≡ Menu

Draguer à la chaîne : pour les vainqueurs ou les losers ? La réponse te surprendra…

Cher ami, accroche-toi car je suis en forme !

Aujourd’hui, je vais essayer de pulvériser l’idée reçue que draguer à la chaîne c’est « mauvais ».

C’est pour les mecs frustrés.

C’est pour les mecs désespérés.

C’est pour les cas sociaux. Les mecs bizarres sans amis.

C’est pour la racaille en jogging, Nike Air Max, veste en cuir et casquette: : « Hè, psssst ! Mamzelle, mamzelle… HÈ HO, GROSSE PUTE ! » (C’est pas de la drague. C’est juste une expression maladroite d’un sentiment d’infériorité et d’un manque de compétences sociales.)

C’est pour…

STOOOOOP !

Cher ami, si tu souhaites augmenter ton succès auprès des femmes, la drague à la chaîne est quelque chose que tu devrais envisager très sérieusement.

Dans cet article fantasmagorique, je vais te donner les vertus de la drague à la chaîne. Je vais t’expliquer pourquoi et comment draguer à la chaîne, et les pièges à éviter.

Draguer à la chaîne est un art noble. En voici les vertus

Si tu t’y prends comme il faut (« le comment » sera pour plus loin dans cet article), la drague à la chaîne a plein d’avantages. Tous les points mentionnés ci-dessous sont complémentaires. Ils se renforcent mutuellement. Ils travaillent « en équipe ».

Tu accumules de l’expérience rapidement

Le calcul est simple. Supposons que tu sortes 2 fois par semaine et que tu abordes en moyenne 3 filles par sortie. Ça fait 6 filles par semaine, 312 filles par an.

Supposons maintenant que tu sortes 2 fois par semaine et que tu abordes en moyenne 30 filles par sortie. Ça fait 60 filles par semaine, 3120 filles par an.

Je ne devrais même pas le mentionner, tellement c’est évident. Mais je le fais quand-même : dans le 2e cas tu auras accumulé 10 fois plus d’expérience dans le même laps de temps.

Attention ! Je parle ici uniquement de l’expérience et non pas des résultats. Oui, il y a une corrélation positive entre l’expérience et les résultats, mais ça c’est pour plus tard.

Tu vaincs la peur

Tu as peur d’aborder les filles ? Tu as peur d’exprimer tes intentions ? Tu as peur de conclure ? C’est normal. Tu as peur du rejet. Avoir peur du rejet c’est normal, car tout le monde a peur du rejet.

La question suivante se pose : comment vaincre la peur ?

Pour vaincre la peur, tu as besoin de ces 3 ingrédients :

  • La confrontation : si tu as peur d’aborder les filles, tu dois aborder des filles pour vaincre cette peur. Il n’y a pas d’autres moyens. Ce n’est pas en « réfléchissant », ni en lisant, ni en faisant de l’introspection que tu vaincras cette peur. « Confrontation » veut donc dire la confrontation avec l’objet de ta peur, faire ce qui te fait peur.
  • La répétition : si tu as peur d’aborder les filles, tu dois aborder des filles régulièrement pour vaincre cette peur. Une seule approche ne suffit pas pour réduire la peur. Tu dois donc répéter la confrontation. Et plus tu répètes, mieux c’est.
  • La progression : tu dois t’y prendre graduellement. Tu as peur d’exprimer tes intentions ? Tu commences par aborder de manière indirecte. Tu demandes l’heure, le chemin, son opinion ou peu importe. Une fois que tu te sens à l’aise avec l’approche indirecte, tu fais des approches de plus en plus directes. C’est à dire tu approches en exprimant tes intentions et ton intérêt.

Maintenant, tu me vois venir ? :-)

Draguer à la chaîne implique faire plus d’approches, plus de confrontations, plus de répétitions. Ce qui te donne automatiquement plus « d’espace » pour progresser, c’est à dire pour augmenter le niveau de difficulté graduellement.

Je confirme l’efficacité de cette démarche. Ce n’est pas que de la théorie. Ça marche VRAIMENT à merveille. Dans le contexte de la drague, je dirais même que c’est la meilleure méthode, voire LA SEULE méthode qui marche VRAIMENT pour vaincre la peur.

Quand est-ce que j’ai le moins peur ? Quand est-ce que je suis le plus spontané, le plus fluide, le plus dominant et le plus confiant ? Après une bonne série d’approches : 10, 20 voire 30 approches consécutives.

TOUS les bons dragueurs appliquent, consciemment ou inconsciemment, cette méthode. Ils draguent à la chaîne ! Ils font beaucoup d’approches. Ils interagissent avec beaucoup de femmes en peu de temps.

Et toi, tu devrais faire pareil !

Tu te crées des options

Quand tu dragues à la chaîne, tu rencontres plein de filles. Avec une partie de ces filles, le courant passera. L’attirance sera réciproque. Si t’es pas trop nul en drague, tu développeras l’interaction avec une partie de ces filles intéressées (donc avec une partie d’une partie des filles abordées) : échange de numéros, rendez-vous, baisers, sexe, relation…

Non, stop.

Je t’explique autrement. De manière plus simple et plus claire.

Imagine mec A et mec B.

Mec A a 100 contacts dans le répertoire de son téléphone. Des 100 contacts, 90 sont des mecs. Les 10 contacts restants sont des nanas, dont sa sœur, sa maman, sa tante…

Mec B a 100 contacts dans le répertoire de son téléphone. Des 100 contacts, 50 sont des nanas, dont 45 des candidates potentielles. Bon, je simplifie les choses. Je ne tiens pas compte des prospects froids, des faux numéros, etc. Mais tu vois où je veux en venir.

Grâce à la drague à la chaîne, tu deviendras mec B… rapidement.

Ton répertoire se remplira vite.

Tu auras plein d’options.

Tu vivras dans l’abondance

Si tu lis d’autres sites de séduction ou si tu t’intéresses au développement personnel en général, tu as sûrement entendu ou lu l’adage « Il faut avoir une mentalité d’abondance. »

« Il faut vivre dans l’abondance ! »

« Il y en a plus qu’assez pour tout le monde. »

Quand tu te dis « Je vis dans l’abondance ! Je vis dans l’abondance ! », tandis qu’en réalité tu es dans la pénurie, alors la petite voix dans ta tête te répond : « Ouais, c’est çaaaa… L’abondance, mon cul ! Ça fait des années que tu te branles. De l’abondance y’en a que sur l’écran de ton ordi. »

Il est beaucoup plus facile d’avoir une mentalité d’abondance quand tu vis réellement dans l’abondance.

Quand tu dragues à la chaîne, tu te crées plus d’options. Et avoir plus d’options veut dire avoir plus d’abondance.

