien de s’adapter pour faire plaisir ou pour essayer de ratisser plus large.

Non, ce qu’il faut faire, c’est de la taquiner derrière, sur cette caractéristique spécifique, pour essayer de lui montrer que ce n’est pas si indispensable que ça.

Autrement dit, j’essaierai quand même de retourner la situation à mon avantage, non pas en adoptant la caractéristique, mais plus en essayant de me moquer de la fille, de la taquiner et de rester dans une dynamique de flirt plutôt que dans une dynamique logique.

Le meilleur conseil pour les hommes qui veulent se lancer dans la drague en rue

C’est avant tout un conseil au niveau mental. Si tu as une ville assez grande à ta disposition (en général tout le monde en a une pas trop loin de chez lui), alors considère cette ville comme un immense laboratoire de recherche.

Chaque fille qui passe est l’occasion de faire une nouvelle petite expérience !

Il faut le prendre plus comme un jeu. Comme si tu es un savant fou qui peut faire plein d’expériences.

Au final, la plupart de ces expériences n’ont pas de conséquences. Je dis « la plupart », mais j’ai envie de dire que « toutes ces expériences » n’auront pas de conséquences (négatives).

Si tu pratiques dans une ville où il y a un certain nombre d’habitants, tu croiseras constamment de nouvelles filles. Donc, il n’y a pas de soucis. Tu peux te lancer et ça n’aura pas de conséquences négatives sur la suite.

En revanche, si tu habites dans un village de 300 habitants, c’est un peu plus compliqué à gérer, car tu recroiseras régulièrement les mêmes filles.

Si ta ville compte entre 50 000 et 100 000 habitants, alors lâche-toi…

Fais-toi plaisir…

La ville est ton laboratoire !

Le problème le plus courant des élèves d’Allan et la solution à ce problème

La méthode que je propose permet de s’affranchir progressivement de la peur de l’approche.

La peur de l’approche, c’est ça le problème le plus courant. C’est le tout premier obstacle qui se dresse quand tu veux aborder une fille :

  • que dire ;
  • quoi faire ;
  • comment l’aborder.

Je suis prescripteur de petits exercices où la difficulté est progressive. Dans un premier temps, si t’es vraiment très timide tu peux commencer par demander l’heure ou un renseignement, par exemple.

Ensuite, ça peut être tout simplement dire « bonjour » aux personnes que tu croises dans la rue. Non pas pour les arrêter, mais juste pour essayer d’avoir un premier contact visuel, les yeux dans les yeux, et pour se lancer face à quelqu’un que tu ne connais pas, sans essayer de maîtriser sa réaction.

Quand tu abordes pour demander l’heure, tu sais que tu recevras l’heure comme réponse. Donc, il n’y a pas vraiment d’inconnu.

Par contre, quand tu dis juste « bonjour » à quelqu’un sans essayer d’aller plus loin et en continuant ton chemin, tu ne sais pas vraiment ce qui va se passer. Dire « bonjour » à un inconnu dans la rue, ce n’est pas habituel.

Donc, tu vas essayer de briser petit à petit les barrières jusqu’à arriver à aborder des filles. Au début tu aborderas que des filles qui sont seules, par exemple. Après tu aborderas des filles qui sont seules, mais avec du monde autour.

Tu essayes de t’affranchir des obstacles au fur et à mesure progressivement pour que tu prennes confiance en toi et te rendes compte que ce n’est pas si compliqué.

Quand tu mets des briques les unes sur les autres, tu arriveras à bâtir un mur qui tient la route et qui permet d’aborder les filles de la manière la plus simple et la plus efficace qui soit.

En résumé, fixe-toi de petits objectifs et augmente progressivement, petit à petit, le niveau de difficulté.

C’est comme ça que j’ai appris. C’est comme ça que j’ai obtenu mes premiers résultats.

C’est la méthode que je conseille, car je sais que mettre la barre trop haut peut avoir un effet paralysant.

Mais quand tu sors un tout petit peu de ta zone de confort, là ça va. Tu seras confronté à ton angoisse, mais ça sera gérable.

Et en répétant le comportement qui se situe juste en dehors de ta zone de confort, après un moment tu t’habitueras. L’angoisse se dissipera.

Alors ce comportement fera partie de ta zone de confort et ne se situera plus en dehors de celle-ci. Une fois que l’angoisse diminue, tu mets la barre plus haut et tu répètes. Et c’est comme ça que tu progresseras.

La différence entre un séducteur moyen et un séducteur excellent

Le sens de l’observation !

Je remarque que la plupart des bons séducteurs ont un bon sens de l’observation qui leur permet d’alimenter leur intelligence sociale.

Suite à leurs observations, ils vont agir différemment. Ils vont essayer d’adapter, non pas forcément leur discours, mais ils vont essayer d’adapter les choses, les dynamiques pour coller avec les infos qu’ils ont récoltés en amont.

Voici un exemple tout bête. Dans un bar par exemple, un mec expérimenté repérera plus facilement les filles qui sont venues avec leurs mecs et les filles toutes seules.

En observant les gens interagir, il verra des choses qu’un débutant ne verra pas.

Il sait qu’en abordant la fille, il se peut que son mec revienne (des toilettes, par exemple) un peu plus tard. Il ne sera pas surpris.

De nouveau, ce qui pour moi fait la différence entre un séducteur moyen et un séducteur excellent c’est :

  • le sens de l’observation ;
  • l’intelligence sociale.

Le sens de l’observation et l’intelligence sociale sont deux choses complémentaires et qui se travaillent également.

L’intelligence sociale n’est pas facile à expliquer. Au fur et à mesure que tu accumules de l’expérience en interagissant avec les gens (hommes et femmes), tu développeras une sorte de feeling, une sorte d’intuition.

Disons qu’avoir de l’intelligence sociale c’est la capacité de prédire un minimum les réactions des gens.

Quelqu’un qui n’a pas du tout d’intelligence sociale va agir sans forcément savoir quelle sera l’issue de ses actions.

Quelqu’un qui a déjà un sens plus aiguisé saura à l’avance que là potentiellement il y a beaucoup plus de chances que ça marche en faisant comme ça qu’en faisant de telle autre manière.

Par exemple, si tu appelles tes amis uniquement quand tu as besoin d’aide et qu’un de tes amis a un minimum d’intelligence sociale, quand il décrochera le téléphone, il saura à l’avance que tu l’appelles juste pour lui demander de l’aide et non pas pour prendre de ses nouvelles, par exemple.

