≡ Menu

Les gains et les risques de la drague

Je me suis rendu compte d’une chose en rentrant ce jeudi, après une énorme journée de taff.

Je drivais ma 125, impatient de rentrer. En doublant un van sur un pont de manière risquée (timing un peu juste, route étroite), j’ai compris que ce risque était inconsidéré par rapport au gain que cela pouvait produire.

En effet, le risque est l’accident, voire la mort par collision frontale.

Le gain : trente secondes de mon précieux temps à la maison, éviter de me faire chier quelques instants de plus derrière une bouse. Bref, que dalle… En somme, un risque démesuré par rapport au gain possible.

Les risques de la drague ? Que dalle !

J’ai alors appliqué ce concept à la drague et cela m’a fait comprendre que séduire était beaucoup moins risqué que ce que je venais de faire en moto.

En effet, les risques sont le râteau (qui n’est rien en somme, on s’en remet…), des interactions négatives avec la miss, son éventuel entourage. Bref, que dalle…

Alors que les gains possibles, sans nous étendre : apprentissage, kiff, estime de soi, plaisir, tendresse, sexe et pourquoi pas l’amour fou ! Des gains démesurés par rapport aux risques moindres.

L’angoisse d’aborder les femmes est irrationnelle

Ce que j’en retire, c’est qu’il faut vraiment se rappeler que la peur d’aborder les femmes n’a rien, mais vraiment RIEN de rationnel.

Nous sommes nous-mêmes les propres obstacles à notre succès. C’est incroyablement diabolique, et à combattre !

Tous les jours, nous prenons des risques bien plus inconsidérés que séduire de belles nanas, pour des gains sans doute moins importants que le plaisir d’aimer les femmes.

Pour terminer cet article, rappelons, à l’instar de Konsti, que séduire est comme « mettre une pièce dans une machine à sous ». Mais dans notre cas, il y a un nombre infini de « machines à sous » et l’on jouit d’un crédit illimité !

En gros :

  • Pertes ? Que dalle !
  • Gains potentiels ? Énormes !

Alors, qu’est-ce qu’on attend, les gars, pour faire ce à quoi l’on aspire : se lancer, séduire, kiffer la vie ?

Come on, daddy !

À propos de l’auteur : A 31 ans, Freshstart a décidé de remettre sa vie et ses croyances à plat. Enseignant dans les DOM-TOM, ce passionné d’écriture et de musique s’intéresse tout particulièrement au développement personnel en relation avec la séduction. Ses deux mots d’ordre : action et écriture.

  • françois x dit :

    waaaaaaw c’est fouuuuuuuuuu moi pour mon cas je fais des accrobatie saut perilleux etc…le pire c’est que je ne les fais pas dans une salle equipée je le fais en plein air et pour quoi finalement? je ne sais pas et pourtant….c’est incroyable la veracité des articles…

  • Emmanuel dit :

    Cool mon frère! tes écrits sont d’une pertinence inouïe. Mais faut pas oublier que sans technique ton échelle de séduction ne sera pas très élevée et tu ne te prendra que des filles quelconque. je crois que la technique a sa part du gateau aussi

  • Diego dit :

    Article presque philosophie , d’evrait etre un des sujet du prochain bac de philo. L ‘art de relativiser dans toute sa splendeur ;-)

  • Vito dit :

    Trop cool ton article, risqué peu pour obtenir plus. Une expression que j’ai toujours retenu et m’anime est:  » Il faut courir le risque, puisque le risque est la condition de tout succès ».

  • Arnaud D. dit :

    Comme d’habitude Super article.

    Je remercie l’équipe de coachdrague pour avoir changé ma vie… ;-)

    Life is now beautifull…

  • El Justiciero dit :

    Bonjour,

    Je m’étais déjà fais cette remarque : avoir peur de sauter en parachute d’accord, avoir peur d’entrer dans une cage avec un tigre d’accord, avoir peur d’aborder une fille dans la rue..heu… Mais alors pourquoi somme nous si nombreux à connaître cette peur ? somme nous tous détraqué ? non, car je pense qu’il y a une raison autre que celle de la peur du râteau, plus profonde, plus instinctive.

