≡ Menu

Comment se libérer du regard des autres ?

Récemment j’ai eu une très bonne critique de la part de Valentino. Pour résumer : à part les analyses, conseils et techniques, il voudrait voir plus d’exemples pratiques et de comptes rendus de vraies expériences (bonnes ET mauvaises) sur le blog.

Il a tout a fait raison.

J’aime beaucoup analyser et disséquer, mais rien de tel qu’un exemple concret pour vraiment faire passer le message et surtout pour inspirer.

À partir de maintenant je donnerai plus d’exemples et je partagerai plus souvent mes propres expériences et celles de mes amis.

Here we go, my friend.

Je vais te raconter une expérience intense qui m’a beaucoup marqué et surtout… formé.

Comment utiliser la pression sociale pour t’en débarrasser ?

L’histoire remonte à quelques années… J’étais de sortie avec un de mes partenaires de drague (mon « wing ») dans un café dansant. L’endroit était bourré. Musique techno, dj, alcool, lasers, podium, des groupes de gonzesses, des groupes mixtes, des « nazes » au bar, des machos en train de frimer, des filles en train de danser, d’autres en train de regarder… Tu vois l’image.

La fièvre du samedi soir et nos muscles sociaux encore à froid, on venait de rentrer. Pas de meilleur moyen pour se chauffer que… de se lancer ! Je vois un groupe de trois filles. Et hop… J’aborde la jolie brune au jeans serrant de manière assez maladroite et hésitante.

Elle me regarde d’un air hautain, tourne les yeux et me fait un « non » de la tête. La réponse était claire…

« Et paaaf ! » N’ayant pas réussi à « m’en foutre et à en rigoler », j’ai senti le courage, la confiance et la volonté s’écouler de mon corps.

Je me sentais petit, faible, inférieur et sous pression. J’avais l’impression que tout le monde ne regardait que moi. J’étais blessé !

Blessé… et surpris ! Surpris, car malgré mon expérience, malgré mes succès et mes échecs, je n’arrivais pas à gérer ce râteau insignifiant. Ce qui, en rétrospective, est tout à fait normal, hein. Je ne suis qu’un humain et les humains ne sont pas en forme tout le temps. Il y a des jours comme ça…

Donc, je me prends le premier râteau de la soirée. Je le prends mal… Et là, que se passe-t-il ?

Un déclic !

Je me suis dit : « Ok… Encore une qui se la pète. Et moi je ne trouve rien de mieux à faire que de réagir comme une mauviette. Ben, si c’est comme ça. Alors, on va voir ce qu’on va voir. »

J’ai pris une décision masochiste. Je voulais voir jusqu’où je pouvais aller :

  • je voulais tester MES limites ;
  • je voulais voir jusqu’où je pouvais m’enfoncer dans la honte, l’humiliation et le désespoir. Bref, je voulais vraiment toucher le fond ;
  • je voulais même aller plus loin. Une fois ayant touché le fond, je voulais voir ce qu’il y avait derrière ce fond !

Quelle est la réaction plus ou moins normale suite à un râteau « douloureux » ? Se distancier de la fille :

  • aller ailleurs et éventuellement prendre une petite pause pour digérer le râteau ;
  • aller aux toilettes ou au bar pour prendre un antidouleur liquide ;
  • retourner chez tes potes, le visage crispé en espérant qu’ils ne remarqueront pas la honte (imaginaire) que tu viens de te taper.

Bref, te distancier… loin de la source de ta souffrance. Loin de cette salope qui se la pète et que tu voudrais, surtout après le râteau, baiser tellement fort pour lui montrer que le mec, c’est toi !

Se distancier de la source de ta souffrance après un râteau douloureux, n’est pas seulement un réflexe normal. Mais en termes d’intelligence sociale, c’est aussi la meilleure chose à faire. Dans les bars et boîtes beaucoup sont là pour du « m’as-tu vu ». Et la distance interpersonnelle est aussi très petite, surtout quand l’endroit est bourré.

Bref, quand tu te prends un râteau dans un tel endroit, les personnes autour le verront. Résultat :

  • ta valeur sociale diminue aux yeux des personnes qui t’ont vu prendre le râteau ;
  • les chances de te prendre un râteau chez ces personnes augmente considérablement.

Émotion et stratégie

Donc, d’un point de vue émotionnel (pour digérer plus facilement) et d’un point de vue stratégique (pour ne pas perdre toutes tes chances), la meilleure chose à faire est de te distancier.

Du bon sens… Logique… Évident… N’est-ce pas ?

Hein ?

N’est-ce pas ?

Et ben…

NON !

En tout cas, pas d’un point de vue émotionnel. D’un point de vue stratégique, oui, en quelque sorte. Mais du stratégique, ON S’EN BAT LES COUILLES. Car ce qui compte, c’est TON bien-être.

Que préfères-tu ? Te sentir mal et être efficace d’un point de vue stratégique ? Ou te sentir au top tout court ?

Oui, moi aussi… ;-)

Qu’ai-je fait ?

J’ai immédiatement abordé la deuxième fille du groupe. Malgré la pression, la tension négative et la sensation de honte, je la regarde droit dans les yeux et lui dis : « Et alors ? Toi ? T’as envie ? »

Exactement la même réaction que sa copine aux jeans serrant : elle me lance un regard méprisant et me fait « non » de la tête.

Honte, humiliation et pression fois deux. Je m’enfonce encore plus… J’ai l’impression que mêmes les gens des établissements adjacents me regardent… TOUS !

Mais la petite voix dans ma tête me dit : « Allleezzz… Pas grave… Continue ! Continue ! »

Et hop… Je me tourne vers la troisième du groupe : « Et toi ? Alors ? Tu viens ? » Même réaction…

Honte, humiliation et pression fois trois. Je commence à voir le fond se rapprocher…

« Alleeeezzzz… Encoooore… Continue ! »

Je me tourne vers le groupe adjacent. Ils étaient effectivement en train de me regarder et ils n’avaient pas l’air très contents de me voir venir. :-)

À la première du groupe : « Sinon, toi ? Tu m’as l’air d’avoir besoin d’un coup de main… » Honte, humiliation et pression fois quatre.

Deuxième du groupe… Je ne sais plus ce que je lui ai dit, mais ça n’a sûrement pas fait preuve de grande créativité et éloquence. Honte, humiliation et pression fois cinq.

Troisième du groupe. Honte, humiliation et pression fois six.

Quatrième du groupe. Honte, humiliation et pression fois sept.

Groupe adjacent. Honte, humiliation et pression fois sept, huit, neuf, dix…

Groupe adjacent. Honte, humiliation et pression fois onze, douze, treize…

Groupe adjacent. Je voyais le fond, comme un grand mur noir, se rapprocher à 200 à l’heure.