Ça déjà c’est faire preuve d’un minimum d’intelligence sociale. Bref, c’est comprendre les dynamiques qui se passent entre les gens.

La technique de séduction préférée d’Allan

Je n’aime pas trop le mot « technique ».

Par contre, mon procédé habituel c’est d’approcher les filles qui me plaisent dans la rue et d’engager la conversation le plus naturellement et spontanément possible en m’inspirant de ce qui me passe par la tête.

Je ne cherche pas à ressortir des choses toutes faites. Au début c’est marrant, mais au bout de la deuxième fois je m’ennuie.

Puis, je trouve que si les gens accrochent à ça et uniquement à ça, que c’est un peu décevant.

Au final je m’ennuie et j’ai l’impression que les gens en face sont décevants aussi, parce qu’ils accrochent à des trucs tous prêts, préparés, théâtralisés…

Non, je préfère rester complètement spontané et naturel. Je ne cherche pas à optimiser au maximum. Si ça marche, tant mieux. Si ça ne marche pas, pas grave.

Je pense qu’à ce niveau-là je risque de décevoir les lecteurs qui cherchent une technique imparable.

Après, il y a deux, trois astuces, comme je l’ai dit au début, où il y a des choses plus intelligentes à faire comme proposer le rendez-vous avant de prendre le numéro de téléphone.

Sinon je n’ai pas de technique à proprement parler. J’ai plutôt tendance à privilégier le feeling que les choses toutes préparées. Je n’ai pas de feuille A4 dans ma poche que je déplie pour réviser avant d’approcher les filles.

J’ai remarqué que certains mecs utilisent les techniques de drague toutes faites comme masques, comme sparadraps pour cacher leurs faiblesses, leurs défauts, leurs incertitudes…

Quelque part dans leurs têtes ils se disent : « Je ne suis pas assez bon, mais avec ces techniques-là je pourrais les séduire. »

Ce qui signifie en fait : « Ce n’est pas moi qui est séduisant. Ce n’est pas moi qui séduis la femme en face de moi, mais c’est la technique. »

Attention !

Je trouve que c’est enrichissant d’apprendre des techniques toutes faites, mais ces techniques toutes faites sont la cerise sur le gâteau. C’est comme manger un petit bonbon pour se faire plaisir.

Ces techniques toutes faites ne servent qu’à rajouter un peu de piment et de couleur aux interactions sociales.

Si je peux coller un pourcentage, je dirais que les techniques de drague toutes faites ne devraient pas faire plus de 1 ou 2 % de l’interaction. Le reste doit venir naturellement :

  • s’exprimer… tout simplement ;
  • penser à haute voix ;
  • ressentir ce que l’autre personne ressent ;
  • essayer de partager avec l’autre ce que toi tu ressens, ce que tu penses…

C’est tout, il n’en faut pas plus.

Les gens ont quelque part peur d’être jugés sur ce qu’ils vont dire. De ce fait ils préfèrent utiliser des choses qui ne sont pas d’eux. Ainsi ils n’ont pas l’impression d’être jugés eux, mais ce qu’ils disent.

Ils ont peur de se mettre en avant et quand ils se prennent un râteau ils se dirent : « Ah, ce n’est pas moi. C’est la technique. »

Les éléments clés pour réussir dans la drague en ligne

Tout d’abord, beaucoup de choses peuvent être disqualifiantes comme les photos, le pseudo et le profil avant même d’arriver au premier message.

Le conseil le plus simple que je pourrais donner à un mec qui veut se lancer dans la drague en ligne, c’est de ne pas commencer par ouvrir un compte de mec, mais un compte de fille.

Oui, se faire un faux profil de fille !

À la limite, le strict minimum : pomper une fausse photo sur Google d’une fille plutôt mignonne et voir comment les autres mecs essayent de t’aborder.

Suite à ça tu vas certainement recevoir des tonnes de sollicitations. Si t’es sur Meetic tu recevras des charmes à la pelle.

Ensuite, visite entre 10 et 50 de ces profils qui t’ont sollicité et regarde ce que tu trouves marrant ou complètement pitoyable.

Le filtre que tu avais des choses, va se modifier rapidement, parce que tu recevras souvent les mêmes messages, souvent le même genre de sollicitations.

Ce qui te semblait à l’origine être une bonne présentation, va te sembler au final banal et de cette manière tu comprendras pourquoi la plupart des filles filtrent beaucoup les mecs, ne serait-ce que sur les photos, les profils ou les pseudos… Il y en a beaucoup qui se ressemblent, qui disent les mêmes choses et qui au final ne sont pas intéressants…

Bref, la plupart des mecs n’arrivent pas à se démarquer des 50 ou 100 autres mecs qui sont dans la boîte de réception de la fille.

De nouveau, mon premier conseil est d’ouvrir un compte de fille et d’essayer de voir qu’est-ce qui est chiant à lire de manière répétitive, quels sont les schémas qui se répètent.

Souvent, par exemple, dans les e-mails le titre est : « bonjour », ou « coucou, comment ça va ». Il y a plein de mecs qui écrivent ça… Ils croient être les seuls, sauf qu’il y a 100 autres mecs qui font aussi « coucou, comment ça va ».

Essaye de distinguer ce que les mecs font tous de la même manière pour ne pas faire la même chose justement.

Les caractéristiques d’un bon profil

Tout d’abord c’est une photo qui fait une bonne première impression. Ça peut être assez subjectif.

Mon meilleur conseil serait d’aller sur un site communautaire comme Badoo. Sur ce site-là tu peux publier tes photos et les autres internautes les notent. Ceci te permettra de savoir quelles sont les meilleures photos que tu as en stock.

Si tes notes sont vraiment trop basses, débrouille-toi pour embaucher un ami une après-midi où il fait beau et allez faire des photos au parc…

Essaye de maximiser les situations pour avoir des photos dans différents contextes.

Ensuite, remets-les sur Badoo jusqu’à ce que tu obtiens des scores intéressants (minimum 8 sur 10). Comme ça tu sauras quelles photos ont le plus de chances d’intéresser les filles.

Ça c’est pour la partie « photo ».

Ensuite, le profil… Au niveau du profil, le piège c’est d’absolument tout remplir.

Ne remplis pas tout, parce que ça en dit beaucoup trop sur toi. C’est un peu comme remplir la fiche d’une agence matrimoniale en espérant que tu intéresseras la fille juste sur des cases à cocher.

Non, ce n’est pas ça qui dégage du charme et qui va te rendre plus attirant aux yeux des nanas.

