≡ Menu

Comment draguer une fille plus jeune quand on a plus de 40 ans : le guide ultime

Ceci est un article dans la catégorie Le coach de drague TE répond. La particularité de cette catégorie est que le coach de drague reprend et répond aux questions des lecteurs. Si tu as une question, alors clique ici pour la poser.

As-tu plus de 40 ans (ou 35) ?

As-tu peur de ne plus pouvoir séduire parce que tu te crois trop vieux ?

As-tu des regrets d’avoir trop investi dans ta carrière et trop peu dans ta vie amoureuse ?

Souhaites-tu draguer une fille plus jeune que toi ? Beaucoup plus jeune ! (Ne serais-tu pas en train de développer des sentiments pour elle ?)

Draguer une fille plus jeune

Si tu as répondu « Oui » à une de ces questions, cet article est fait pour toi.

Voici ce que tu y découvriras :

  • L’âge est-il un réel obstacle pour séduire (des femmes plus jeunes) ou est-ce juste une croyance limitante ?
  • Un facteur plus important que ton âge dans ton succès auprès des femmes.
  • Les 6 facteurs qui déterminent ton (manque de) succès auprès des femmes.
  • Le bon état d’esprit et les bonnes croyances pour séduire quand on a plus de 40 ans.
  • 7 erreurs fatales à ne pas commettre quand tu essaies de séduire une femme plus jeune.
  • Des exemples réels de textos à ne pas envoyer à cette femme. Tu es prévenu : envoie un texto similaire et tu seras grillé.
  • Comment ne surtout pas exprimer tes sentiments à une femme. Si tu le fais de cette façon, elle n’éprouvera plus aucune attirance envers toi et elle te catapultera dans la « friend zone ».
  • Quand tu exprimes ton intérêt et tes sentiments à une femme, tu dois le faire en respectant ces 5 points. Sinon… « friend zone » !
  • Parfois les femmes te lancent des tests. Quels tests, pourquoi ces tests et comment passer ces tests ? Sinon… « friend zone ! »
  • Et plein d’autres pépites.

Le meilleur reste à venir…

Tous ces conseils, je ne vais pas te les présenter comme ça, à sec.

« Fais ceci, fais cela… »

Zzzzzzzzzzz…

Non, je vais te raconter une histoire. Une histoire vraie !

L’histoire de Christian et de Géraldine.

Christian a 48 ans.

Géraldine en a, accroche-toi…

22 !

Mais avant de continuer, j’aimerais te dire 3 choses.

Premièrement, pourquoi devrais-tu me faire confiance ? (Au cas où tu ne me connaîtrais pas encore.)

La séduction en particulier et les interactions sociales en général sont mes passions.

J’ai 37 ans, je suis psychologue et coach en séduction. J’ai aidé pas mal d’hommes de plus de 40 ans à retrouver confiance en eux, à libérer le mâle alpha qui dort en eux, à se trouver une ou plusieurs partenaires, etc.

J’ai une femme, un gosse et plusieurs copines. Et çà depuis des années… Et sans mentir.

Les conseils dans cet article sont issus de mon expérience.

Je sais ce dont je parle.

Je vis cette vie.

Sans vouloir être prétentieux et en te regardant DROIT dans les yeux : « Tu devrais me croire, car I’m the real deal. Et je vais te le prouver dans quelques instants. Il te suffit juste de lire la suite… »

(Si tu veux en savoir plus sur moi, je t’invite à lire mes autres articles et à écouter mes podcasts.)

La deuxième chose que j’aimerais te dire…

Comment draguer une fille plus jeune : est-ce vraiment l’âge ?

Le plus grand obstacle n’est pas l’âge ou la différence d’âge entre la fille et toi.

Il y a un facteur beaucoup plus important.

Lequel ?

Lis la suite et tu comprendras…

(Tuyau : c’est une erreur commise par les hommes de tout âge.)

La 3e chose que j’aimerais te dire : il y a sûrement des différences entre toi et Christian. Tu te reconnaîtras sur certains points, mais pas sur d’autres.

Ne te laisse pas dissuader par les différences !

Si ton dialogue interne te dit : « Christian est différent. Ceci ne me concerne pas. Je passe à autre chose… »

Ne l’écoute pas !

Prends le temps de lire l’article jusqu’à la fin, car il est BLIN-DÉ de pépites. (Je te préviens, l’article est super long.)

Ceci étant dit…

Ready ?

Alors attache ta ceinture…

Voici le 1er message de Christian :

Salut « Konsti »,

D’abord bravo et merci pour tes livres, ton site web et tous tes conseils de manière générale. J’aime beaucoup ton approche de la vie et de la séduction et je m’y retrouve bien.

« Plus jamais seul » est puissant et je trouve que « Tu la veux, tu l’auras » l’est encore plus.

Les 8 règles que tu as trouvées, c’est franchement bien vu, et je les applique, tout du moins j’essaye. Même hors du contexte de la séduction, dans toutes mes interactions sociales en général, c’est fou comme c’est libérateur. Malgré tout j’ai encore bien de blocages et je pense aussi commettre de grosses erreurs.

Si je t’écris c’est justement parce que dans une de mes dernières tentatives je sens que quelque chose cloche et je ne vois pas trop quoi . J’espère que tu pourras m’éclairer en lisant le long récit de mes aventure avec Géraldine.

Géraldine a 22 ans, elle est belle, même très belle, le genre de fille qui fait l’unanimité chez les mecs et que les autres filles détestent et jalousent.

Quant à moi j’ai 48 ans et je suis un mec normal, sauf que j’ai réussi à conserver mon physique de surfeur. Et oui, ça aide quand même de ne pas ressembler à un oignon.

L’histoire de Géraldine et moi commence lorsqu’on démarre des cours de danse dans la même école. Six mois plus tard je me sens chaud pour commencer à aller écumer les pistes de danse et histoire de pas sortir seul, je fais le tour du groupe pour essayer de trouver des complices.

La seule qui soit partante c’est elle. Nous voila donc partis pour aller danser en soirée ensemble. À ce moment-là tout est bien clair : on sort danser et rien d’autre.

Quand je la regarde je la trouve tellement belle, tellement jeune que pour moi c’est impossible d’imaginer autre chose.

Pendant 1 mois ou 2 on sort chaque semaine et puis elle ne sort plus, pas le temps, les études, blabla je sais plus.

On se voit quasiment plus.

Avance rapide, un de mes copains, trentenaire, qui nous avait croisé en soirée fait un barbecue pour son anniversaire. Je check les filles qui viendront avec lui, et c’est pas ça.

Il me dit d’inviter Géraldine. J’envoie un texto comme on jette une bouteille à la mer. Contre toute attente elle me répond qu’elle viendra.