Tu deviens moins « needy »

Ça aussi on le sait : il ne faut pas être « needy » (être « needy » : être en manque, être en besoin). Quand tu as peur de draguer et quand tu as très peu de (contacts avec des) femmes dans ta vie, comment veux-tu ne pas être « needy » ? C’est normal d’être « needy » dans de telles circonstances.

Un des symptômes de la peur est la réactivité. Quand tu as peur, ton état émotionnel (plus de peur, ou moins de peur) dépend plus de facteurs externes. Concrètement, quand tu as peur et quand la fille réagit mal, tu le sens. Tu es déçu et vexé. Quand tu as peur, tu as « besoin » d’une réaction positive ! Tu es « needy ».

Deuxièmement, quand tu n’as pas d’options, tes hormones ne s’arrêtent pas de travailler. Tu continues à avoir des besoins affectifs et sexuels. Si ces besoins ne sont pas assouvis, tu restes en manque. Tu es « needy ».

Si, à ce moment-là, une fille te montre le moindre signe d’intérêt, comment penses-tu que tu réagirais ? Ne te fais pas d’illusions. Sois honnête !

Je vais te dire comment tu réagirais. Tu seras prudent. Tu essaieras de ne pas bousiller tes chances. Tu t’accrocheras à elle. Et tu te retrouveras 99 fois sur 100 dans la « friend zone ».

Bref, quand tu as peur et quand tu n’as pas d’options, tu seras automatiquement « needy ». Et quand tu es « needy », tu es « needy ». Un point c’est tout. Tu communiqueras que tu es « needy » et tu te comporteras de manière « needy ».

Alors, comment ne plus être « needy » ?

Oui, tu l’as bien deviné : en draguant à la chaîne !

En draguant à la chaîne, tu vaincras ta peur. En n’ayant plus peur, tu n’auras plus besoin d’une « bonne réaction ». Tu seras moins « needy ». Deuxièmement, en draguant à la chaîne tu te créeras plus d’options. Plus tu as d’options, moins tu seras « needy ».

Tu développes tes compétences en matière de drague

J’aurais dû mettre cet avantage plus haut dans la liste, car à mon sens c’est un des avantages les plus importants, voire le plus important.

En draguant à la chaîne, tu développeras tes compétences en matière de drague plus rapidement :

  • Tu développeras de l’intelligence émotionnelle : tu apprendras à mieux reconnaître et à mieux gérer tes propres émotions. Mieux encore, tu apprendras à mieux reconnaître et mieux gérer les émotions des femmes avec qui tu interagis.
  • Tu développeras plus de fluidité verbale. Tu développeras plus de tchatche.
  • Tu commenceras à voir et à reconnaître des schémas. Tu verras certains phénomènes se répéter encore et encore. Ceci te permettra de prévoir et d’anticiper avant et pendant tes interactions. Concrètement : tu auras plus de contrôle sur tes interactions.

C’est une excellente cure contre le « oneitis »

As-tu des sentiments pour cette fille en particulier ? Crois-tu qu’elle est spéciale, unique et que tu dois t’y prendre différemment ? Si tu as répondu oui, alors tu souffres probablement de « oneitis ». Traduction : tu fais probablement une fixette.

La grande majorité des mecs souffrant de « oneitis » se retrouvent dans la « friend zone ». Ils ont des sentiments pour cette fille. Ils l’idéalisent. Ils la mettent sur un piédestal. Ils s’y prennent « à leur façon » : ils s’y prennent doucement et lentement pour la séduire.

En réalité, ça ne marche pas comme ça. Avec cette attitude et ce comportement prudent, ils tuent l’attirance et ils se retrouvent dans la « friend zone ».

Cher lecteur, si tu t’es déjà retrouvé dans la « friend zone » avec une fille qui te plaît, tu devrais connaître parfaitement les sentiments qui vont avec :

SOUFFRANCE !

HONTE !

HUMILIATION !

Il n’est pas impossible de sortir de la « friend zone », mais c’est très très difficile. Pour 99% des mecs c’est…

FOUTU !

Mais ils ne veulent pas l’accepter. Ils s’accrochent à l’espoir qu’un jour…

Elle pourrait…

Peut-être…

Qui sait…

Changer d’avis !

Fais-moi confiance. Elle ne changera pas d’avis.

S’accrocher à cet espoir est une réaction normale. C’est humain. Tu as fait tellement d’efforts, tellement d’investissements, que ça serait stupide de la laisser tomber comme ça.

Et pourtant c’est la meilleure solution. Tu dois la laisser tomber pour ton propre bien. Tu dois la laisser tomber pour te libérer de ta souffrance.

La laisser tomber est avant tout un choix rationnel. Tu choisis de la laisser tomber. Ton coeur et ton corps résisteront très violemment : « NOOOOOOOOOOOOOON ! JE NE VEUX PAS LA PERDRE ! C’EST ELLE QUE J’AIME VRAIMENT ! »

Pour réduire la friction entre le rationnel (le choix de la laisser tomber) et l’émotionnel (tes sentiments pour cette fille et l’attachement à l’espoir), la meilleure chose à faire est de…

Oui, tu l’as bien deviné…

Draguer à la chaîne !

Quand tu n’as qu’une seule option, il est très difficile de t’en distancier. Car tu te retrouveras avec aucune option. Mieux vaut avoir une option, même si c’est une option merdique, que d’en avoir aucune, n’est-ce pas ?

Ni l’un, ni l’autre.

Concernant la drague en général et la fixette en particulier, mieux vaut avoir plein d’options que d’en avoir qu’une seule, qui en plus est merdique.

On est bien d’accord.

En draguant à la chaîne, tu te créeras plus d’options et plus d’abondance. Tu rencontreras des filles qui ressembleront à ta « oneitis ». Tu rencontreras des filles qui seront mieux qu’elle !

Cette multitude d’options t’aidera à faire le deuil et à t’en remettre plus rapidement.

C’est un excellent moyen de prévention contre le « oneitis »

La drague à la chaîne n’est pas seulement une bonne cure contre le « oneitis ». C’est aussi un excellent moyen de prévention. 

En accumulant de l’expérience, tu comprendras que la femme idéale n’existe pas et que les femmes ne sont pas si différentes que ça (ça vaut aussi pour les hommes). Avec cette vision plus réaliste et plus saine, il est moins probable que tu développes une fixette pour une fille en particulier.

Oui, elle est jolie, intelligente et sexy, mais elle n’est pas la seule. Sofie, Sarah et Sandra le sont aussi. En plus Sandra a des plus gros nibards. :-)

Cet exemple démontre également l’importance d’avoir des options. Plus tu as d’options, moins les options ont de la valeur individuellement. Une de plus ou de moins, bah, au final qu’est-ce que ça change…

Quel est le meilleur moyen pour développer de l’expérience rapidement ?