« Whaaaaaaaaaaa !!!! Nooooooooooonnnn !!!!! AAaaaaaarrrrggghhhhhhh !!!! »

« Allleeeeeezzzz… Continue ! »

Honte, humiliation et pression fois quatorze, quinze…

BAM !

Collision frontale… Le fond m’explose en pleine gueule.

J’ouvre les yeux…

Le plus obscur des ténèbres ? L’ENFER ?

Non…

Que vois-je ?

Un paysage idyllique : un champ doré, le soleil qui brille, une colline, un arbre, des fleurs, des papillons… Non, je n’étais pas drogué. C’est juste une métaphore. :-)

J’étais libre. Libre comme l’air. Léger !

« Wouhooouuu ! Alleeeeezz… Continue ! Encore ! »

Groupe adjacent. Râteau ! (Pas vraiment une surprise. :-p)

Honte, humiliation et pression fois… je ne sais plus combien. Mais en tout cas, ce n’était plus pour moi. Non, moi, je riais… Je riais…

Pourquoi ?

Parce que là j’ai vraiment vu que TOUT LE MONDE est « victime » de cette pression sociale. Tout le monde croit devoir plaire, s’adapter… Tout le monde est – certains plus que d’autres – en demande de validation. Sauf…

MOI !

J’étais le seul à me bouger librement, sans cette petite voix interne me disant (inconsciemment) : « Attention ! Ne fait pas ceci… Ne fait pas cela… Les gens pourraient croire que… »

Non, ma petite voix me disait juste : « Wouhou ! Allez ! Continue ! »

À ce moment, elle m’a bien plu, cette petite voix. Evidemment je continuais à aborder. L’une après l’autre. Sautant d’un groupe à l’autre.

Et vu que j’étais en train de négliger complètement le côté stratégique de la drague, je continuais à me prendre des râteaux. Et plus j’en prenais, plus je m’amusais. Plus je riais. Plus je me sentais libre comme l’air !

Histoire d’amour, histoire de cul ?

Ayant brûlé trois quarts des cibles disponibles, j’entame la trentième (plus ou moins) approche. Je l’aborde. C’était une petite métisse en train de flirter avec un mec. Elle m’accueille chaleureusement. Le mec aussi.

Constatant la nature de leur interaction, je leur dis : « Ooohhh… Ça à l’air de bien marcher entre vous. Je vais vous laisser continuer… Merci infiniment et amusez-vous bien. »

Je m’en foutais complètement. J’aurais pu développer l’interaction, mais ça ne jouait plus aucun rôle. Ils avaient l’air de bien s’entendre et même plus. Alors, pourquoi interférer dans leur histoire d’amour (ou de cul) potentielle…

J’avais remporté la victoire une quinzaine de râteaux auparavant.

J’avais battu un GRAND démon !

Alors, quelle est la morale de l’histoire ? Il y en a plusieurs :

  • La persévérance paye toujours. Comme le dit le grand Confucius : « Peu importe la vitesse à laquelle tu avances, tant que tu ne t’arrêtes pas.
  • Tu as toujours plus de pouvoir que tu ne le crois. Et quand tu découvres en toi une « nouvelle » source de pouvoir… Ben, comme le dit Stromae : « quand y en a plus et ben y en a encore ! »
  • L’angoisse avant est toujours plus forte que l’angoisse pendant.
  • L’angoisse sociale est toxique ! Pour vaincre cette angoisse il faut l’accepter et la confronter… de manière répétitive.
  • La joie n’est pas dans le résultat, mais dans le chemin.
  • La joie, le plaisir et le bonheur viennent de l’intérieur. Il faut juste vouloir les voir. Et puisqu’ils viennent de l’intérieur, tu dois regarder à l’intérieur, TON intérieur.
  • Cette histoire a sûrement d’autres morales, mais… à te de les voir. :-)

Alors on danse !

À propos de l’auteur : Je m’appelle Konsti. Je suis psychologue, le fondateur de CoachDrague et l’auteur des guides Plus jamais seul ! et Tu la veux, tu l’auras. Je suis passionné par l’analyse profonde des interactions homme-femme, le polyamour, l’hypnose et la sexualité. Mon style de drague est direct et sincère.

  • ROSSE dit :

    qu’est ce que se mail nous apprend? que draguer en boite de nuit c nulle et que seul les filles ayant un copain dans les boites sont sympa?

    que les filles ne cherchent que a danser dans les boites de nuits?

    j’ai rien compris a la fin quand tu rencontre la jeune femme avec son mec?

    en fait c article conseille d’attendre?…

    • yesmerguez dit :

      Je partage ton opinion , j’ai eu un moment de solitude linguistique moi aussi!!! Je t’ai pas compris!!!

      La persévérance est mal placé à mon goût, j’aurais insister sur la 1ere fille, avec une bonne touche d’humour et de répartie afin de soit la conquérir ou montrer aux autres filles présentes l’image d’un mec cool et PUISSANT enrobé de tact…

      Au final, je gagne du temps pour m’afficher et conquérir une d’elle.. Kiss and enjoy

      • Konsti dit :

        Salut yesmerguez.

        Merci pour ton commentaire.

        Je t’ai pas compris!!!

        Oui, j’ai l’impression… Lis également le commentaire que j’ai laissé à Rosse.

        La persévérance est mal placé à mon goût, j’aurais insister sur la 1ere fille, avec une bonne touche d’humour et de répartie afin de soit la conquérir ou montrer aux autres filles présentes l’image d’un mec cool et PUISSANT enrobé de tact… Au final, je gagne du temps pour m’afficher et conquérir une d’elle.

        J’aurais pu lui faire une reframe, lui balancer des DHV’s, des NEG’s, du body rocking, une false time constraint, des IOD’s, une jealousy plotline, la routine des best friends et tout ça en contrôlant mon state et en gardant une attitude cocky & funny pour essayer d’aboutir à un gang bang gigantesque.

        De nouveau, that’s not the point.

        L’essence est que j’ai réussi à vaincre un de mes démons à ma façon, en faisant un truc soi-disant glauque et déplorable.

        Je me suis pris un râteau. Ce râteau m’a fait mal… Pourquoi ? Car quelque part c’était une demande d’amour, de reconnaissance, de validation, d’appréciation, appelle-le comme tu veux. Et cette demande a été refusée.

        Fais très attention au raisonnement suivant !

        S’il te plaît jolie fille. Accepte-moi, car mon amour-propre dépend partiellement de toi, de ta réaction, de ta validation, de ton acceptation.

        Aie… Râteau. Tu ne m’acceptes pas. Mon amour-propre en prend un coup. Je ne suis pas assez bon.

