≡ Menu

Tu ne sais pas quoi lui dire pour la séduire ? Voici la solution…

« Tu ne sais pas quoi dire pour la séduire ? » est un article dans la catégorie Le coach de drague TE répond. La particularité de cette catégorie est que le coach de drague reprend et répond aux questions des lecteurs. Si tu as une question, alors clique ici pour la poser.

Kenny a croisé à quelques reprises une belle fille dans le centre commercial. Il aimerait l’aborder afin d’obtenir ses coordonnées, mais…

Voici ce qu’il écrit :

Salut Konsti,

Je suis tous tes articles de près, et c’est toujours un plaisir d’avoir de nouveaux conseils de drague. Cependant j’ai un petit problème.

J’habite à Bruxelles et il y a un centre commercial là-bas. Jusque-là rien d’étonnant, mais il y a CETTE fille. Cette fille que je vois par hasard dans ce centre commercial. Rarement, mais assez pour me marquer.

Elle est belle. Elle parait simple et discrète. J’aimerais l’aborder, mais je me dis que c’est sûrement le genre de fille qui ne donne pas son numéro rapidement …

Donc voilà, la prochaine fois que je la rencontre par hasard, que pourrais-je faire pour la marquer et qu’une autre fois on puisse s’échanger nos coordonnées ?

Merci beaucoup,

Kenny

Bonjour Kenny,

merci beaucoup pour ta question. La solution à ton problème est une formule en trois étapes.

Ne pas savoir quoi lui dire : la cause

Quel est le plus grand problème en matière de drague de TOUS les mecs ?

La peur !

Peur, angoisse, stress, nervosité, peur, manque de confiance en soi, timidité… En quelque sorte ce sont des synonymes. Et cette angoisse se traduit dans le comportement et les pensées.

Tu te balades dans le centre commercial, tu remarques la belle gonzesse et tu te dis :

Elle est belle. Elle parait simple et discrète. J’aimerais l’aborder, mais je me dis que c’est sûrement le genre de fille qui ne donne pas son numéro rapidement…

Et ce n’est pas tout. Ton dialogue interne t’a sûrement dit encore d’autres choses :

Puisque c’est le genre de fille qui ne donne pas son numéro rapidement, je vais me prendre un râteau. Et je n’ai pas envie de me prendre un râteau en plein public.

Résultat ?

Tu ne fais rien et tu décides de m’écrire. Et j’en suis content, car pour moi c’est une preuve de confiance et d’appréciation.

Merci !

Allez, on va résoudre ton problème. Voici la formule : introspection ⇒ acceptation ⇒ penser à haute voix.

Étape 1 : introspection

Introspection veut dire regarder vers l’intérieur. Donc, la première étape est de regarder vers TON intérieur. Plus précisément, tu dois observer ton dialogue interne.

Je précise : tu dois observer ton dialogue interne sans lui obéir. Tu dois l’entendre, mais ne pas l’écouter. Tu dois l’entendre sans le croire.

Autrement dit, tu observes ton dialogue interne, tout comme tu observes une autre personne. Tu observes ton dialogue interne afin qu’il cesse d’être « moi » et devienne « lui ».

Je vais te donner deux exemples pour illustrer cette petite nuance si importante.

Voici ce qui ce passe dans la tête d’une personne qui s’identifie à son dialogue interne (dialogue interne = moi) :

Je suis nul. Je ne sais pas quoi dire. Je vais foirer. Je vais me prendre un râteau.

Et voici maintenant une personne qui observe son dialogue interne sans s’identifier à celui-ci (dialogue interne =  lui) :

Mon dialogue interne me dit que je suis nul, que je ne sais pas quoi dire, que je vais foirer et que je vais me prendre un râteau.

S’identifier à son dialogue interne est une erreur mentale très importante (commise par beaucoup de gens).

Pourquoi est-ce si important d’observer ton dialogue interne ? Pourquoi est-ce si important de ne pas t’identifier à lui ?

Pour te libérer de son emprise sur ton comportement. Et surtout, pour apprendre à l’accepter et à l’utiliser à ton avantage.

Étape 2 : acceptation

En se détachant de ton dialogue interne, tu te libères de son emprise sur tes émotions et ton comportement. Et tu auras plus d’options. Plus de choix. Plus de liberté. Moins de stress.

J’ai 32 ans et plus de 15 ans d’expérience pratique en matière de drague. Et tu sais quoi ? Moi aussi j’ai encore la trouille quand je dois aborder une inconnue. Surtout quand c’est la première de la journée/soirée. Et encore plus quand c’est la première après une (longue) période d’inactivité.

Et mon dialogue interne essaie aussi de me jouer de sales tours :

Elle est trop belle pour toi… Elle est en train de marcher… Elle n’a pas le temps… Elle n’a pas envie d’être dérangée… Tu vas te prendre un putain de râteau… Elle n’est pas seule… Ses copines vont se moquer de toi… Si seulement t’étais plus beau… Tu ne sais pas quoi lui dire… Blabla blabla…

Bref, que du caca dans ma tête.