On arrive ensemble, on danse, on boit, on mange, on rigole…

La soirée avance. Il est 4h du matin et elle est fatiguée. Je la ramène et je reviens à la soirée.

Et là grosse claque, mes potes me disent : « Mais qu’est-ce que tu fous là ? T’es pas resté avec ta copine ? »

Je leur répond que n’importe quoi, que c’est juste une copine et pas ma copine et qu’il y a rien entre nous. Ils ne me croient pas. On étend la discussion aux quelques filles encore là et même avis général : soi-disant que tous les deux on se comporte comme si on était ensemble.

Je rassemble mes souvenirs, je réfléchis et je prends conscience que oui, on se colle l’un à l’autre pour se faire la bise, elle s’appuie contre moi pour rien, je l’attrape par la main pour lui faire changer d’endroit, je la tiens par les hanches, les épaules … et quand on se parle nos visages sont à peine à dix centimètres l’un de l’autre.

Du coup, je me dis qu’il y a peut-être moyen. J’essaie de la revoir, mais pas le temps, pas les mêmes agendas, blabla ça foire.

L’été se termine, on se revoit à la danse à la rentrée. Elle se comporte toujours pareil, mais pas moyen de la voir en soirée.

Elle bosse comme serveuse en plus de ses études, blabla.

Avance rapide, je dois aller à un concert avec une autre fille. On s’embrouille et je me retrouve à devoir y aller seul.

Nada, je prends mes contacts et je cherche une partenaire. Texto à Géraldine. Elle y va. Je lui propose qu’on y aille ensemble. Elle est ok.

On arrive ensemble et je joue du fait que tout le monde pense qu’on sort ensemble… Bon moment de « preuve sociale », super soirée, je me régale.

Je la ramène, mais elle part le lendemain pour un stage de 2 mois à l’étranger.

La logistique est contre moi, je décide d’en rester là. De toute façon la soirée était déjà un succès à elle seule.

Deux mois plus tard, texto pour savoir si elle est revenue. Réponse 10 jours plus tard : « maintenant oui ».

Nous revoilà donc en soirée, cette fois je bois trop. Y’a trop de copains, de copines, je fais n’importe quoi…

La soirée est finie, elle m’attend dans la voiture depuis au moins 30 min et moi j’essaie de négocier pour qu’on aille se baigner dans la piscine d’une copine.

Elle vient me demander qu’on rentre. Je l’ignore et du coup elle rentre avec des gens qu’elle connaît.

Le lendemain je lui envoie un sms « Quand tu sera de nouveau à [ville x], j’aimerais qu’on se fasse une soirée rien que nous deux. »

Elle me répond : « Si c’est de la drague alors non désolée. Sinon pourquoi pas. »

Aie !

Répondre franchement me semble contre-productif, j’opte pour l’esquive : « Lol, t’inquiète. Il n’y aura pas de resto, ciné, bouquet de fleur, petit verre et autre connerie. À bientôt. »

Une dizaine de jours plus tard nouveau sms : « cc Géraldine, il y a un bar à vin dont on m’a parlé et que j’aimerais bien essayer. Si t’es dispo mardi ou jeudi de la semaine prochaine j’aimerais bien qu’on se fasse ça ensemble. »

Et donc jeudi dernier 20h30 nous voilà l’un contre l’autre dans les canapés de ce petit bar à vin bien sympa.

Le temps passe, il est minuit, on est les derniers, on paye et on s’en va.

Je lui propose de venir boire un verre chez moi. Elle est ok. On boit, on parle, encore une fois je bois trop, je n’ai plus les idées assez claires pour lui exprimer mes émotions et mes intentions verbalement, je laisse filer le temps.

3h elle veut rentrer. Je la ramène et je tente un classique : l’embrasser en bas de chez elle.

Elle esquive et se sauve. Je la laisse partir et je rentre. J’ai son ordi portable dans mon coffre de voiture et je dois le passer à un pote pour qu’il lui répare.

Vendredi soir, nouveau sms : « Mon pote pense pouvoir réparer ton ordi, je te le rapporte lundi. J’aimerais qu’on parle. »

Réponse dans la foulée : « Ok merci beaucoup. Il n’y a rien à dire de particulier. Tu as abusé sachant que je t’avais dit que je ne voulais pas que tu me dragues. On passait une très bonne soirée et ça a un peu refroidi la soirée. Je t’apprécie beaucoup, mais tu déconnes. »

Ma réponse : « Même s’il n’y a rien à dire de particulier, je pense que c’est quand même mieux de le dire. Ça attendra lundi. »

Alors voilà, lundi j’y vais pour faire ce que j’aurais dû faire jeudi, lui exprimer mes intentions et mes sentiments verbalement.

Je pense que c’est mort, mais peu importe, je veux juste parcourir le chemin pour voir jusqu’où il mène.

Sauf si tu me conseilles autre chose, bien sur !

Il n’empêche que j’ai l’impression qu’il y a une vraie objection la dessous, et je parierai bien sur notre différence d’âge.

Durant les derniers mois je me suis rendu compte que ça m’était quand même bien plus dur de conclure avec des filles de 30 ans, alors qu’au-delà de 40 c’est un vrai jeu d’enfant.

Donc déjà, que penses-tu de mon histoire et que me conseilles tu de faire lundi ?

Et puis surtout de manière générale, comment puis-je adresser cette foute objection de l’âge ?

Aujourd’hui comme je n’ai pas d’idée je me contente d’éviter le sujet, mais je pense que c’est contre-productif.

Merci de m’avoir lu jusque la, c’était long je sais. Merci aussi pour ta réponse en espérant qu’elle arrive avant que j’ai tout foiré.

Alors, cher lecteur ?

Qu’est-ce qui t’as marqué dans ce 1er message de Christian ?

Faisons l’analyse ensemble…

Comment draguer une fille plus jeune : la base

Le points suivants sont tellement évidents, qu’on risque facilement de passer outre.

Pourtant ils sont d’une importance capitale

C’est la base !

  • Christian s’instruit en matière de drague. Ceci implique qu’il croit que la drague peut s’apprendre et qu’elle peut s’apprendre à son âge (48 ans). Ça semble trivial, mais c’est un point fondamental. Beaucoup d’hommes croient que la drague ne peut pas s’apprendre.
  • Il se rend compte qu’il a des blocages. Encore une fois, beaucoup d’hommes préfèrent ne pas voir la réalité en face. Ils ont des blocages, mais ne veulent pas l’avouer.
  • Mieux encore, il n’a pas peur de demander de l’aide. Beaucoup d’hommes sont trop fiers pour demander de l’aide.
  • Je ne sais pas s’il s’en rend compte, mais en s’inscrivant à des cours de danse il se rend dans un environnement qui joue en sa faveur : dans un tel environnement il a plus de chances de rencontrer de jeunes femmes. Cher lecteur, est-ce que ton environnement joue en ta faveur ?
  • Christian prend l’initiative de s’inscrire à des cours de danse. Ensuite, il prend l’initiative de se trouver une partenaire de danse. Christian est proactif. Il va vers les gens. Il se crée des opportunités.