        STTTOOOOOOOPPPP !

        Attends un peu mon vieux ! Il y a quelque chose qui cloche. Si cette fille était « complète », alors elle n’aurait eu aucun problème à t’accepter ou au moins à te traiter avec un peu plus d’empathie, de compassion et de respect.

        Si elle n’est pas « complète », comment veux-tu qu’elle te rende plus « complet » toi ? En fait… Wooooow ! Elle cherche exactement la même chose que moi, sauf qu’elle cherche cette chose de manière différente. Bon, ok… Elle n’est pas « complète » et ne peut donc pas me rendre plus « complet » moi.

        Alors essayons sa copine. Car si elles sont amies, alors sûrement une d’entre elles doit être « complète ».

        Aie… Râteau… Mon amour propre en prend encore un coup.

        Wow ! Wow ! Wow !

        Attends un peu. Elle t’a rejeté de la même façon. Elle a imité le comportement de sa copine ! Pourquoi ne m’a-t-elle pas accepté ou au moins traité avec plus d’empathie, de compassion et de respect ? Pourquoi n’a-t-elle pas réagi de manière indépendante ? Bordel, pourquoi a-t-elle imité le comportement de sa copine ?

        Mais bien sûr ! Parce qu’elle n’est pas « complète » ! Elle cherche l’approbation de ses copines. Une fille « incomplète » attache plus d’importance à l’approbation de ses amies « incomplètes » qu’à l’approbation d’un inconnu « incomplet ».

        Heureusement qu’elles sont trois. Donc, la troisième doit sûrement être la « complète », celle qui a assez d’amour-propre et d’amour tout court pour pouvoir m’en donner un peu.

        Aie… Râteau… Mon amour-propre prend encore un coup.

        STOP !

        Aucune de ces 3 filles n’a pu te donner ce que tu cherches, car elles n’en ont pas assez elles-mêmes. Maaaaiiiissss oouuuiiiii !!!! C’est pour ça qu’elles sont ici ! Elles cherchent de l’amour, de la validation, de la reconnaissance, appelle-le comme tu veux, auprès des autres.

        Alors, je dois tout simplement continuer à chercher auprès des autres. Râteau… Râteau… Râteau…

        Tu vois ce que je veux dire ?

        TOUT le monde cherche de l’amour, de l’approbation, de l’affection !

        Les gens dans le boîtes ? Pourquoi sont-ils tous là ?

        Pour s’amuser ? Mon oeil… Pourquoi ne s’amusent-ils pas chez eux ?

        Pour draguer ? Ok… Pour rencontrer de nouvelles personnes ? Ok…

        Pourquoi draguer ? Pourquoi rencontrer de nouvelles personnes ?

        To get SOME LOOOOOVE !

        C’est vraiment aussi simple que ça !

        Et c’est ce que j’ai découvert grâce à cette expérience :

        • tout le monde VEUT de l’amour, de l’acceptation, de l’approbation, de nouveau appelle-le comme tu veux ;
        • tout le monde a peur de ne pas en recevoir, c’est pour ça qu’on succombe tous à la pression sociale ;
        • l’amour, l’acceptation, l’approbation (oui, appelle-le comme tu veux) peut se créer à l’intérieur : dans ton cœur, ton corps et/ou ta tête, je ne sais pas exactement où. Mais je sais que ça vient de l’intérieur, que ce n’est pas limité et que créer cet amour (acceptation, validation, approbation…) est synonyme de DONNER cet amour !
        j’aurais insister sur la 1ere fille, avec une bonne touche d’humour et de répartie afin de soit la conquérir ou montrer aux autres filles présentes l’image d’un mec cool et PUISSANT enrobé de tact… Au final, je gagne du temps pour m’afficher et conquérir une d’elle.

        Laisse-moi te poser quelques questions.

        Donc, tu aurais insisté sur la 1e fille, avec une touche d’humour et de repartie, afin de la conquérir ou bien pour montrer aux autres filles l’image d’un mec cool et puissant enrobé de tact.

        Pourquoi veux-tu la conquérir ?

        Pourquoi veux-tu montrer aux autres filles l’image d’un mec cool et puissant enrobé de tact ?

        Pour gagner du temps pour t’afficher et conquérir une d’elles…

        Pourquoi veux-tu conquérir une d’elles ?

        Et réfléchis bien avant de répondre !

        • yesmerguez dit :

          l’effet de miroir el amigoOOh

          • Konsti dit :

            Réponse facile et surtout… réponse « sûre ». Tu sais faire mieux que ça. ;-)

    • Konsti dit :

      Rosse, en lisant ta réponse je peux déduire plusieurs trucs :

      • tu es beaucoup plus jeune que moi (genre plus jeune de 10 à 15 ans) ;
      • tu n’as vraiment pas capté l’essence de ce message ;
      • tu l’interprètes de manière négative ;
      • t’as bien fait de t’exprimer, car ainsi je pourrais te donner un coup de main ;
      • le fait de ne pas l’avoir compris et ton interprétation négative sont des indices. Que disent ces indices ? Ils disent : « Rosse, t’as ici et maintenant l’opportunité de faire un grand pas en avant en termes de développement. »
      qu’est ce que se mail nous apprend?

      Relis un peu la dernière partie : la morale de l’histoire. C’est exactement ce que veux transmettre… Ni plus, ni moins.

      Je vais essayer de faire le lien entre l’essence de cet article et ta situation. Une des morales de l’histoire est : « tu as toujours plus de pouvoir que tu ne le crois. » Retiens cette phrase. On en aura besoin dans quelques instants. « Tu as toujours plus de pouvoir que tu ne le crois. »

      Ok…

      Dans cet article je décris comment j’ai vaincu un de MES démons. Comment j’ai surmonté une limite que je me suis imposé moi-même. Oui, moi-même, car j’ai toujours le choix, tu as toujours le choix, nous avons toujours le choix.

      Nous avons tous toujours le DERNIER choix ! Quel est ce choix ? L’attitude que l’on adopte vis-à-vis des circonstances, vis-à-vis des événements de la vie ! Ce dernier choix, c’est ça…

      Bon, à ce moment là, j’avais décidé de combattre mon démon – ce démon étant la préoccupation avec le regard des autres – via la confrontation brute.

      S’adapter… Succomber à la pression sociale est un choix. Combattre la pression sociale est un choix. Je pouvais agir de 36 000 façons… À ce moment précis, j’avais choisi de faire ce que j’ai fait. Je ne dis pas que c’était LA meilleure chose à faire. C’était juste UNE chose que j’ai faite et dont je suis toujours hyper content.