    Je pense que cette peur vient du temps où aborder une femme qui n’était pas de son clan pouvait conduire à la mort. Pour ceux qui ont vu « la guerre du feu » faire crac crac sur le bord de la rivière pouvait se terminer par le fracassage de votre tête à coup de massue ! Nous avons gardé les gènes de nos lointains ancètres mais par chance nous ne vivons plus à l’âge de pierre ! il suffit juste de regarder si la demoiselle est accompagné et si ce n’est pas le cas foncer !

  • nathan dit :

    Super article il faudrai en écrire plus souvent :)

    • Konsti dit :

      Fresh vient de nous préparer encore une très belle surprise… Merci Fresh !

  • charif dit :

    Waaaaaooouuuuuuuu!!!! Konsti, pourquoi tu nous as pas pondu cet article plus tôt?? AAAAAHhhhhhhhhhhh!!!!!! Tres juste. Peser les bénéfices et les inconvénients. Vaut mieux se planter à faire quelque chose (surtout la drague en l’occurrence) que de ne rien faire, puisque on ne risque pas grand chose et qu’on peut gagner beaucoup. A part au pire d’être ridicule, mais si on a le sens de l’humour c pas bien GRAVE! très bon. bravo.

    • Konsti dit :

      Sharif, ce n’est pas moi que tu dois remercier. C’est Fresh qui a pondu cette petite perle.

  • Pierre dit :

    Eh bonjour Konsti, Freshstart et tout le monde !

    Voila, ceci est mon premier commentaire, c est vraie que je suis un peu feignant pour mettre un com… pourtant je veux vous dire que vous etes de ceux qui ont une approche de la drague la plus simple, la plus facile, la moins prise de tete…..

    Alors continuez, et merci pour tous vos articles. Et merci aussi pour vos livres le dragueur doué et la drague intelligente, ce fut un bon investissement, j ai eu de super resultat avec ! ( j ai actuellement un peu perdu, c bizzard qques fois, j ai l impression de regresser, je n arrive plus a avoir autant de « calin » qu avant, mais ceci est une autre histoire, et n enleve rien a la qualité de vos livres et articles).

    Merci, vous avez un peu changé ma vie !

    • Konsti dit :

      Merci à toi, Pierre ! :-)

      Ça me fait énormément plaisir.

      Concernant la régression, jette un coup d’oeil à la troisième partie de « Plus Jamais Seul ! ». Le but des exercices est de justement t’aider à surmonter cette phase de régression.

      Allez, courage !

  • Vivien dit :

    Un très bon article je suis entièrement d’accord!

    Et en plus quand on fait de la drague de rue ou même en général à l’extérieur de notre cercle d’ami on ne risque vraiment absolument rien! D’un côté on aborde, au pire on plante, on ne la revoit plus jamais. Fin! De l’autre on ne l’aborde pas, elle passe et on ne la revoit plus jamais. Fin!
    Alors que si on l’aborde, on gère comme jamais, d’une part on la revoit mais en plus on a le bonus de son intérêt sur tous les plans..

    Bravo Freshstart! ;) Une bonne mise en lumière des enjeux et de la réalité de la drague en rue.. Aucune perte réelle contre un gain possible juste énorme!
    Continues comme ça! =)

    Vivien.

  • Freshstart dit :

    Merci les gars pour vos commentaires sympas!

    @ Emmanuel, c’est vrai que les techniques sont très profitables, c’est un fait.
    Mais sans l’état d’esprit initial, je pense que tu peux appliquer tous les tuyaux que tu veux, tu rameras quand-même. Les femmes ont le sixième sens pour voir à travers toi qui tu es et comment tu te sens. Si t’es pas bien dans ta tête, techniques ou pas, ça sera difficile d’avoir des résultats… Ce que j’en dis quoi!

  • Freshstart dit :

    @ Diego : c’est vrai, je vais le proposer à mes collègues du lycée pour le bac!

    « La séduction : enjeux, risques perçus et risques réels ».
    ou encore
    « Séduire, est-ce se mettre réellement en danger? »

    Là, y’en a qui seraient motivés au moins lol (bon peut-être plus les gars quand-même!).

    @ El Justiciero : oui j’ai vu le film. Ce que tu dis me paraît très vrai. Nous gardons en nous des peurs primitives qui n’ont plus forcément lieu d’être. D’où un travail sur soi-même à produire pour tenter de s’en libérer…et toujours de l’action!

    @ Vivien : merci c’est touchant, je me mets au travail!

