≡ Menu

Comment vaincre la jalousie ?

Ceci est un article dans la catégorie Le coach de drague TE répond. La particularité de cette catégorie est que le coach de drague reprend et répond aux questions des lecteurs. Alors, si tu as une question, voici comment la poser : inscris-toi au CoachDrague Club et tu recevras les instructions pour poser ta question (ainsi qu’un guide de drague gratuit). L’inscription au CoachDrague Club est gratuite, confidentielle et sans aucun engagement !

Cher lecteur, j’ai reçu une question qui nous concerne tous.

Il s’agit d’une émotion toxique, qui nous pollue la vie et la vie de celle qu’on aime (ou qu’on croit aimer) : la jalousie. La question de Ced est simple… La voici :

Voilà Konsti,

je voudrais arrêter les scènes de jalousie que je pique à chaque fois que je la vois avec quelqu’un d’autre.

Peux-tu m’aider ?

Salut Ced. Oui, je crois pouvoir t’aider. :-)

Avant de te donner la solution… Pardon, avant de te donner MA solution, voyons un peu ce qu’est la jalousie.

La jalousie est une émotion toxique

La jalousie est un mélange toxique d’angoisse et de colère.

  • Angoisse : tu as peur de perdre la fille qui t’est chère.
  • Colère : la joie qu’elle pourrait partager avec un autre te rend dingue. Tu perçois l’autre mec comme un ennemi, un obstacle à ton bonheur qui sabote ta relation avec la fille qui t’est chère. T’as envie de lui casser la gueule.

Il y en a qui disent : « Un peu de jalousie ne fait pas de mal. C’est une preuve d’amour. »

Euh… Quoi ?

C’est une grosse connerie. Point !

Que ce soit une toute petite crotte ou une grosse bouse de vache, ça reste de la merde. Pareil pour la jalousie. Que ce soit un tout petit épisode éphémère ou une crise de jalousie violente, ça reste une émotion désagréable.

Est-ce que tu t’es déjà levé le matin en te disant : « Tiens… J’ai envie d’une bonne dose de jalousie aujourd’hui. J’ai envie de me sentir mal. J’ai envie d’avoir peur de perdre celle que j’aime et j’ai envie d’être en rage contre le mec qui pourrait me la piquer. » ?

Bien sûr que non.

Pourquoi la jalousie est-elle toxique ?

Parce qu’elle te fait souffrir… tout simplement.

Si tu pouvais appuyer sur un bouton disant : « Appuie ici et tu n’éprouveras plus jamais de la jalousie de ta vie. », tu appuierais sans hésiter.

De plus, si tu perds le contrôle, la jalousie peut se traduire en un comportement destructeur qui fera également souffrir la fille (et ton concurrent). Bref, tu pourrais dire ou faire de grosses bêtises :

  • « Sale pute ! Comment oses-tu me faire ça à moi ? Après tout ce que j’ai fait pour toi ! »
  • « T’es qu’une garce ! T’as aucun respect pour moi ! Je ne suis pas assez bon pour toi, hein ? C’est ça ? C’est pour ça que tu dois aller voir ailleurs ? »
  • « T’es qu’une conne ! Je dois vraiment te surveiller tout le temps. Tu sais quoi ? Je t’interdis de fréquenter ce mec ! Si tu m’aimes vraiment, alors laisse-le tomber ! »
  • « J’en ai marre ! C’est chaque fois la même chose. Casse-toi, pouffiasse. C’est fini entre nous ! »
  • Ou pire encore : tu sautes sur le mec et tu lui exploses la gueule.

Résultat ? Joie, bonheur, gaieté…

Je rigole bien entendu. :-)

Résultat : souffrance, souffrance et encore de la souffrance.

Comment vaincre la jalousie ?

On est humain et les humains ont plein de défauts. La jalousie en est un. Peut-on entièrement se débarrasser de la jalousie ?

La réponse est simple : oui !

MAIS !

Cela demande un entraînement mental très poussé, long et intensif. Alors, est-ce que ça vaut la peine de faire cet entraînement ? 9 fois sur 10 ça n’en vaut pas la peine. On est humain et les humains on plein de trucs à faire. :-) Travail, études, famille, amis, loisirs, vacances…

C’est pourquoi je vais te donner quelques tuyaux, non pas pour te débarrasser entièrement de la jalousie, mais pour t’apprendre à la gérer plus efficacement !

Recadrage mental

Quand tu es jaloux, ton dialogue interne peut se résumer à ça : « Je l’aime. Je n’ai pas envie de la perdre. Elle s’amuse avec un autre et je n’aime pas ça. Je veux que ça s’arrête maintenant. »

Cette pensée est irrationnelle et absurde ! Voici pourquoi :

  • Imposer des limites à celle que tu aimes ou lui interdire de s’amuser avec un autre, ce n’est pas de l’amour. C’est de la possessivité ! C’est un signe de faiblesse.
  • Tu l’aimes. Elle s’amuse. T’es jaloux. Et ta jalousie te pousse à interrompre son amusement. C’est paradoxal, n’est-ce pas : tu l’aimes et tu veux l’empêcher de s’amuser ? Ou pire encore : tu l’aimes, t’es jaloux, tu souffres et tu voudrais qu’elle et l’autre gars souffrent aussi. Ça n’a aucun sens. Si tu l’aimes vraiment, alors tu devrais justement l’encourager à s’amuser !

Donc, voici une attitude beaucoup plus saine vis-à-vis de la jalousie : « Aie… Je suis jaloux. Je n’aime pas ce sentiment. Mais je suis humain et c’est normal d’avoir ce sentiment de temps en temps. Je sais que la jalousie est contre-productive. Si j’aime vraiment cette fille, alors je ne peux que la laisser faire. Ce n’est pas à moi d’interrompre ses petits plaisirs. »

Accepte le pire

Ce dont je suis le plus fier en matière de drague n’est pas le nombre de mes conquêtes, ni la qualité de mes conquêtes, ni mon titre de coach de drague… Ce dont je suis le plus fier, c’est mon attitude !

J’ai accepté le pire des scénarios. Je sais que je ne suis pas le plus beau, ni le plus riche, ni le plus populaire, ni le plus intelligent, ni le plus doué en matière de drague.

Bref, je sais qu’il y en aura toujours un qui sera meilleur que moi.

Je sais qu’un jour…

  • Elle pourrait ne plus m’aimer.
  • Elle pourrait me « tromper » avec un autre gars.
  • Elle pourrait me quitter pour un autre gars.
  • Elle pourrait me foutre à la porte.
  • Elle pourrait mourir d’un accident, d’une maladie ou je ne sais quoi.
  • Et ainsi de suite.

Tu t’imagines ? Qu’elle décide de me quitter pour un autre gars ? Moi, le coach de drague… L’expert en séduction… Tu t’imagines la honte que je me taperais ?

Tu sais quoi ?

So be it !

Oui, so fucking be it !

Je serai le premier à l’avouer, sans aucune gêne, ni honte : « Oui, ma femme m’a quitté pour un autre. Elle ne m’aimait plus. »

Tu sais comment cela s’appelle ? Ça s’appelle : LA VIE !

Dans la vie rien n’est éternel. Tout est temporaire. Un jour, votre relation se terminera. Ça peut être dans une semaine, un mois, un an ou 50 ans. Une chose est sûre : elle se terminera ! Et quand elle se terminera, ça fera mal. Très mal ! Tu souffriras beaucoup plus que durant tes crises de jalousie.

Oui, votre relation se terminera. Et il se peut qu’elle se terminera de manière très injuste (trahison, mensonges, adultère, irritation, humiliation, violence…).

De nouveau, c’est la vie !

Votre relation se terminera et tu ne peux absolument rien y faire. Sauf… l’accepter.

Votre relation se terminera. Accepte-le !

Votre relation pourrait se terminer de manière très injuste. Accepte-le !

Elle pourrait te quitter pour un mec plus beau, plus riche, plus drôle, plus populaire, plus jeune… Accepte-le !

Pire encore : elle pourrait te quitter pour un mec plus moche, moins riche, moins drôle, moins populaire, plus con, plus vieux… Elle pourrait même te quitter pour un salopard égoïste qui la maltraitera psychologiquement ET physiquement. Accepte-le !

Et ce n’est pas fini. Qui te dit qu’elle na pas déjà sucé une dizaine de bites derrière ton dos ? Qui te dit qu’elle ne s’est pas fait enculer dans les toilettes de sa discothèque préférée ? Qui te dit qu’elle ne baise pas avec son patron ? Qui te dit qu’elle ne s’est pas fait lécher par ton meilleur pote ? Je ne dis pas que c’est comme ça. Mais tu n’es jamais à 100% certain. Accepte-le !

Accepte le pire du pire et tu seras beaucoup plus libre !

Encourage son comportement social

Que ce soit au début de votre interaction ou après 5 ans de vie commune, encourage son comportement social. Cette démarche a plein d’avantages :

  • Tu auras un pas d’avance sur ta jalousie. Autrement dit, tu ne donneras pas le temps à la jalousie de se manifester.
  • Tu communiqueras beaucoup plus de confiance en toi et de l’indépendance. Ce qui te rendra beaucoup plus attirant à ses yeux.
  • Tu créeras un léger sentiment de doute chez elle, ce qui renforcera son attirance pour toi. Elle se demandera : « Est-ce qu’il me trouve attirante ? Est-ce qu’il m’aime (encore) ? » Et elle commencera à faire plus d’efforts pour te séduire ou pour te (re)conquérir.

Comment encourager son comportement social ? Voici un exemple : que ce soit une nouvelle conquête ou ma copine, quand je vois qu’un mec lui plaît, je ne me dis pas : « Oh, noooon ! Attention, danger ! Attention, danger ! Partons d’ici. »

Non… Au contraire. Je lui dis : « Aahhhh… Je vois que ce mec te plaît. Et t’as raison. Il est plutôt mignon. Viens. On va faire sa connaissance. »

Je prends la fille par la main, on se dirige vers le mec et je l’aborde avec : « Salut. Ma copine te trouve attirant. Et je suis d’accord avec elle. Voilà. À vous de jouer maintenant. » Et je les laisse faire.

Résultat :

  • 9 fois sur 10 le mec n’y comprend rien. Il flippe, car il n’a pas l’habitude de rencontrer un gars aussi cool et ouvert d’esprit. Ils demandent presque tous : « Euh… C’est une blague ? Vous êtes en couple ? Wow ! Je n’ai jamais vu ça. Euh… He, he… Euh… » Et dès que le mec flippe, c’est game over pour lui. Mais attention ! Neutraliser le gars n’est pas mon but. Le but c’est de faire passer un bon moment à ma copine (conquête).
  • Le mec t’admire et t’offre un verre. Le mec flippe. Il n’y comprend rien. Une fois qu’il comprend que ce n’est pas une blague, il est plein d’admiration : « Wooow… Sérieux… Je n’ai jamais vu ça. Que ton mec te laisse discuter avec d’autres gars, c’est vraiment trop cool. Vous voulez boire quelque chose ? »
  • Donner la permission à la fille d’interagir avec d’autres mecs te donne indirectement la permission d’en faire autant. Yep, yep, yep… Elle parle avec d’autres gars, alors toi aussi tu peux aller parler à d’autres filles. Tout le monde y gagne. Et si elle proteste, tu lui dis : « Chérie, on est là pour s’amuser. Je sais que tu trouves ce gars attirant. Alors, qui suis-je pour t’empêcher de parler avec lui ? Si on s’aime vraiment, on ne s’impose pas de limites. Moi je trouve cette fille attirante et j’ai envie de lui parler. C’est tout. »
  • Comme je l’ai dit auparavant, cette attitude est une preuve de confiance en soi et d’indépendance. Tu deviendras (encore) plus attirant aux yeux de la fille.

Drague d’autres filles

Ce conseil s’applique surtout quand ta relation avec la fille est toute fraîche. Si tu viens de rencontrer la fille, alors tu as encore moins de raisons d’être jaloux. Tu ne la connais pas, tu n’as pas investi beaucoup de temps et d’efforts…

Être jaloux aussi tôt n’est qu’un signe de « neediness » et d’une vie intime pauvre. De plus, si t’es jaloux aussi tôt tu risques de faire peur à la fille et de la perdre.

Ou pire encore, si c’est une opportuniste tu risques d’éveiller son côté vénal : « Hmmm… C’est une proie facile. C’est dans la poche. Je vais me faire gâter par ce mec. Et tiens, pourquoi pas ? »

Et bam ! T’es grillé :

  • Tu te retrouves dans la case « restons amis ».
  • Elle t’envoie des signes ambigus. Elle te donne de faux espoirs. Elle te laisse l’approcher un peu. Mais dès que tu viens trop près, elle te repousse. Pourquoi ? Parce qu’elles aiment se faire valider ! C’est une question d’ego.
  • Elle t’appelle uniquement quand elle a besoin de toi : « Dis, il n’y a plus de bus. Tu ne voudrais pas venir me chercher ? Je ne sais pas comment rentrer à la maison. »

La solution ? Drague d’autres gonzesses. Crée-toi plus d’options !