      « Tu as toujours plus de pouvoir que tu ne le crois. »

      Maintenant à toi, Rosse.

      que draguer en boite de nuit c nulle et que seul les filles ayant un copain dans les boites sont sympa? que les filles ne cherchent que a danser dans les boites de nuits?

      T’as choisi (inconsciemment) d’interpréter ça de manière négative. Qu’est-ce que ça t’apporte de tirer ces conclusions ? Je vais te le dire : RIEN ! Des limites… Des pensées négatives…

      Tu vois le rapport ? Mes démons… Mes limites… La pression sociale… Tes démons… Tes limites… Tes interprétations négatives…

      Tu vois le rapport ?

      Le choix ! C’est ça le rapport. Le choix !

      J’ai choisi (inconsciemment) de m’imposer ces limites, c.à.d. de succomber à la pression sociale, et j’ai choisi de me détacher de cette pression sociale. J’avais le pouvoir de me détacher de cette pression sociale sans le savoir.

      Tu choisis (inconsciemment) de t’imposer des limites, c.à.d. d’interpréter le message de manière négative, et maintenant je vais te demander de choisir l’inverse.

      Je vais te demander d’interpréter le message de manière CONSTRUCTIVE !

      Oui, car tu as toujours plus de pouvoir que tu ne le crois. Tu as le pouvoir de CHOISIR d’interpréter ce message de manière constructive.

      Allez, Rosse. Dis-moi… Quelles leçons peux-tu tirer de ce message ?

      Comment peux-tu l’interpréter afin qu’il enrichisse ta vie, au lieu de polluer ton esprit avec des pensées du genre : « draguer en boîte de nuit, c’est nulle… » ?

      Donne-moi un maximum d’interprétations positives ci-dessous ! Prends ton temps. Je compte sur toi.

      j’ai rien compris a la fin quand tu rencontre la jeune femme avec son mec?

      Deux trucs. Premièrement, tu peux te prendre 1000 râteaux, mais ça ne veut pas dire que le 1001e en sera un aussi. Donc, tu peux te prendre 10 râteaux et avoir du succès avec la 11e. Tu peux aussi bien avoir du succès avec la 1re et ensuite te prendre 10 râteaux. Enfin, « râteaux »… J’utilise « râteaux » dans le sens large du terme.

      Et deuxièmement, le plus important, je n’avais plus besoin de validation ! Qu’elles réagissent bien ou mal… Who cares… C’est ça l’idée… Je n’ai pas besoin d’une bonne réaction pour me sentir confiant et libre.

      en fait c article conseille d’attendre?

      Non, non, non, pas du tout !

      Au contraire. Je te conseille d’agir ! D’en profiter. De t’en foutre. Et surtout, j’essaie de te faire comprendre que t’as beaucoup beaucoup beaucoup plus de potentiel, peu importe ton âge, ton portefeuille, ta bite, tes muscles, ta bagnole, ton passé, ton diplôme, ta maison… Bref, pour être un mec confiant, libre, heureux, t’as besoin de RIEN D’EXTERNE ! C’est ça le message…

      Donc, vas-yyyyyy ! Choisis de voir les choses du bon côté. Choisis de les baiser comme un dieu. Choisis de les baiser avec le plus grand amour possible.

      T’as peur ? Choisis de dire « merci », car toute angoisse est une opportunité de vaincre cette angoisse.

      T’es secrètement amoureux de ta meilleure copine ? Elle te balance le fameux « je préfère qu’on reste amis » ? Choisis de dire « merci » d’avoir (eu) la possibilité de vivre ces émotions positives… ET négatives.

      Capiche ?

      Et n’oublie pas le petit exercice que je viens de te donner. Le revoici : donne-moi un maximum d’interprétations positives de cet article. Disons… 5 au moins.

  • Valentino dit :

    Bel analyse de l’effet de la pression social sur le séducteur et comment s’en débarrasser.

    Ce qui pourrait-être intéressant serait aussi de d’analyser certains comportement hautin féminin en boite de nuit ou ailleurs, que ce passe t’il dans leur tête ?

    Je pense aussi qu’après l’interview d’Allan il serait tout aussi instructif d’amener sur le plateau de Coach Drague, des demoiselles qui nous parleraient de leur perception de la séduction. Ce serait à coup sur un grand pas pour le développement du dialogue intersexuelles pour lequel nous œuvrons : )

    Merci encore Kosti, A+

    • Konsti dit :

      Salut Valentino ! Te revoici avec que de bonnes idées.

      Je vais m’en occuper ! Il y aura plus de femmes sur CoachDrague… ;-)

  • Pierre-André dit :

    Pauvre Rosse, tu n’as vraiment rien compris de ce qui s’est passé là!

    Bravo Konsti, tu as recueilli bien plus que la capacité de draguer avec cet exercice; tu t’es carrément redonner entièrement le pouvoir sur ta valeur comme humain et, quand on y arrive, ça ne nous échappe plus. C’est tout un pas en avant que celui-là. Pour moi, il y a encore des zones grises dans mon auto-proclammation en terme de valeur réelle et je prend bonne note de cet exercice pour dépasser mes limites actuelles.

    Tout à fait d’accord sur l’utilisation de tes anecdotes; elles sont beaucoup plus prioductives pour nous (ceux qui sont capables de comprendre, bien sûr) que toutes les théories du monde étalées dans de beaux grands textes. Et pour moi, tu montres beaucoup plus ta valeur à accepter de nous montrer ces facettes moins reluisantes de ton apprentissage qu’en faisant grand étalement de tes connaissances sur le sujet. Des connaissances, tout le monde peut aller en chercher; du courage, de la persistence et de la perspicacité, c’est autre chose.

    Merci

    Pierre-André

    • Konsti dit :

      Salut Pierre-André !

      Ça fait longtemps… Je suis content de te revoir ici. :-)

      Bravo Konsti, tu as recueilli bien plus que la capacité de draguer avec cet exercice; tu t’es carrément redonner entièrement le pouvoir sur ta valeur comme humain et, quand on y arrive, ça ne nous échappe plus.

      Oui, c’était une expérience très libératrice. Quand tu dis « ça ne nous échappe plus », je me dois de nuancer un peu. C’est vrai que l’effet libérateur est très puissant et prolongé. Mais il n’est pas permanent. Pour qu’il devienne permanent, il faut garder une certaine conscience. Il ne faut pas se laisser prendre en otage par son dialogue interne, les petites et grand « choses » du quotidien… Bref, il faut rester vigilant.

      En revanche, l’impact émotionnel, l’excitation, la montée d’adrénaline est de très courte durée. Elle ne dure que quelques heures. Ensuite, retour à la case départ.

      il y a encore des zones grises dans mon auto-proclamation en terme de valeur réelle

      Bienvenue au club. Moi aussi j’en ai plus qu’assez. :-)

      je prends bonne note de cet exercice pour dépasser mes limites actuelles.