  • Hugues dit :

    salut Freshstart,

    Pour ma part les choses ne sont pas aussi simple. Pour beaucoup de gens cette évidence ne leur sera d’aucune aide directe.

    J’ai une collègue que je considère comme très intelligente, mais elle à une peur bleue qui peut aller jusqu’à la panique des araignées. Nous en avons parler, elle sait parfaitement que nos araignées sont inofensives, et qu’elles n’auraient pas le réflexe de nous attaquer. Donc intellectuellement elle reconnait le risque zéro d’avoir une araignée dans son champ de vision, pourtant elle est incapable se contôler émotionnellement.

    Pour des tas d’hommes et même parmis ceux qui ont laissé des commentaires ici, ça sera la même chose envers les femmes.

    En fait il ne s’agit pas d’une peur mais d’une angoisse, qui est une émotion donc hermétique à la logique et à la raison.

    Ce qu’il faut c’est qu’une autre émotion surpasse cette angoisse et non un raisonnement plein de bon sens. Si l’émotion de vouloir rencontrer telle fille est supérieur à l’émotion de vous protéger, il est inévitable que vous irez lui parler, il ne saurait pas en être autrement!

    C’est pareil pour tous les domaines de la vie. Soyons honnète, combien de fois avons nous agis aujoud’hui de façon différente voire opposée à ce que « le bons sens » aurait voulu.

    ++

    • El Justiciero dit :

      Salut,

      Je vais être un peu moins modéré que Freshstart.
      Premièrement des excuses pour ne pas aborder tu pourra tout le temps en trouver, que ce soit des raisons pseudo psychologique ou autre ça reste des excuses, perso moi j’appelle ça de la lâcheté. Je sais de quoi je parle j’ai été un spécialiste en excuse pendant 10 ans…

      L’exemple que tu as pris de ta collègue qui à peur des araignées est intéressant (j’en connais une comme ça aussi !) la différence entre ces filles et nous c’est : que nous somme des HOMMES ! une fille a le droit d’avoir peur des araignées, des rats, des souris, de faire un plongeons d’un falaise ou de pleurer. Un homme ça n’a pas le droit d’avoir peur, un homme ça ne pleure pas, un homme c’est courageux, un homme c’est un guerrier, un homme c’est un tigre de compète !
      De plus la peur chez une fille peu être synonyme d’excitation (pourquoi tant de filles aiment aller voir des films d’horreur avec leur mec ?) alors que chez l’homme la peur coupe les moyens (en gros on bande pas quand on a peur)

       » La peur engendre l’hésitation et l’hésitation engendre la peur » (Body dans Point break !)

      Ciao

  • Freshstart dit :

    Salut Hugues, et merci pour la controverse que tu apportes.

    Je ne suis qu’en partie d’accord avec tes idées.
    Comparer l’agoraphobie (ou n’importe quelle phobie) à la peur de séduire me paraît un peu excessif.
    Et puis, je te trouve quand-même un peu défaitiste, comme si on ne pouvait jamais de la vie finir par vaincre ses peurs…

    D’abord, les femmes ne sont pas des araignées (quoique certaines… lol).
    Plus sérieusement, dès lors qu’on trouve un RÉEL enjeu à surmonter son angoisse, cela devient plus évident…mais encore faut-il que cet enjeu existe.

    Y-a-t-il une véritable libération à la clé lorsqu’on en finit avec sa peur des araignées. Sommes-nous chaque jour envahis par des hordes d’insectes qui viennent au contact?

    Il en est de même pour la claustrophobie. Il suffit d’éviter les ascenseurs et les lieux confinés et on peut vivre avec…

    Lorsqu’on a peur de l’avion, on peut décider de vivre avec et se résoudre à ne pas aimer voyager… C’est dommage mais bon ça reste possible. Je connais des gens qui ne viendront jamais me voir à cause de ça…
    Etc.

    Mais lorsqu’un jour, on se rend compte qu’on ne peut simplement PLUS JAMAIS vivre avec une peur, le gain devient tel que l’on met tout en œuvre pour s’en libérer. Et il est envisageable d’y parvenir.

    Bon, en tout cas, c’est mon vécu qui parle : quand tu arrives à ce point de non-retour où tu te dis que là, maintenant, c’en est trop, c’est déjà le début de la fin d’une peur…

    D’où l’importance de toujours mettre en relation risques perçus ET gains.