Si t’as 3 ou 4 filles qui te courent après, tu n’auras plus aucune raison de te dire : « Je n’ai pas envie de la perdre. Je vais casser la gueule à ce pauvre con. »

Non, tu te diras : « Cool. Elle a l’air de bien s’amuser. Tiens, maintenant que j’y pense. Ça fait quelques jours que je n’ai plus eu de nouvelles de Sophie, Anne et Christine. Je vais leur envoyer un texto pour se voir la semaine prochaine. »

Partage tes émotions sans pointer du doigt

Ce conseil s’applique uniquement quand ça fait quelque temps que tu es en relation. Ce conseil ne s’applique pas quand tu viens de rencontrer la fille.

Donc, tu exprimes tes émotions sans pointer du doigt. Je répète : sans pointer du doigt ! Si ça fait quelque temps que vous êtes ensemble, fais-moi confiance, elle comprendra.

Tu lui dis : « Chérie… J’ai un truc à te dire. Quand je t’ai vu t’amuser avec l’autre gars. Ben… J’ai ressenti de la jalousie. J’avais peur de te perdre. Voilà… Je voulais que tu le saches. Mais attention ! Je ne t’interdis pas de t’amuser avec lui. Je ne t’interdis rien. Tu es ma copine, je t’aime et je ne souhaite que ton bonheur. Je voulais juste partager mes sentiments avec toi. C’est tout… »

Oui, c’est tout.

Je répète encore une fois : ne la pointe pas du doigt, car ça risque de créer un conflit. Donc, tu ne lui dis pas : « Pourquoi t’as fait ça ? Hein ? T’as aucun respect pour moi ! Tu m’aimes plus, c’est ça ? C’est ça ? T’as besoin de chercher ailleurs ? C’est ça ? Hein ? »

Non, cher ami. Tes émotions, qu’elles soient positives ou négatives, sont TA responsabilité. Et tes émotions, tu les partages, tout simplement.

À propos de l’auteur : Konsti, master en psychologie, est le fondateur de Human Attraction et l’auteur des bestsellers Plus Jamais Seul ! et Tu La Veux, Tu L’Auras. Il est passionné par l’analyse profonde des interactions homme-femme, l’hypnose et la sexualité. Son style de drague est direct et sincère.

{ 54 commentaires… add one }

  • Ophélie

    # Merci :) Ça m’aide vraiment, je m’en sortais plus & Merci de me montrer que je doit pas être la seule a souffrir & être dans ce cas la ^^

  • Pierre-André

    Salut Konsti

    Je ne suis pas certain que tu aies tout cadré dans ton énoncé; nous ne sommes pas les seuls animaux qui éprouvent de la jalousie et, selon ce j’ai pu lire ailleurs, ça serait chez ceux qui vivent en monogamie.

    Selon ce texte, le point de départ serait de l’ordre de l’instinct plutôt que de l’émotion et celle-ci ne viendrait qu’amplifier le « problème ». Chez le chimpanzé, ça se terminerait par une suite très violente de viols sur la conjointe prise ‘en flagrant délit’.

    Même chose chez le gorille et au poid du mâle vs celui de la femelle… C’est possiblement ce qui expliquerait son caractère universel; on n’est pas éduqué à être jaloux, on le vit quand la situation se présente.

    Si tu as vraiment réussi à ne plus du tout ressentir la jalouise, même pas une fraction de seconde au départ, ça invaliderait alors ce que j’ai lu car on ne peut contrôler les instincts, juste son comportement final.

    Sinon, il faut comprendre que chaque être humain est plus ou moins instinctif et ça n’a rien à voir avec l’intelligence mais plutôt avec la production d’hormones par nos glandes et l’efficacité des neuro-transmetteurs dans le cerveau.

    J’ai bien hâte de lire ta réponse car j’ai mis pas mal de fille dehors de ma vie à cause de ça. Sans tambour ni trompette cependant. Juste un ‘T’es pas la bonne’…

    Pierre-André

    • Pierre-André

      Je voudrais cependant rajouter que ton point sur l’acceptation est excellent. En effet, il faut apprendre à faire face à la réalité et oublier tout ce qui venait avant.

      Le moment présent n’a rien à foutre de ce qui s’est passé avant. Il est là avec tous ses nouveaux évènements à absorber.

      Et quand on se construit un futur hypothétique à partir du passé, on fait juste s’empêcher de bien vivre le présent en lui donnant une saveur qui ne lui appartient pas, celle du passé.

      Pierre-André

      • Hello Pierre-André,

        c’est vrai. Nous ne sommes pas les seuls êtres à éprouver de la jalousie.

        Cependant, les théories bio-comportementalistes et évolutionnistes contiennent un risque implicite. En expliquant les phénomènes de ces points de vue-là, quelque part on a tendance à réduire l’humain. Je suis d’accord : l’humain est un animal. Mais l’humain est aussi un animal HUMAIN.

        C’est vrai. La jalousie est innée. MAIS ! Grâce à cette faculté humaine, qui nous distingue de la plupart des animaux, nommé conscience et avec de l’entrainement mental nous pouvons apprendre à modifier, atténuer, contrôler, réduire notre jalousie.

        Voici quelques infos intéressantes…

        • Il existe des Yogis qui peuvent arrêter leur battement du cœur pendant quelques secondes. Le battement du cœur est quand-même une fonction vitale encore plus primitive que la jalousie. Et bien, ça peut se contrôler.
        • Avec de l’entrainement on peut apprendre à contrôler le réflexe de clignotement (clignoter suite à une forte explosion, par exemple). Les scientifiques croyaient que c’était impossible. Récemment ils ont du constater le contraire.
        • Il existe des programmes thérapeutiques pour… apprendre à gérer la jalousie.
        • Certains moines bouddhistes, après des années et des années de méditation, ont cultivé une telle force mentale, qu’ils n’éprouvent plus aucune jalousie.

        Donc…

        Si tu as vraiment réussi à ne plus du tout ressentir la jalousie, même pas une fraction de seconde au départ, ça invaliderait alors ce que j’ai lu car on ne peut contrôler les instincts, juste son comportement final.

        Je ne sais pas si les changements se situent au niveau des instincts ou au niveau des réactions suite à ces instincts, mais finalement ce n’est pas si important que ça. En ce qui me concerne, dès qu’il y a moins de souffrance, c’est bon.

        Ensuite, la science a démontré que l’entrainement mental ne se traduit pas uniquement dans le comportement, mais aussi dans la structure du cerveau. Un changement structurel du cerveau pourrait signifier un changement dans la production d’hormones et de neuro-transmetteurs. Ça semble logique, non ?

        Entre parenthèses, je n’essaie pas de te contredire, mais de donner un point de vue plus « psychothérapeutique ».

        Et finalement, j’éprouve aussi de la jalousie. Mais je gère beaucoup mieux qu’avant en appliquant les conseils dans l’article.

        • Hugues

          Salut Konsti,
          Salut Pierre-Andre,

          « Un changement structurel du cerveau pourrait signifier un changement dans la production d’hormones et de neuro-transmetteurs. »
          Konsti je te confirme que dorénavant c’est une certitude scientifique démontrée entre autre par l’imagerie mentale.

          En fait le probléme de la jalousie est, selon mon expérience personnelle, beaucoup plus simple que ça.

          En amour, la jalousie ne peut pas exister.

          A partir du moment où il y a jalousie, on ne peut plus parler d’amour mais d’attachement, de dépendance à l’autre.

          Il est étonnant que la majorité des gens s’accordent pour dire que l’autre est le reflet de nos émotions. Un automobliste t’insulte, histoire de priorité par exemple, fou de rage tu ripostes. Ce n’est pas l’agresseur qui t’as mis en colère, il a seulement reveiller une colère latente en toi. La preuve? Ton nouveau job te plait, la femme que tu aimes vient d’accepter ta demande en mariage, tu as passé une super bonne journée. Puis un automobiliste t’insulte auras-tu envie de t’enerver?

          Mais beaucoup de gens qui reconnaissent ce principe pour le négatif, ne se rendent même pas compte que c’est pareil pour toutes les émotions.

          Tu n’aimes pas ta copine, ta femme tu aimes l’amour en toi que tu projettes sur elle.

          C’est pour ça que pour pouvoir aimer, on doit savoir s’aimer (je ne parle pas de l’orgueil bien entendu). Tous les sites de dragues digne de ce nom reccomande en premier, d’apprendre à s’apprécier pour devenir séduisant.
          Ca veut dire développer cette capacité que tu projetteras sur les autres et qui y seront sensible si eux mêmes possèdent une émotion similaire.

          La jalousie suit le raisonnement inverse. L’autre me donne de l’amour, si je le perds, je perds l’amour et je serais malheureux.

          Comprenons-nous bien. Je ne dis pas que vous serez heureux d’apprendre que l’autre vous trompe ou qu’il veut vous quitter. Vous ne serez pas insensible. Mais vous serez suffisament conscient pour vous dire « ce n’était pas la bonne personne, mon amour ne peut plus se refleter en elle ». A vous de chercher à arranger la situation ou à partir, c’est un autre débat.

          Le scénario idéal serait du genre « Ecoute nous avons passé des moments merveilleux, ça a été une chance de te rencontrer. Mais ça n’est plus possible de rester ensemble, notre bonheur est ailleurs. Je te souhaite beaucoup de bonheur mais avec moi ça ne sera pas possible ». Vous voyez l’idée, il n’y a personne à accuser, vous respecter le choix de votre partenaire.

          L’Amour est un sentiment qui se suffit à lui même. Même seul et malade il est possible de connaitre la paix, la chaleur de l’amour. Je n’ai pas dit que vous serez heureux d’être seul et malade mais ça aussi c’est un autre débat.

          Vous serez libéré de la souffrance de la jalousie en la reconnaissant comme votre incapacité à aimer ou d’avoir choisit le mauvais partenaire. Arretez de chercher des boucs emissaires.

          Le problème ce n’est pas la situation, c’est NOUS!

          • Pierre-André

            Salut Hugues

            Sans vouloir t’offusquer, je ne suis pas d’accord de mélanger amour, amour-propre et jalousie. Et je ne vois aucun raisonnement à la jalousie.

            Je relierais beaucoup plus jalousie et attirance qui, chez moi en tous les cas, se jouent au même niveau. L’amour, ça se passe ailleurs dans ma tête (mon être entier). À la limite, je pourrais être jaloux face à une femme que je ne connais pas mais que je désire. D’ailleurs, à bien y penser, ça s’est justement produit dernièrement!

            Je me suis développé comme personne au point où je me sens tout simplement accompli. Je me connais, je connais mes enjeux personnels dont la plupart sont réellement réglés (en partie grâce aux concepts émis par Konsti sur ce site) et j’aime l’homme que je suis devenu. Je suis seul mais réellement heureux dans ma vie. J’ai envie d’une compagne pour partager ce bonheur. Et pour que je sois totalement ouvert à l’autre, autant pour recevoir que pour donner, il faut qu’il y ait une réelle confiance mutuelle. Peut-être certaines vieilles blessures continuent-elles à me servir de toile de fond émotive… Mais qui n’en a pas?

            C’est une belle discussion qui s’est mise en marche et on peut sûrement tous faire du chemin en cherchant à pousser plus loin nos réflexions tout en restant très connectés à ce qu’on vit vraiment au fond de nos têtes et de nos trippes.

            Au plaisir.

            Pierre-André

            • Hugues

              Salut Pierre-André,

              Rassure-toi je ne suis pas offusqué, je suis ici pour échanger des idées et j’ai suffisamment d’empathie pour voir sereimement le message que la personne veut faire passer (même s’il est déformé, par mon propre vécu).

              Moi aussi je suis seul et heureux, mais je ne ressens pas le besion de le partager avec quelqu’un en particulier.

              Tu dis « pousser plus loin nos réflexions tout en restant très connectés à ce qu’on vit vraiment au fond de nos têtes et de nos trippes. »

              Je me suis aperçu récemment que justement le problème vient de là.
              Il faut être connecté uniquement à ces « trippes » pas à sa tête. C’est une notion complexe que je ne maitrise pas encore totalement mais par contre je peux déjà te garantir que les résultats sont exeptionnels! Tu y gagnes en lucidité envers toi et le monde. J’y reviendrais le cas échéant.

              Concernant les blessures.
              J’ai été récemment confronté à ce problème. Deux femmes ont refusé mes avances, il ya peu. Je l’ai mal vécu mais par la suite j’y ai gagné en intelligence sociale. J’avais réagi par orgueil, puis je me suis ouvert à elles.

              Toutes deux m’ont rapidement raconté leur passé sentimental douloureux. Pour l’une des manipulations mentales grâves (genre lui interdir de voir ses amies, vérifier se comptes bancaire), l’autre des violences physiques.