L’analyse de leur interaction

  • Il est intimidé par la jeunesse et la beauté de Géraldine.
  • Il relance Géraldine par texto après quelques mois de silence radio. Encore une fois, il est proactif.
  • Il a raté 2 opportunités : le barbecue et le concert. Il aurait dû essayer de conclure. Il aurait dû monter chez elle pour un dernier verre (ou un autre prétexte) et il aurait dû « escalader physiquement ».
  • Après, ça part en vrille : il boit trop, puis il essaie de se rattraper en lui proposant « une soirée à deux » par texto. Le mec qui s’auto-sabote et qui ensuite essaie de se rattraper par texto ou sur Facebook est un phénomène courant. Malheureusement, il est trop tard… Le mal est fait.
  • Le texto « Si c’est de la drague alors non désolée. Sinon pourquoi pas. » peut être considéré comme un « shit test ». Avec sa réponse « Lol, t’inquiète. Il n’y aura pas de resto, ciné, bouquet de fleur, petit verre et autre connerie. À bientôt. », il rate le test. Il entre dans le jeu de Géraldine. Il aurait dû retourner la situation en répondant quelque chose comme « Moi non plus je ne veux pas que tu me dragues. Tu es trop jeune pour moi. »
  • Il a une 3e opportunité : dans le canapé du petit bar à vin et ensuite chez lui. Il s’auto-sabote encore une fois en buvant trop.
  • Après le bar à vin, chez lui, Christian aurait voulu exprimer verbalement ce qu’il ressent pour Géraldine. Heureusement qu’il ne l’a pas fait. Son timing n’était pas bon. Il est trop tard. Comme je le précise dans Tu la veux, tu l’auras, exprimer tes sentiments verbalement sans le support du non verbal est contre productif.
  • Aïe, aïe, aïe, aïe… Il tente de sauver les meubles en essayant de l’embrasser en bas de chez elle. Encore une fois, il aurait dû instaurer de l’intimité beaucoup plus tôt : dans le canapé du bar à vin et ensuite chez lui.
  • Il continue sur la pente descendante et se transforme en mâle bêta : il s’occupe de la réparation de l’ordi de Géraldine. Ce n’est pas un jugement moral. C’est juste que ce genre de comportement tue l’attirance. Tu veux te retrouver dans la « friend zone » ? Alors sois serviable !
  • « Même s’il n’y a rien à dire de particulier, je pense que c’est quand même mieux de le dire. Ça attendra lundi. » est une très bonne réponse. Il garde le contrôle.
  • Il compte malgré tout exprimer ses intentions et ses sentiments verbalement. D’un point de vue stratégique c’est une mauvaise idée. Pourquoi ? Il est trop tard. En s’exprimant verbalement si tard, après avoir raté plusieurs opportunités, après s’être autosaboté, il ne fera que consolider l’image du mec faible.

Cher lecteur, observe l’évolution :

  1. Il rencontre Géraldine.
  2. Il rate 2 opportunités (barbecue et concert).
  3. Il boit trop. Il essaie de se rattraper en lui proposant « une soirée à deux » par texto.
  4. Il rate une 3e opportunité (il s’autosabote en buvant trop).
  5. Il tente l’acte de désespoir classique : le baiser devant la porte.
  6. Il s’occupe de la réparation de l’ordi de Géraldine.
  7. Il compte lui exprimer ses sentiments verbalement.

Que constates-tu ?

Une spirale infernale !

Il termine son message en se posant des questions sur la différence d’âge.

Il n’empêche que j’ai l’impression qu’il y a une vraie objection la dessous, et je parierai bien sur notre différence d’âge.

Encore une fois, l’âge joue un rôle, mais ce n’est pas une fatalité. Ce n’est pas noir ou blanc. Ce n’est pas un seul facteur qui fait que ça marche ou que ça ne marche pas.

C’est la somme de plusieurs facteurs : l’âge, l’apparence physique, le statut socio-économique, l’environnement, le comportement, etc.

Dans le cas de Christian l’âge n’est pas le problème. Le problème est…

Son estime personnelle !

« En suis-je capable ? »

« Suis-je assez bien ? »

« Ne suis-je pas trop vieux ? »

« Est-ce que je la mérite ? »

Et cette estime personnelle se manifeste dans…

… son comportement !

Est-ce mort ?

Voici ma réponse au 1er message de Christian :

Hello Christian,

merci pour ton message. Merci pour ta confiance.

Alors, qu’est-ce que je pense de ton histoire ?

Je pense que tu aurais dû attraper le taureau par les cornes plus tôt. Le barbecue de ton ami était l’occasion idéale pour appliquer la 2e règle : agis pour obtenir, non pas pour éviter.

Est-ce mort ?

Je pense que oui.

J’en suis certain.

J’espère que je me trompe.

Que faire maintenant ?

Tu appliques la 5e et la 3e règle de Tu la veux, tu l’auras. C’est-à-dire tu poursuis ton chemin avec ou sans elle (5e règle) : tu t’exprimes et tu restes sur ta position.

Et tu acceptes le pire scénario (3e règle) : tu acceptes l’éventualité de la perdre.

Bien à toi,

Konsti

Dans mon analyse du 1er message de Christian je dis qu’exprimer ses sentiments et intentions verbalement est une mauvaise idée. Ici, par contre, je lui conseille de s’exprimer. Ça peut sembler paradoxal, mais ça ne l’est pas.

Alors, pourquoi est-ce que je lui conseille de s’exprimer ?

Premièrement, pour qu’il le fasse enfin.

Pour qu’il parcoure le processus une 1e fois.

Pour le confronter à sa peur !

Pour le pousser dans son développement.

Comme il le dit lui-même dans un de ses messages…

[…] je veux juste parcourir le chemin pour voir jusqu’où il mène.

Deuxièmement, il ne doit pas s’exprimer n’importe comment. Ce n’est pas juste une question de lui dire que tu as des sentiments pour elle. C’est plus compliqué que ça. Exprimer tes sentiments est une compétence.

Quand tu exprimes tes sentiments, tu dois le faire :

  • verbalement ;
  • non verbalement ;
  • clairement ;
  • régulièrement ;
  • inconditionnellement et sans aucun engagement.