      Oui, essaye… Je crois bien que ça pourrait t’aider.

      En revanche, je dois avertir les mecs plus « fragiles », car c’est quand-même une expérience assez violente. Je ne suis pas certain que passer pour un dragueur minable, lourd, désespéré, frustré… et se prendre des dizaines de râteaux à la chaîne, leur fera du bien.

      Tout à fait d’accord sur l’utilisation de tes anecdotes; elles sont beaucoup plus productives pour nous (ceux qui sont capables de comprendre, bien sûr) que toutes les théories du monde étalées dans de beaux grands textes.

      Ok, merci. Message reçu 5 sur 5.

  • Hugues dit :

    Salut,

    « la joie n’est pas dans le résultat, mais dans le chemin »

    Effectivement le résultat ne t’appartient pas.

    Voici une citation de Christian Bobin

    -…et ça veut dire quoi « le but c’est le chemin »
    -Ca veut dire que ce que tu esperes est sous tes yeux, ça veut dire qu’il n’y a qu’aujourd’hui et que « demain » n’est que le nom de ta paresse.

    • Konsti dit :

      Merci Hugues de m’avoir fait découvrir Christian Bobin. Sans aucun doute, c’est un illuminé.

      Quelle clarté d’esprit. Quelle simplicité. Incroyable… Magnifique…

  • Eric dit :

    Salut Konsti, c’est vrai c’est cool de partager ses expériences et d’explorer ses limites.

    La remarque de Valentino, m’interpelle et me donne envie d’y répondre.
    « analyser certains comportement hautin féminin en boite de nuit ou ailleurs, que ce passe t’il dans leur tête ? »

    J’ai remarqué que ce genre d’attitude de la part des filles, m’arrivait souvent en club (en boite) très rarement dans la rue.

    Surtout au début et souvent lorsque j’aborde de manière indirecte et il faut le dire comme un naze genre le dragueur de la pub « coca zéro » qui fait une remarque sur la robe de la fille.

    Par contre ce râteau m’énerve dans un premier temps et j’en veux à la fille. Genre : « putain quelle conne elle se prend pour qui !!! »

    Je peux parfois réagir de manière agressive comme notre président genre : « casse toi pauv’cone !!! »

    Mais cette réaction me montre que j’ai fais fausse route, et souvent j’arrive à dépasser cela !

    A aborder d’autres filles en faisant plus attention, en étant plus observateur et je l’avoue parfois même en baissant mes standards.

    Mais toujours en cherchant à m’amuser, à rechercher plus de connexion avec d’autres personnes qui ont envie de s’amuser… et ça marche…

    Et de temps en temps je tiens ma revanche, je vois la fille hautaine seule en train de tirer la gueule pendant que je flirte.

    Pour conclure sur l’attitude hautaine de la fille :

    Le côté négatif :

    – j’ai pris un râteau.

    – Ça m’énerve…

    – Je ne baiserais pas ce super canon…

    Le positif :

    – ça montre que mon n’approche n’est pas correcte, il faut donc en faire d’autres en étant plus joueur…

    – à la limite cela montre, qu’elle n’a pas envie de s’amuser donc pas la peine de continuer avec elle !!!

    – ça me donne un chalenge, trouver d’autres personnes qui ont envie de s’amuser.

    – Ce qui passe par la tête de la fille, je m’en fous c’est son problème !

    A mon avis, elle exprime 2 possibilités : du mépris ou de la surprise…

    • Valentino dit :

      Merci Eric

      Pour résumer tu me dis que cette attitude hautaine viendrait de la manière d’aborder qui ne serait pas adéquate. Je le pense aussi.

      Comme dit Konsti, on sort en boite pour rencontrer de nouvelles personnes & « to get some love », partant de ce postulat une attitude hautaine me semble très antinomique.

      Cependant, je pense avoir identifie, parmi plusieurs, deux raison de ce comportement hautain:

      – La difficulté pour la fille, au moment où tu l’aborde, de gérer la pulsion sexuelle. Elle te rejette par peur de se retrouver dans une situation inconfortable qu’elle ne peut controler => La solution serait de l’aborder en tout amitié sans refléter une pulsion sexuel dans ton regard. Bien sur petit à petit tu dois lui faire comprendre que tu as aussi quelque chose dans le pantalon !!

      – Elle est en boite pour le « show off », elle prend plaisir à se faire désirer et satisfaire son ego en rejetant les hommes qui s’approchent d’elle, elle peut aussi par son comportement rendre jalouse ses copines et d’autres filles en boite qui la regardent toutes avec envie => La solution serait, je pense, un peu à la Brice de Nice « la casser » sans scrupule, tout en délicatesse. Il faut qu’elle perde ses repères. Une fois la garde tombé, son comportement sera plus normal et il serait plus facile de faire jouer la séduction.

      Comme on a une nouvelle coutume maintenant je vais l’illuster mon observation par un exemple dont je suis un peu fier. Lors d’une sortie j’ai vu une belle femme de cette seconde catégorie, elle regardait par-dessous les têtes de tout le monde, ignorait l’homme qui s’approchait d’elle avec un regard séducteur. Honnêtement, elle m’énervait beaucoup plus que m’attirais. J’ai voulu l’aborder à mon tour, j’ai pris le temps d’examiner ses habits et j’ai remarqué son collier, il contenait plusieurs petite bulle métallique de 3 cm de diamètre avec de trous à l’intérieur. J’avais l’argument pour la casser, je m’approche et je lui demande avec naïveté si elle utilise aussi son collier pour faire des infusions. Je l’avais cassé! je voyais dans ces yeux qu’elle avait perdu ses repères, elle ne savait pas si j’étais sérieux ou me moquais d’elle. Je pouvais maintenant avoir une discussion sur pied d’égalité avec elle…

      Bon 1er Mai à tous !!

      • Eric dit :

        Salut Valentino,

        Dans mon commentaire, je parle de la réaction hautaine de la fille lors de mon approche…

        Pour les nanas du type :

        Elle est en boite pour le « show off », elle prend plaisir à se faire désirer et satisfaire son ego en rejetant les hommes qui s’approchent d’elle, elle peut aussi par son comportement rendre jalouse ses copines et d’autres filles en boite qui la regardent toutes avec envie => La solution serait, je pense, un peu à la Brice de Nice « la casser » sans scrupule, tout en délicatesse. Il faut qu’elle perde ses repères. Une fois la garde tombé, son comportement sera plus normal et il serait plus facile de faire jouer la séduction. »

        C’est différent.