Quel est le meilleur moyen pour se créer plus d’options rapidement ?

La drague à la chaîne !

Tu deviens plus confiant

La confiance en soi et la peur sont étroitement liées. Plus haut j’ai démontré que draguer à la chaîne est un excellent moyen de vaincre la peur.

Moins de peur signifie plus de confiance en soi. Moins de peur, c’est le composant émotionnel. C’est le composant jouant un rôle au moment même : avoir moins peur et être plus confiant durant tes interactions sociales.

Ici je te parle du composant mental orienté vers le futur : la croyance que « tu en es capable ». Tu as confiance en tes compétences et tu sais que tu es capable de reproduire les bons comportements et d’obtenir des résultats similaires.

Tu développes de la valeur sociale et une réputation qui joue en ta faveur

C’est l’avantage le plus contre-intuitif de tous, car — comme je l’ai dit au début — on croit que draguer à la chaîne c’est pour les cas sociaux, les mecs désespérés et la racaille. Draguer à la chaîne, c’est mal vu et c’est désastreux pour ta réputation.

Effectivement, ça pourrait être le cas, si tu t’y prends mal.

Par contre, si tu t’y prends comme il faut (tu découvriras comment plus loin dans cet article), alors tu boosteras ta valeur sociale et ta réputation.

« Quoi ? Vraiment ? Mais comment est-ce possible ? »

Oui, oui, vraiment ! Fais-moi confiance.

Je t’explique.

Si tu es léger, souriant et confiant, tu obtiendras majoritairement des réactions positives de la part des filles. Elles seront réceptives, ouvertes, souriantes, intriguées, voire attirées. Une partie des autres filles présentes au même endroit verront que tu es le centre de l’attention et que tes interlocutrices réagissent de manière enthousiaste à ta présence.

Ces spectatrices seront également intriguées, voire attirées, par le biais des deux mécanismes psychologiques suivants :

  • La preuve sociale (Robert Cialdini) : plus le nombre de gens avec qui tu interagis est important à cet endroit et plus ces gens réagissent bien en ta présence, plus tu as de chances que les autres gens présents à cet endroit (les « spectateurs ») réagiront bien en ta présence.
  • La présélection (Mystery) : quand une femme observe l’attirance qu’une autre femme éprouve pour un homme, alors cette femme (celle qui observe) sera automatiquement intriguée, voire attirée par cet homme, sans même avoir interagi avec lui. C’est comme si l’autre femme (celle en interaction avec l’homme) avait déjà fait tout le travail d’évaluation. Si cette autre femme (celle qui interagit avec l’homme) est attirée, alors ça veut dire que l’homme doit sûrement avoir des qualités attirantes (humour, statut social, intelligence, confiance en soi, dominance, etc.). Cette stratégie (inconsciente) est un « raccourci ». Ainsi les observatrices ne doivent plus faire le travail d’évaluation elles-mêmes, puisque ce travail a déjà été fait par une autre. Tu connais le phénomène : quand tu te promènes avec ta copine, les nanas te matent beaucoup plus que quand tu te promènes seul.

Encore une fois, tu dois t’y prendre de la bonne façon, sinon tu risques de bousiller ta réputation. Si tu ressens, et par conséquent si tu projettes, des émotions toxiques (frustration, honte, gène, nervosité et déception) et si tu ne te prends que des râteaux, alors tu te retrouveras en bas de l’échelle sociale à cet endroit.

Est-ce grave ?

Si tu fréquentes cet endroit régulièrement, si les gens t’y connaissent et surtout, si tu y accordes de l’importance, alors oui, c’est grave.

Si c’est un endroit que tu ne fréquentes pas beaucoup, si les gens ne t’y connaissent pas et/ou si tu t’en fous, alors non, ce n’est pas grave.

Tu obtiendras plus de résultats

Quand tu dragues à la chaîne, tu pulvérises ta peur et tu te libères du regard des autres. Tu deviens beaucoup plus léger, souriant, confiant, dominant et fluide.

Quand tu es dans cet « état optimal », les filles sont beaucoup plus réceptives. Tu as beaucoup plus de chances de parcourir les phases de séduction avec une fille réceptive. C’est évident…

Ensuite, en draguant à la chaîne, tu augmentes tes chances d’obtenir des numéros, des rendez-vous, des baisers, du sexe, etc. Quand est-ce que tu as le plus de chances d’attraper un joli petit poisson rouge ? Quand tu planifies de faire une approche ou quand tu en planifies 30 ?

Bien entendu, si la mayonnaise prend dès la 1e approche, alors pas besoin de faire les 29 suivantes. Mais tu comprends le raisonnement…

Comment draguer à la chaîne ?

C’est simple. Tu fais beaucoup d’approches en une session. Confrontation et répétition, souviens-toi. Tu abordes, tu abordes, tu abordes encore et encore. 

Et tu laisses peu de temps entre les approches. Moins tu laisses de temps entre les approches, mieux c’est. Plus tu laisses de temps entre tes approches, plus tu refroidiras.

Ça veut dire quoi « beaucoup d’approches » ? Combien d’approches exactement ?

Ça varie d’individu en individu, mais je dirais entre 10 et 60 approches par session de drague (par sortie).

Tellement ? :-O 

Oui, tellement. :-)

Ça veut dire quoi « peu de temps entre les approches » ? Combien de temps faut-il laisser exactement entre les approches ?

Le moins possible : de zéro secondes à quelques minutes. C’est pour ça que ça s’appelle « draguer à la chaîne ». Ton corps est le meilleur baromètre. Quand la motivation, l’enthousiasme et la légèreté commencent à se dissiper, tu dois aborder. Idéalement, quand tu atteins le « pic émotionnel », tu devrais continuer à surfer sur cette vague, tu devrais continuer à aborder.

Si, malgré les approches consécutives, ton énergie commence à baisser, alors il est temps d’augmenter le niveau de difficulté. Confrontation, répétition et progression, souviens-toi. Pour découvrir comment j’applique l’élément de progression dans mes sessions de drague, clique ici et ici.

Les erreurs à ne pas commettre

Draguer à la chaîne dans ton environnement social

Si tu n’as pas d’expérience et si tu ne souhaites pas bousiller ta réputation pour les années à venir, alors évite de draguer à la chaîne dans ton environnement social. Je dirais même : évite d’y draguer tout court. Tu te prendras un ou plusieurs râteaux. Je te le garantis !