Pour plus d’infos sur ces 5 points je t’invite à télécharger Tu la veux, tu l’auras.

Il a l’âge de ses parents

Voici la réaction de Christian (son 2e message) :

Salut Konsti,

Merci pour tes conseils. J’ai fait sans. Elle est passée hier soir chez moi et je lui ai dit que je la trouvais terriblement attirante, etc.

Je pense qu’elle ne s’attendait pas à ça. Elle avait le regard du lapin pris dans les phares et qui ne sait pas comment réagir !

Elle a essayé de retourner la situation en disant que si je me « comportais bien avec elle » on pourrai peut-être se revoir.

Ça m’a fait rire. Je l’ai coupée nette en lui disant que mon comportement venait de mes valeurs, mes convictions, mes sentiments et que je n’allais pas en changer. Bises et au revoir.

En phase aussi avec ce que tu dis, j’aurais dû me réveiller avant !

Mais bon, c’est la vie.

La question qui m’ennuie vraiment tourne autour de la différence d’âge. Dans cette histoire j’ai l’âge de ses parents.

Est-ce une croyance limitante, une manière de protéger mon ego ou une vraie difficulté avec une vraie objection du coté de la miss ?

Auquel cas comment l’adresser le plus tôt possible ? Tout ça pour la prochaine fois bien sur.

Au plaisir de te lire

Christian

Maintenant qu’il n’a plus rien à perdre, il se libère.

Il se comporte de nouveau comme un mâle alpha

Il s’exprime et il assume !

Alors Géraldine lui lance le « shit test » ultime :

Elle a essayé de retourner la situation en disant que si je me « comportais bien avec elle » on pourrai peut-être se revoir.

Traduction : « Continue à te comporter comme un gentil afin que je puisse définitivement t’enfermer dans la « friend zone ». »

Pourquoi est-ce que les femmes font ça ?

C’est un test (elles ne le font pas consciemment) :

  • foire le test, c.à.d. entre dans son jeu, et elle éprouvera moins d’attirance pour toi et te mettra dans la « friend zone ».
  • passe le test, c.à.d. n’entre pas dans son jeu, et elle éprouvera plus d’attirance pour toi.

Cette fois Christian a parfaitement réagi. Il a passé le test :

Ça m’a fait rire. Je l’ai coupée nette en lui disant que mon comportement venait de mes valeurs, mes convictions, mes sentiments et que je n’allais pas en changer. Bises et au revoir.

Christian a bien appliqué les règles 3 et 5 de Tu la veux, tu l’auras :

  • Règle 3 : accepte le pire scénario ! Le pire scénario est la rupture définitive.
  • Règle 5 : poursuis ton chemin avec ou sans elle ! Il reste fidèle à lui-même. Il ne se soumet pas. Et ça s’est manifesté dans son comportement et ses paroles : il s’est exprimé et il est resté sur sa position (il a passé le « shit test »).

Ensuite il revient sur la question de l’âge : l’âge, est-ce une croyance limitante ou un réel obstacle ?

Maintenant…

Je me tourne vers toi, cher lecteur.

Qu’en penses-tu ?

L’âge : croyance limitante ou réel obstacle ?

Continues à lire et tu comprendras…

Voici ma réponse au 2e message de Christian :

Hello Christian,

c’est un vrai plaisir de te lire.

Tu as la bonne attitude. (Sans vouloir sonner paternaliste.)

Citation : « Elle a essayé de retourner la situation en disant que si je me « comportais bien avec elle » on pourrai peut-être se revoir. »

Ta réaction est parfaite : « Ça m’a fait rire, je l’ai coupée nette en lui disant que mon comportement venait de mes valeurs, mes convictions, mes sentiments et que je n’allais pas en changer. Bises et au revoir. »

Concernant l’âge : non, ce n’est pas vraiment une croyance limitante.

Attention, ça pourrait l’être.

Pour beaucoup d’hommes ça l’est. Ils s’avouent vaincus d’avance : « Je n’ai aucune chance. Je suis trop vieux. »

Et ils ne tentent rien.

L’âge joue un rôle, mais ce n’est pas une fatalité.

Plus on vieillit, moins on a de succès auprès des filles plus jeunes. Attention, « moins » ne veut pas dire « zéro ».

Alors, que faire ?

Tu fais déjà le nécessaire. Tu te soignes. Tu réussis à préserver un beau corps. Un corps qui te fait paraître plus jeune.

Pour le reste, puisqu’on ne peut pas changer son âge, la meilleure chose à faire est de l’accepter et de l’assumer.

Maintenant, est-ce que ton âge est un obstacle pour elle ?

Peut-être…

Mais dans votre cas je pense qu’il y a un autre facteur beaucoup plus important : le timing.

Comme je viens de le dire, tu as attendu trop longtemps.

Que faire la prochaine fois ?

« Attaquer » dès le début.

Appliquer les 8 règles de Tu la veux, tu l’auras dès le début.

Si l’âge lui pose un problème, tu le remarqueras.

Rien ne t’empêche non plus de lui demander de manière légère et nonchalante : « Quoi ? Je suis trop vieux pour toi, c’est ça ? »

Direct, sincère, confiant.

Comme dans ton dernier message.

(J’ai beau parler. Si j’étais dans ta situation, je ne sais pas si j’aurais fait mieux.)

Bien à toi,

Konsti

P.S. Est-ce que tu me permets d’utiliser notre communication dans un article sur le blog ? Je changerai ton prénom par un pseudo. Et celui de Géraldine aussi, bien entendu. Merci d’avance.

Oui, l’âge joue un rôle, mais ce n’est pas une fatalité.

Le succès auprès des femmes dépend d’un ensemble de facteurs :

  • l’âge : l’attirance masculine culmine entre 25 et 35 ans ;
  • l’apparence physique : grand, athlétique et bien habillé ;
  • l’intelligence : si tu es un peu au dessus de la moyenne, c’est tout bon ;
  • les compétences sociales : dont l’humour, le charme, le charisme, la tchatche, la drague, les compétences sexuelles, etc. ;
  • le statut socio-économique : plus tu as de l’argent, plus tu auras de la valeur sur le marché de l’amour ;
  • l’environnement : un grand blond aura plus de succès au Japon qu’en Suède, par exemple, vu qu’il sera une rareté au Japon et une banalité en Suède.

Je répète : le succès auprès des femmes dépend d’un ensemble de facteurs.

Et je souligne l’ensemble de facteurs.

Par exemple, dans le contexte de la drague et du succès avec les femmes, un mec riche avec peu de compétences sociales se fera démolir par un bon dragueur paumé.