        Bien sur! Il y en a des comme cela en boite, généralement avec un peut d’observation, on constate qu’elles ne sont pas seules, bien entourées de copines et parfois avec leur mec…

        Et franchement il n’y a rien a en tirer ! Sans jeux de mot quoique ;-)

        La casser n’apporte pas grand-chose mis à part te faire plaisir ! Ce n’est pas ça qui les mettra dans ton lit ! Elle n’ont pas trop le sens de l’humour au 2ème degré ! Comment s’est finie ton histoire ?

        Mais si tu veux vraiment te faire plaisir voici une autre technique : ignore-la, en parlant à ses copines. Provoque-la un peut en dansant à côté d’elle et part au moment où ça devient chaud !

        Va parler à une autre nana (une de ces copines ou autre) : « Tu ne trouves pas qu’elle aguiche les mecs ou c’est moi qui me fais des idées ? »

        Continue jusqu’à ce qu’elle soit consciente que vous parlez d’elle, ça la rendra folle !!!

  • El Justiciero dit :

    On pourrait résumer tout ça en une phrase : « L’enfer c’est les autres. » (Jean-Paul Sartre)

  • David Alexanders dit :

    Salut l’ami ;)

    J’adore tes articles et ta vision « différente » de la séduction, à comparer avec les autres sois-disants gourous… J’apprécie vraiment ton côté naturel !

    J’ai une petite question à propos de la PRESSION SOCIALE en boîte :

    il m’arrive fréquemment de CARTOOOOONER en boîte, de parler à tout le monde, d’avoir l’impression d’être un dieu, d’avoir des EC’S à gogo, de kloser de nombreuses filles….etc

    ET il m’arrive parfois d’être en boîte, sans grande motivation, on se sent justement plus vulnérable à cette pression, et on commence à faire de la relecture de pensées…etc … résultats = Soirée bof, loin du premier exemple ou je raiyonne !!!

    Comment faire pour retrouver cette énergie du tonnerre juste avant d’enter en boîte ? Y a t’il un moyen ou un ancrage en PNL ( je pratique l’auto hypnose et la PNL ) pour être chaud bouillant sur commande ???

    Merci beacoup ;)

    Je pense que ta réponse en aidera plus d’un comme moi.

  • Hugues dit :

    Salut à tous,

    J’ai relu l’article de Konsti, et je m’étonne de certaines réactions qu’il suscite.

    Je ne le vois pas comme devant se demander comment réagir face à ce type de gonzesses, mais comment Konsti à réagit face à la situation.

    Selon moi il montre comment après avoir toucher le fond, il est possible de transformer une expérience douloureuse voire humiliante en révélations épanouissantes.

    Par ailleurs à la place de Konsti je serais reconnaissant envers ces filles de m’avoir fait connaitre une telle prise de conscience.

    Que penses-tu de mon interprétation Konsti?

    Une autre morale pour l’histoire?

    Il n’y a pas d’expériences négatives si on considère que tout ce qui nous arrive est source d’enseignements

  • Ali dit :

    Konsti…BRAVO !!!!
    Je re le promet, c’est un excellent article, et c’est surtout un magnifique geste que t’as fais la…en d’autres termes, en touchant le fond, tu deviens presque « invincible », vu que tu as connu la pire des humiliations, et a partir de la, tu peux draguer comme tu le veux sans aucune, mais vraiment sans aucune crainte ! La meme aventure, ou « presque » (j’ai pris un beau rateau dans la geule de la part d’une fille avec qui je croyais EC a mort :D ). J’arrivai pas a dormir(j’etais enerve, stresse ….), heuresement, je suis tombé sur ton article…MERCI ENCORE ! ;), enjoy !

  • peninna matelot dit :

    Coucou, j’ai été a une soiree avec un collègue pour qui je pense avoir des sentiments. Mais l’erreur que je pense avoir faite est d’avoir trop bu et de lui avoir avoué mes sentiments. Je ne sais pas ce que ça lui a fait, mais ce que je sais c’est qu’il ne me parle plus depuis. Du coup je ne sais pas comment faire.

  • Youri dit :

    wow bel article ! tu vas très bien rejoindre le concept du désir de reconnaissance d’Hegel ! j’adore.

    mais ta façon de le vaincre est vraiment hardcore wow j’en reviens pas que t’es aborder 30 filles à la suite de sa en t’en foutant carrément !

    moi aussi j’ai toujours essayer d’aller à l’encontre de ce désir inné et viscéral de la nature humaine mais c’est vraiment pas facile.

    Je me demande comment sa c’est passé pour toi… genre après le refus tu es resté debout à coté de la fille entrain de pensé tout seul à ta méthode et après quelques instants tu as juste foncé ?

  • Pablo dit :

    Salut, SUPER ARTICLE!

    Konsti, c’est la première fois que j’écris sur ton site. Je te préviens j’envoie un pavé donc si t’as trop baisé hier, vas te prendre tout de suite un long café bien serré. Moi, c’est tout ou rien. Je crois que j’ai jamais commenté sur un forum ou blog. Allez je me lance.

    J’étais vraiment obligé étant donné que je me retrouve totalement dans tout ce que tu écris, j’aspire à me développer afin de trouver un système qui me fera gagner presque tous le temps, de sorte à pouvoir toujours repartir avec la plus belle créature de la soirée.

    J’ai eu une période difficile à cause de problèmes importants, je me suis isolé et mis à fumer énormément de joints. La seule énergie que j’avais je la consacrais aux études de sorte à passer entre les balles.

    J’étais dépressif, une période noire et j’ai cherché à apporter des réponses à mon mal-être. Je lisais des conneries sur la séduction, pensant tout savoir et je suis tombé sur ton blog. BOUM, claque dans ma gueule !

    Une nouvelle approche de la séduction, basée sur la psychologie humaine et l’esprit intuitif de l’homme, sur les valeurs, la sincérité. Car en fait tout est question de laisser sortir la bête qui est en nous. Oui le monde est comme ça, nous sommes des animaux, on ne pense qu’à baiser.

    Mon problème, Konsti, c’est que je n’ai aucune relation durable, car je suis trop honnête et trop proche du singe. Du coup, même sans baiser le 10ème de ce que tu te fais, ben je m’attire facilement les foudres de ces demoiselles, bien que je leur explique que j’ai trop d’amour à donner.

    Au final même le gentil papa expert comptable avec sa famille parfaite, le week end il finit dans le lit de sa maîtresse ou aux tapins. C’est ça qui est dingue, en parlant de séduction, en m’apprenant des choses, et bien tu m’as fait repartir, j’ai lu, j’ai réfléchi, je me suis retrouvé et BOUM déclic. Fini la faiblesse.