              Je ne peux m’empecher de faire un paralelle avec ce que tu dis. Car j’ai réalisé qu’elle ne m’ont pas dis ça, pour me raconter leur vie. Mais pour ce protéger.

              J’ai l’impression que tu as peur de faire le mauvais choix, de ne plus pouvoir supporter une nouvelle aventure malheureuse.

              Pareil pour elles.

              Tu dis aussi « Je me trompe peut-être mais, pour moi, une des bases fondamentales de l’amour profond entre deux être est la confiance que l’autre ne fera rien qui puisse nous faire souffrir; si on part de ça, pourquoi devrais-je accepter d’être trompé »

              Il n’a jamais été question d’accepter d’être trompé!
              Il est question de chercher à dimuer, voire supprimer, les souffrances de la jalousie.

              Konsti à eu l’honneté de dire à sa femme qu’il voulait un couple sexuellement libéré. Libre à elle d’accepter ou de refuser.
              Tu dois avoir l’honneteté de dire à la fille que tu veux un couple fidèle et que tu ne supporteras pas qu’elle te trompe. Libre à elle d’accepter ou de refuser.
              Je dois avoir l’honneteté de dire à la femme que je ne veux pas de vie en couple, chacun chez soi. Libre à elle d’accepter ou de refuser.

              Aussinon tu as entierement raison. Une femme (homme) infidéle ne changera pas, inutile de vouloir recoller les morceaux.

              • Pierre-André

                Salut Hugues.

                Très intéressant; on se rejoint sur pas mal tout.

                Quand je dis tête et trippes c’est que, comme massothérapeute spécialisé en circulation d’énergie, je suis très consciens que toutes nos pensées, émotions, réaction instinctives ou intuitives se passent dans notre tête et que le feeling qu’on a dans les trippes et le coeur ne sont que les réflexions de ces pensées. D’ailleurs, mes massages ne visent jamais réellement le corps; c’est au subconscient que je cherche à m’adresser en passant par la voie d’accès la plus impossible à bloquer (à moins d’être un moine tibétain très, très entrainé!), la peau, les meuscles et les organes.

                Personnellement, quand je vis quelque chose, autant mes valeurs (tête), mes émotions (coeur) que mes instinct et intuition (trippes) doivent être en accords pour que je sache que je suis à la bonne place.

                J’aime bien ton commentaire sur l’honnêteté; tu as raison que c’est une des clés importantes de la réussite d’une relation. Il faut avoir l’indépendance émotive pour être franc comme ça car on risque de « perdre » la personne même si, en fait, elle ne nous a jamais appartenue! Et cette liberté ne peut venir que de deux états d’âme: 1-réel amour-propre qui fait qu’on n’a pas besoin de l’amour d’un autre pour être aimé et 2-confiance qu’il est toujours possible d’entrer en relation avec une autre personne quand on en sent l’envie ou le besoin (l’être humain est tout de même un animal et, biologiquement parlant à tout le moins, sa seule réelle raison d’être est l’accouplement).

                Bonne chemin de vie.

                Pierre-André

              • Hugues

                Re Pierre-André,

                Tout à fait d’accord.

                Concernant le subconscient, il y a plus simple. Tu es le berger.

                Le berger mène ces moutons au paturage. Il s’assied, observe son troupeau sans intervenir. Le chien de garde se charge de rassembler les animaux trops dissipés ou agressifs.

                Le berger c’est ton mental, la petite voix, tu la faire taire, tu lui dis « STOP ». Tu observes tes pensées (les moutons) silencieusement c’est à dire sans les juger, elle nes sont ni bonnes, ni mauvaises, elles sont tout simplement! Tu as totale confiance en ton chien (moi intérieur, Dieu, l’ordre naturel ce que tu veux) il organise tes pensées pour te procurer le meilleur, tu le sais, tu le ressens.

                En pratique tu ressens ton corps, partout ou en partie. Tu acceptes tout: de mauvaises sensations, les bruits, les pensées négatives…TOUT. Lorsque qu’un de ces éléments te distraient de ton corps, pas grâve, tu te recentres dessus, et ainsi de suite.

                Le but n’est pas de se sentir bien, ou relaxé. Le but est de voir tes pensées sans les juger, de sentir leur côté fantoche, conceptuel.

                Et le subconscient te menera là où tu dois aller, en fonction de l’émotion dominante que tu ressens. La tristesse sera confirmée et amplifiée, pareil pour le courage, la colère, l’amour…etc.

                Alors demandes toi qu’elle est ton émotion dominante, et sache que c’est elle qui déterminera ta vie!

                Je t’assure que ça marche à MERVEILLE et tu peux le faire partout (transport en commun, file d’attente, en marchant. Puis tu pourras le faire en parlant à des gens, dans la foule active…etc

                Bon chemin de vie aussi.

              • Pierre-André

                Re-salut Hugues

                Comme je ne pouvais répondre à ton dernier commentaire directement, j’ai décidé de m’y prendre autrement!

                C’est impressionnant de voir jusqu’à quel point on a la même façon de voir; on utilise simplement des mots ou des images différentes pour décrire les mêmes processus.

                J’aime bien ton idée de berger; de donner une forme claire et pertinente à ce mécanisme d’observation le rend encore plus naturel à utiliser.

                Dans le même ordre d’idée, quand je veux trouver les déclencheurs du subconscient pour certaines émotions, je m’installe comme un pêcheur sur la glace, juste à côté de son trou, je lance ma leurre (simulation d’une situation déclenchant le processus que je veux comprendre) et, immanquablement, le poisson (déclencheur) saute hors du trou pour faire son travail. Je n’ai plus qu’à l’attraper (attention, ça va très vite), à l’examiner (habituellement, les mots et les images sont avec le poisson) et comme j’ai maintenant parfaitement conscience de ce qu’est ce déclencheur, je suis en mesure de le contrer dans la vie de tous les jours.

                Bonne pêche!

                Pierre-André

              • Hugues

                Ca n’a rien d’étonnant que nous ayons une vision commune.

                Nous ne sommes pas arrivés sur ce site par hasard. tu as du le chercher, tu as du l’apprécier plus que les autres sites de drague.
                Ta as aimé les articles de Konsti. Je suis sûr que Konsti, partage aussi notre vision de la vie.
                CQFD

                Cool la pèche, peu importe le moyen, non seulement le but est le même mais le chemin aussi.

                L’instant présent et la loi de l’attraction sont, je le ressens ainsi de plus en plus, indissociable.

                Je ne croyais pas à la loi de l’attraction (d’ailleur je l’avais même écrit à Konsti), trop paranormal à mon goût. Mais je suis curieux et j’ai l’esprit ouvert. J’ai donc essayé.

                Aujourd’hui, vu le nombre de coincidences, d’évenements, de « hasard » qui se sont produit depuis que j’utilise la pratique du moment présent (berger)avec la loi. Dans le sens de ce que je ressens et de ce que je veux. Je n’ai pas d’autre choix que d’y croire.

                Pas plus tard qu’il y a deux heures. D’ailleurs ça pourrait ouvrir un nouveau débat.

                Je revenais de chez la fille au piercing. Sur le chemin du retour, je me suis arreté (j’adore marcher, j’ai pas de voiture) et je me suis dit « comment tu sens? », j’ai la chance de pouvoir déterminer rapidement mon état sans faire intervenir le mental, « mal »

                Envie de recommencer, de jouir encore plus intensément.

                « he! mon gars, ça va pas ça. Tu devrais être heureux, elle est bonne la petite. T’avais pas envie d’une salope?
                Tu vis dans le futur, tu gâches ce que tu viens de connaitre »

                Avec la femme de 48 ans, on débat par mail de l’amour pour une femme VS le libertinage.

                Durant mon excursion pornographique, elle m’avait envoyé un mail, un texte qu’elle avait copier/coller. Voici un extrait:

                …qu’une perte d’énergie avec un non-renouvellement énergétique, et une marque indélébile s’inscrira dans l’énergie pour indiquer un MAL-ETRE que ce moment non-accompli créera dans le corps énergétique.

                Ca correspondait EXACTEMENT à mon état. un mal-être.

                Je pourrais te citer des 10aines de cas similaire qui me sont arrivés depuis que je pratique! Avant rien de tout ça! (en fait je recevais dèjà ce que je ressentais, et c’était pas terrible. Mais loi agissait déjà mes à mes dépends, j’étais fort complexé et irritable.)

                ++
                PS Partant pour un débat amour à une femme (toi) et libertinage (Konsti), je ferais l’arbitre.

              • Pierre-André

                …qu’une perte d’énergie avec un non-renouvellement énergétique, et une marque indélébile s’inscrira dans l’énergie pour indiquer un MAL-ETRE que ce moment non-accompli créera dans le corps énergétique.

                Je ne peux être plus d’accord avec ce texte. Assez pour que je refuse (au prix de scènes parfois ridicules de la part de la fille) de simplement baiser avec une nouvelle rencontre. C’est comme se contenter de manger du sucre quand tu pourrais déguster des délices divins. Il doit y avoir une réelle connexion « énergétique » avec une femme pour que j’aie réellement envie qu’on s’accueille mutuellement dans notre intimité complète. Tout ou rien! lol

                Nouveau point commun: la loi de l’attraction; je suis à découvrir jusqu’à quel point elle fonctionne merveilleusement bien. Ma vie est maintenant aussi merveilleuse qu’il lui est possible de l’être (et ce n’est qu’un début, je le sais!) parce que j’ai changé mon fusil d’épaule concernant ce à quoi je pouvais avoir droit dans la vie. Et là, c’est le livre « Beyond positive thinking » de R. Anthony qui a été mon meilleur guide.

                Pour ce qui est du débat avec Konsti, tu me permettras de garder ça pour « un autre tantôt » comme on dit au Québec.

                Bonne fin de journée

                Pierre-André

              • Hugues

                Ok. Attendons la réaction de Konsti.

        • Pierre-André

          Salut Konsti

          Très intéressant. Bien heureux d’en apprendre un peu plus sur le fonctionnement du cerveau.

          J’ai tout de même de la difficulté avec la logique de l’acceptation d’un comportement qui amène son conjoint à être jaloux. Je me trompe peut-être mais, pour moi, une des bases fondamentales de l’amour profond entre deux être est la confiance que l’autre ne fera rien qui puisse nous faire souffrir; si on part de ça, pourquoi devrais-je accepter d’être trompé?

          Je n’ai jamais fait de scène de jalousie car je n’en vois nullement l’intérêt; si une femme a, dans ses valeurs, qu’il est correct de tromper son conjoint, je ne peux tout simplement pas continuer avec elle puisque le lien de confiance se trouve ébranlé et que l’expérience m’a appris que, dans les comportements humains, une fois EST coutûme en ce sens que la personne répétera assurément son comportement dans une situation semblable à celle qui aura initié ce comportement.

          J’ai déjà vécu une relation (9 ans) où la confiance n’a jamais été ébranlée entre ma conjointe et moi et je peux te dire qu’il nous a été possible d’atteindre des niveaux de plaisirs d’être ensemble qu’il m’a été impossible d’atteindre avec les autres. L’abandon total un à l’autre dans l’intimité était tout simplement magique. N’ai-je pas raison de rechercher la complicité qui me permettrait de revivre de tels moments?

          Il est probable que je fasse de la projection en ce sens que je suis conscient que si c’était moi qui me retrouvait à aller vers une autre femme, je ressentirais automatiquement une baisse d’intérêt pour ma conjointe et il est fort probable que je finirais par la laisser. Alors si je vois ma conjointe se laisser aller à s’intéresser à un autre homme, et on sait tous que c’est par l’attirance sexuelle que ça commence réellement, je me dis automatiquement qu’il n’y aura pas de vrai lien profond qui pourra s’épanouir sur un terreau déjà envahi par d’autres. Ça ne vaut donc plus la peine de chercher à construire avec celle-là.

          Ça me fait pas mal réfléchir ce sujet…

  • Parfait

    Superbe article, je suis d’accord avec tout ce qui est écrit…

  • Salut Pierre-André, salut Hugues.

    Merci pour cette discussion très intéressante. Je voulais me coucher il y a une demi-heure. :-) Ben, c’est raté.

    Ok. Attendons la réaction de Konsti.

    Je suppose qu’il s’agit du débat « amour à une femme vs. libertinage ».

    En ce qui me concerne, le débat sera très court.

    Avec ma copine, j’ai une relation. Point ! Je n’ai pas de relation monogame, ni de relation libertine, ni de relation ouverte, ni de relation fermée…

    Bref, moins j’utilise de concepts, de mots, de catégories mentales pour définir ma relation, mieux c’est. Pourquoi ? Car toute catégorisation, toute conceptualisation, appelons-le comme bon nous semble, implique des règles. Et toute règle implique des restrictions.