    Deuxième point de désaccord : lorsque tu soutiens qu’une émotion plus forte que l’angoisse doit la surmonter.
    Ben moi je pense que l’esprit rationnel joue un grand rôle lorsque tu comprends, en réfléchissant ET en agissant, que cette fameuse angoisse n’est finalement pas justifiée.
    Pour exemple, moi j’ai bien pigé que regarder une belle inconnue dans les yeux c’était pas si terrible que ça…et pourtant ça me paraissait infaisable il y a quelques temps!

    Donc, pour moi, à défaut de remplacer une émotion par une autre encore plus forte (qui te fera tout autant perdre tes moyens), je préférerai atténuer cette émotion en la rationalisant grâce à l’esprit et à la raison.

    Après, à chacun ses méthodes personnelles… Tout est respectable dès lors qu’il y a une libération à la clé.

    Hugues, j’ai néanmoins bien conscience que mon article à lui seul ne va pas révolutionner les foules. Il y a tellement de lectures intéressantes et d’expériences à vivre pour avancer dans la vie.

    J’espère ne pas vous avoir pris la tête avec mon commentaire un peu poussé pour un dimanche soir.

    A + Hugues et tous.

    • Hugues dit :

      Re Freshstart,

      J’avais lu des tas de conseils de ce genre et rien ne changeait en moi. Je peux t’affirmer que je ne suis pas le seul dans ce cas.

      Pour que je sois capable d’aborder une fille en rue, il a fallut que je revois ma perception de moi, des femmes, du sexe …etc. Et visiblement j’ai encore une marge de progression énorme.

      Je prévois de publier ma progression le plus clairement possible, mais je suis passé par tellement de stades que ce n’est pas évident.

      Eviter de prendre l’avion, l’ascenseur n’est pas la solution ça revient à vouloir renoncer à la drague à cause d’une angoisse.

      Les angoisses sont des pensées et comme toutes pensées elles n’ont que la valeur, le poids qu’on leur donne.

      Si tu veux que je développe ce point fais le moi savoir

      ++

      • Konsti dit :

        Hugues et Fresh, merci pour cette discussion hyper intéressante. Ce que je peux ajouter à ce sujet c’est que pour vaincre les émotions négatives, la raison a sa place. La raison peut bel et bien jouer un rôle. Elle peut aider.

        Mais !

        Très souvent la raison ne suffit pas… Pour réellement « vaincre » l’angoisse il faut aussi :

        • de l’acceptation : accepter l’angoisse, ne pas lui résister, ne pas la refouler ;
        • de l’expérience : se confronter régulièrement avec l’objet de l’angoisse, c’est à dire les femmes ;
        • et une bonne dose de conscience : une certaine maitrise de son attention, sa concentration, son focus.
  • Olivier dit :

    Il est évident qu’il est moins risqué de draguer une femme que de doubler sans visibilité un camion en moto. Paradoxalement la plupart des motards auront moins peur de doubler un véhicule sans visibilité que d’aborder une belle femme.

    Pourquoi?

    Inconsciemment on a été formaté par notre éducation. Souvent on n’ose pas aborder une belle femme car on se dit soit elle a déjà quelqu’un et on a peur que son compagnon nous casse la gueule par exemple. Ou elle ne s’intéressera jamais à moi. C’est impoli de draguer une inconnue dans la rue. Dans la vie, on est souvent plus effrayé par des choses peu dangereuse que d’autres qui le sont beaucoup plus. On n’a pas toujours un comportement rationnel.

  • Freshstart dit :

    @ Hugues : là, je suis dac’!

    Sur la perception de soi et des autres : il faut accepter de modifier nos croyances, même les plus évidentes.
    Par exemple, j’ai toujours cru qu’il fallait être un gars super gentil et collant avec les femmes…

    Tu as bien raison. Les pensées ne sont que des pensées. Et bien souvent, elles brident l’action et par là tout notre potentiel. Nous sommes ainsi faits.

    Heureusement, comme au poker, il n’est jamais trop tard pour se refaire!

    Pour ce qui est de tes publications ou références, tu peux me les envoyer directement sur mon mail. Je serais heureux de te lire.