Elle le racontera à sa copine ou sa collègue qui à son tour le racontera à sa copine ou sa collègue et ainsi de suite : « T’as entendu la dernière nouvelle ? Promets-moi de ne le dire à personne… Blabla blabla… Il lui a fait des avances… Blabla blabla… Elle ne voulait pas le vexer… Blabla blabla… Le pauvre… »

Il n’en faut pas plus pour devenir le vilain petit canard de service.

Mais où faut-il draguer alors ?

En dehors de ton environnement social. Là où les gens ne te connaissent pas, où tu peux prendre des risques sans nuire à ta réputation et où il y a une grande quantité de cibles : la rue, les bars, les boîtes, etc.

Vouloir plaire aux filles

Si tu es débutant et si tu espères recevoir de bonnes réactions de la part des filles que tu abordes, alors tu risques de très mal vivre cette expérience. Mais alors TRÈS MAL ! Tu baisseras les bras après la 2e ou la 3e approche. Et tu auras besoin de quelques jours pour t’en remettre.

Car crois-moi, des râteaux, tu t’en prendras… BEAUCOUP ! Surtout au début : au début de ton parcours en matière de drague et au début de tes sessions de drague individuelles.

Pour que la drague à la chaîne « marche », pour profiter de tous les avantages mentionnés ci-dessus, tu dois te fixer comme objectif d’aborder et non pas de plaire.

Tu abordes pour aborder. C’est tout.

Chaque approche est une préparation pour la prochaine approche.

Le début est le plus difficile, mais une fois que tu es lancé ça va de soi. Tu verras…

Vouloir faire de bonnes approches

Oublie la qualité de tes approches. Pas besoin de bonnes phrases de drague. Des phrases de drague directes, indirectes, situationnelles ou absurdes, peu importe.

Aborde !

Tu bégaies ?

Aborde !

Tu chies dans ton froc ?

Aborde !

Tu ne sais pas quoi dire ?

Aborde en lui disant : « Salut, j’ai envie de t’aborder, mais je ne sais pas quoi te dire ! »

Aborde et permets-toi d’être maladroit.

Permets-toi de commettre des erreurs ! Car une chose est certaine : des erreurs, tu en commettras beaucoup, que tu le veuilles ou non.

« Oui, mais Konsti. Je n’ai vraiment pas envie de me prendre des râteaux. »

Personne n’a envie de se prendre des râteaux. Mais les râteaux font partie du jeu. Les mecs qui ne se prennent pas de râteaux sont les mecs qui ne draguent pas.

Aborde !

C’est tout…

Quelle est la différence entre un bon dragueur et un mauvais dragueur ?

Le nombre de râteaux ! Un bon dragueur a beaucoup plus de râteaux sur son palmarès qu’un mauvais dragueur.

Mais aussi beaucoup plus de succès.

Rester trop longtemps en interaction

Le courant ne passe pas ? L’interaction refroidit ? Elle réagit poliment, mais pas plus que ça ?

Suivante !

Quand tu dragues à la chaîne, surtout en début de session, concentre-toi sur la quantité et non pas sur la durée de tes interactions.

Première approche, deuxième, troisième, cinquième, dixième…

BOUM !

T’es invincible !

Oui, un bon dragueur doit aussi savoir persister et résister à la pression. Oui, parfois ça vaut la peine d’essayer de prolonger l’interaction. Mais ces comportements ne sont pas sans danger. Si tu persistes dans une interaction qui ne se passe pas bien, tu risques de cultiver des émotions toxiques (frustration, déception, gène, sentiment d’infériorité, etc.)

Tu auras alors besoin de plus de temps pour te débarrasser de ces émotions toxiques et pour retrouver le sourire. Tu perds du temps et tu compromets tes interactions suivantes. Si tu abordes en ayant des émotions toxiques en toi, tes approches se passeront moins bien. Tu contamineras tes interlocutrices et tu te feras rejeter. Ces rejets réalimenteront tes émotions toxiques. Et ainsi de suite… Tu te retrouveras dans une spirale négative dont il te sera plus difficile de sortir.

La solution consiste à étouffer les émotions toxiques dans l’oeuf.

La solution consiste à…

Draguer à la chaîne !

Tu abordes : « Salut ! »

Elle : « Boff… »

Toi : « Au revoir. » :-)

Suivante !

Laisser trop de temps entre les approches

Si tu laisses trop de temps entre les approches, tu n’es pas en train de draguer à la chaîne.

Si tu laisses trop de temps entre les approches, tu n’entreras pas dans cette « zone optimale », cet état de liberté totale.

« Trop de temps » est relatif. Ça dépend de l’individu. Dès que ton enthousiasme et ta motivation diminuent, tu es en train d’attendre trop longtemps pour aborder.

Dès que ton focus se déplace de ton corps à ton dialogue interne, tu es en train d’attendre trop longtemps.

Dès que tu commences à réfléchir, tu es en train d’attendre trop longtemps.

Idéalement, tu devrais aborder à la chaîne… littéralement. Bam, bam, bam. L’une après l’autre.

« Hello ! Salut ! Hello ! Ça va ? Hello ! Salut ! Viens ici. T’es qui ? Viens, on danse. Non ? Bye ! Hello ! Viens ici et embrasse-moi. Non ? Pourquoi ? Salut, câlin ! Hello ! Salut ! Bonjour ! Toi ? Ici ? Salut ! »

« Tu viens de m’aborder il y a 5 minutes ! »

« J’ai bon goût… et la mémoire courte. »

Tu vois l’image…

Si tu le fais avec le sourire, si tu arrives à te libérer, alors la drague à la chaîne est vraiment trop trop fun !

Quand c’est trop, c’est trop !

La drague à la chaîne contient un risque. Non, tu ne te feras pas taper dessus.

C’est un risque interne.

Quand tu auras goûté à cette « zone optimale », cet état de liberté totale, et aux résultats, tu auras le réflexe d’en vouloir encore

Encore plus !

Plus, plus, plus, plus…

Et hop ! C’est reparti pour une autre session de drague à la chaîne, mais…

Je te préviens : tu risques d’être déçu.

Tu seras tout aussi confiant, voire encore plus confiant que lors de la session de drague précédente, mais tu éprouveras moins de plaisir. Consciemment ou inconsciemment tu cherches à reproduire ce sentiment d’euphorie, mais il t’échappe.

« Oui, c’était chouette, mais pas comme la fois passée. J’avais un petit coup de pompe. C’est sûrement un petit truc passager… La prochaine fois ça ira mieux. »

Et rebelote !

Tu es encore plus confiant !

Mais…

Malheureusement…

Tu éprouves encore moins de plaisir. Tu constates même les germes d’une certaine indifférence, une apathie.

Si tu continues à répéter ce même schéma, tes interactions deviendront de plus en plus vides et mécaniques. À ce moment, la drague à la chaîne perd tout son sens. S’il n’y a plus de fun, à quoi bon ?