    Alors, pourquoi imposer des règles quand on aime ? Pourquoi se limiter ou limiter l’autre quand on l’aime ? Je ne vois aucune bonne raison… si ce n’est que de l’angoisse. L’angoisse de souffrir.

    Et imposer des limites par peur de souffrir… est une forme de faiblesse, d’égoïsme. Car le seul responsable de ma souffrance, c’est moi !

    Donc, en ce qui me concerne : « Tu fais ce que tu veux. Je t’aime. Tu es libre. Et si je souffre suite à un de tes comportements, je te le ferai savoir. »

    Comment est-ce que je le lui fais savoir ? En le disant tout simplement : « Je suis jaloux. J’éprouve de l’angoisse et de la colère, car… j’ai peur de te perdre. »

    That’s it !

    À elle de réagir à ce partage comme bon lui semble.

    Et ensuite, à moi de réagir à sa réaction comme bon me semble.

    Action, réaction, action, réaction…

    Ou bien : partage (moi), réaction (elle), partage (moi), réaction (elle)…

    Ou bien : partage (moi), partage (elle), partage (moi), partage (elle)…

    Je résume : moins de concepts on utilise pour définir la relation et moins de limites on s’impose, mieux c’est.

    By the way, Pierre-André :

    il faut qu’il y ait une réelle confiance mutuelle

    La confiance mutuelle n’a rien à voir avec ta bite dans la chatte d’une autre ou la bite d’un autre dans la chatte de ton partenaire.

    La confiance est une conséquence naturelle de… l’honnêteté. C’est tout.

    une des bases fondamentales de l’amour profond entre deux être est la confiance que l’autre ne fera rien qui puisse nous faire souffrir; si on part de ça, pourquoi devrais-je accepter d’être trompé?

    Pas d’accord. Il y a de la souffrance et il continuera a en avoir. La cause de cette souffrance n’est pas le comportement de l’autre, mais c’est notre attitude vis-à-vis de ce comportement.

    Autrement dit, l’autre ne peut pas te faire souffrir. C’est toi qui te fait souffrir.

    Tu la désires… Tu l’aimes… Tu t’attaches… T’es jaloux… C’est normal. C’est humain.

    Mais quand tu dis « que l’autre ne fera rien qui puisse nous faire souffrir », tu dis implicitement : « je suis une victime ».

    Mieux vaut prendre la responsabilité de ses propres émotions et se dire : « Je souffre. Je ressens de la jalousie. » Ce qui implique : « Je suis responsable. Je suis libre. J’ai le choix de modifier ou bien les conditions externes ou bien mon attitude pour soulager cette souffrance. »

    Et finalement, une relation se vit maintenant ! La seule chose qui compte c’est les émotions qui existent MAINTENANT !

    Donc, il faut être attentif, conscient, vigilent, présent, appelons-le encore une fois comme bon nous semble.

    Au fait, c’est tellement simple :

    • laissons tomber les mots ;
    • concentrons-nous sur ce qui existe maintenant ;
    • soyons honnêtes à 100%.

    C’est ça le secret d’une relation épanouie.

    • Hugues

      Admirable Konsti!

    • Pierre-André

      D’accord avec Hugues: Admirable.

      Je ne sais pas si un jour je pourrai avoir autant de détachement face à une relation de laquelle j’attend qu »elle m’apporte une merveilleuse complicité. Tant mieux pour toi si tu en es capable mais, là où j’en suis avec ma vie, je n’en serais pas capable. Et je n’ai pas encore rencontré de femme qui serait aussi capable de vivre ce genre de relation.

      Il y a un point sur lequel je ne suis pas tout à fait d’accord avec toi. Oui, on est responsable de sa réaction finale face à n’importe quelle situation mais la réaction initiale est tout de même provoquée par l’action de l’autre dans le cas de la jalousie. De « victime », il faut renverser la situation et prendre charge, mais je ne suis pas responsable des actes de l’autre; juste de ma façon d’y réagir. Il reste qu’une réaction, même si elle reste dans mon for intérieur, est la conséquence.

      Je vais voir si, « après digestion », ces concepts que tu nous partages peuvent résonner positivement dans tout mon être. En ce moment, je ne suis pas certain qu’il ne s’agisse pas simplement de négation de ta part à partir d’une volonté d’être au dessus de tes pulsions et émotions. C’est noble mais est-ce vraiment souhaitable pour l’équilibre d’un humain? Et combien d’humain vont jamais atteindre ce stade de développement si c’en est un? Est-ce qu’une société peut vraiment fonctionner si chacun arrive avec ses propres règles? Toutes des questions auxquelles je n’ai sûrement pas de réponse toute faite à offrir!

      Pierre-André

      • Re-salut les amis. :-)

        Débat très intéressant, effectivement.

        Pierre-André, c’est vraiment cool de pouvoir en parler avec toi.

        Tu dis :

        Je ne sais pas si un jour je pourrai avoir autant de détachement face à une relation de laquelle j’attends qu’elle m’apporte une merveilleuse complicité.

        Il y a de nouveau un truc subtil, mais très important : « une relation de laquelle j’attends qu’elle m’apporte une merveilleuse complicité. »

        « Une relation de laquelle j’attends… »

        « Qu’elle m’apporte une merveilleuse complicité… »

        Tu attends…

        C’est la relation qui devrait t’apporter…

        Cela implique de nouveau un rôle passif.

        Ce n’est pas à toi d’attendre que. Ce n’est pas à la relation de t’apporter X ou Y.

        Sincèrement, sans vouloir me vanter : premièrement, j’ai une relation magnifique avec une énorme complicité. C’est tellement beau… Tellement simple…

        Deuxièmement, je n’utilise jamais un langage qui me met dans une position passive. Enfin, quand je dis « jamais », peut-être que je me trompe. En tout cas j’essaie de ne pas utiliser un langage pareil.

        Le fait de ne pas utiliser un tel langage et le fait d’avoir une relation magnifique, est-ce une coïncidence ? Non ! Est-ce que ces deux éléments ont un rapport ? Oui !

        Qu’est-ce que je veux dire par là ?

        Je veux de la complicité dans une relation ? C’est à moi de faire le premier pas ! C’est à moi de « déclencher » cette complicité ! Comment ? En étant à 100% honnête et ouvert avec l’autre. Pardon, en essayant, chaque instant, d’être honnête à 100%. Et en acceptant l’autre tout simplement.

        Autrement dit, je m’offre à l’autre. Je me propose. Si elle accepte, chouette. Si elle n’accepte pas, dommage.

        Je ne dirai jamais :

        une relation de laquelle j’attends qu’elle m’apporte une merveilleuse complicité.

        Par contre, je dirai :

        Tu me plais. J’ai des papillons dans le ventre. Tu m’excites. J’ai envie de toi.

        Elle :

        Ce n’est pas réciproque.

        Konsti :

        Je sais. Je l’ai ressenti… Je l’ai vu dans ton regard. Mais, cela ne change rien à mes sentiments pour toi. :-) Et sinon, ton boulot, comment ça se passe ?

        Je m’exprime. Je partage. C’est tout…

        Les « choses » intangibles comme la complicité, l’amour, le désir, etc. Je ne les cherches pas dans le monde extérieur. Je n’attends pas d’elle ou de la relation que… Non, je les partage ! Je les propose à l’autre en premier. De nouveau, si elle accepte, chouette. Si elle n’accepte pas, tant pis.

        Si je les partage en premier, alors ça veux dire que ces choses-là existent déjà en moi ! Je les ai déjà ! Et si l’autre n’accepte pas ma proposition, ben, ces choses-là continuent à exister en moi, puisqu’ils viennent de moi.

        Tant mieux pour toi si tu en es capable

        Je ne sais pas si j’en suis capable. Mais j’essaye continuellement.

        Et maintenant… Attache ta ceinture, Pierre-André :

        là où j’en suis avec ma vie, je n’en serais pas capable. Et je n’ai pas encore rencontré de femme qui serait aussi capable de vivre ce genre de relation.

        Tu n’en serais pas capable ET tu n’as pas encore rencontré de femme qui serait capable de vivre ce genre de relation… Ce n’est pas une coïncidence !

        Oui, on est responsable de sa réaction finale face à n’importe quelle situation mais la réaction initiale est tout de même provoquée par l’action de l’autre dans le cas de la jalousie.

        Je ne vois pas l’intérêt de faire la distinction entre « réaction finale » et « réaction initiale ».

        Dans n’importe quelle situation on a le choix ! On a le choix de donner un sens à la situation.

        Donc, je ne dirais pas que…

        la réaction initiale est tout de même provoquée par l’action de l’autre dans le cas de la jalousie.

        Car c’est de nouveau en mode passif ! « La réaction initiale EST PROVOQUÉE par l’action de l’autre (peu importe le cas : jalousie, joie, angoisse, colère…). » C’est une vision assez mécanique…

        Oui, nous sommes des animaux avec des instincts. Mais nous sommes AUSSI des humains. Nous avons TOUJOURS le choix ! Nous pouvons choisir l’attitude que l’on adopte vis-à-vis de la situation. Nous pouvons choisir le sens que l’on souhaite donner à cette situation.

        Donc, en ce qui me concerne, je ne dirais pas que « la réaction initiale est provoquée par l’action de l’autre ». Je préfère dire que « l’action de l’autre est une nouvelle occasion de faire un nouveau choix. » Quel choix ? Le choix suivant : « quel sens puis-je donner à ce qui vient de se passer ? Quelle est l’attitude la plus saine pour moi ET pour l’autre dans cette situation ? »

        De “victime”, il faut renverser la situation et prendre charge, mais je ne suis pas responsable des actes de l’autre; juste de ma façon d’y réagir.

        Tout à fait ! Tout à fait ! C’est aussi simple que ça. Il n’en faut pas plus…

        En ce moment, je ne suis pas certain qu’il ne s’agisse pas simplement de négation de ta part à partir d’une volonté d’être au dessus de tes pulsions et émotions.

        Très très bon argument. Oui, effectivement… C’est possible… C’est possible… Je ne sais pas. Peut-être que je me fais des illusions.

        En tout cas, ce que je sais, c’est que je n’ai jamais été aussi heureux de ma vie. Je souffre moins…

        J’ai moins souvent de pensées et d’émotions toxiques. Et quand j’en ai, elles sont moins intenses et de plus courte durée.

        De nouveau, peut-être que tu as raison… Peut-être que c’est une négation de ma part à partir d’une volonté d’être au dessus de mes pulsions et émotions. Mais même si tu as raison, le fait d’être plus heureux me suffit et alors peu importe que ce soit une négation ou un vrai détachement.

        C’est noble mais est-ce vraiment souhaitable pour l’équilibre d’un humain?

        De mon point de vue, oh que oui ! Oui, je le souhaite à tout le monde ! Car ça signifie justement PLUS d’équilibre, PLUS de paix intérieure, MOINS d’émotions et de pensées toxiques. Il faut être fou pour ne pas vouloir ça.

        Et combien d’humain vont jamais atteindre ce stade de développement si c’en est un?

        Je ne sais pas… En tout cas, ce que je peux faire c’est d’essayer d’améliorer ma qualité de vie. Non pas en accumulant des biens matériels, mais en me développant intérieurement : plus de joie, de bonheur, de compassion, d’empathie, d’amour et moins de pensées et d’émotions toxiques.

        Est-ce qu’une société peut vraiment fonctionner si chacun arrive avec ses propres règles?

        Premièrement, c’est une question assez vague et large. Je ne peux donc pas te répondre… Car je ne vois pas exactement ce que tu veux dire.

        Deuxièmement, je ne trouve pas que notre société fonctionne de manière très saine. Notre société accorde beaucoup trop d’importance au statut, au fric, au matériel ! Et beaucoup trop peu au… bonheur.

        Tu sais qu’aux États-Unis depuis les années 60 la prospérité a quadruplé ? 4x plus de fric. Une maison 4x plus grande. Plus de luxe. Plus de confort. Et notre société n’est pas si différente que celle des États-Unis. Donc, je me permets d’en déduire que cette statistique est également (plus ou moins) valable pour notre société.

        Et tu sais quoi ? Malgré cette hausse de 400%, le niveau de bien-être a baissé légèrement ! Oui, on a beaucoup plus de « trucs » et on est moins heureux.

        • Hugues

          Salut,

          Konsti à raison, action honneté, agir sans peur d’être rejeter.

          Pierre-Andre. Depuis cette semaine, je suis en accord avec ta recherche de l’Amour.

          Je suis avec cette femme de 48 ans. J’en parle ailleurs sur le site.

          A chaque rencontre nos sentiments, notre complicité grandit. Je ressens des « choses » en moi que je ne connaissais pas. Je me sens responsable. Je me sens « Homme ».

          Sa présence m’accompagne partout, pas besion d’y penser, c’est là en moi!

          La sexualité est devenue une communion.

          Nous sommes un, je suis deux.