Mets juste quelques critères qui te tiennent à cœur, parce que tu as envie de les partager. Par exemple, le critère que je ne me vois pas du tout partager c’est la case « salaire ». Je n’ai pas du tout envie d’attirer les filles qui sont uniquement intéressées par les thunes.

Ne pas tout remplir sert à la fois à garder un peu de mystère, mais aussi de filtrer les filles que tu ne veux pas forcément rencontrer ou, au contraire, celles que tu veux rencontrer.

Par exemple, si tu manges bio, ça peut être intéressant de le mettre sur ton profil. Les filles qui mangent bio seront plus intéressées de discuter avec toi qu’avec un mec qui ne partage pas du tout la même alimentation. Je prends l’exemple bio, parce que c’est quelque chose qui est assez fort au niveau des nanas.

Dans le profil faut-il parler de soi-même ou de ce que tu cherches chez une nana ?

Les deux !

Par contre, là où je peux donner une piste intéressante, c’est que plutôt de lister les choses de manière complètement factuelle du style : je ne veux pas une fumeuse, je suis alpiniste, j’ai 23 ans, j’aime lire des livres… Enfin, de rester vraiment sur des informations très courtes et très directes et d’en lister plein, liste juste quelques informations.

Prenons la musique comme exemple. Développe plus en détail cette information !

Moi j’aurais tendance à dire : « J’aime beaucoup la musique et plus particulièrement la musique électronique, dont Daft Punk… Je prends beaucoup de plaisir non seulement à l’écouter, mais aussi à la mixer, que ce soit pour moi-même ou en soirée pour mes amis. »

Déjà ça donne une toute autre contenance à l’information, parce que la fille m’imagine en train d’écouter la musique, le style de musique, où est-ce que je l’écoute et avec qui je l’écoute.

Ainsi c’est plus simple pour elle de m’imaginer et de se projeter dans ma vie, même sans m’avoir vu. Elle sait pourquoi j’aime les choses, comment je les fais et avec qui je les fais (ce dernier point lui indique que je ne suis pas tout seul dans une caverne et que je vois aussi des gens).

Au lieu de donner une liste d’informations en largeur : « J’aime a, b, c, d, e, f, g… », il faut surtout approfondir.

Non pas en largeur, mais en profondeur !

Autrement dit, concentre-toi sur quelques points importants et développe ces points.

Au lieu de donner une énumération de faits, décris quelques caractéristiques, quelques goûts, quelques intérêts…

Tu peux aussi aller plus loin en décrivant ce que tu ressens quand tu fais cette activité, qu’est-ce que ça t’apporte personnellement, comment tu l’as découverte la première fois…

Enfin, ça peut aller très loin.

L’idée c’est de dévoiler une partie de toi-même à travers une seule idée. Ça a l’avantage de ne pas te dévoiler complètement à la fille, parce que ce n’est relatif qu’à une seule information.

En même temps ça lui donne suffisamment de profondeur pour se faire une idée de qui tu es, si potentiellement vous pouvez vous entendre ou pas du tout, si vous avez des centres d’intérêts en commun…

Conseils pour le premier message

Si je devais me remettre à la drague en ligne, je ne serais pas dans une optique de ratisser large. Je ne chercherai pas à plaire à toutes les filles, chose par contre que tu pourrais avoir en tête quand tu débutes, parce que tu ne sais pas vraiment par où commencer.

Mes messages sont formatés pour à la fois filtrer les filles qui ne me correspondent pas et pour attirer celles qui me correspondent.

Le style est assez particulier. Ça commence par le titre du message. Je n’aime pas récupérer les titres génériques du style :

  • « Coucou, comment ça va ? » ;
  • « Faisons connaissance » ;
  • « As-tu passé un bon week-end ? ».

Au contraire, je préfère mettre quelque chose qui est :

  • soit complètement débile ;
  • soit complètement intrigant ;
  • soit un mélange des deux ;
  • soit quelque chose lié à une période de l’année.

Par exemple, quand c’est les soldes : « Alors t’as claqué combien cette semaine dans les magasins ? »

Quand c’est à la période de Noël, ça peut être quelque chose comme : « Connais-tu la Laponie ?

Je ne me prends pas au sérieux… C’est surtout ça l’idée de départ.

Si la fille me répond, je veux que ça parte sur un ton fun et non pas sur un ton hyper solennel genre : « J’ai 26 ans, je travaille dans l’informatique, je gagne 50 000 € et je cherche une fille blonde à forte poitrine. »

Voilà, je veux que ce soit fun et qu’on s’amuse d’entrée de jeu. Donc, ça c’est pour le titre du message.

Ensuite, pour le contenu du message, pareil.

Je reste sur la même longueur d’onde. Je ne vais pas forcément commencer par dire « bonjour » ou « bonsoir ». J’aurais plutôt tendance à utiliser quelque chose de plus familier comme « hello » ou « salut » ou « hug » ou « hey ». Un truc un peu fun.

Parfois je m’amuse en allant sur Google traduction pour traduire « bonjour » dans une langue que je ne connais pas et que la fille ne connaît certainement pas non plus. C’est fun, c’est marrant, c’est original.

Si la fille est un minimum curieuse elle ira chercher elle-même dans Google traduction ce que ça veut dire. Et quand elle va me répondre elle va me dire : « Mais pourquoi tu m’as dit bonjour en Croate ? »

C’est des petits points de détail, mais c’est là où déjà je vais filtrer si la fille est fun ou si elle est trop sérieuse. Et si elle est trop sérieuse, elle ne va pas m’intéresser.

Ensuite, toujours dans une optique déconne, je vais lui poser quelques questions. De la plus simple à la plus débile…

Voici un modèle que j’ai beaucoup utilisé à l’époque. Je suis assez fainéant, donc une fois que j’ai trouvé des questions sympas qui me permettent de rencontrer des filles sympas, je réutilise largement en personnalisant quand-même un minimum par rapport au profil de la fille. Mais quand je n’ai pas d’inspiration je peux toujours utiliser le modèle brut de fonderie.

Voici un de mes modèles :

« Hug,

parle-moi un peu de toi… Combien mesurent tes plus hauts talons… Ce que tu prends au petit dèj… Combien de cuillères de Nutella dans tes croissants… Les bases, quoi !!!

Allan

P.S. Qui dois-je saluer ? »

J’ajoute ce P.S. pour l’inciter à mettre son prénom, car je déteste les filles qui ne se présentent pas dans leurs premiers messages. Il n’y a rien de plus frustrant que de répondre à une fille en lui disant « Salut… » et de ne pas savoir quoi mettre derrière.