Autre exemple : un beau vieux aura plus de succès auprès des femmes qu’un moche jeune.

Enfin, tu comprends le principe…

L’âge est quelque chose que tu ne peux pas contrôler.

Concentre-toi sur les facteurs que tu peux contrôler :

  • ton apparence physique : perdre du poids, prendre du muscle, bien t’habiller, bronzer, etc. ;
  • tes compétences sociales : apprendre à draguer, apprendre à gérer tes émotions, améliorer ta fluidité verbale, etc. ;
  • l’environnement : rends-toi dans des environnements où ton âge, ton apparence physique, ta nationalité et/ou ton statut socio-économique jouent en ta faveur.

Si ça n’a pas marché entre Christian et Géraldine, ce n’est pas à cause de son âge, mais à cause de ses compétences sociales.

Il a attendu.

Il a hésité.

Il s’est auto-saboté.

Le schéma « louper le coche et sauver les meubles », je l’ai vu à de nombreuses reprises (et lu des centaines de fois).

Ce schéma communique de la peur, de l’incertitude, de la faiblesse…

Ce schéma tue l’attirance !

Une fois que tu produis ce schéma…

C’est mort !

Et ça n’a rien à voir avec l’âge.

« Maintenant que je sais que t’as l’âge de mon père, je n’arrive plus à nous imaginer faire l’amour. »

Voici la réponse de Christian (son 3e message) :

Salut Konsti,

Merci pour tes encouragements et tes conseils. Tu peux bien évidement utiliser nos échanges pour ton blog, si ça peux en aider d’autres, tant mieux. Pour info, Géraldine c’est déjà un pseudo.

Je profite de l’occasion pour te faire un flash info. Depuis hier elle s’amuse à m’envoyer des sms sans vraie raison. Je n’y répond pas pour le moment. Soit je la croise en soirée, soit je lui lance une invitation la semaine prochaine.

Je vais persister encore un peu pour voir, mais pour le moment je la

Je reviens sur l’âge. En donnant mon vrai âge à une fille un jour, j’ai comme réponse : « Maintenant que je sais que t’as l’âge de mon père, j’arrive plus à nous imaginer faire l’amour. »

Sur le coup, ça m’a séché.

Mais ce qui a été le pire, c’est qu’elle en a parlé a ces copines du genre : « D’après vous les filles, quel âge il à ce gars ? »

Et ses copines ont fait de même, etc.

Pour éviter cet effet boule de neige, j’en suis venu à mentir, en répondant « pas loin de 40 ».

Je vais faire comme tu le suggère et je verrais bien. De toute façon je n’ai plus envie de mentir.

Merci encore pour tout. Au plaisir de te lire

Christian

Ce 3e message de Christian contient 2 éléments clés.

Premier élément clé…

Géraldine lui envoie des textos sois-disant sans raison

Si, il y a une raison.

La raison est la suivante…

Souviens-toi, quand Christian a avoué à Géraldine qu’il la trouvait attirante (cf. le 2e message de Christian) :

Elle a essayé de retourner la situation en disant que si je me « comportais bien avec elle » on pourrai peut-être se revoir.

Alors il lui a répondu :

Ça m’a fait rire, je l’ai coupée nette en lui disant que mon comportement venait de mes valeurs, mes convictions, mes sentiments et que je n’allais pas en changer. Bises et au revoir.

Cette réaction fait preuve de détachement, de détermination, de conviction, de confiance, de virilité…

« C’est comme ça. Ça ne te plait pas ? Ciao ! »

Il a appliqué les règles 3, 4 et 5 de Tu la veux, tu l’auras.

Résultat ?

Il a rétabli l’équilibre.

Et c’est pour ça qu’elle a commencé à lui envoyer des textos.

Car elle sent (sans en être consciente) que quelque chose a changé. Elle sent qu’elle est en train de perdre son emprise sur lui.

Deuxième élément clé…

La question de l’âge

Après avoir donné son âge à une fille, elle lui répond :

Maintenant que je sais que t’as l’âge de mon père, je n’arrive plus à nous imaginer faire l’amour.

Ce qui est bon signe, car cela signifie qu’elle était en train de s’imaginer de faire l’amour avec lui.

Son âge n’est pas le problème, mais son attitude.

Pour lui l’âge est une croyance limitante.

Au lieu de…

Sur le coup, ça m’a séché.

Il aurait du réagir de manière légère et enjouée.

Elle : « Maintenant que je sais que t’as l’âge de mon père, j’arrive plus à nous imaginer faire l’amour. »

Lui : « Plus besoin de te l’imaginer. On passe à l’action. Viens ! »

Clin d’oeil.

Ma réponse au 3e message de Christian :

Et merci à toi, Christian.

Konsti

P.S. Tu n’as pas terminé ta phrase : « Je vais persister encore un peu pour voir, mais pour le moment je la… ? »

Tu la ? :-)

Tu la nies ??

Effectivement, il n’avait pas terminé sa…

:-p

« Moi aussi j’ai envie de te voir, rendez-vous chez moi ce soir. »

Voici le 4e message de Christian :

Salut Konsti,

Une fausse manipulation et le message est parti, alors que je ne l’avais pas terminé.

Au moment où j’écrivais, je pensais la laisser un peu en plan et puis je me suis dit : « Tu veux persister, alors agis. »

Donc ce midi petit texto qui n’est en rien une réponse aux siens (elle me remerciait de l’avoir aidée, blabla) : « Moi aussi j’ai envie de te voir, rdv chez moi ce soir. »

À cette heure j’ai des points de suspension comme réponse.

J’ai demandé une explication. Pas de réponse.

Sans importance, au moment où j’écris je viens de recevoir une invitation pour une autre soirée.

J’ai toujours envie de passer la nuit avec elle, mais bizarrement je ne n’espère pas de résultat particulier.

Je profite simplement des émotions que nos interactions procurent.

J’aime trop ça en fait.

Si la situation évolue de manière notoire, je ne manquerais pas de te le faire savoir.

Christian

Aïe !

Nouvelles erreurs…

Donc ce midi petit texto qui n’est en rien une réponse aux siens (elle me remerciait de l’avoir aidée, blabla) : « Moi aussi j’ai envie de te voir, rdv chez moi ce soir. »

Il veut continuer à se montrer viril, déterminé, confiant, en pouvoir…

Mais ses intentions sont transparentes.

Par le simple fait d’avoir proposé le rendez-vous, il reperd le pouvoir,

Il aurait dû envoyer : « Ce soir je vais à soirée x. Tu es la bienvenue. »

En le formulant ainsi, il ne perd pas la face si elle n’accepte pas l’invitation. Il aurait déjà quelque chose de prévu et elle ne serait qu’une invitée. Qu’elle vienne ou pas, ça ne changerait pas grand chose à la soirée de Christian.