          Je te souhaite de TOUT coeur de connaitre cela! Alors ressens maintenant, oui maintenant, cet amour en toi pour l’ATTIRER et observe les signes que t’envois la Vie et surtout réponds y et remercie cette « Vie » maintenant, ça s’est passé ainsi pour moi. Mon amour pour elle, existait en moi alors que j’étais seul mais il n’avait pas de visage. J’étais déjà heureux, accompli!

          • Pierre-André

            Merci, Hugues, pour ton souhait.

            Même à 56 ans, après avoir élevé deux familles, aider une anorexique à se sortir complètement de son malheur, avoir aidé quantité de jeunes à devenir des vrais hommes, j’aspire encore fortement à revivre le genre de relation que tu décris. Tes mots résonnent en moi très forts car j’ai vécu 9 superbes années avec une femme avec laquelle j’ai eu le bonheur de connaitre cette félicité. Neuf belles années à être amis, amants et amoureux fous l’un de l’autre. Dans les cours de sexologie que j’ai suivi en massothérapie, j’y ai appris que seulement 3% des gens auront vécu ça dans leur vie. Bienvenu dans les chanceux et souhaitons aux autres qu’ils comprennent ce que ça prend pour y arriver. Ça vaut toutes les remises en questions que ça peut avoir demandé; je suis convaincu que tu es d’accord.

            Comme tu le dis, on y découvre ce que veut vraiment dire être un homme dans toute sa splendeur. Un qui comprend tout le charme et le charisme qu’il peut réellement avoir sans avoir à jouer de game, naturellement.

            Et, tiens donc, pas une once de jalousie pendant tout ce temps!

            Et pour ceux qui s’inquièterait de mon sort, en ce moment, même sans femme dans ma vie, je transpire assez le bonheur pour qu’on m’interpelle dans la rue avec des phrases comme: « What a happy man » (Montréal est à 50% anglophone) et ce, même si je n’ai pas le sourire fendu jusqu’aux oreilles et que je ne siffle pas l’Hymne à la joie.

            Le bonheur est une condition intérieure et j’ai envie de le multiplier avec une femme qui aura la même vision d’une relation amoureuse que moi.

            Je serai toujours sur le chemin qui permet de grandir intérieurement car, trop longtemps, la société a réussi à me faire prendre du sucre pour un nectar délicieux. Maintenant que je sais qu’il est cancérigène et qu’il existe bien meilleur à qui veut bien se donner la peine de chercher, je ne retournerai sûrement pas me contenter de faussetés toutes faites comme la société sait nous les présenter.

            Personnellement, je crois que j’ai capté ce que Konsti avait à m’apporter. Je vais donc passer à autres choses.

            Merci Konsti pour tes enseignements sur la croissance personnelle. Il est cependant des choses que seule l’expérience peut apprendre, comme jusqu’à quel point un être humain change INÉVITABLEMENT lorsqu’il devient parent, que toute sa vision de la vie, des relations hommes-femmes, de sa propre relation au travail et à la société se réajuste à ce moment parce que ses instincts lui dictent de prendre ses responsabilités et que les priorités ne peuvent plus se confondre avec le ‘fun ». C’est un peu pour ça que j’ai un peu de difficulté avec les coachs qui n’ont pas encore accompli la quête la plus importante de leur vie: assure la continuité de leurs gènes… On ne peut malheureusement pas savoir ce que ça veut dire avant de l’avoir vécu.

            Bonne route à tous et ne vous arrêtez pas en chemin, vous allez manquer le plus beau!

            • Hugues

              Tu as connu l’Amour.

              Il est en toi.

              Ressens le intensément en toi , pas besoin de lui donner un visage de femme.

              Si tu ressens intensément en toi cet Amour pour le merle qui chante le matin, le chat qui traverse la rue, cette femme pas jolie trop maquillée …etc. Tu rayonnera l’Amour. Des femmes y seront sensible.

              Soit présent et attentif à ce que tu ressens.

              Elle n’est pas ton genre mais un chaleur apparait en toi. C’est elle!

              J’ai rencontré une femme. elle a des rides, le corps meurtri par 4 accouchements. Ne se maquille pas, je n’aime pas comme elle s’habille. Pourtant quelque « chose » me disait  » vas lui parler, insiste »

              je lui ai parler, elle m’a métamorphosé. Nous échangeons un amour au delà des mots.

              Je me répète, tu reçois l’amour que tu donnes.

              Soyez TOUS heureux

              • Bam !!!

                Magnifique, Hugues… Magnifique !

                Du Grand Art !

      • Hugues

        Salut Pierre-André,

        Je comprends tes doutes.

        Le problème est que tu raisonnes le problème, la situation.

        Ce dont je parle échappe à la notion de concept, la négation en est un.

        En physique quantique un atome peut être soit une particule (matiere) ou une onde (energie), cela dépend seulement de l’observateur. Pour les pensées c’est pareil.

        Plus bas je te raconterai brievement une rencontre qui a bouleversé ma vie. Je suis avec une femme que j’aime, au sens que tu le décris si bien. Je connais des sentiments nouveaux, presque trop intense.

        J’observe l’onde

        Cette femme n’est plus toute jeune, ridée. Il y a tant de femme à butiner. je commence seulement à savoir séduire.Elle ne correspond pas à mon idéal physique de femme. Je sens coincé, piégé et je veux être libre de baiser qui je veux, mais elle ne supporte pas l’infidelité.

        J’observe la particule.

        Que choisis tu d’observer? oui tu as le choix!

        Pour la jalousie c’est pareil, ce n’est ni bien, ni mauvais. Tu as juste le choix d’en soufrir ou non.

        Je te considère comme quelqu’un de sensible et juste. Je ressens en toi un réel potentiel d’Amour, tu le mérites.

        Alors tu as le choix. Suivre ou non les sensations qui te rendent heureux sans te soucier de négation des émotions, ça ne veut rien dire! C’est juste une émotion que tu peux refuser de suivre. Ne pense plus ressens!

        Excuse moi de ne pouvoir être plus précis car je vis dans une dimension ou les mots sont bancals, inadaptés. Il y a ce que je choisis de ressentir, par des pensées profondes d’amour, de compassions. Comme le soleil réchauffe tout le monde, je souhaite à tous ce bonheur.

        Quand tu sentiras l’émerveillement à regarder une fleur de pissenlit, tu sauras que tu as réussi, en ce sens que ton amour en toi ne pourra que grandir au point d’être merveilleusement dérangeant.

        Peu importe que tu penses que je suis fou, c’est ce que je vis.

        Je pourrais ecrire 2000 lignes sur cette relation, ça serait beau et inutile car ça se vit!

        Si elle me quitte, me trompe. Le concept de jalousie (particule) ne sera pas. nous nous quitterons, la remercierais de m’avoir fait vivre cela et lui souhaiterait de tout mon coeur de rencontrer l’homme de sa vie.

        Ressens cet amour en toi maintenant pour la fleur de pissenlit. inutile d’attendre que… Cet amour est en toi sans visage. Et la meilleure façon de lui en donner un est de le vivre, de le sentir maintenant SANS raison, sans objet.

        Je lui ai dit « je t’aimais avant de te rencontrer » et elle a compris ce que je voulais dire. Elle l’a compris car elle m’a dit avoir senti l’amour en moi quand je l’ai abordée, ça ne s’explique pas. Ne cherche aucun concept, aucun mot pour expliquer cela. L’amour que tu ressens, sans objet, est communicatif. Fait lui confiance!

        Je ne cherche à convaincre personne Je ne fais que relater ce que j’ai vécu dans l’espoir que tout le monde le connaisse.

        N’hésite pas à me demander des éclaircissements.

        Pierre-André le concept de la jalousie n’exsiste pas. vit l’amour au présent et remercie la Vie d’avoir connu ce moment.

  • Pierre-André

    Salut Konsti

    Comme massothérapeute, j’ai vu plein de gens (pour ne pas dire tout le monde) qui se contaient des histoires sur leur vie et ce qu’ils faisaient de la réalité; ils croyaient tous (et j’en fait aussi sûrement partie à mes heures) que leur réponses les rendaient plus heureux. Jusqu’au jour où tous leurs beaux mensonges craquent et que rien ne va plus dans leur corps…

    Quand je masse ces personnes, je perçois parfaitement les blocages corporels qu’ils sont obligés de se fabriquer pour maintenir leur structure car toutes nos pensées aboutissent dans notre corps sous une forme ou une autre. Quand je traverserai en Europe (je vis au Québec), j’irai valider que tes pensées ne te causent pas des blocages qui pourraient détruire graduellement ta santé. lol

    L’être humain a en lui le besoin de fonctionner en groupe. C’est un besoin aussi important que de manger et c’est pour ça qu’on continue à fonctionner ainsi même si nos sociétés sont presque disfonctionnelles en regard des autres besoins qu’on peut avoir. C’est parce qu’on peut avoir tendance à l’oublier que je ramène ce truc dans la discussion.

    Les humains s’inventent toutes sortes de façons d’organiser la vie du groupe pour que ça puisse tant bien que mal fonctionner et on est souvent prêt, comme individus, à accepter des choses innacceptables pour bénéficier de la sécurité que cela nous apporte. Et, comme tu le sais, la sécurité, c’est le besoin le plus important dans l’échelle des besoins humains.

    Quand je dis « de laquelle j’attends », ça ne veux surtout pas dire que je suis en attente, inactif. Attendre dans le sens de souhaiter. Et, évidemment, si je le souhaite autant que je le dis, je suis le premier à y travailler. Je n’aime pas quand tu prends mes mots et que tu en changes le sens pour me faire dire des choses que je ne dis pas. Pour moi, c’est de la malhonnêté intellectuelle. Tu voulais de l’honnêteté, en voilà.

    Je suis d’accord que la franchise est défénitivement le meilleur moyen de construire la complicité que je recherche. Je ne peux garantir que la mienne, évidemment, et je dois vivre avec ça.

    Je pourrais me lancer dans de grandes explications sur la perception par rapport à la réalité mais je n’ai pas le temps d’écrire un livre sur le sujet ici. Saches seulement que je suis parfaitement conscient que 99,9% des gens se mentent continuellement à eux-mêmes et, conséquemment, aux autres. L’honnêteté demande une lucidité et un courage que très peu de gens ont. Et la société ne veut surtout pas qu’on cultive ces qualités puisqu’elle vit de leur manque!

    J’en aurais très long à dire mais je dois m’arrêter ici. J’ai du travail à faire. Juste une petite statistique dont il faut prendre conscience: les femmes qui auront eu plusieurs amants voient le risque d’avoir un cancer du col de l’utérus multiplié par 6! Ça, ce n’est pas la joie….

    Désolé d’arrêter ça ici; je ne suis pas subventionné pour faire la recherche de la grande vérité des humains.

    Bonne route et merci pour la quantité de concepts très éclairants sur le développement personnel que tu véhicules ici.

    Pierre-André

    • Ooooooopssss, Pierre-André… Je viens de me rendre compte que j’ai eu on ton trop paternaliste dans mon commentaire précédent. Je m’excuse sincèrement.

    • Freshstart

      Moi, je préfère me construire un monde dans lequel je suis le plus heureux des hommes, plutôt qu’être cynique et désabusé sur la réalité des choses. Effectivement, nous avons ce choix d’être heureux ou pas à chaque instant.

      J’ai des amis qui passent leur temps à broyer du noir sur ce monde complètement fou et pourri par l’argent et l’individualisme.
      Comment dire qu’ils ont tort? Objectivement, ils ont raison : il ya tellement de choses qui ne tournent pas rond ici bas…

      Pour autant, vais-je me priver d’être heureux et de de faire le maximum pour contaminer mon entourage?

      S’ils faut se mentir sur certaines choses pour se sentir bien dans notre corps et esprit, alors mentons-nous!

      La vie est trop courte pour souffrir. C’est d’un banal affligeant cette maxime, mais c’est tout ce qu’il y a de plus vrai.
      Le plus important c’est notre bonheur intérieur, qui n’a effectivement rien à voir avec les éléments externes.

      A attendre, désirer, espérer trop de la vie, on s’autodétruit.

      C’est un sujet passionnant que j’aimerais développer…mais je dois aller taffer!!

      A +

      Freshstart.

  • Zéïzie

    Coucouuuuuuuu c’est moiiiiiii

    LA femme de Konsti. Du moment. (et depuis un moment ;) )
    J’ai eu le message, Hugues ;)
    Je suis là, posez-moi des questions si vous voulez!

    En attendant, je ne peux qu’acquiescer avec le(s) commentaire(s) de Konsti…

    • Federico

      Hello Zéïzie !

      Ma femme est jalouse, aurais-tu des conseils différents ou complémentaires de ceux de Konsti ?

      Merci!
      Bises,
      Federico

      • Zéïzie

        Hello Federico !

        Tu veux des conseils pour toi ou pour ta copine ?