La fille, intriguée par le titre, ouvre le message et elle tombe sur un message qui n’a strictement rien à voir avec les 10 derniers.

Soit elle répond, parce qu’elle est dans le même état d’esprit : très second degré et déconne. Soit elle ne répond pas. Et si elle ne répond pas, pas grave. Ainsi je ne perds pas mon temps avec une fille qui est trop sérieuse pour moi.

Premier message personnalisé ou du copier-coller standardisé ?

J’essaie de personnaliser dans la mesure du possible. Par exemple, ne serait-ce que le minimum, c’est de dire : « Salut machine » en mettant son prénom (si je le connais) à la place de machine.

Ensuite, si elle a des activités qui me plaisent, plutôt que de mettre les questions génériques issues de mon modèle, je vais adapter le modèle pour que quelques questions soient en rapport avec ses activités.

Donc en fait, j’utilise des messages semi-standardisés.

Ce n’est pas que le copier-coller 100 % standardisé marche moins bien, c’est juste que ça me fait chier. Intérieurement j’ai l’impression de ne pas discuter avec une fille.

Quand je n’ai vraiment pas d’inspiration il m’arrive quand-même de lui envoyer le message brut de fonderie.

Sinon j’essaye de faire l’effort de personnaliser. D’une part parce que ça me fait marrer de préparer des questions un peu débiles. D’autre part, parce que je trouve que c’est plus stimulant intellectuellement.

Je ne vois pas trop l’intérêt d’envoyer 100 000 messages identiques pour rencontrer des filles. Il y en a peut-être qui vont préférer ça, parce que c’est plus facile. Mais moi je trouve ça juste chiant.

Donc, quand c’est possible, je préfère faire l’effort de personnaliser le message parce que j’y prends plus de plaisir.

J’ai la même chose quand je drague en rue. J’essaie de ne pas avoir la même conversation qu’avec la fille que j’ai abordée avant, parce que sinon je m’ennuierai vite.

Après le premier message comment développer la conversation en ligne ?

C’est un peu plus délicat que la conversation dans la vie réelle, parce qu’on n’a pas forcément la même notion du temps.

Si la fille répond au premier message, tu sais qu’il y a un minimum d’intérêt. Et elle aura probablement consulté ton profil.

L’étape suivante est d’essayer de la voir dans la vie réelle. Comme avec la drague dans la rue, l’erreur est d’essayer d’obtenir le numéro avant le rendez-vous.

Donc, c’est le même modèle que dans la rue :

  • essaye de cerner ses centres d’intérêt ;
  • propose-lui une sortie qui pourrait lui plaire à elle et à toi ;
  • une fois que vous avez convenu d’un rendez-vous, c’est alors que tu vas prendre ses coordonnées.

Ensuite, après l’échange des numéros, la conversation va se poursuivre par SMS ou par téléphone. Je privilégie le SMS et je l’appelle avant le rendez-vous pour qu’elle entende ma voix. Le fait d’entendre ma voix la mettra plus en confiance…

Voici une autre alternative. Plutôt que d’essayer de planifier le rendez-vous tout de suite, ce qui peut être aussi intéressant c’est de lui proposer de poursuivre la conversation par e-mail plutôt que par le chat du site de rencontres.

Pourquoi ?

Pour limiter les distractions !

Dans sa boîte e-mail il n’y a pas de pop-ups qui s’ouvrent dans tous les sens juste à côté du message qu’elle est en train d’écrire. Ça joue plus en ta faveur. Tu n’es pas en concurrence directe avec les 10 autres mecs qui sont en train de la harceler sur le chat.

Et psychologiquement c’est un pas en avant. Elle passe de l’état d’esprit « site de rencontres » à l’état d’esprit « e-mail » qui est plus personnel et plus intime.

Autre élément important. Ne va surtout pas sur MSN, parce que tu retomberas sur un système de chat où tu auras plein de concurrence et où les filles ne font que collectionner des amis virtuels.

Passe du site de rencontre à l’e-mail ou du site de rencontre à la sortie puis au téléphone. Mais évite les systèmes de messagerie instantanée, parce que ça ne joue pas en ta faveur. Ça te met en en concurrence.

Combien de messages faut-il entre le premier message, le rendez-vous et la prise du numéro ?

C’est assez variable :

  • selon la disponibilité de la fille. Si elle est disponible rapidement, vous allez échanger moins de messages ;
  • selon ton expérience. Déjà dans ton premier message tu lui tendras des perches. Ces perches vont amener certaines réponses. Et ces réponses contiennent pas mal d’indices sur les intérêts de la fille.

Actuellement si je devais me remettre sur les sites de rencontres, en 3 messages on peut convenir d’un rendez-vous sans forcer.

Maintenant, s’il t’en faut 5 ou 10, ce n’est pas grave. Prends ton temps.

Pour arriver jusqu’au numéro de téléphone, c’est très simple.

Une fois que vous avez convenu du rendez-vous dans votre troisième message, par exemple, si elle n’a pas déjà inclus ses coordonnées en te répondant, tu les lui demandes : « C’est quoi ton numéro ? Je te laisse le mien… On ne sait jamais… S’il y a un changement de programme ou un imprévu, comme ça on se tient au courant. De plus, on peut continuer à discuter tranquillement par SMS ou par téléphone. »

Voilà, ça se fait dans la foulée. Il n’y a pas vraiment de magie. C’est très normal, très logique… Si elle accepte un rendez-vous, vous échangez vos coordonnées.

Si le rendez-vous se fait au bout du troisième message, l’échange de coordonnées se fera dans le quatrième.

Si le rendez-vous se fait au bout du cinquième, tu auras ses coordonnées dans le sixième message. Et ainsi de suite…

Quels sont les meilleurs sites de rencontres ?

Ça fait un petit moment que je ne suis plus actif. Mais, à l’époque j’ai beaucoup aimé AdopteUnMec.

AdopteUnMec donne plus de liberté au niveau de la description du profil que des sites comme Meetic ou Match.

Sur Meetic ou Match c’est surtout des cases à cocher. Il n’y a pas tellement de champs libres pour mettre ce que tu veux. Ça ressemble plus à des sites d’agences matrimoniales qu’à des sites de rencontres où tu peux t’exprimer librement. Je trouve ça un peu dommage.

AdopteUnMec est un site que j’ai bien aimé à ce niveau-là. Mais aussi du fait que c’était plus fun.

Les gens sont moins là pour se prendre la tête. Il y a aussi plus une mentalité « je couche plus facilement » qui fait que tu peux rencontrer des filles plus rapidement.