La solution consiste tout simplement à t’arrêter pendant quelques jours, voire quelques semaines, et à te concentrer sur des activités qui t’apportent du bonheur : faire du sport, faire des trucs en famille ou avec tes amis, lire, etc.

« Mais Konsti, j’ai peur de perdre mes capacités ! J’ai peur de devoir recommencer de zéro. »

N’aie pas peur, mon cher. Fais-moi confiance…

Repose-toi le temps qu’il faut.

Et relance-toi dès que tu auras retrouvé ton équilibre émotionnel.

Et tu verras, là, tu seras encore plus efficace !

Bonne drague !

À propos de l’auteur : Je m’appelle Konsti. Je suis psychologue, le fondateur de CoachDrague et l’auteur des guides Plus jamais seul ! et Tu la veux, tu l’auras. Je suis passionné par l’analyse profonde des interactions homme-femme, le polyamour, l’hypnose et la sexualité. Mon style de drague est direct et sincère.

  • Euhhh dit :

    Magnifique !

  • Marx dit :

    Continue Konsti, c’est ce genre d’article qui rend Coachdrague unique !

    • Konsti dit :

      Merci, Marx, ça me fait vraiment plaisir.

      Ne t’inquiète pas. Je suis là et je compte rester. :-)

      Le meilleur reste à venir.

  • Renaud dit :

    Salut Konsti et merci pour cet excellent article.

    Je me suis mis à la drague depuis peu et je suis donc encore au bas de l’échelle. J’ai décidé de progresser par paliers et me suis fixé comme objectif d’aborder au moins une fille lors de chacune de mes sorties. Il m’arrive encore d’hésiter et de finalement ne pas aller aborder mais ma volonté est en train de reprendre le dessus.

    Je pense dès lors que la drague à la chaîne me boostera et réduira à néant mes hésitations.

    Niveau résultats, je me suis pris deux râteaux et un vent mais ça ne m’a rien fait. Au contraire : j’étais content d’avoir essayé. C’est plutôt encourageant, non ? Ce genre de réaction pourrait m’éviter de devenir needy. Je dois dire que j’aborde sans but, si ce n’est aborder justement.

    • Konsti dit :

      Je te souhaite la bienvenue, Renaud.

      Salut Konsti et merci pour cet excellent article.

      Merci à toi pour ta participation.

      Je me suis mis à la drague depuis peu et je suis donc encore au bas de l’échelle.

      L’aventure ne fait que commencer. La drague est, à mon sens, une des meilleures écoles de vie. Tu développeras tes compétences sociales, tes compétences émotionnelles, tes compétences verbales… Tu connaîtras des hauts et des bas… Et en passant, tu vivras de très belles histoires.

      me suis fixé comme objectif d’aborder au moins une fille lors de chacune de mes sorties.

      C’est un bon début. Si tu t’en sens capable, n’hésite pas à augmenter ce quota : 3, 5, 10 approches. Si, si… Tu en es capable.

      Je te conseille de lire cet article : Comment Se Libérer Du Regard Des Autres ?

      Une approche ne suffit pas pour entrer dans cet « état optimal de liberté totale ».

      Mais, mais, mais, encore une fois, une approche par sortie, c’est déjà un très bon début et c’est mieux que 90% des mecs. Tu es donc sur la bonne voie.

      Il m’arrive encore d’hésiter et de finalement ne pas aller aborder mais ma volonté est en train de reprendre le dessus.

      C’est normal… Tu as la bonne attitude.

      Je pense dès lors que la drague à la chaîne me boostera et réduira à néant mes hésitations.

      Encore une fois, tiens compte des éventuels « dangers » : frustration, déception, apathie, interactions vides et mécaniques…

      Niveau résultats, je me suis pris deux râteaux et un vent mais ça ne m’a rien fait.

      Les râteaux font partie du jeu… Tu vas t’en prendre encore beaucoup. :-)

      Au contraire : j’étais content d’avoir essayé. C’est plutôt encourageant, non ?

      Très bonne attitude. Continue comme ça !

      Ce genre de réaction pourrait m’éviter de devenir needy. Je dois dire que j’aborde sans but, si ce n’est aborder justement.

      Encore une fois, très bonne attitude. Mais je te préviens : tu auras des moments plus « difficiles », des moments de doute, des moments de faiblesse…

      Parfois, bien entendu sans le vouloir, tu seras quand-même « needy ». Tu te diras consciemment « Je ne dois pas être needy ! Je ne dois pas être needy ! », mais tu le seras quand-même.

      Parfois on doute, on est moins bien dans sa peau, on a plus de stress, de nervosité… On a plus besoin de validation… Et ça aussi ça fait partie du jeu.

      Courage, Renaud !

  • Chris dit :

    Wouah !

    C’est l’article le plus complet sur le sujet que j’aie trouvé, beau boulot et très motivant.

    Effectivement je pense que le seul moyen de ne plus avoir de peur d’approcher est justement d’approcher à la chaîne.

    Cela demande de la confiance et en plus va générer de la confiance par l’exposition et l’habituation.

    Je pense que le plus dur pour des débutants est de se remettre en route après plusieurs râteaux.

    Chris

    • Konsti dit :

      Hello Chris,

      merci pour ta contribution.

      Effectivement je pense que le seul moyen de ne plus avoir de peur d’approcher est justement d’approcher à la chaîne.

      Exactement, pour ne plus avoir peur d’aborder, il faut aborder malgré la peur et il faut aborder beaucoup.

      La plupart des mecs essaient de faire l’inverse. Ils attendent d’avoir d’abord confiance en eux pour ensuite passer à l’action. Malheureusement ça ne marche pas…

      Cela demande de la confiance et en plus va générer de la confiance par l’exposition et l’habituation.

      Exactement !

      Je pense que le plus dur pour des débutants est de se remettre en route après plusieurs râteaux.

      Encore une fois, tu as tout à fait raison.

      Voici encore 2 articles intéressants sur les râteaux : voici le premier et le deuxième.

  • boubs dit :

    Je viens de trouver le remède à tous mes soucis émotionnels!

    Sincèrement, je suis musulman pratiquant et nous ne partageons pas les même valeurs, j’ai lu plus de 300 articles et prêt de 100 livres de drague, mais là je peux te dire que cet article est de loin le meilleur que j’ai lu de toute ma vie!

    Merde, que ça fait du bien, hier même je me suis pris un très gros rateau à la FAC, j’etais vraiment dans les pommes today. Mais là je suis en super forme!

    En plus cet article est la solution à plusieurs problèmes avec les filles (one-itis, needysme, friend-zone, l’ego,…)

    Complet, précis, simple et sincère. C’est du grand art.