        Y’a plein de « détails » qui sont importants : depuis combien de temps êtes-vous ensemble, y a-t-il du respect mutuel, est-ce « sérieux » ou pas, etc. ?

        Donne plus de précisions ou envoie un mail à Konsti à mon attention si tu veux pas donner les détails ici. ;-)

  • cedric

    pas mal j’essaie et je te prévient de la tournure des choses

  • carlito

    Je ne peux que dire merci konsti pour tes articles geniaux. Encore un qui m’aide a etre meilleur… vraiment tres bon.

  • Freshstart

    Putain, c’est dingue comme ce blog prend une autre dimension depuis quelques temps! Tu avais vu juste ami Hugues.

    Au delà de la simple drague on peut jouir de conversations et de débats intenses où chacun d’entre nous vient avec ce qu’il est réellement, posant ses tripes sur la table. En s’ouvrant à tous les lecteurs et passionnés de femmes, vous êtes authentiques. Ça fait plaisir. Chers Konsti, Hugues, Pierre-André, chapeau messieurs!

    Hugues, je te félicite pour ta belle histoire. J’ai lu tes dernières lignes sur l’amour avec le gros smile. Et du coup je me sent un peu con d’avoir jugé ce début d’histoire trop vite. Mes respects Hugues et j’espère que ça pourra durer aussi longtemps que tu le souhaites…

    Pour ma part, je vis aussi une belle idylle depuis près de deux mois.

    Ma nana tolère pour l’instant mes éventuelles errances, même si j’ai bien calmé le jeu ces derniers jours. Elle m’a dit dans un mail qu’elle m’attendrait toute sa vie. C’est magnifique, non?

    Et malgré tout…

    Je me trouve un peu dans ce fameux conflit drague/histoire sérieuse que vous évoquiez il n’y a pas si longtemps.
    Comme tu l’as écrit Hugues, je suis un tout jeune séducteur. Ça ne fait pas si longtemps que j’ai cette liberté en moi de draguer et m’en foutre.

    La solution se trouve peut-être dans le texte très inspirant et idéaliste de Konsti?

    Je vous dis à toi et ton amie que je suis content pour vous si vous pouvez vraiment vous sentir comme ça tous les deux.

    Histoire longue ou plein de nanas? J’ai un peu de mal à faire les deux en ce moment. Cela mobilise beaucoup d’attention, d’énergie et de temps. De pensées aussi.

    Même si ma femme veut m’attendre, je sent bien qu’un jour ou l’autre il me faudra prendre une décision et me ranger, comme on dit. J’avais fait du célibat et de la drague mon choix de vie. Et là je pose à nouveau des questions.

    Alors que je m’envisageais célibataire pour quelques temps, de beaux sentiments me sont tombés dessus. Et je passe déjà beaucoup (trop?) de temps avec elle.

    Cette phrase débile : « c’est toujours au moment où l’on si attend le moins que ça nous tombe dessus ». Débile mais vraie la plupart du temps.

    J’ai cette impression qu’on ne contrôle pas grand-chose de ce qui nous arrive dans cette vie.

    Le mieux est peut-être de laisser aller et prendre tout ce qui se passe comme cela est. L’accepter et le vivre en toute sérénité et confiance.

    Je vais donc me laisser porter par le flot de la vie. Si j’ai de belles opportunités de séduire je les accepterai car malgré tout c’est en moi. J’aime plaire. J’aime les femmes et j’ai besoin d’elles.

    Je vais continuer à aimer, à draguer quand j’en ai envie, à écrire et à kiffer la vie quoiqu’il arrive.

    Comme je l’aurait dit à Evelyn Tomas dans une émission française, c’est mon choix.
    Je l’assume.

    Je crois aussi que l’honnêteté paye. Au début d’une relation, si tu dis ce que tu es à ta partenaire, elle sera plus facilement encline à t’accepter comme tu es. Avec tes qualités qui la font vibrer. Avec tes défauts (séducteur un peu volage!) aussi.

    Les relations sincères sont toujours les plus belles. Je vous rejoins Konsti et Hugues. J’ai fait le choix de la sincérité avec les dernières nanas que j’ai connues. Presque toutes m’ont accepté tel que je suis.

    En tout cas, ça passe toujours mieux que de bluffer la fille sur tes sentiments et t’amuser dans son dos!

    Sur la jalousie. A partir du moment où l’on fait ce que l’on veut dans une relation, il faut évidemment accepter que ça soit pareil pour l’autre.

    C’est là que le bas peut blesser et il faut trouver un accord dès les prémices de la relation. Ou tout libre ou pas du tout.

    Et si vous êtes libres tous le deux dans votre couple, pousseriez-vous la sincérité jusqu’à tout vous raconter, même vos petites escapades?!

    Pour ma part, c’est plutôt non. Je n’aimerais pas blesser gratuitement, ni prendre le risque d’être atteint par un écart de la demoiselle.

    En y réfléchissant bien, si mon ex crache dans les sandwiches qu’elle me vend tous les midis, je préfère ne pas le savoir :-)

    Je crois qu’il faut se mettre des limites tout de suite dans un couple. Accepter les aventures de l’autre? Tout se dire ou garder un droit de réserve sur nos errances?
    Ou alors…fidélité totale et consentie des deux côtés. Fidélité respectée!

    Ça me fait penser que j’ai écrit un article sur les bases d’une belle histoire.
    Si bases il peut y avoir…

    La vie est tellement imprévisible…

    Freshstart

    • Hugues

      Félicitations Freshstart,

      Je me suis rendu compte que l’esprit humain est hermetique.

      Quand tu es dans un état d’esprit, tout autre état d’esprit te semble étranger, hors de portée.

      Ce que j’ai écrit hier sur l’amour était, qui j’étais à ce moment.

      Je ne suis pas différent. Les doutes d’être avec elle fidele pour ne pas la faire souffrir VS continuer à butiner, à chercher « mieux » seront toujours en moi.

      Comme je te l’ai dit, c’est uniquement ta position d’observateur qui détermine ta vision de la vie.

      Aujourd’hui pour une raison X, je peux basculer d’un coté à l’autre ou découvrir un nouveau coté, comme j’ai découvert de nouveaux sentiments.

      La frontiere entre ressentir la plenitude avec elle ou l’angoisse de me limiter par rapport aux autres femmes n’exite pas. Les deux sont en moi.

      Il y a pourtant une bonne nouvelle.

      Ces dualités n’existent que dans le mental, dans ta petite voix dans la tête, qui peut te faire croire une chose et son opposé l’instant d’apres.

      C’est pour cela qu’il « faut » (devoir est un concept mental) te connecter à cette partie de toi qui ne pense pas. Laisse ta vie te guider par ton moi intérieur qui se manifeste simplement par le fait que tu te sentes bien ou non. C’est l’unique sagesse.

      Comment savoir si tu es « connecté »?

      C’est très simple c’est quand tu ne poseras plus cette question.

      Le problème est que cet état est au dela du langage. Comment veux tu que je te fasse connaitre le goût d’un aliment que tu ne connais pas par des mots? « Ca ressemble à ça »  » c’est sucré », nous voila bien avancé :) Quand tu l’auras mangé tu diras « Oui, c’est ça »

      Le meilleurs moyens serait que l’on se rencontre IRL. Etre là tous (avec nos aimées), ne rien dire et tout serait plus compréhensible qu’avec 10 000 mots. Mais même les emotions que nous aurions, seraient passageres, rien ne dure.

      Tes doutes sont aussi les miens, mais il existe en nous un état béni où la notion même de doute n’existe pas.

      J’ai connu cet émerveillement (encore un mot qui ne fait que se rapproché de ce que je veux partager avec vous). Comme tout, il est impermanent, tes doutes reviendront. C’est pour ça que le moment présent est si important, si merveilleux (encore des mots qui ne veulent rien dire quand tu connais « l’éveil »).

      Reste vigilant et considére toutes tes questions, tous tes doutes comme une manisfestation de l’égo, avec détachement. Ne cherche pas de réponses, il n’y en a pas, la vérité est ailleurs!

      Encore une fois, je regrette de ne pas pouvoir être plus clair.

      Il y a en vous un univers sans dualité, sans futur, sans passé. Un univers qui vous prend aux tripes. Ca ne concerne pas que l’amour pour une femme, ça concerne l’univers (merde! encore un mot qui n’a pas lieu d’être dans cet état)

      Pensez ce que vous voulez de cela. Je ne cherche pas à convaicre qui que se soit, simplement j’ai connu « ça ».

      Voici une phrase, pour moi elle est plus importante et signifiative que tout ce que j’ai pu écrire. J’aimerai avoir votre perception de celle-ci.

      J’entends le merle chanter et plus rien n’a d’importance.

      • Hugues

        Une autre piste pour vous faire ressentir ce que je souhaite partager avec vous tous.

        Cette femme de 48 ans a eu une vie exceptionnelle et souvent chaotique. Je ne me lasse pas de l’écouter.

        4 mariages, elle a été trompée, elle a trompé. Eu des enfants.

        Elle a même épousé un mafieux. Un vrai, à la GTA, un Niko Bellik. Elle a été témoin de execution par balle d’un ami à son mari (ça m’a fait penser à l’affaire Hammers)

        Elle me dit « avant j’étais belle (pour moi elle l’est toujours). Je jouais avec les hommes, refusais leur avance par caprice, me donnais pour le plaisir. Je me foutais de leur faire de la peine »

        Elle a fait du culturisme.

        Puis elle s’est tournée vers la spiritualité (ce que nous appelons devellopement personnel) et à découvert l’éveil.

        Elle se présente au monde comme elle est, sans artifice. Elle ne voulait plus être draguée, attirer la convoitise. D’ailleurs elle ne voulait plus rien, elle connaissait le vrai bonheur. L’amour pour toutes les créature. Ressentir une émotion intense et indescriptible à voir un levé de soleil.

        Puis je suis arrivé dans sa vie.

        Ca l’a profondemment perturbée. Elle m’a dit qu’elle avait eu tout de suite une attirance incroyable pour moi. Mais elle avait peur.

        De part la loi du retour (c’est ainsi qu’elle nomme la loi de l’attraction). Elle avait peur que je sois celui qui lui fasse « payer » ce qu’elle a fait à tous ces hommes qui ont souffert à cause d’elle, par elle.

        C’est une femme excessivement charnel, physique, érotique, pornographique. L’attirance à été plus forte.

        Elle voulait que nous fassions l’amour, sentir que nous ne fassions qu’un.

        Souriante jusque dans les yeux, elle m’a dit.

        « Je suis en paix, je peux mourir »

  • gabilly

    Mon amie a commencé un travail, en ce moment elle est en formation. Son responsable l’a rencontrée au mois d’aout et lors de la semaine de formation il lui a dit qu’il est tombé amoureux d’elle.

    Elle a essayé de lui faire comprendre que ce n’était pas possible, car il ne l’a connaissait pas, mais apparemment il ne lâche pas l’affaire et lui a rétorqué : « Je sais être patient. »

    Il passe son temps à vouloir la prendre dans ses bras et il lui a dit « Je t’aime » un soir où ils sont sortis entre collègues.

    Il va même jusqu’à aller la voir dans sa chambre d’hôtel et s’allonger sur son lit… Elle me raconte tout en me disant qu’elle m’aime moi et que je n’ai pas à m’en faire, mais je ne suis pas rassuré pour autant, car en plus de ça elle adore passer du temps avec et ne veut pas le blesser.

    Je lui ai demandé si elle se serait laissée aller si je n’étais pas dans sa vie. Elle m’a répondue oui… Je ne sais plus quoi faire et j’angoisse de la perdre.

    • Salut Gabily,

      merci pour ton commentaire. Aie, aie, aie… Je sais parfaitement comment tu te sens.

      C’est l’enfer !

      La bonne nouvelle : elle t’en a parlé ouvertement. C’est un signe de confiance. Elle aurait très bien pu te mentir… Elle ne l’a pas fait. Enfin, je corrige : elle semble ne pas l’avoir fait. On ne sait jamais…

      La mauvaise nouvelle : tu n’as pas la certitude qu’elle te dise la vérité à 100%. Cette certitude tu ne l’auras JAMAIS ! Tu ne peux qu’accepter cette éventualité.

      Encore une mauvaise nouvelle : il se peut qu’elle craque. Je dis bien « il se peut ». Je ne dis pas qu’elle craquera, je dis qu’il se peut… MAIS ! Plus elle le voit, plus ça devient probable.

      Elle dit elle-même qu’elle adore passer du temps avec lui… Euh… Ok… Pourquoi ? Parce qu’il est sympa ? Non ! Parce qu’il la flatte… Parce que ça lui fait de l’effet… Elle joue avec le feu…

      Elle dit qu’elle ne veut pas le blesser… Ah bon ? C’est gentil de sa part. Très gentil… « Hem, hem, hem ! » Et toi alors ? Ah oui, toi tu n’as pas à t’en faire… :-s :-s

      Il est temps d’avoir une conversation claire, précise et très ouverte avec elle.