    Bref MERCI MERCI et MERCI ça m’a pris deux ans mais tes articles m’ont permis de passer un cap dans ma compréhension de la psychologie et des relations humaines.

    Et au final, dans la séduction tout est question d’interaction comme tu le dis si bien, pas besoin de phrase pré-fabriquées, il faut juste savoir se libérer de cette tension, de ce monde, car dans ce monde les gens se comparent et se regardent afin de savoir qui est le meilleur, qui brille le plus, qui a la plus longue.

    Et c’est ça le problème, trop d’hommes en général se préoccupent de ce que les autres vont penser d’eux, quelle étiquette ils vont leur coller, qu’est ce qu’ils vont se raconter à leur sujet en les regardant du coin de l’œil… etc.

    Le regard des autres, c’est la pire des choses, je le sais bien. Déjà petit, j’étais différent, pas physiquement mais mentalement. J’étais pas à ma place et ça s’est accentué au début de l’adolescence. J’étais perdu et seul. A chaque étape de ma vie en fait, la faiblesse et remontée. A force de m’y être confronté jeune, je suis plus fort que jamais. T’as raison sur toute la ligne, tout est lié.

    Au bout d’un moment les gars, vous vous rendez compte que ces gens qui vous montrent du doigt parce que: vous vous habillez différemment, vous pensez différemment, vous êtes plus chaud lapin que les autres… etc, et bien, ils valent pas mieux que vous, ils sont juste là à parler, à vivre par procuration, mais vous MESSIEURS vous portez vos grosses couilles et essayez de vivre votre vie, avec sincérité sans refouler vos sentiments.

    En quoi leur regard est important finalement, qui a dit qu’ils valaient mieux que nous? Dans les moment difficiles, on comprend que le seul regard qui importe, c’est celui de sa famille et de ses amis, c’est vraiment la seule chose qui compte. Réfléchissez bien, continuer le chemin de la frustration ou devenir un putain de gagnant et emmerder le regard des gens.

    Les problèmes de la vie plus graves auxquels je n’avais jamais été confrontés m’ont rendu si faible, et m’ont tellement fait perdre confiance en moi alors que je me branlais totalement du regard des autres, je m’étais libéré vers mes 20 ans, j’étais fort et je commençais à toutes les baiser.

    Et le plus marrant c’est que j’en avais aucune fierté, j’ai juste rencontré un mec exceptionnel. Ce mec était un tueur, un gars de la rue, il était trop fort dans les contacts humains. Il avait les filles qu’il voulait, vraiment celles qu’il voulait, celles qui vont font mouiller le slip et vous donne envie de baiser un pot de fleur. DÉCLIC, LE PHYSIQUE N’A AUCUNE IMPORTANCE, il faisait juste attention à son corps (pas bodybuildé, juste un peu sportif), à son visage, il avait une coupe correcte et un style vestimentaire juste banal, mais classe.

    Au final, même lui le disait, il était vraiment LAID. Mais les filles expliquaient qu’il dégageait quelque chose, c’était un putain d’alpha. Genre de ton niveau, Konsti.

    Je lui montrais la fille la plus excitante et classe en même temps (pas la salope qui te fait bander parce qu’elle pue le sexe, celle chez laquelle tu vois écris BAISE MOI dans le blanc de ses yeux) d’une boîte, le mec gagnait tout le temps, au moins le numéro et un sourire sans fin de la fille combinés.

    Derrière 99% du temps, il la mettait au fond. Comme tu l’expliques dans tes articles, il évitait tous les pièges. Efficacité, que des plats du pied, un vrai renard des surfaces, PIPPO INZAGHI. C’était mon Pippo, mon tueur.

    D’ailleurs je commençais à vivre dans la facilité, moi j’étais pas bon sur le contact, mais derrière, une fois la glace brisée j’étais pas mal. C’était son job, il faisait le travail le plus dur, il les ramenait et instaurait immédiatement dans la conversation, de la chaleur et du confort, comme s’il les connaissait depuis toujours.

    J’avais plus qu’à travailler ma frappe de balle et c’était bon, il me mettait que des passes décisives. Il m’a montré, il m’a appris. J’ai progressé à une vitesse grand V. Tu dois savoir de quoi je parle, Konsti, ahah, je suis tellement loin de ce niveau !

    Puis lors de cette période noire, je suis redevenu un homme faible mentalement, toutes mes qualités de séduction je les avais perdues. D’une impression de dominer le monde, tu te retrouves soudain totalement perdu, plus capable d’aborder la moindre fille.

    Putain, ça fait mal au cul, comme si t’avais oublié comment tu faisais pour les ramener dans ton lit. J’ai bossé et j’ai bossé pour redevenir celui que j’étais et j’ai eu un déclic. Bon ça a pris 1 an et demi de dépression mais tout est dans la tête.

    Car oui les gars, les filles sont intuitives, si vous êtes tristes car vous en avez aucune dans votre lit, parce que vous en avez lourd sur le cœur, à cause de votre ex qui vous a quitté, bref à cause de problèmes; et bien vous les ferez toutes fuir, elles sentiront ce besoin affectif, elles verront la bête blessée.

    On est des bêtes, vous croyez qu’une lionne elle va laisser un lion faible la baiser ? Non, l’instinct fait qu’elle choisira un meneur, quelqu’un sur qui elle sait qu’elle pourra se reposer. Un mâle fort mentalement qui pourra mener sa future famille vers le chemin du bonheur. Un leader. C’est ça l’instinct animal en fait, c’est grâce à toi que je l’ai compris. Et tout se rejoint, elle préférera un lion avec une crinière moins belle, peut-être moins musclé et moins beau, mais qui sera un putain de gagnant dans sa tête.

    Pour revenir à mes moutons, ça y est c’est revenu je les emmerde tous et j’ai envie de vous dire, à tous ceux qui n’ont pas confiance en eux, la vie c’est comme ça, un développement personnel continuel, en séduction, en amour, en performances sexuelles( et oui ;) ), dans le travail, en amitié, dans le sport..

    On peut perdre des années de développement à cause d’un coup dur, mais comme vous le répète Konsti, vous pouvez et vous allez changer ça; parce que si vous pensez comme un gagnant vous allez gagner, et la demoiselle mouillera rien qu’en croisant votre regard.

    Ah oui, il vous arrivera qu’une fille vous glisse que votre assurance la fait palpiter, la rend humide, alors que vous ne la connaissez pas. Alala si vous saviez, je suis parti de tellement loin… mais j’aspire à aller si haut !

    Sans exagérer, vous allez passer d’une consommation d’une petite goutte d’eau à un robinet qui s’arrête plus de couler.