AdopteUnMec était mon coup de cœur.

À l’époque en tout cas il était gratuit. Je ne sais pas si ça a évolué depuis. Ça faisait un atout de plus par rapport à Meetic ou Match qui étaient déjà payants en 2008 et qui sont assez chers. À la limite si les résultats suivaient… Mais bon, j’en ai été plutôt moyennement satisfait.

La difference entre Allan et les autres gourous ou experts en séduction

Ah… Je pense que la différence est très simple.

Je ne suis ni un expert, ni un gourou !

J’ai beaucoup galéré avec les filles jusqu’à l’âge de 22 ans.

Je me suis pris en main. J’en ai un peu chié au début. Mais je me suis accroché et ça a fini par payer.

Maintenant que j’ai un peu plus d’expérience j’ai envie de partager cette expérience avec ceux qui débutent. Et si je peux bénéficier à leur démarrage, tant mieux.

Je n’ai pas la prétention d’être un expert. Mon discours n’est pas : « J’ai niqué 100 filles. Je suis un expert. Je peux vous apprendre plein de choses. »

L’esprit c’est plutôt de dire : « J’ai travaillé sur moi-même. J’ai appris pas mal de choses et j’ai envie de les partager avec ceux qui débutent. »

Ceux qui sont déjà confirmés, je ne pense pas avoir grand-chose à leur apprendre. C’est dans cette optique-là que j’ai lancé DraguerUneFille.net.

Allan a développé un programme unique pour apprendre à draguer dans la rue

C’est un programme qui s’appelle « J’Aborde ». Il est destiné aux mecs qui débutent et qui veulent aborder les filles dans la rue, les transports, les magasins…

Bref, ceux qui veulent aborder les filles le jour !

Approcher des filles le jour, dans la vie de tous les jours, c’est ma méthode d’approche préférée. Et non pas attendre le samedi soir en bar ou en boîte de nuit…

Dans le programme « J’Aborde » j’ai regroupé plusieurs choses.

Il y a un e-book ou j’explique la théorie de l’approche. Je donne également quelques exercices sur le principe de la progression, dont on a parlé un peu plus tôt.

J’explique également le bon état d’esprit pour réussir.

Ensuite, j’ai un autre e-book, écrit par Alexandre Roth de Lifestyle Conseil, que j’offre en bonus. Il contient des conseils rapides et pratiques pour s’habiller correctement. Pour ne pas avoir l’air d’un clochard quand on aborde une fille dans la rue. :-)

Mais bon… La lecture, ce n’est pas très pratique, pas très concret. On a beau essayer d’expliquer du mieux qu’on peut. Ce n’est pas forcément évident de se faire une bonne image de ce que ça devrait donner dans la réalité.

De ce fait, j’ai également ajouté quelques caméras cachées où je montre aux mecs quelles sont les erreurs à ne pas faire et comment faire une bonne approche.

Actuellement il y a 6 caméras cachées. Ça fait un peu plus d’une heure de vidéo. Je crois qu’il y a quelque chose comme 100 minutes de vidéo. Et j’ai bien l’intention d’ailleurs d’en rajouter prochainement.

Je vais faire d’autres séquences que je vais rajouter au programme. Les lecteurs qui ont déjà le programme bénéficieront également des nouvelles vidéos, sans frais supplémentaires.

Bref, j’essaie de mettre à jour régulièrement le programme.

La dernière chose que je vais ajouter d’ici quelques jours, je ne peux pas vraiment en parler, parce que c’est un bonus surprise.

Ça ne sera pas un bonus à télécharger ou à regarder en ligne. C’est un bonus physique qui arrivera directement dans ta boîte aux lettres. Ce bonus te servira entre le moment où t’as planifié le rendez-vous avec la fille et le moment où tu la reverras. Ce bonus physique te permettra d’aller plus loin et plus vite avec la fille.

Le dernier bonus c’est la mise à jour illimitée du programme. Dès que j’ajoute quelque chose de nouveau ou de complémentaire à ce qui existe déjà, tu bénéficieras de la mise à jour sans payer quoi que ce soit de supplémentaire.

Clique ici pour télécharger J'Aborde

De nouveau, « J’Aborde » est un programme destiné aux débutants.

S’il y a déjà des mecs confirmés qui approchent régulièrement des filles dans la rue, qui récupèrent des numéros et qui obtiennent des rendez-vous, il y aura peut-être des choses qui pourront les intéresser, mais ce n’est pas pour eux que j’ai réalisé ce programme.

Je vise vraiment les débutants, les gens qui veulent se lancer et qui veulent pouvoir aborder les jolies filles qu’ils croisent tous les jours dans la rue.

Une technique inédite provenant de « j’Aborde »

C’est quelque chose qui est tout simple, mais auquel on ne pense pas forcément quand on aborde une fille dans la rue.

Si tu dois aborder une fille dans la rue, de quel côté vas-tu l’approcher ? Plutôt du côté droit ou du côté gauche ?

Alors ?

Télécharge J'Aborde en cliquant ici !

Dans la mesure du possible, il faut aborder la fille du côté où elle n’a pas son sac à main, pour qu’elle ne te prenne pas pour un voleur !

D’autant plus que je vais la toucher sur l’épaule et ça peut être assez déstabilisant dans un premier temps.

Donc, quand j’aborde une fille, j’essaye de toujours l’aborder dans la mesure du possible du côté où elle n’a pas son sac à main, parce qu’elle se sentira moins menacée de cette manière.

Voilà, c’est la petite astuce que je voulais partager…

À propos de l’auteur : Konsti, master en psychologie, est le fondateur de CoachDrague et l’auteur des bestsellers Plus jamais seul ! et Tu la veux, tu l’auras. Il est passionné par l’analyse profonde des interactions homme-femme, l’hypnose et la sexualité. Son style de drague est direct et sincère.

{ 40 commentaires… add one }

  • Hugues

    Salut à tous,

    Konsti et Allan je n’ai pas encore écouté le mp3 mais je peux déjà vous remercier pour cette initiative.

    Je conseille à tout le monde de consulter le site et les posts sur Youtube d’Allan. C’est vraiment trés concret et intéressant.

    ++

  • marco

    j’aime bien le point de vue d’Allan

    • Merci Marco, n’hésite pas à revenir laisser un commentaire pour nous dire si le passage à la pratique est fructueux ou si tu rencontres des difficultés sur certains points.