      Tu dois lui dire exactement ce qui te fait peur, ce que tu ressens, ce que tu veux et ce que tu comptes faire.

      Si tu lui interdis de le voir, alors tu cours le risque qu’elle le fasse derrière ton dos et qu’elle commence à te mentir.

      Si tu lui laisses la liberté de continuer, alors tu devras assumer…

      Attention ! Mon but n’est pas de te faire peur, mais bien de parcourir quelques options. Je dis bien OPTIONS ! Et tu dois garder ces options en tête…

      Et pour finir, n’oublie pas que C’EST TOI la personne la plus importante ! Si tu souffres trop — ça peut sembler cru, alors tu prends tes valises et tu te casses.

      Faire comprendre à une femme que tu n’as peur de la perdre, ou plutôt que tu acceptes l’éventualité de la perdre et qu’il ne t’en faut pas beaucoup pour partir, est un moyen très puissant pour la garder.

      Pour résumer…

      Premièrement, tu acceptes cette situation (tu ne peux autrement, puisque le flirt entre ta copine et le mec est un fait). Attention ! Je ne dis pas que tu dois te soumettre. Je dis que tu dois accepter cette situation pour toi-même. Tu ne la refoules pas, tu ne la minimises pas, tu n’essaies pas de l’oublier. Non, tu l’acceptes :

      Ok, ce qui se passe entre ma copine et ce mec est un fait. Ont-ils baisés ? Peut-être que oui, peut-être que non. Je ne sais pas. Je n’en suis pas sûr. C’est une éventualité.

      Est-ce qu’ils vont baiser ? Peut-être que oui, peut-être que non. Est-ce qu’elle a des sentiments pour ce mec ? Peut-être que oui, peut-être que non…

      J’accepte le fait de ne pas avoir ces certitudes. Peut-être qu’un jour ces certitudes, je les aurais. Mais ce n’est pas sûr… Je suis jaloux. C’est comme ça. À moi de choisir une position. À moi de choisir le comportement à adopter.

      Deuxièmement, tu parles clairement avec elle pour en savoir plus, pour partager ce que tu ressens et pour l’informer sur ta position.

      Troisièmement, tu te prépares mentalement pour le pire… Tu te prépares mentalement pour… partir, s’il le faut.

      • Pierre-André

        Salut Konsti

        Se pourrait-il que la jeune femme se soit laissé entraînée dans cette histoire parce que notre ami Gabily n’a pu lui fournir l’environnement relationnel dont elle aurait réellement besoin? C’est une supposition mais les mecs, on a souvent tendance à s’assoir sur une relation comme si elle était acquise: plus aucune surprise, pas non plus de challenge, toutes ces attitudes qui avaient séduit la jeune femme seraient parties quand elle est entrée…

        DiAngelo dit que, pour garder sa copine, on doit la garder sur la pointe des pieds. Pas seulement avec les surprises mais en jouant un peu les séducteurs avec d’autres femmes en sa présence; si son esprit est occupé à nous surveiller, elle n’est pas disponible pour voir les entourloupettes d’un autre gars. Ton expérience confirme/infirme-t-elle cette assertion?

        Si c’est le cas, Gabily pourrait décider d’aller faire la cour à une autre femme, peut-être une connaissance, en le laissant savoir à sa copine actuelle. Il doit cependant le faire pour vrai et assumer les risques.

        Personnellement, je trouve que ça fait une vie pas mal compliquée. Avec juste une à vivre….. Et puis, il y a 3 1/2 milliards de femmes sur la Terre!

        Ça confirme que l’amour le plus fort qu’on puisse avoir doit être pour soi-même; quand c’est le cas, on n’accepte pas d’être placé dans ces situations par une autre personne. En tous les cas, c’est ce que je crois mais je peux me tromper!

        Pierre-André

  • Fabio

    Salut, oui je trouve juste ce que je viens de lire, mais c’est quand-même dur de le réaliser. Maintenant je laisse ma copine parler à d’autres mecs, je la laisse s’amuser, tandis que moi je fait pareil.

    Mais bon, parfois il y a des limites. La jalousie s’accumule. En jour ça pourrait exploser et je ne veux pas que ça m’arrive. Et du coup je ne sais pas quoi faire.

  • Zéïzie

    Coucou Fabio,

    Salut, oui je trouve juste ce que je viens de lire, mais c’est quand-même dur de le réaliser. Maintenant je laisse ma copine parler à d’autres mecs, je la laisse s’amuser, tandis que moi je fait pareil.

    Mais bon, parfois il y a des limites. La jalousie s’accumule. En jour ça pourrait exploser et je ne veux pas que ça m’arrive. Et du coup je ne sais pas quoi faire.

    « Des limites » = tes limites ? Elle est au courant qu’il y a « des limites », ta copine ? S’il y a des limites et que vous êtes tous les 2 d’accord de 1. qu’il y en ait, de 2. de les respecter, l’explosion dont tu parles n’a pas lieu d’être me semble-t-il…

    Si ce sont TES limites mais que vous n’en parlez pas, tu penses qu’elle lit dans tes pensées ? Parlez-en !

    Et elle, elle en dit quoi de tout ça, au fait ? Un des meilleurs moyens pour éviter l’accumulation de jalousie (frustration, sentiments négatifs,…) est d’en parler, et ce RAPIDEMENT !

    Pas attendre, pas se dire « c’est pas grave, ça va passer » parce que ça va effectivement passer, mais au prochain faux-pas, HOP, ça revient sur le tapis, parfois en plus d’autres choses accumulées mais non dites… (= comportement typiquement féminin à ce qu’il paraît ;-) )

    Et ça :

    C’est une supposition mais les mecs, on a souvent tendance à s’assoir sur une relation comme si elle était acquise.

    de Pierre-André, c’est ON NE PEUT PLUS VRAI ! Mais bon, il faut quand même être depuis un certain temps ensemble hein… Et la suite c’est : et puis un jour… la femme se barre et l’homme n’aura rien compris. :-)

    Dans ma relation longue durée idéale (utopique…), le comportement, mais surtout les petites attentions (et le désir) seraient les mêmes qu’aux prémices de la relation. :-)

    D’un point de vue biologique et par expérience, je sais que cela n’existe pas… Mais on peut essayer de faire au mieux, la première chose si on veut construire un couple basé sur l’amour et la confiance étant de PARLER, d’exprimer ses désirs et ses besoins à son/sa compagne.

    • Hugues

      Salut à tous,

      Zéïzie je te cite:

      D’un point de vue biologique et par expérience, je sais que cela n’existe pas.

      Ça dépend du niveau de la relation.

      Voici une vidéo, peut être compliquée, mais que je ressens pertinente dans la relation de couple que je vis. Version texte.

      J’attends vos commentaires ou questions.

      ++

  • ishaga

    salut encore konsti!

    pour une fois je suis pas d’accord avec toi;alors pas du tout.

    Ressentir de la jalousie c’est normal meme si tu me demandes de la combattre(ce qui suppose qu’elle est quand meme).

    Maintenant la laisser s’amuser avec un autre ou d’autres pour lui prouver que (ca me derange pas,ou je suis un alpha)alors qu’au fond je ne le veux pas,ca s’apel tout simplement du theatre et je suis pas un acteur.oui elle peut tailler une dizaine de bites,oui elle peut baiser,oui la relation peut se terminer ou va se terminer tant que je ne le vois ou ne le sais pas it is ok!

    Mais la regarder s’amuser devant moi avec un autre en restan zen ou indifferent veut dire qu’elle compte tout simplement pas pour moi.sinon je peux pas laisser celle que j’aime vraiment entre les mains des autres.(quitte a passer pour un jaloux hysterique ou je sais pas quoi ou possessif)..

    • Relis l’article très attentivement. J’ai l’impression que tu n’as pas bien (voire pas du tout) compris ce dont je parle.

  • benedetti

    Bonjour et merci pour ces quelques conseils judicieux.

    Cela fait 20 ans que ma compagne et moi vivons ensemble (nous avons la quarantaine).

    Depuis environ trois années, je sentais qu’elle n’allait pas très bien (un peu triste) et donc en parlant tranquillement, nous en sommes venus à la conclusion que nous avions besoin de vivre d’autres expériences, toucher d’autres corps …

    Le  »problème » c’est que lorsque je la sens en  »super » feeling avec un gars, si moi je ne suis pas de mon côté avec une autre fille dans un état d’esprit similaire, et bien je ne vois plus que eux deux, et je n’arrive pas à me contrôler, il faut que j’aille les voir.
    La dernière fois elle est sortie avec le gars dehors et moi j’ai imaginé le pire, je ne suis pourtant pas allé pour voir.

    Plus tard, elle m’a dit que oui, elle aurait aimé couché avec lui et lui aussi, mais m’a présence étant lorsqu’il lui a proposé elle a refusé de le suivre dans sa voiture.

    Voilà, au lieu d’être heureux de cela et bien je lui en ai voulu d’avoir eu envie de faire l’amour avec lui, je sais que c’est ridicule, je voudrais vraiment être heureux ou détaché pour elle.

    Après j’intellectualise, nous en parlons, je me trouve ridicule (j’ai honte).

    Je ne comprend pas ce sentiment contradictoire.

    Le lendemain, j’ai longuement parlé avec son séducteur et il m’a dit que pour ce à quoi nous tendions était de la  »magie noir » que nous étions pur et qu’ il fallait accepter de souffrir, que la solution était de trouver un plaisir (pervers) dans cette souffrance.

    Si nous faisons l’amour à quatre je ne ressens pas de jalousie, nous partageons, je trouve cela beau, je crois qu’elle a besoin d’un jardin privée pour s’épanouir et qu’il
    m’est difficile de l’accepter car je me sens rejeté, j’ai l’impression qu »elle ne m’aime plus !

    Bon j’arrête pour aujourd’hui, et merci de me lire .

    Amicalement

    Nicolas

  • Laurent

    Salut konsti!
    Je voudrai répondre à ishaga:

    Je suis d’accord avec toi sur certain point mais pas sur d’autres;tout d’abord,je pense aussi que la jalousie est naturelle dans un couple,je n’imagine pas aimer une fille sans éprouver un sentiment de jalousie à son égard,ensuite je suis d’accord avec Konski en ce qui concerne le fait de la canaliser;cela n’amène que des mauvaises choses de la laisser s’exprimer trop fortement.

    Laisser s’amuser sa copine et la laisser coucher avec un autre est pour moi tout à fait différent;je m’explique:cela me paraît normal de laisser ma copine parler et même draguer ou se laisser draguer par un autre que moi,cela donne confiance en soit et certaine personne en ont besoin,question d’amour propre mais de la à coucher avec lui,c’est un autre histoire(cela dépend de la façon que l’on a définit la relation avec sa compagne),
    On en revient aux limites fixés au préalable entre les 2 conjoints et si elle ne sont pas fixés,il vaux mieux régler le problème et en parler au plus vite si l’on ne veux pas que la relation dérape.

    Je pense que tout le monde s’est,au moins une fois,laissé allé au jeu de la séduction sans forcément aller plus loin,cela n’a rien de forcement mauvais dans un couple je pense.Je suis très fidèle mais cela me fait toujours plaisir de voir que je plait à d’autre filles que ma copine sans pour autant aller plus loin.

    Maintenant,je voudrais revenir au részonnement de Konsti en début du sujet,j’en suis arrivé à la même conclusion en ce qui concerne la jalousie,quand elle est trop poussé cela devient de la possessivité.

    J’ai,disons le,ce problème avec ma copine,quand elle fait une soirée sans moi,je ne peux m’empêcher de m’imaginer le pire,j’ai essayé de me remettre en question et de mettre les choses à plats:le problème vient-il d’elle ou de moi?

    J’en suis arrivé à la même conclusion,je n’ai aucun droit sur elle et si je l’aime,autant la laisser faire ce qu’elle veux sinon je deviens trop possessif mais un doute persiste, est-ce que je ne réagis pas comme ça pour me trouver des raisons pour ne pas la laisser tomber ? Le cerveau a vite fait d’expliquer ses pulsions ou ses envies par un raisonnement plus ou moins cohérent mais qui nous soulage intérieurement.

    Je ne vous cache pas que le fait de tomber sur ce site et de voir que quelqu’un d’autre que moi ai le même raisonnement me soulage et me fait dire que je n’ai pas tout a fait tord mais bon,je suis un éternel mécontent et j’ai tendance à toujours me remettre en question pour avancer toujours plus loin dans ma façon de voir la vie.