    BORDEL DE MERDE KONSTI C’EST UN GENIE, ya pas de feinte, soyez un alpha, ne vous retenez pas de bander devant une fille, ne vous sentez pas gênés, il vous le répète, vivez, baisez, c’est dans la tronche. Les femmes sont plus salopes les unes que les autres, elles sont pires que nous, plus vicieuses, nous au fond on veut juste baiser. Puis merde, c’est normal, c’est notre taff, on est là pour préserver l’espèce, Mère Nature nous a rendus chauds lapins afin que notre race ne s’éteigne pas. On a envie de procréer toute la journée et c’est logique.

    Revenons au robinet, je me suis égaré.. Ça va couler et ça va couler car vous allez monter en niveau en même temps, comme dans un jeu vidéo. Il vous ment pas, même moi qui suis très loin de lui, je sais plus laquelle baiser et du coup, arrive ce moment où vous vivez dans l’abondance. Je suis pas Brad Pitt au passage, normal + on va dire.

    Lisez ses articles, il est brillant il un regard différent sur le monde, croyez moi. C’est une chance inestimable qu’une personne différente comme lui propose son vécu, son expérience personnelle avec sa capacité d’explication, gratuitement. Parlez de Konsti à vos amis, à vos proches, c’est un bon. Il le mérite croyez moi il est très intelligent .

    J’étais si bas, et je tiens à te remercier encore et encore, car bien que j’avais tout pour moi, j’étais devenu le dernier des loosers, même les filles qui craquaient sur moi partaient immédiatement tellement qu’elles voyaient la défaite luir dans mes yeux.

    Tu m’as permis de retrouver le chemin, j’étais perdu.

    En fait, aujourd’hui théoriquement, je pense avoir déchiffré toutes les lignes, je crois que tu comprends ce que je veux te dire, c’est comme une énigme à résoudre la séduction.

    Disons que la séduction est une maison, j’ai les fondations en tête, les murs sont là, j’ai un beau ptit toit, c’est du solide mais rien de fou. Toi t’es en train de tailler le bout de marbre qui dépasse de ta piscine à débordement, tu vois l’idée.. :)

    Comme tu nous le répètes et répètes, c’est sur le terrain qu’il faut appliquer tout ça et réveiller à 100% la bête, l’alpha qui est en nous, exploiter 100% de notre potentiel, c’est ça le but de la vie.

    Comme un chirurgien qui va mettre en pratique toute la théorie qu’il aura engloutie pour sauver des vies. Après nous c’est pour sauver l’espèce, c’est une question d’humanité, on doit les baiser pour nos ancêtres, pour leur faire honneur. C’est notre mission. Bon un truc comme ça..

    Tu m’as beaucoup aidé, j’ai retrouvé le chemin. Je pourrai jamais assez te remercier, MERCI, MERCI, MERCI. Et c’est pour ça que j’ai envie de dire, avant de vouloir baiser et baiser, comprenez la psychologie humaine les gars, vous allez avoir un déclic quand vous aurez compris que tout est lié. Ya plein de branches immenses qui partent dans tous les sens et elles se rejoignent toutes.

    Bonne continuation Konsti. T’es un grand, mais tu le sais déjà.

    • Konsti dit :

      BEST !

      COMMENT !

      EVER !

      Holala, Pablo, quel commentaire inspirant.

      Je t’en remercie infiniment.

      Mon problème, Konsti, c’est que je n’ai aucune relation durable, car je suis trop honnête et trop proche du singe.

      Ce n’est pas à cause de ton honnêteté. Moi, j’ai plusieurs (disons 5 en moyenne, je dis « en moyenne » car ça fluctue, c’est un petit système de rotation : elles partent, reviennent, sont remplacées par de nouvelles, etc.) relations intimes simultanées qui durent depuis des années. Tout se passe de manière sincère et ouverte. Les filles sont au courant que j’ai une famille, que je vois d’autres femmes, que j’ai un site sur la drague, que j’aime draguer, que j’aime fréquenter les clubs échangistes, etc. Chez toi c’es donc dû à quelque chose d’autre.

      Et au final, dans la séduction tout est question d’interaction comme tu le dis si bien, pas besoin de phrase pré-fabriquées,

      Je nuance : les phrases toutes faites ont leur place dans (l’apprentissage de) la drague. J’utilise moi-même des phrases toutes faites de temps à autre.

      Et c’est ça le problème, trop d’hommes en général se préoccupent de ce que les autres vont penser d’eux, quelle étiquette ils vont leur coller, qu’est ce qu’ils vont se raconter à leur sujet en les regardant du coin de l’œil… etc.

      Je les comprends, car — inné ou appris, peu importe — la peur du regard des autres a une fonction. C’est utile. Je t’invite à lire l’article Tout le monde a peur du rejet.

      Dans les moment difficiles, on comprend que le seul regard qui importe, c’est celui de sa famille et de ses amis, c’est vraiment la seule chose qui compte.

      BAM ! Tout à fait d’accord avec toi.

      Les problèmes de la vie plus graves auxquels je n’avais jamais été confrontés m’ont rendu si faible, et m’ont tellement fait perdre confiance en moi alors que je me branlais totalement

      Attention ! Mon but n’est pas de te contredire, te rabaisser ou quoi que ce soit. Je veux booster ton dev perso à un niveau supérieur !

      Je vais t’apprendre une leçon tellement simple, mais tellement puissante. Ce petit changement améliorera ta confiance en toi, ton champ d’influence et la qualité de quasiment toutes tes relations.

      Cette règle, la voici : tu es le seul responsable de tes émotions.

      Ce n’est pas tes problèmes qui t’ont rendu faible. Ce n’est pas tes problèmes qui t’ont fait perdre confiance en toi. C’est ton attitude vis-à-vis de ces problèmes, ta façon de percevoir ces problèmes, ton interprétation…

      Il faut distinguer stimulus et cause. Ces problèmes sont le stimulus, mais pas la cause de tes émotions, de ta baisse de confiance en soi.

      Oui, en changeant ton interprétation des problèmes, tu changes leurs effets sur toi, tu changes ta réaction, tes émotions, ton comportement face à ces problèmes.

      Ce que je te raconte là n’est pas du blabla ésotérique. C’est prouvé scientifiquement !

      Je te conseille fortement de lire les livres suivants. Ces livres se trouvent dans mon top 5 des meilleurs livres :

      Disons que la séduction est une maison, j’ai les fondations en tête, les murs sont là, j’ai un beau ptit toit, c’est du solide mais rien de fou. Toi t’es en train de tailler le bout de marbre qui dépasse de ta piscine à débordement, tu vois l’idée.. :)

      Tu m’idéalises, Pablo. Allez, redescends-moi de ce piédestal.

      :-)

      Encore un grand merci, Pablo, pour ta magnifique contribution !

  • >