En revanche, avec le message…

Moi aussi j’ai envie de te voir, rdv chez moi ce soir.

… Christian donne le pouvoir à Géraldine. En le formulant ainsi, la soirée de Christian dépend entièrement de la décision de Géraldine.

C’est subtil, mais puissant…

C’est purement une question de perception.

Ensuite…

À cette heure j’ai des points de suspension comme réponse.

J’ai demandé une explication. Pas de réponse.

Aïeeeuuh !

Chris !

Tian !

En « demandant une explication » il s’enfonce encore plus.

Il la suit, elle le fuit.

Il termine son message par une série de rationalisations post factum.

Sans importance, au moment où j’écris je viens de recevoir une invitation pour une autre soirée.

Sans importance ? Si c’était sans importance, il n’aurait pas envoyé ces textos et il n’aurait pas demandé d’explication aux points de suspension.

C’est comme le mec qui réagit par un « Tant pis pour toi. » après s’être pris un râteau.

J’ai toujours envie de passer la nuit avec elle, mais bizarrement je ne n’espère pas de résultat particulier.

Il a envie, mais n’espère pas… Contradictio in terminis.

J’aime trop ça en fait.

Je n’en suis pas convaincu.

La réalité : il s’est fait rejeter (encore une fois) et ça pique.

Tout simplement.

Par ces rationalisations post factum il essaye de protéger son ego. C’est normal. C’est humain.

Voici ma réponse au 4e message de Christian :

Ok, merci Christian.

Tiens-moi au courant.

Je suis curieux de connaître la suite.

Konsti

Il me tient au courant.

L’inévitable se produit…

« J’étais en train de tomber amoureux. »

Voici le 5e message de Christian :

Salut Konsti,

Game over.

Comme tu l’avais prédit, c’est fini. Géraldine vient de partir s’installer dans une île de l’hémisphère sud.

Je pensais avoir un joker dans la manche vu qu’on fréquente les mêmes endroits, mais je n’avais pas imaginé qu’elle allait quitter la table de jeu.

Rapide retour arrière : mardi de la semaine dernière je sors danser dans un endroit qu’elle fréquente aussi.

Elle est là, en train de discuter avec un gars. Je lui dis bonjour, à lui aussi, et vais tranquillement saluer les autres personnes que je connais.

Je danse, je discute, je m’amuse sans lui prêter d’attention particulière.

Je retourne la voir en milieu de soirée pour l’inviter à danser. On danse et elle m’annonce qu’elle a finalement eu son poste à l’étranger et qu’elle part le mercredi de la semaine prochaine.

Je lui propose qu’on fête ça ensemble. Elle me dit qu’elle n’aura pas le temps, blabla…

Ça sent la mauvaise excuse, mais je laisse passer.

La soirée avance, elle part…

Je lui envoie un texto pour lui dire que ce serais sympa qu’on fête son départ ensemble.

Pas de réponse.

Le vendredi suivant je suis à une autre soirée, elle aussi.

On danse encore. On parle a peine. Elle est distante et froide. Impossible de l’isoler pour lui parler.

Donc, le samedi je lui envoie un texto : « Ton mépris me fait de la peine… Je pensais qu’on s’appréciait, mais visiblement ce n’était pas réciproque. »

Elle me répond dimanche soir que ce n’est pas du mépris, qu’elle n’a pas le temps et que je l’ai un peu refroidi en essayant de l’embrasser.

Sans intérêt, je supprime.

Lundi je décide de lui répondre : « Je n’ai pas envie de discuter par texto, tu n’as pas envie qu’on se voit, dommage… Tant pis. Je ne vais pas argumenter ou chercher à te convaincre. Je ne regrette pas ce qui s’est passé. D’autres choix étaient possibles. Celui-là était maladroit, mais sincère et honnête. Je garde de toi l’image d’une fille imprévisible, spontanée et authentique ; souvenirs d’une très belle rencontre. »

Histoire finie et quelque part tant mieux, car j’étais (en train de) tomber amoureux. Place à l’analyse afin d’éviter de refaire les mêmes erreurs la prochaine fois.

Ok pour le timing. Effectivement ça à dû être un facteur important. Sans vouloir me trouver d’excuses, au début de l’histoire j’étais encore en couple avec la mère de mon fils.

Je ne suis célibataire que depuis le mois de mars de cette année.

En lui expriment mes sentiments tardivement, j’ai brisé la règle « de l’engagement et de la cohérence ». Elle n’avait plus confiance en moi, ce que je comprends.

Avec du temps, en la côtoyant et en créant un nouveau tout cohérent, j’aurais certainement réussi à recréer la confiance nécessaire.

Il me semble aussi que j’ai été en demande à plusieurs reprises.

Comme j’ai eu un peu de temps, j’ai relu « La peur, une alliée possible ! ».

Dans l’immédiat j’ai ajouté à tes 11 trucs à ne plus faire l’injonction suivante : « Arrête d’être en demande et de vouloir être pris en charge ».

Mon objectif : avoir conscience de mes besoins psychologiques et de ne plus attendre de l’autre qu’il les satisfasse à ma place, pour, in fine, développer une attitude « rien à foutre » quasi permanente tout en restant connecté à mes émotions.

Tout un programme et c’est pas gagné !

Sur le sujet de l’âge, oui je sais, ça me tient à cœur.

J’ai essayé ce que tu m’as conseillé, et effectivement, en n’étant pas affecté par la réaction de la fille, ça passe plutôt bien.

J’ai aussi fait deux essais qui je pense restent fidèles à « direct, sincère et honnête » :

Elle : « T’as quel âge ? »

Moi (je me rapproche d’elle comme pour lui confier un secret à l’oreille) : « Je ne vais pas te le dire parce que j’ai peur qu’après tu n’aies plus envie qu’on fasse l’amour. »

Réaction N° 1 :

Elle souri gentiment. J’aillais l’embrasser direct, mais la copine chiante qui sortait de nulle part est venu la chercher.

Réaction N° 2 :

Elle : « Mais j’ai pas envie qu’on fasse l’amour ! » (Ou quelque chose de similaire je me rappel plus exactement.)

Moi : « Possible, mais possible aussi que tu n’en es tout simplement pas encore consciente. »

Et puis j’ai continué sur un autre sujet, je ne me rappelle plus non plus.

Faut que j’arrête le rhum !

J’aimerais avoir ton avis sur ma réponse, sachant que cette question ne vient jamais au début, mais plutôt quand j’installe la tension sexuelle. Comme si elle cherchait à la faire redescendre ou à m’évaluer en tant que partenaire potentiel.