    Merci,je suis bien content d’être tombé sur ce site où je trouve les commentaires très intéressant

  • Sandy

    Salut Konsti, je suis tomber sur ton article que j’ai lu et apprecier, il ma montrer comment gerer une jalousie qui me fait souffrir, reste plus qu’a mettre tout ca en pratique et voir ce que ca donne. Car oui en effet, je pense qu’un enorme travail sur moi meme va devoir etre fait mais en suis je capable ? Ca je n’en sais pour le moment rien …

    Pourquoi ais je envie de faire un travail sur moi meme pour apprendre a gérer ma jalousie me demanderas tu ! Je vais te l’expliquer !

    J’ai rencontrer cette femme, avec qui je partage tellement de chose, des discutions prenantes sur beaucoup de sujet, des bons delires, des moments très tendre et du sexe torride ! Une relation comme jms je n’est vecu avec une confiance a 99.9% (et oui on est jms sur).

    Alors pk cette jalousie ? Car c’est une femme libre, qui depuis le 1er jour ma dit qu’elle ne pourra pas etre fidele, qu’elle ne cherche pas a tout prix a aller voir ailleurs, mais que ca se fera selon ses envies, et que si je veux faire de meme libre a moi,le seul mot d’ordre, tout se dire, rien se cacher …

    Moi je ne suis pas comme ca, d’origine jalou et possessif, j’ai voulu me remettre en question, que dis je, je veux me remettre en question, je veux vivre ma relation avec elle, je veux accepter ce qu’elle me propose, je veux tout simplement vivre ce que j’ai a vivre avec elle car je sais au fond de moi que ce sera une belle histoire quelque soit le temps que ca durera !

    Alors d’un coté elle comprend mes peurs, elle sait que ce n’est pas facile de rentrer dans ce monde, et me laisse du temps, elle se freine quelque peu, pour que j’ai le temps de me faire a l’idée, mais d’un autre coter, elle sors de 26ans de vie commune avec son mari, 26ans de relation libre (et ce n’est pas cette libertée qui les a fait se separé) elle a 43ans et elle veut s’amuser, elle n’est pas contre le serieux de notre relation, mais elle veux s’amuser et rester libre !

    Alors je me suis fait a cette 1ere idée qui est de la laisser libre, car de tte facon si je m’opposais a cette idée, je la perdrais et ca je n’en est pas envie, donc ok elle est libre, elle s’implique bcp dans notre relation, ma presenter a ses enfants par exemple en tant que « son copain », fait tout pour que l’on se vois un maximum, mais je sais qu’a coter elle a un amant regulier, et quelques autres opportunités si l’envie se fait sentir !

    Pour le moment comme je t dit elle se freine bcp pour le bien etre de notre relation, pour me laisser du tps, et elle na donc pour le moment pas été voir ailleurs, mais je sais que le point de non retour approche a grd pas, elle me la dit.

    Je me suis fait a cette idée, elle va aller voir ailleurs, on en a parler assez souvent, ma expliké, rassuré, que ce qu’elle vivra ailleurs n’aura rien a voir avec ce qu’elle vie avec moi, que en gros il y a MOI et les autres et que ca restera comme ca tant que cela sera possible, tant qu’on aura envie tout les 2 que ce soit comme ca ! Je me suis fait a cette idée elle ira donc ailleurs ! peut etre demain peut etre la semaine prochaine, peut etre dans un mois, peut etre avec 1 homme peut etre avec 10 hommes, mais elle ira !

    Et le voila le problème, je me suis fait a cette idée, mais je ne sais pas comment je vais reagir une fois que ce sera fait, vais je tjs la voir de la meme facon, est ce que je vais penser a l’autre qd je me retrouverai au lit avec elle, vais je avoir mal tout simplement ! Se faire a l’idée et l’accepter sont des choses bien differentes !

    Et je m’appercois dans ton article que tout ca vien d’une reaction chimique malsaine, que si je l’aime je doit la laisser libre et ca de tte facon il est hors de question que je veuille la changer, je l’aime et je l’aime comme elle est !

    Alors que faire qd ca se produira, qu’elle reaction adopter pour voir au dela de la jalousie, comment faire pour estomper ce sentiment de mal etre et voir les bonnes choses comme le fait qu’elle me dise prouvera la confiance que j’est en elle, le fait que rien a changer entre nous, qu’elle me regarde tjs avec amour, qu’elle a tjs autant envie de moi, qu’elle aime tjs autant passer du tps avec moi !

    Le pire c’est que je suis sur de tout ca, mais j’ai peur, peur d’etre aveugler par cette jalousie maladive et que du cou je ne voye pas tout ca !

    J’ai vraiment envie d’essayer, je ne veux pas m’arreter au 1er obstacle alors comment gerer ca dans mon moi interieur ?

    Comme tu as pu le lire tout ca est très confu dans ma tete et j’espere que ma facon d’ecrire ce message sera assez clair pour que tu puisse me repondre et me donner tes coneil qui je suis sur seront d’une aide precieuse.

    En te remerciant par avance de ta reponse !

    @ bientot !

    Sandy !

  • Franck

    Bonjours, déjà merci pour ces débats fort attrayant et aussi pour cette article complet.
    J’ai moi aussi cherché cette article de mon propre gré par soucis de bien être ainsi se de style de vie.

    J’aimerais réellement éjecter la jalousie de ma vie comme tous ceux ici, je sais faire preuve de volonté et de détermination il ne suffit qu’uniquement on me montre le chemin pour que je le synthétise dans ma tête.
    Le seul problème, il n’y a pas de réel mode d’emploi pour sa.

    Néanmoins cette article est extrêmement bien conçu et je pense que si jarrive a l’intégrer indirectement a ma personnalité par mon subconscient, je pourrais auto dévier mes réactions de jalousie par la technique qu’emploie ce cher coach de drague, l’acceptation.

    Mon problème viens du fait que j’impose systématiquement des régles a mon couple, de ce fait je prive de certaines choses que je considère comme menaces, par jalousie pour m’éviter de souffrir …
    Un genre de cahier des charges si vous voulez, pour maintenir mon bien être . M’éviter de souffrir.

    Je n’arrive pas a faire confiance. Je pense que sa restreint mon couple, la vie et bonheur de mon partenaire et en plus, sa nous fais du mal.
    Je ne demande pas un miracle, j’aimerai juste une solution de la part de vous membres, et du coach, car je suis admiratif de vos ouvertures d’esprit …

    Et je sais que vos reflections sont extrêmement bien construites!
    Merci de vos attentions messieurs.

  • sandrine

    Bonsoir,

    J’aimerai juste avoir un retour sur une sensation malsaine qui est la jalousie. Pour faire court, il y a quelques année j’ai eu une aventure avec une fille. Surement la plus belle aventure et relation que j’ai vécu. Seulement voilà, pour moi impossible de passer le cap de l’image.

    Donc difficile pour moi de m’engager. Cela a développé chez elle un comportement possessif et j’en passe…

    Ne pouvant pas supporté cela je suis retournée vers mon homme que j’aime profondément et me suis acharnée à la repousser. Mais malgré tout j’avais toujours besoin de nouvelles.

    Cette période tu me fuis tu me cherches à duré 2 ans. Nous étions tellement en lutte que tous nos contacts finissaient en disputent. Elle à beaucoup souffert.

    Mais voilà, moi je vie dans mon petit couple… Je sais que aujourd’hui elle va refaire sa vie et qu’elle à rencontré quelqu’un et que ça marche.

    Contre toute attente suis folle de jalousie, pas en colère, pas envie de faire mal…

    Juste je souffre et suis triste. Je ne bougerais pas et vais laissé faire, mais je ne comprend pas ce sentiment.

    Pourquoi ressentir après autant d’années de rejets. Je me sent mauvaise. Sais pas me dis qu’en le posant ici, déjà j’aurais un peu évacué !

  • Nicolas

    Merci! Merci énormément! J’ai lu tout ce qu’il y avait à lire sur la jalousie. Sans trouver réponse à mon problème en plus de 15 ans. Tu m’as guéri. À la première lecture. C’est un long processus. Mais je relis ton texte 3 à 4 fois par semaine. Je me sens bien. Je me sens en paix avec moi même. Tu m’as fait rire et prendre conscience à quel point je peux être con. Oui, très con. Ça fait tellement de bien de rire de soi.

    Merci encore.

    Comment ça marche les dons sur ton site? :P

  • Nicolas K

    Salut à toi coach !

    J’avais fais une recherche toute bête concernant la jalousie, car je sentais que je commençais à l’être vraiment et à faire des trucs stupides et je suis tombé direct sur ton site.

    J’avoue que j’étais sceptique concernant le fait d’accepter beaucoup de choses de la part de ta partenaire, mais c’est vrai que ça permet de se décharger de toute haine.

    Je suis actuellement à l’étranger et y travaille depuis 9 mois. J’y ai rencontré une fille, adorable que ce soit de l’intérieur comme de l’extérieur et j’en suis tombé amoureux (dingue).

    Le hic est que cette fille habite en collocation avec son ex, qui fait tout le contraire des conseils que tu as donné pour vaincre la jalousie.

    Ainsi, je suis conscient de ce qu’il faut éviter de faire quand on est jaloux.

    Hem … Cela dit, elle se retrouve bloquée entre sa fin d’étude supérieure, le boulot (car a besoin d’argent) et le fait de changer de vie (laisser derrière elle son ex, ses amis et autres colloc’).

    Alors j’avoue aussi que plus le temps passe et plus la peur causée par le fait qu’elle habite toujours avec son ex grandit. Mais il est vrai que de sortir, voir d’autres filles (rigoler avec, se sentir apprécié) sans abuser évidemment m’aide à être patient.

    C’est une bataille psychologique. Je pense que ta solution est la bonne car elle est plus difficile et nous permet de grandir. Généralement les gens recherchent la simplicité, et deviennent haineux, brutaux ou pire encore … !

    J’ai donc été soulagé de lire tes instructions, car j’ai cherché pendant quelques mois à adopter un comportement de ce genre même si c’est très compliqué.

    Voilà.

    Et si quelqu’un a vécu quelques choses de similaires, j’aimerais en discuter avec.

    Sur-ce, bonne journée à tous !

    Niko

  • Je trouve que pour un musulman c’est plus difficile. Parce que c’est interdit pour des hommes et des femmes de faire n’importe quoi comme vous dans l’occidental. Alors c’est plus compliqué.

    Moi je trouve que si j’aime une fille je préfère qu’elle me trahit e secret et faire ce qu’elle veut derrière mon dos que devant moi. je suis quelqu’un de sérieux et très stricte et puisque je ne peux pas comparer celle que j’aime avec une autre femme je veux qu’elle ma traite de la même façon.

    Dans tous les cas c’est impossible de se débarrasser de sa jalousie, même un homme qui trahit sa femme quand elle fait la moindre des choses il se voit non content!

  • Anna

    Bonjour,

    Mon ami est une personne philanthrope, il aime le contact avec les autres.

    Je dirai même un peu plus que la norme. Je l’ai toujours mal vécu, je suis quelqu’un d’ouverte mais avec plus de réserves que lui et surtout jalouse alors que lui pas du tout.

    En prenant un exemple fictif ou il discuterait avec une inconnue attirante en soirée, ce qui est terrible c’est que ma jalousie va se créer : je vais imaginer le désir et le jeu de séduction qu’il pourrait avoir envers elle.

    En tout cas je m’en persuade et vous savez pourquoi c’est terrible ? Car en réalité je me rends compte que je lui attribue mes propres fantasmes.

    Dans le même cas que lui, bien sûr que je serai attirée, bien sûr que je serai en train de flirter, car je suis comme ça. J’aime plaire, me sentir désirée.

    Or est-ce son cas ? Je ne peux pas le savoir mais pour moi je sais. Je me dégoûte un peu, c’est moi la garce dans tout ça…pas lui.

    J’ai toujours caché au maximum ma jalousie envers lui, car lorsque je la lui révèle je le vis comme une honte, un manque de fierté totale et je me sens diminuée, pathétique. Et pourtant elle me bouffe parfois.

    Notre relation dure depuis 6 ans. Là encore je me pose des questions, lorsque vous parlez de ‘l’être que l’on aime ou crois aimer ».

    Car en lisant votre article et en essayant un travail de projection mentale, je me rends compte que je n’ai pas envie d’éradiquer totalement cette jalousie.

    C’est terrible de penser ça…mais je crois qu’elle anime mes sentiments, d’imaginer qu’il n’y en aurait plus dans notre couple me donne l’impression d’une vie amoureuse routinière et sans intérêt. Je crois même que je n’aurai plus de désir pour lui.

    Pensez-vous que mon amour pour lui pourrait ne pas être réel ?
    Merci,

    Anna

  • Karine

    Bonjour a tous

    Je suis une nana mais j’adore cet article. Je le lis quand je suis en crise…je souffre très souvent à cause de ce sentiment infernal.

    Ca m’apaise, accepter le pire des scenarios. Je crois que c’est vraiment la meilleure chose à faire.

    Merci

  • juju

    Pourquoi une fille me dit « t’es content? Tu va te debarasser de moi, t’es content? »

Publie ton commentaire