  • Tourangin

    Mais c’est évident tout ça. LOL Désolé, mais je savais déjà tous cela. Le contexte est la chose la plus importante et ensuite viens le contrôle , il faut diriger la conversation et le lieu ou elle va se finir.

    Quand une fille dis , tu habites toujours a XX?

    Tu réponds : « Oui et d’ailleurs viens prendre un verre avec moi :) ou voir ma collection d’art ou photos de voyages, etc. »

    Il faut reussir a emmener la fille ou on veut qu’elle aille sinon elle ira toujours ou elle avait prévu d’aller.

    La je parle pour un fuck close rapide , sinon oui c’est toujours le contexte, l’humeur de la fille , sa situation de couple et les points communs qui permettent de revoir la fille :)

  • ROSSE

    Quand tu dis qu’il faut tester les sites de rencontres en s’inscrivant en étant une femme et pas un homme, tu veux qu’on utilise quoi comme photo ?

    N’importe qui verra qu’on a utilisé une star pour la photo. Alors on utilise quoi comme photo, de qui ?

    Parce que comme tu le vois, je suis prêt à tout pour trouver l’âme sœur. ^^

    • Hello Rosse !

      Evite les stars que tout le monde reconnaitra, c’est sûr.

      Solution 1 – Va sur Google, tape « jolie fille » par exemple et clique sur « images » dans la colonne de gauche. Choisis une image qui ne ressemble pas à celle d’une couverture de magazine FHM. C’est à dire qu’elle ne doit pas être détourée (on doit voir le paysage derrière). Elle ne doit pas être en sous-vêtements.

      Solution 2 – Va sur badoo. Note les photos des autres internautes et « pique » celle d’une fille qui te plait, même critères qu’au dessus.

      Une photo type « vacances » ou « soirée » ou « je me prends toute seule avec mon tél portable » conviendra très bien.

      • ROSSE

        ok merci parce que j’avais regarder sur google image et le problême c kil y a que des photo avec une signature mais sa va sur ta façon « jolie fille » sur google il y a pas de signature sur les photo mais j’ai une autre question cela vaut-il vraiment le coup de créer un faux profil parce que j’ai la flemme de créer une nouvelle adresse mail j’ai utiliser mon hotmail pour tester meetic gratuitement et ensuite j’ai créer une nouvelle adresse mail spécialement pour les sites de rencontres alors j’ai un peu la flemme de recréer une nouvelle adresse mail sinon j’ai cas tester avec le faux profil meetic VIP ou attractiveworld non?

        • Nan mais faut arrêter là ! Ça prends 2 minutes à créer un compte gmail ou hotmail ! :)

          Je suis sûr que tu as mis plus de temps à écrire ton commentaire qu’à créer un compte.

          Allez, hop, au boulot !

          • ROSSE

            ba écoute pour les sites de rencontres je préfère utiliser des boite de réception un peu plus professionnel pourquoi se casser la Q a se créer une fausse boite de réception avec messagerie intégré?

  • Cédric

    Salut,

    Je suis d’accord avec la ligne directrice. En clair, c’est toujours répéter la même chose indéfiniment afin de pouvoir l’ancrer profondément.

    Cependant, en parlant de mentor, peu de gens trouvent la force mentale de suivre le programme. Pour ma part, je fais avec ça avec parcimonie, je ne suis pas régulier dans mes phases d’approches.

    C’est là tout le problème. Comment être régulier sur ce point-là et surtout comment garder cet optimisme.

    Merci.

    • Pour ce qui est de la régularité, personnellement, c’est venu du fait que rencontrer des filles était devenu pendant une période ma priorité numéro 1. Et ça l’est devenu, non pas par hasard, mais parce que j’y ai mis les moyens. J’avais préparé le terrain dès le départ.

      Je me suis rapproché d’une grande ville où je savais que les filles me plairait. J’ai passé une semaine à Paris pour faire des entretiens à l’époque et c’est la ville qui me plaisait le plus, et les filles croisées pendant cette semaine me plaisent également.

      J’ai donc opté pour un job dans la capitale et j’ai choisis un appart à l’intérieur de cette grande ville pour faire la fête et éventuellement ramener les filles plus facilement à la maison. (Ce n’est pas indispensable mais ça aide beaucoup.)

      Donc quand rencontrer des filles est devenu ma priorité n°1, j’étais dans un cadre qui favorisait déjà les rencontres et leur régularité. J’en croisais tous les jours dans la rue.

      Maintenant, comme tu as du le remarquer. J’ai pris en compte le fait que je voulais rencontrer des filles. Mais je n’ai pas tout axé là dessus bien au contraire. J’ai trouvé un boulot qui me plait dans une ville qui me plait avec un appart bien situé pour faire la fête. Je voulais être bien installé, avoir une vie déjà excitante avant même de chercher à rencontrer des filles. C’est important, les filles ne veulent pas d’un mec mal dans ses baskets qui prend la drague comme un patch qui résoudra tous ses problèmes.

      L’optimisme est quant à lui une affaire de « choix » si j’ose dire. On a tous dans notre tête des souvenirs qui nous donnent le sourire, la patate ! Alors quand on commence à broyer du noir, il faut se dire « Stop ! Ca sert à rien de partir en mode déprime. Ce qui m’arrive n’est que temporaire et insignifiant. Pensons plutôt à un truc cool. » et raviver un bon souvenir par exemple ! Une bonne soirée entre potes, un événement heureux … peu importe.

      L’optimisme est comme un muscle qui se travaille dans le sens où, au début, il faut constater que « Oui là je broie du noir. » Et faire l’effort d’aller contre ce réflexe qui est chez certains profondément encré. Puis il faut faire l’effort de relativiser ces pensées négatives « Est-ce vraiment si grave que ça ? ».

      Et enfin consciemment chercher de l’optimisme dans ses souvenirs par exemple. Mais plus on travaille à remplacer du négatif par du positif et plus ça devient facile. Jusqu’au moment où broyer du noir n’est plus le réflexe. C’est positiver qui l’est désormais !

      J’espère avoir répondu à ta question, n’hésite pas à préciser certaines choses si je suis passé à côté ou si tu as besoin d’aide sur un point précis.

    • Nck

      Salut Cédric, sache que les phrases dépendent tout autant de ton agilité que de la fille, mais aussi du contexte dans lequel tu te trouves. Donc pas besoin forcement de retenir des phrases d’approche…

  • hugo

    Article vrai, intéressant et complet ! Merci !