    Bon assez parlé, aujourd’hui je n’arrêterais pas avant de prendre 10 rateaux et je comparerais avec mon taux de réussite!

    Article à imprimer et à partager!

    • Konsti dit :

      Hello Boubs,

      merci pour ton commentaire.

      Je viens de trouver le remède à tous mes soucis émotionnels!

      Holala, attention !

      La drague à la chaîne n’est pas du tout le remède à TOUS tes soucis émotionnels.

      Je t’invite à relire la dernière partie, à partir de « Quand C’est Trop, C’est Trop ! »

      Essaie. Regarde ce que ça donne. Observe attentivement comment tu réagis intérieurement. Et si ça ne va pas, alors arrête pendant quelques jours, voire quelques semaines.

      La drague à la chaîne a des pours et des contres.

      Courage !

  • Pachenko dit :

    Salut Konsti j’apporte un peu de critique pour ton article mais je commence d’abord par me présenter et sache que je ne suis pas très bon en français g me débrouille.

    je suis un peu nouveau dans la pratique de la drague, j’ai 21ans, je lisais des articles avant mais j’arrivais rarement à aborder (carence des couilles), c’est au début de cette semaine que j’ai vraiment commencé à aborder (3 filles par jours) j ai déjà choppé 4 numéros ( je m habille trop swagg et g suis un peu plus beau que la moyenne.

    Par rapport à ton article tu as raison mais le seul truc dont je ne suis pas d’accord c’est le point où tu dis qu’il faut arrêter d’aborder pendant plusieurs semaines pour retrouver les bonnes sensations en cas de diminution du plaisir de draguer en chaîne, je suis en désaccord sur ce point parce que pour progresser on dois draguer sans cesse pendant un LONG moment pck si on arrête on perd ses capacité et on revient au point de départ pourtant notre bite est de progresser.

    donc quant on ne ressent plus d’émotion en draguant en chaîne on peut augmenter de difficulté au lieu d’abandonner par exemple se fixer l’objectif de décrocher un rdv instatané ou de la toucher, soit faire un truc plus osé, ou autre objectif plus difficile que de draguer en chaîne ce nouveau difficulté nous redonnera des sensations.

    C’est comme si tu fais de la muscu et que tu soulève 80kg au DC en 10 reps et après plusieurs semaines quand tu arrive à faire 25 reps au DC avec 80kg soit tu ne ressent plus rien en soulevant ce poids Esk tu vas abandonner pendant plusieurs jours pour ressentir les 80kg? Ou tu vas ajouter des poids progressivement? En drague c’est pareil quand on fait une pose on perd son niveau surtt pr les débutants.

    À par ça merci pour tes article je deviens fan.

    • Konsti dit :

      Salut Pachenko,

      merci pour ton commentaire.

      c’est au début de cette semaine que j’ai vraiment commencé à aborder (3 filles par jours)

      Bravo et bienvenu dans le monde merveilleux de la drague. :-)

      Cependant, si tu viens tout juste de te lancer, ta critique est prématurée.

      j ai déjà choppé 4 numéros

      Bravo ! C’est un très bon début.

      je suis en désaccord sur ce point parce que pour progresser on dois draguer sans cesse pendant un LONG moment pck si on arrête on perd ses capacité et on revient au point de départ pourtant notre bite est de progresser.

      Je suppose que tu veux dire « but » et non pas « bite ». :-) Quel lapsus freudien !

      Ceci étant dit…

      Non, tu ne dois pas draguer sans cesse. Non, tu ne dois pas draguer sans cesse pendant un LONG moment.

      Non, ce n’est pas parce que tu prends une pause de quelques jours à quelques semaines que tu perdras tes capacités et que reviendras au point de départ.

      En accumulant plus d’expérience, tu comprendras.

      Au lieu de draguer sans cesse pendant un LONG moment, mieux vaut draguer de manière équilibrée, régulièrement.

      Ce dont je te parle est de trouver le bon équilibre. Ton bon équilibre.

      donc quant on ne ressent plus d’émotion en draguant en chaîne on peut augmenter de difficulté au lieu d’abandonner

      Je ne dis pas qu’il faut abandonner. Je dis qu’il faut prendre une pause si tu en éprouves le besoin.

      C’est comme si tu fais de la muscu et que tu soulève 80kg au DC en 10 reps et après plusieurs semaines quand tu arrive à faire 25 reps au DC avec 80kg soit tu ne ressent plus rien en soulevant ce poids Esk tu vas abandonner pendant plusieurs jours pour ressentir les 80kg? Ou tu vas ajouter des poids progressivement? En drague c’est pareil quand on fait une pose on perd son niveau surtt pr les débutants.

      Dans la muscu, tu peux aussi stagner. Il se peut que tu n’arrives tout simplement plus à progresser. Que faire alors ? Ajouter du poids ? Et si malgré le fait d’ajouter plus de poids tu ne progresses toujours pas ?

      Toujours dans le contexte de la muscu, as-tu déjà entendu le concept « deload » ? C’est un mot anglais voulant plus ou moins dire « décharge » ou « décharger ».

      Une semaine de « deload » veut dire une semaine durant laquelle tu réduis le volume et l’intensité de ton entraînement.

      En bref, tu fais un entraînement léger.

      Par exemple, si tu es capable de faire 3 séries de 10 répétitions avec 100 kilos au développé couché, alors pendant ta semaine de « deload » tu fais 2 séries de 6 répétitions avec 80kg. Et ce principe tu l’appliques à tous les exercices dont ton entraînement est constitué.

      Quel est le but d’un « deload » ?

      Donner un peu de repos à ton corps. Paradoxalement, ceux qui font régulièrement des « deloads » progressent plus vite que ceux qui n’en font pas. Et ils ont moins de blessures.

      Certains recommandent même d’incorporer de temps en temps, une fois par an par exemple, une semaine de repos total. C’est à dire pas d’entraînement du tout !

      En résumé, c’est savoir se reposer pour mieux progresser.

      Je te garantis que dans 1 an tu seras à 100% d’accord avec moi.

      Bonne continuation, Pachenko.

  • Pachenko dit :

    Merci pour ton commentaire Konsti.

    Au fait, j’aimerais savoir : en tant que débutant, entre 1. chercher à obtenir les numéros des filles ou 2. chercher à passer le plus de temps avec elle (après l’avoir abordé), qu’est-ce qui permet de progresser le plus rapidement?

    Parce que j’ai obtenu quelques numéros, mais je n’ai revu que deux d’entre elles ( je réussi à les embrasser :-) )

    Je sens que mon résultat est très bas par rapport au nombre d’abordages que j’ai fait et des numéros obtenus.