Pour ce qui est de l’efficacité, je verrais. Je n’ai couché avec aucune, mais ce n’était pas à cause de l’âge. Enfin, je ne crois pas.

Dans tous les cas merci encore pour tes conseils, tes livres, tes e-books, ton blog et tout ce qui va avec.

C’est toujours un plaisir de te lire.

Je suis complètement fan de ton style de drague comme de celui d’Hippolyte.

Je suis impatient de voir ta vidéo au « sommet de la séduction » et à ce sujet tu voulais des avis sur Jessica, alors je ne la trouve pas hyper belle, mais je trouve qu’elle a un sacré sex-appeal , une jolie fille très sexy donc !

Au plaisir

Christian

Encore un message blindé de pépites.

Cher lecteur, tu as encore le courage ?

Continuons alors !

Comme tu l’avais prédit, c’est fini. Géraldine vient de partir s’installer dans une île de l’hémisphère sud.

J’avais prédit que cette histoire n’allait pas aboutir, mais pas que Géraldine allait s’installer à l’étranger.

Avec les 2 comportements suivants il s’est enfoncé encore plus :

Ça sent la mauvaise excuse, mais je laisse passer.

Et…

Je lui envoie un texto pour lui dire que ce serais sympa qu’on fête son départ ensemble.

Après ça, c’est vraiment mort.

La preuve :

On danse encore. On parle a peine. Elle est distante et froide. Impossible de l’isoler pour lui parler.

Après ça il aurait dû couper les ponts définitivement.

Ne plus rien dire.

Ne plus rien envoyer.

Nada.

Adios !

Farewell !

Mais, il la contacte quand même encore 2 fois. Voici pourquoi :

Histoire finie et quelque part tant mieux, car j’étais (en train de) tomber amoureux.

Il en était amoureux…

Je ne peux pas assez souligner l’importance et la puissance de la phrase suivante :

Place à l’analyse afin d’éviter de refaire les mêmes erreurs la prochaine fois.

Place à l’analyse ! Cher lecteur, je te conseille fortement de lire cet article sur le quand, le comment et le pourquoi de l’analyse de tes interactions sociales.

Sans vouloir me trouver d’excuses, au début de l’histoire j’étais encore en couple avec la mère de mon fils.

QUOI ?

En couple avec la mère de son fils ?!

Et ce n’est que maintenant, à la fin de nos échanges, qu’il mentionne ce « détail anodin » ?

Ensuite…

En lui exprimant mes sentiments tardivement, j’ai brisé la règle « de l’engagement et de la cohérence ». Elle n’avait plus confiance en moi, ce que je comprends.

Avec du temps, en la côtoyant et en créant un nouveau tout cohérent, j’aurais certainement réussi à recréer la confiance nécessaire.

Ce n’est pas une question de confiance, mais d’attirance.

Mon objectif : avoir conscience de mes besoins psychologiques et de ne plus attendre de l’autre qu’il les satisfasse à ma place, pour, in fine, développer une attitude « rien à foutre » quasi permanente tout en restant connecté à mes émotions.

Pour développer une attitude « rien à foutre » il doit se créer plus d’options. S’il avait plusieurs « Géraldines » dans sa vie, il serait moins dépendant de chacune individuellement.

Ensuite, il fait une observation intéressante :

J’aimerais avoir ton avis sur ma réponse, sachant que cette question ne vient jamais au début, mais plutôt quand j’installe la tension sexuelle. Comme si elle cherchait à la faire redescendre ou à m’évaluer en tant que partenaire potentiel.

Elles essaient de faire baisser la tension sexuelle. C’est encore un test. S’il entre dans le jeu de la fille, s’il se laisse déstabiliser émotionnellement, alors elle perdra son intérêt pour lui.

Pourquoi cherchent-elles à faire baisser la tension sexuelle ?

Ma réponse au 5e message de Christian :

Salut Christian,

merci pour ton e-mail enrichissant.

Dommage pour Géraldine.

Mais bon, c’est la vie.

Et vu ton attitude et ton style, je suis certain que tu t’en remettras très vite en trouvant une voire plusieurs remplaçantes.

Ton analyse me semble pertinente et correcte.

Ensuite, qu’est-ce que je trouve de tes 2 réponses à la question concernant ton âge.

Je les trouve magnifiques !

J’ai rigolé à haute voix dans les 2 cas. Et tu as encore une fois raison.

Elles cherchent à faire baisser la tension sexuelle. Il te suffit juste de ne pas entrer dans leur jeu. De ne pas perdre « la frame » (venant du terme « frame control » en anglais, signifiant « avoir le contrôle de la signification de l’interaction »).

Bref, il te suffit de garder le contrôle de l’interaction. Ce qui, te connaissant, ne devrait poser aucun problème.

Concernant l’efficacité de la phrase, ce n’est pas une phrase qui fera que, oui ou non, tu couches avec la nana. C’est ton attitude, ton comportement, l’ensemble de ta communication. Mais ça aussi tu le sais. Pas besoin de te le dire.

Mais je le dis quand-même, car ça sera lu par des centaines, voire des milliers de mecs. Certains de ces mecs attribuent encore un peu trop d’importance aux phrases de drague.

Encore merci pour ta confiance et ton partage, Christian.

Bien à toi,

Konsti

Courage, cher lecteur, on y est presque !

Encore un peu…

Le 6e message de Christian :

Tes encouragement me font vraiment plaisir.

Content aussi de t’avoir fait rire, pour autant je reste ton débiteur.

Alors oui, la phrase, les mots en eux-mêmes ne sont pas importants ou efficaces. L’idée c’était d’exprimer mon ressenti authentique et c’est vrai que je suis satisfait du résultat même si ça n’a pas été jusqu’au sexe.

T’imagines, avant je redoutais la question de l’âge et quand elle arrivait je me retrouvais en position de demande de validation.

Aujourd’hui je ne suis plus du tout affecté, et cela me permet même d’exprimer mes intentions verbalement, etc.

Je sais bien que tu vois de quoi je parle. Tu connais ça mieux que moi.

T’en as même fait un livre !

Bien sincèrement,

Christian

Ma réponse finale :

Nous avons de quoi faire un magnifique blogpost qui en inspirera beaucoup.

Merci Christian,

Konsti

Comment draguer une fille plus jeune : la morale de l’histoire

Cher lecteur, qu’est-ce qu’il faut retenir de tout ça ?