  • youcef

    je suis entrain de calculé pour obtenir un rendez-vous avec une femme marié, mais il y a des obstacles qui bloque ma route, nous avons des gestes a faire (entre nous) mais aucun contacte se fait, svp je veut une idée pour je peut la baisé ainsi jour

  • Alainproud

    C’est vraiment sympa de ta part de nous accorder de ton temps pour nous partager ton expérience sa nous donne du courage! merci =)

  • Un petit commentaire rapide pour remercier Hugues, Marco, Tourangin, Rosse, Cédric, Hugo, Youcef et Alainproud pour leurs encouragements.

    Donc :

    • « Merci Hugues ! » :-)
    • « Merci Tourangin ! » :-)
    • « Merci Rosse ! » :-)
    • « Merci Cédric ! » :-)
    • « Merci Hugo ! » :-)
    • « Merci Youcef ! » :-)
    • « Merci Alainproud ! » :-)

    Et surtout, merci mille fois à toi, Allan ! Ce fut un énorme plaisir de faire cette interview. Putain, t’as vu l’œuf de dinosaure qu’on a pondu ? T’as vu la quantité et la qualité du contenu ? Et tout ça gratuitement ?

    Je n’ai tout simplement pas de mots pour exprimer ma gratitude.

    Merci !!!!

  • Georges Albert

    Assez sympa l’interview, j’en ai beaucoup tiré, merci ! Je voudrais bien un lien me permettant de télécharger gratuitement la forme mp3 de cet interview.

  • Eric

    Merci, pour l’interview et ce travail…

    « Aborde la fille du côté où elle n’a pas son sac à main ! »

    Et merci pour cette petite phrase vaut de l’or ! C’est tellement évident, mais je n’avais pas encore pris conscience de cela !

    Cela va m’éviter de partir du mauvais pied lors de mes prochaines approches.

    • N’est-ce pas ?

      Moi aussi en l’apprenant je me suis dit : « Putaaaaiiiin ! Mais bien entendu ! Pourquoi n’y ai-je jamais pensé ? C’est tellement simple et évident. »

  • Valentino

    Merci bcp Kosti pour l’interview, c’est très instuctif!!

    Jusqu’à maintenant tu as surtout mis en avant la théorie, entendre l’expérience de qq’un, la pratique c’est plus éloquent….

    A+

    • Merci à toi, Velentino. ;-) Et surtout merci à Allan !

      Jusqu’à maintenant tu as surtout mis en avant la théorie, entendre l’expérience de qq’un, la pratique c’est plus éloquent….

      Que veux-tu dire par là ?

      A : « Merci Konsti d’avoir partagé les expériences d’Allan. » ?

      Ou B : « Merci Konsti, mais maintenant j’aimerais en savoir un peu plus sur tes expériences (ou ceux d’autres mecs). » ?

      • Valentino

        Oui, ce que je veux dire c’est que dans tes articles tu as une analyse très théorique voir scientifique de la séduction, c’est très bien je ne dis rien de mal. En complément à ces analyses théorique, une analyse pragmatique apporte toujours un plus. L’analyse théorique reste après tout trop abstrait.

        L’expérience d’Allan est pleinement enrichissante car, il nous parle concrètement de sa méthode d’action qu’il illustre avec ses BONS et MAUVAIS expériences. Ayant à notre connaissance ces expériences nous (apprentis séducteurs) pouvons être que plus confiant lors de notre passage à l’action.

        Comme tu sais pour la plus part de nous, inconsciemment c’est l’INCONNU qui nous effraye et qui nous bloque…

        Dans cette optique, je pense que ce serait bien, dans tes futurs recherche, de mettre plus en avant les expériences en relation avec la théorie. Ces expériences partagées vont indirectement nous mettre plus en confiance et diminuer l’impact de l’INCONNU.

        Merci encore d’avoir partagé avec nous ce super travail !

        Bon w-e

        • Valentino

          Au cas où ma réponse ne serait pas trop clair, c’est bien à ta proposition « B » que je me référais : ) Et de préférence illustré avec la bande sonore ou vidéo, c’est plus marquant pour l’esprit. Comme dit le poète : « On écrit des volumes qu’on exprime mal ce qu’un quart d’heure de conversation suffit pour bien faire entendre »…

          Bravo encore, tu fais un très bon travail !!

          • De très très bonnes remarques, Valentino ! Message reçu 5 sur 5. Je m’en occupe… :-)

  • Juhan

    Peut-on télécharger cette interview?

  • MAIXENT

    Konsti,je vais t’appeler le guide,tu le mérites. Chaque fois que je lis tes revues,je réssens des très fortes émotions.je veux non plus te jeter des fleurs,mais tu as une très bonne façon de structurer,d’expliquer,et tu boosts en faisant revivre tes émotions.courage!

  • Alex

    Salut, excellent interview.

    Pour ma part je fais du Direct Game aussi à Paris et l’ego ça fait mal en début de journée? :-(

    Mais comme tu le dis après plusieurs tentatives on finit par être meilleur. Comme pour le sport, il faut s’échauffer, mais c’est dur au début et parfois je stagne.

  • JUNIOR

    bonjour à tous,

    j’ai téléchargé pour le fun le petit document  » comment draguer les nanas dans la rue et sur le web »

    j’étais un peu septique. je suis le genre de mec a faire du copier coller a chaque fois au début puis après je m’adapte a la fille sur ces gouts et loisirs et je n’étais pas si direct pour demander un numéros et un RDV .

    sur badoo ( un de mes sites préférés parmi tant d’autres ), je vois un profil d’une fille plus que charmante, un profil d’une fille inabordable pour moi. et je me suis dis qui ne tente rien a rien je suis la méthode du PDF.

    et voila la discussion :

    Moi — 02:49
    hello,
    parle moi une peu de toi … combien mesure tes plus hauts talons… ce que tu prends au petit dèj….combien de cuillière de nutella dans tes croissants…. Les bases quoi

    romain

    PS : qui dois je saluer ?

    nana — 02:51
    lol moi c kelly

    Moi — 02:51
    enchanter

    Moi — 02:52
    je reviens de soirée sur paris

    Moi — 02:52
    tu es sortie toi ?

    nana — 02:55
    non car j ‘atten un pote pr finir la soiré

    Moi — 02:55
    ok
    si tu veux on peut se rencontrer
    ça serai sympa de se faire une soirée

    nana — 02:56
    oui avec plaisir

    Moi — 02:56
    surtout que ça fais un mois que j’ai mon nouvel appart’ à versailles, et j’ai besoin d’un avis féminin pour la déco

    nana — 02:56
    a cool

    Moi — 02:57
    tu serais dispo quand ?

    nana — 03:01
    bha écoute apel moi jte dirai sa

    nana — 03:01
    06******

    Moi — 03:01
    merci
    voila le mien
    06 ** ** ** **

    nana — 03:03
    je vais tapelé je suis ilimité

    en même pas 15 minutes elle m’appelle et j’ai un RDV mardi soi.r
    La conversation téléphonique ne sera pas marqué car il y aurais trop de censure…

    MERCI Konsti pour ce petit PDF très sympa où j’ai appris pas mal de choses et je sens que je suivre tes conseils

    have a good day

    • Bravo Junior, très bien joué.