    A +

    @ El Justiciero : tu y vas fort mon pote! Un homme reste un humain, avec ses peurs. Et je ne pense pas que les phobies soient l’apanage du sexe féminin!
    Pour ma part, me dire que je suis un homme et que je dois porter mes couilles ne m’a pas été d’un grand secours. Si ce n’est me faire culpabiliser encore plus d’avoir peur…

    Malgré cette différence de point de vue, je te remercie pour ton commentaire.
    A bientôt.

    • El Justiciero dit :

      Je sais bien que la peur est une émotion humaine nécessaire.
      J’y suis allé fort pour provoquer un peu et me faire comprendre mais rassure toi, parfois j’ai peur, parfois je pleure tout seul devant un film et je flippe un peu des araignées !
      Ce que je veux dire c’est que l’homme doit masquer ses peurs, un homme qui a peur c’est pas rassurant et une femme a besoin de se sentir en sécurité.
      Pourquoi c’est aux hommes de faire le premier pas ? parce que comme nous les femmes ont peur d’aborder un inconnu et le simple fait de les aborder leur montre que nous avons un certain courage. On nous dit que c’est à l’homme de faire le premier pas parce que c’est comme ça, que c’est notre culture, la vérité c’est que la parisienne est trop lâche et prétentieuse pour le faire.

      Toi ça ne t’as pas aider de te dire que tu es un homme qui en a, moi ça m’a beaucoup aidé, car à notre époque on veux nous faire culpabiliser d’être un homme et pourtant les femmes avec un grand F cherchent des hommes avec un grand H.

      Chacun a ces propres sensibilités pour avancer dans la vie, ton article a un bon fond à chacun de créer sa forme.

  • camille dit :

    bonjour à tous et à toi konsti.merci pour tes articles.
    ce que dit freshstart est d’une évidence .nous sommes les acteurs de notre propre vie et je peux vous dire que du haut de mes 50 ans,il n’y a aucune limite .

    une fois que vous avez fait taire cette petite voie intérieure qui vous effraie,tout devient possible et il n’y a plus la peur du rateau.

    alors bonne chance a tous ceux qui veulent trouver l’ame soeur.

  • Freshstart dit :

    Bonsoir à tous!

    A nouveau merci pour vos commentaires ;-)

    @Olivier : bien résumé l’ami. Éducation, conditionnement et voix intérieure sont nos ennemis. A nous de nous en débarrasser et c’est plus que possible en faisant ce fameux « travail sur soi-même »… Pour moi, celui-ci est synonyme de « développement personnel ».

    @El Justiciero : Ola amigo! Je n’avais pas saisi la subtilité de ta provoc!
    Je te rejoins lorsque tu affirmes que les nanas d’aujourd’hui n’assument pas leur féminité. Elles aimeraient bien, mais leur libération est plus vicieuse qu’elle n’y paraît, car elle bouleverse les dynamique hommes/femmes. Et puis, il y a l’image erronée et injuste du don juan (homme à femme) versus la « salope » (femme à homme injustement cataloguée comme telle). Pour moi, une vraie « s » est une nana qui te trahira et te brisera le cœur, pas une femme qui aime les homme et qui l’assume.
    Cette conception dangereuse les incite à mon sens à se protéger, jouer le rôle d’inaccessible, prétentieuse, sainte nitouche, lâche etc.
    A nous de briser ces barrières à force de patience et de décontraction (les mettre à l’aise avec leur envies).
    Es-tu d’accord avec ça?

    @Camille : Bien joué! Tout devient possible. Tout EST possible, par la force de notre esprit, car il n’y a qu’en nous-même que l’on peut opérer un réel changement.
    Au fait, et excuse moi d’avance pour cette question bizarre, t’es un homme ou une femme? :-)

  • Max dit :

    Plus j’y pense je suis persuadé que la pire chose qui peut arriver en abordant une fille dans 99% cas, c’est ce qu’on s’inflige à soi même en se jugeant, se rabaissant ou en créant une équivalence complexe entre le râteau et quelque chose de négatif envers soi et son identité.

    Au final, on ne perd rien et on a tout a gagner même si la fille n’est pas intéressée comme dit dans l’article, on gagne en confiance en soi, en courage, en satisfaction personnelle d’avoir agi dans le sens de ce qu’on avait en vie de faire. Le top quoi !

    • Konsti dit :

      Ouai, Max ! Merci pour cette contribution, mon pote. :-)

      Je suis tout à fait d’accord avec toi.

  • >