    Alors est-ce que chercher à l’emmener prendre un verre après quelques minutes des discussion permet d’arriver plus facilement à ses fins? ( bon c vraiment pas ds le contexte du sujet mais bon je vois pas ou je peux la poser).

    Encore une fois merci Monsieur Konstantin t’es un Moïse, lol.

  • Jeune puceau dit :

    Salut Konsti, merci pour cet article fabuleux, très motivant.

    Mais j’ai quand même une appréhension. J’ai bien aimé l’idée du « needy », ça m’arrive souvent. Lorsque j’aborde une fille et que j’arrive à avoir son (vrai!) numéro, c’est après que je foire.

    Effectivement, on devient trop prudent, trop NEEDY et tu perds cette étincelle que t’avais réussi à créer.

    Mais justement pourquoi j’ai qu’un seul numéro à chaque fois? Parce que dans ma tête, je trouve que ça fait vraiment salop, macho de faire ça. Si ça se trouve avec cette fille, je vais peut-être avoir une relation très longue par la suite, alors si je vais aborder d’autres filles entre temps, c’est comme si je la trompais, non?

    • Konsti dit :

      Salut Jeune puceau,

      « j’adore » ton pseudo.

      Moi c’est le vieux branleur.

      Mais justement pourquoi j’ai qu’un seul numéro à chaque fois? Parce que dans ma tête, je trouve que ça fait vraiment salop, macho de faire ça. Si ça se trouve avec cette fille, je vais peut-être avoir une relation très longue par la suite, alors si je vais aborder d’autres filles entre temps, c’est comme si je la trompais, non?

      Un, comment peux-tu tromper quelqu’un avec qui tu n’as pas de relation ?

      Deux, tromper c’est ne pas tenir ses promesses. Je ne vois pas ce qui a de mal à aborder des nanas.

      • Jeune puceau dit :

        Te fous pas de moi, je ne le serai plus dans quelques temps ;-)
        Sinon, tenir ses promesses, t’entends quoi par là?

        • Julien dit :

          Je me permet de répondre à la place de Konsti parce que c’est quelque chose que j’ai lu de lui il y a déjà un moment sur un autre sujet. Ca ne sera pas forcément exprimé de la même façon tout simplement…

          « Tenir ses promesses », ça veut dire respecter tes engagements vis-à-vis de la fille. Par exemple, imagine-toi en relation longue avec une fille. La pression sociale, la « tradition » (ou tout simplement vos règles de vie) veut qu’on reste fidèle à sa compagne. Si tu vas draguer et que tu couches à droite à gauche, tu ne tiens pas tes promesses. Tu la trompes, tu lui mens, tu la prends pour une conne (en tout cas, elle le ressentira comme tel, le jour où elle l’apprendra). Avec la même fille, si vous vous êtes mis d’accord sur une vision du couple plus ouverte, libre, avec la seule condition de l’usage de la capote OBLIGATOIRE (pour des raisons sanitaires évidentes) lors de vos relations extra-couples, tu ne brises aucune règle établie entre elle et toi.

          Voilà, j’espère que tu auras compris ce que Konsti entend par « tenir ses promesses ». C’est un conseil très sain et excellent à appliquer y compris dans tes relations amicales, professionnelles, familiales. Personnellement, je l’applique sans trop m’en rendre compte depuis un bon paquet de temps dans ces 3 types de relation (bien avant de connaitre les conseils de Konsti), c’est contraignant au début mais c’est vraiment libérateur, très natuel finalement et tu ne reçois que des éloges (je te laisse imaginer un peu à quoi peuvent ressembler les éloges d’une fille avec laquelle tu « tiens tes promesses » lol…).

          Et merci encore à toi, Konsti pour tous tes précieux conseils.

          • Konsti dit :

            Excellent commentaire, Julien. Très pertinent, très bien formulé et en plein dans le mille. C’est exactement ce que je veux dire par « tenir ses promesses ».

            Un grand merci à toi.

            • Julien dit :

              Merci surtout à toi, Konsti. Je me suis rendu compte que tes précieux conseils me servent dans pleins de domaines et pas seulement vis-à-vis des filles.

              Je suis heureux de pouvoir contribuer au forum.

  • Antho dit :

    Super article Konsti !

    Toutefois, des fois il est difficile d’appliquer cette méthode car parfois en une sortie, on ne croise que très peu de filles dans notre tranche d’âge.

    Aujourd’hui par exemple, je n’ai croisé que des familles, des vieux et des enfants. Comment faire dans ces cas là ? Et pourtant j’habite une ville de 150 000 habitants.

    • Konsti dit :

      Tu changes d’endroit.

      Pose-toi la question « Où puis-je trouver une haute concentration de filles qui me plaisent ? ».

      C’est là que tu dois te rendre.

      Bonne drague !

  • Zlatan dit :

    Salut Konsti,
    Au faite j’ai juste deux questions à te poser concernant la drague à la chaîne.

    Au faite, est-ce qu’on peut avoir les mêmes sensations que tu décris en draguant des filles qui nous intéressent pas vraiment?? Parcequ’il est difficile de croiser des filles qui nous plaisent vraiment.

    Donc si je comprends bien, draguer à la chaîne c’est aborder tout ce qui bouge sans trop c questionner si cette fille est de notre genre???

    La deuxième question est pour progresser en seduction on dit qu’il faut beaucoup draguer, or on croise pas tout les jours des filles qui nous plaisent vraiment, c qui conclu qu’on doit draguer même des filles qu’on trouve unpeu moche juste pour progresser???

    Merci d’avance.

    Zlatan.

    • Konsti dit :

      Hello Zlatan, ça roule ? :-)

      Au faite, est-ce qu’on peut avoir les mêmes sensations que tu décris en draguant des filles qui nous intéressent pas vraiment??

      Oui, le but est de de décoincer avant tout. Plus les intervalles entre les approches sont courtes, mieux c’est. Tu « devras » donc forcément aborder des filles qui te plaisent moins.

      Donc si je comprends bien, draguer à la chaîne c’est aborder tout ce qui bouge sans trop c questionner si cette fille est de notre genre???

      Oui, en quelque sorte… Mais ça dépend de l’endroit. Mieux vaut draguer à la chaîne dans un endroit blindé de jolies filles.

      La deuxième question est pour progresser en séduction on dit qu’il faut beaucoup draguer, or on croise pas tout les jours des filles qui nous plaisent vraiment, c qui conclu qu’on doit draguer même des filles qu’on trouve un peu moche juste pour progresser???

      Ça dépend de ton objectif. Si c’est pour t’échauffer en début de session, alors oui, tu peux aborder des filles qui te plaisent moins.

      Tu n’es pas non plus obligé de draguer tous les jours pour progresser. Je te déconseille même de draguer tous les jours. Ça peut très vite devenir malsain. (Quoique… Des petites périodes plus actives de temps en temps ne peuvent aucun mal.)