      Et ce n’est pas moi que tu dois remercier, mais Allan et… toi-même ! Car c’est toi qui a fait le travail.

      • Philippe

        Konsti vraiment très génial l’expertise que tu enseignes, car beaucoup on toujours évolué dans le néant toute leur vie.

        On dit mieux vaut tard que jamais et aujourd’hui malgré mon âge, je comprend qu’il y a des choses qu’il faut maitriser pour aller plus loin dans la vie . Et la séduction en est un moyen très efficace .

        Une fois de plus merci de l’initiation.

  • boussalah

    Bonsoir Allan!!! Je vais mettre en pratique ton dvd maintenant et je te tiens au courant, merci.

  • ben

    Merci les gars,je trouve que vous faites du bon très bon boulot c’est très
    constructif.J’ai beaucoup aimé le passage sur le fait de prendre la séduction comme un jeu au début pour progresser du coup ça permet de se détendre :-). Moi perso concernant les râteaux, lorsque c’est moi qui prends l’initiative ben ça ne me fait pas si mal que ça car je me dis si je l’attrapais…hum lol.Mais souvent je suis invité par les nanas pour les aborder et quand ça ne marche pas là ça fait vraiment mal.
    Encore merci konsti pour ce travail!!

  • misterK

    Salut Konsti !

    Je me permets de te tutoyer malgré qu’on ne se connaisse pas. J’ai 19 ans et si je suis là c’est pour te demander conseil.

    Je suis un grand timide, complexé par un nez plus grand que la normal, ce complexe a pour effet : la peur du regard, critique et jugement des autres.

    Si je suis là, c’est principalement pour vaincre cette timidité et oublier ce complexe avant de pouvoir faire une opération chirurgical (oui, je n’ai pas les moyens financier …) qui m’empêche toute nouvelle rencontre…

    J’aimerais savoir comment aborder des jolies filles dans la rue (pour commencer, quelle phrase d’approche dois-je utiliser ? De quel côté pour ce placer ? Etc.)

    Je vais te raconter une petite anecdote … « Je me trouvais dans le train lorsqu’une jolie fille de mon âge me lançais des regards avec un léger sourire au coin des lèvres, bien sûr, étant timide, j’ai senti mon rythme cardiaque s’accélérer, mes mains devenir tremblantes, moites, etc.

    Je n’ai pas su quoi faire et j’ai laissé filer une occasion en or car elle est sortie au prochain arrêt. » En ce moment j’ai un énorme regret et j’ai dans l’espoir de la revoir un jour… peine perdue à mon avis.

    Dis-moi, comment aurais-je pu m’y prendre ? Comment aborder après quelques regards et échange de sourire ? Quelles phrases d’approche pour aborder ?

    Faut tenir compte que je termine le boulot à 18h30 durant la semaine, Heure ou les magasins ferment … Heure ou (quasi) tout le monde (les jeunes du moins) sont à la maison. Ceci ne m’aide pas d’avantage !

    Merci pour ta futur aide ;)

    • Hello MisterK. Je te conseille d’écouter l’interview attentivement et de lire l’e-book qui va avec. Tu y trouveras les réponses à tes questions.

  • Serial

    salut, je vais pas du tout être d’accord avec ce que tu racontes dans cet article.

    Pas que je veuille prendre la peine de citer ce qui ne va pas, mais y’a beacoup d’imprécisions dans cet article, pleins de trucs qui sont trop flou et imprecis.

    Je drague en spu depuis deja 4 ans, et on sent une petite experience dans la drague rue dans l’article mais pas plus, et aussi un gros manque d’experience pour tout le reste.

    C’est tres bien pour debuter mais ca s’arrette la. Comme tout les coachs voir comme beacoup de coachs on t’apprend a arreter les filles (ok), prendre leurs numeros (ouais ok) mais pas plus.

    Quelque chose dont il fait au grand maximum 2 mois a integrer et c’est pas non plus une science.

    Y’a des trucs plus efficace en drague de rue : l’attitude, la presence, l’observation des bonnes cibles, etc..

    • Salut Serial,

      je me suis permis de faire un petit copier-coller de ton commentaire.

      J’ai juste remplacé le mot « article » par « commentaire »…

      salut, je vais pas du tout être d’accord avec ce que tu racontes dans ton commentaire.

      Pas que je veuille prendre la peine de citer ce qui ne va pas, mais y’a beacoup d’imprécisions dans ton commentaire, pleins de trucs qui sont trop flou et imprecis.

  • Flavio

    Salut,

    Je suis assez perplexe, je vois très souvent qu’il vaut mieux éviter de rencontrer une fille par derrière par une tape sur l’épaule (peur, instinct, etc, …) or là, c’est fait, refait, dit et répété.

    Je me doute bien que si on vient de la croiser, il est difficile d’être ailleurs que derrière elle, mais la main sur l’épaule direct, n’est-ce pas trop ?

    A écouter cet interview je vois que non, mais peut être qu’il y aurait moyen d’optimiser cela afin d’éviter la stupeur initiale que cela donne à la fille afin qu’elle ait un aperçu meilleur à notre égard dès le départ ?

  • Renaud

    Salut Konsti,

    Encore un excellent article. C’est du très lourd !

    J’ai lu l’interview d’Allan que j’ai trouvée très enrichissante. Ca me fait plaisir de constater qu’on a la même vision des choses (progresser petit à petit, centre d’intérêt commun).

    J’adore l’idée du laboratoire et des expériences ; ça rend la séduction encore plus fun. Et mon terrain de chasse est déjà tout trouvé. C’est une ville où je suis toujours fourré et que je connais par cœur. J’y ai toutes mes habitudes. Je m’y sens comme un poisson dans l’eau.

    Je n’arrive toutefois pas encore à draguer en rue mais ça viendra. Sans doute parce que ça ne fait pas partie de mon environnement. Pour l’instant, je me contente d’aborder dans des endroits qui me sont familiers car j’ai plus facile.

Publie ton commentaire