Reprenons les points importants :

  • Oui, tu peux apprendre à draguer après 40 ans. Oui, tu peux booster ta confiance en toi et développer tes compétences sociales après 40 ans. Oui, tu peux augmenter ton succès auprès des femmes après 40 ans.
  • La différence d’âge joue un rôle dans la séduction, mais ce n’est pas une fatalité.
  • Concentre-toi sur ce que tu peux contrôler et améliorer : ta santé, ton apparence physique, tes compétences sociales et ton environnement.
  • Quand tu es plus âgé, tu dois miser sur d’autres atouts : ton expérience, ton humour, ta repartie, ton statut socio-économique, ton charisme, etc.
  • Parfois, la différence d’âge est même un avantage. Certaines femmes préfèrent les hommes plus mûrs. Je t’invite à écouter le 26e épisode du Tom Torero Podcast. Dans cet épisode super inspirant, Tom interviewe un dragueur de rue passé la quarantaine (Petite parenthèse : l’interview est en anglais.)
  • Le succès auprès des femmes dépend d’un ensemble de facteurs : l’âge, l’apparence physique, l’intelligence, les compétences sociales, le statut socio-économique et l’environnement.

Voilà l’ami…

Il n’est pas trop tard.

Il y a de l’espoir.

Tu peux changer de trajectoire…

… encore maintenant !

Tu dois juste faire le 1er pas pour ensuite ne plus t’arrêter.

Si tu as des questions, n’hésite pas à les poser en bas dans les commentaires. Ou si tu es intéressé par un coaching personnalisé, envoie-moi un e-mail à konsti@humanattraction.be. (Te faire suivre par un expert peut te faire gagner énormément du temps.)

Merci pour ton attention, toutes mes félicitations d’être arrivé jusqu’ici et…

Bonne drague !

À propos de l’auteur : Je m’appelle Konsti. Je suis psychologue, le fondateur de CoachDrague et l’auteur des guides Plus jamais seul ! et Tu la veux, tu l’auras. Je suis passionné par l’analyse profonde des interactions homme-femme, le polyamour, l’hypnose et la sexualité. Mon style de drague est direct et sincère.

  • mike dit :

    Salut Konsti,

    j’aimerais avoir un article pour savoir comment un homme de plus de 50 ans drague une femme de plus de 50 ans.

    À cet age on ne ne drague plus dans la rue.

    Merci a toi,

    Mike

    • Konsti dit :

      Bonjour Mike,

      si tu as plus ou moins le même âge que la femme, alors l’âge ne joue (presque) plus aucun rôle.

      Alors ta question peut se réduire à : comment draguer une femme ?

      Ce qui est une question large.

      Je t’invite à consulter les articles qui te semblent pertinents.

      À cet age on ne ne drague plus dans la rue.

      C’est qui « on » ?

      Tu veux dire que « tu » ne dragues plus dans la rue…

      Ma réponse : « La drague dans la rue ne se fait pas en général. C’est pour les mecs frustrés. Les cas sociaux. Les mecs bizarres. Les pauvres. Les étrangers. Les jeunes. Les marginaux. Les beaux. Les grands. Les mecs confiants. Bref, la drague dans la rue, c’est pour les autres. Ce n’est pas pour moi, car j’ai peur d’être mal perçu. »

      Comment se débarrasser de ce dialogue interne négatif ?

      En draguant dans la rue…

      … en ayant plus de 50 ans.

      • mike dit :

        salut Konsti

        merci d’avoir répondu

        mike

  • ould dit :

    Salut Konsti, l’article est excellent, comme tous tes articles d’ailleurs. Je t’en félicite vraiment.

    Konsti je voulais savoir comment observer vraiment ma petite voix interne AU MOMENT de son déclenchement. Je m’explique : souvent (pour ne pas dire toujours) j’en prends vraiment conscience que quelques instants après l’achèvement de son dialogue et parfois carrément après la situation déclenchante de cette petite voix.

    L’intérêt de ma question: c’est pour mieux la contrôler.

    Merci

  • Rocco24cm dit :

    Salut Konsti merci pour tes conseils.

    Moi je ne suis pas un papy mais je suis dans une situation un peu similaire.

    J’ai 22ans et je craque complètement pour une fille de 17ans (chez moi la majorité sexuelle c’est à 16ans, donc pas toll :-) ) elle est trop C.A.N.O.N, mature et physiquement on lui donnerai entre 20 et 21 ans.

    Elle ne m’a jamais vu en face mais moi si. J’ai obtenu son numéro à travers un ami en commun on a discuté par texto le premier jour, je lui ai dit qu’elle me plaisait et qu’elle est souvent entouré des gens c’est pour cela j’ai pris son numéro chez cet ami. Elle ne l as pas mal prit on a discuté. Je lui ai aussi donné mon facebook histoire de se faire une idée dur moi et je lui ai aussi dit mon âge.

    Mais ça fait deux jour qu’elle ne répond pas à mes textos. Que faire?? L’appeler ferai trop needy??

    Merci de m’avoir lis.

    Rocco24cm ;-)

  • Rocco24cm dit :

    Merci.

  • Kml dit :

    Bonjour,

    Franchement c’est un article très intéressant et j’ai hâte de lire les autres. J’aimerais vous demander comment me conduire avec une fille qui a 24 ans. J’en ai 55. Elle m’écrit tous les jours des sms.

    Même si je n’écris pas, elle m’écrit, mais elle m’a prévenu qu’elle veut rester amie avec moi. J’ai accepté ça, mais je commence à m’attacher à elle.

    J’aimerais aller plus loin, mais j’ai peur de tout briser. Cela fait 5 mois qu’on s’écrit. À chaque fois que je lui propose de sortir avec moi elle zappe.

    • Konsti dit :

      Salut Kml, merci pour ton commentaire.

      J’aimerais vous demander comment me conduire avec une fille qui a 24 ans. J’en ai 55.

      Je t’invite à relire l’article. Tu y trouveras la réponse à ta question de manière nuancée et détaillée.

      Cela fait 5 mois qu’on s’écrit. À chaque fois que je lui propose de sortir avec moi elle zappe.

      Aïe ! Qu’elle esquive tes tentatives de fixer un rencard est un mauvais signe, un très mauvais signe.

      Tu la valides, l’attention que tu lui portes lui flattes l’ego, mais je crains qu’elle ne souhaite pas aller plus loin. Ça lui suffit. Elle cherche la validation, non pas l’intimité (avec toi).

      Que faire ?

      Tu as 2 options.

      Option 1 : tu la laisses tomber et tu te concentres sur d’autres nanas.

      Option 2 : tu fais un gros silence radio de quelques mois.

      Quelle option est-ce que je choisirai si j’étais toi ? La première.

      Quelle option est-ce que ton coeur te dit de choisir ? La deuxième, car comme tu le dis…

      j’ai peur de tout briser

      Traduction : j’ai peur de la perdre.

  • >