  • David dit :

    Hello Konsti, tout d’abord Bonne Année, j’espère que ça se passe pour toi :-)

    Pour moi, ça va super, j’ai décidé de draguer mieux que jamais en me fixant des objectifs concrets et ambitieux grâce à tes conseils plus que motivants!

    Par exemple, j’ai décidé d’arrêter de me branler, je suis trop sensible à ça! Alors, maintenant que j’ai arrêté, ça me donne la pêche pour bien draguer.

    Et du coup, j’ai une petite question si je puis me permettre, comment fait-on pour ne pas se faire pecho par les filles si tu sors avec plus d’une d’entre elle? Si un ami me voit avec une autre, il va cafter et je serai fiché dans une partie du réseau que je me serai construit, non?

    C’est bien de s’amuser mais si c’est pour se faire lyncher comme une merde parce que tu t’y prends comme un manche à balai pour savoir que faire avec différentes nanas, je risque de regretter mon statut de dragueur et abandonner d’une façon pitoyable le monde de la séduction!

    Cordialement :D

    • Konsti dit :

      Hello David,

      bonne année à toi aussi.

      Et du coup, j’ai une petite question si je puis me permettre, comment fait-on pour ne pas se faire pecho par les filles si tu sors avec plus d’une d’entre elle?

      Tu es un mec. Tu aimes les femmes. Et ça tu l’assumes tout simplement. Pas besoin de le cacher.

      Le weekend passé j’ai eu un rencard avec une nana. Appelons-la Ann (pseudo). Je lui ai dit la vérité : que j’ai une femme, un gosse, que je vois d’autres nanas. Et ça même avant de l’avoir embrassée.

      Plus tard dans la soirée, sur la piste de danse, j’attrape une autre nana et je l’embrasse. Tout ça devant Ann.

      Résultat ?

      Un peu plus tard, on monte dans la voiture de Ann, sur la banquette arrière, et on s’embrasse pendant une petite heure. (Non, pas de crac-crac.)

      On garde contact par texto. Je veux la revoir. Elle veut me revoir.

      J’opère de cette façon depuis des années (c’est à dire que je suis sincère sur ma situation et mes intentions). Et ça ne me pose aucun problème.

      Oui, de temps en temps j’en perds une. Les filles qui n’acceptent pas sont des filles qui cherchent une relation exclusive monogame. Quoique… Parfois même ces filles « changent d’avis » durant la soirée. :-)

      C’est bien de s’amuser mais si c’est pour se faire lyncher comme une merde parce que tu t’y prends comme un manche à balai pour savoir que faire avec différentes nanas, je risque de regretter mon statut de dragueur et abandonner d’une façon pitoyable le monde de la séduction!

      Tu te fais des films. En réalité ça ne se passe pas comme ça.

      Tu t’exprimes.

      Tu assumes.

      Tu gagnes !

      Vraiment !

      Conclusion : pas besoin de t’inquiéter.

      • David dit :

        Super! Merci beaucoup!!! Je suis très content de pouvoir échanger avec toi, j’espère récolter des conseils gratifiants comme ceux-là parce qu’on est toujours à l’aube d’une nouvelle ère. Il suffit simplement de tourner la tête pour se rendre compte de la beauté du paysage, c’est juste un changement de perspective!
        À bientôt :D

        • David dit :

          Re!

          Une autre question : pour draguer dans la rue, est-on obligé de draguer dans la grande ville d’à côté (genre Paris, Lyon…) ou peut-on rester dans sa ville? …qui n’est pas non plus un village!

          Je pose cette question car les filles ne collectionnent pas leur coup, alors si les filles avec qui tu sors se connaissent…

          Je flippe un tout petit peu, ma ville n’est pas toute petite certes mais je reste un petit peu sceptique

          • Julien dit :

            Je pense David que tu te prends surement un peu trop la tête. Si les filles se connaissent, c’est même encore mieux : elles aussi sont en concurrence ; si elles parlent entre elles, l’une des deux (ou des 3, ou des 4, etc…) va surement se battre doublement si elle tient vraiment à votre début de relation. Ou même, avec une grosse grosse chance et si tu joue bien le truc, tu auras le loisir de vivre le plus gros fantasme de tous les hommes à savoir le plan à trois (expérience vécu il y a qlqs années et je dois dire que c’est vraiment un truc génial…). Et puis, la jalousie n’est-elle pas une bonne vieille technique de manipulation féminine (inconsciente ; je vois déjà les foudres féminines s’abattrent sur moi lol) pour obliger les mecs à se révéler et à sortir de leur réserve?

            Une autre idée que je dois à Konsti (Konsti, si tu me lis, encore une fois, merci pour tous tes précieux conseils), si tu veux éviter les objections des filles avec qui tu sors, sois franc dès le début (pas dès la première phrase ; tu me comprends…) et laisse leur comprendre que tu vois d’autres femmes ; sois clair avec elles ; sois un mal Alpha en quelque sorte. La fille qui sera vraiment intéressée pour passer 1h ou 1 nuit avec toi, ça ne la refroidira pas (la plupart seront même sévèrement excités). Si tu trouves le moment opportun pour le lui faire comprendre, bien entendu…

            Par ailleurs, il est vrai qu’il faut aussi prendre soin de son image et de sa réputation afin que ta vie nocturne ou de dragueur ne soit pas un frein dans d’autres aspects de ta vie. Tu peux donc aussi décider de bouger dans la ville d’à côté (genre à 1h de route grand maximum) pour draguer (bar ou rue). Ca te permet de ne pas voir toujours les même tronches de cake (et oui, dans les bars, on finit par croiser tjrs à peu prês les mêmes gens), et de rencontrer d’autres personnes (mecs et meufs) pour développer ton réseau d’amitié ce qui n’est pas non plus un mauvais objectif à se fixer dans tes sorties. Par exemple, moi, j’ai 3 grandes villes dans un rayon de 40min de route autour de chez moi (Annecy, Aix-Les-Bains et Chambéry). L’avantage aussi c’est que, sachant que tu as de la route pour rentrer après si tu ne parviens pas à choper un soir, tu restes relativement sobre et c’est qd même mieux que d’être bourrer comme un coing pour la drague ou la conduite, n’est-ce pas?

            Bon ; je suis en apparence sorti un peu du thème il me semble mais retiens ceci : sois franc sur tes intentions et sur tes autres relations avec les filles dès le départ mais au moment ADÉQUAT (qd elle est déjà bien motivée pour aller « jusqu’au bout de ton petit bout ») ; n’hésite pas à varier tes terrains de chasse pour préserver ta réputation.

  • >