Mais…

Grâce à l’expérience et le développement personnel, j’ai appris à reconnaître ces symptômes. Car un dialogue interne négatif n’est rien d’autre qu’un symptôme de la peur.

Et j’ai aussi appris à (ré)agir adéquatement. Au lieu de me laisser influencer par mon dialogue interne négatif, je l’observe consciemment, je l’accepte et je me dis :

Aaaahhhh…  Le revoici. Ce n’est que de l’angoisse. Rien d’autre. Pas grave. C’est humain. Mais je ne vais pas me laisser avoir. Je sais ce que je dois faire !

Que faire ?

Agir !

Et surtout, au lieu de te laisser influencer par ton dialogue interne négatif, tu l’utilises. Oui, au lieu de réagir passivement à ton dialogue interne, tu l’utilises activement. Tu penses à haute voix !

Étape 3 : penser à haute voix

Plus tu observes ton dialogue interne, plus tu t’en détacheras.

Plus tu t’en détaches, plus son influence négative sur ton comportement diminuera.

Plus son influence négative diminue, plus tu pourras l’accepter.

Et plus tu l’acceptes, plus tu pourras l’utiliser à ton avantage !

C’est ça la réponse à ta question : observe ton dialogue interne, accepte-le et utilise-le à ton avantage.

Donc voilà, la prochaine fois que je la rencontre par hasard, que pourrais-je faire pour la marquer et qu’une autre fois on puisse s’échanger nos coordonnées ?

Tu te balades dans le centre commercial. Tu remarques ta belle princesse. Ton dialogue interne se met en marche :

Elle est belle, elle parait simple et discrète, j’aimerai l’aborder, mais je me dis que c’est sûrement le genre de fille qui ne donne pas son numéro rapidement…

Au lieu de baisser les bras, tu l’abordes et tu lui dis exactement ce que tu venais de penser. Oui, tu lui répètes ce que ton dialogue interne venait de te dire :

Salut, je t’ai vue quelques fois ici, dans le centre commercial…  Quelques fois, mais assez pour me marquer. Je te trouve belle. Tu me parais simple et discrète… J’ai hésité de t’aborder,  car je me dis que tu es sûrement le genre de fille qui ne donne pas son numéro rapidement …

Pour toi, dans cette situation spécifique, c’est tout simplement la meilleure phrase de drague !

Il n’y a rien de plus beau… Rien de plus sincère… Rien de plus authentique… Rien de plus spontané… Rien de plus romantique…

En te montrant si direct et vulnérable tu communiques de la confiance en toi. Et comme tu le sais, la confiance en soi est le trait le plus attirant chez un homme.

Avec une telle démarche tu peux être à 100% sûr que tu la marqueras.

Et concernant son numéro, ben, il faut voir. Peut-être qu’elle te le donnera… Peut-être que non… Tout dépend de la suite de votre interaction.

Mais pour le savoir, tu devras l’aborder.

Et on termine par un point important. Attention à l’éventuelle confusion ! Ces conseils ne sont pas synonymes de « penser positivement » . Car quand on chie dans son froc et on essaie de penser positivement, ce maudit dialogue interne nous dit :

Quoi ? Toi, le meilleur ? Toi, y arriver ? Tu sais que ce ne sont que des couilles. Penser positivement… Penser positivement… CE SONT DES MENSONGES ! Tu n’y crois quand-même pas…

Oui, en étant angoissé, on n’est pas convaincu de nos pensées positives. On n’y croit pas. Et par conséquent, ça ne fonctionne pas.

Bref, penser positivement, non.

Observer, apprécier et utiliser ton dialogue interne, oui.

Tu ne sais pas quoi dire à cette fille pour la séduire ?

Fais de ton dialogue interne ton meilleur ami !

Cher lecteur, si toi aussi tu as une question, clique ici pour me la poser.

À propos de l’auteur : Je m’appelle Konsti. Je suis psychologue, le fondateur de CoachDrague et l’auteur des guides Plus jamais seul ! et Tu la veux, tu l’auras. Je suis passionné par l’analyse profonde des interactions homme-femme, le polyamour, l’hypnose et la sexualité. Mon style de drague est direct et sincère.

  • Neoteny dit :

    J’adore toujours autant ce blog , je lis toi et Blusher et c’est tout.

    Il m’est arrivé un cas de ce type aujourd’hui même, j’étais dans un centre culturel en train de chercher un livre, Je vois une jolie fille accroupi « absorbé » dans sa lecture et un mec qui tourné autour, je pensais que c’était son mec donc je suis parti plus loin.

    Je reviens dans sa direction au bout de 15-20 mn et là le mec avait disparu, et la fille était toujours au même endroit toujours dans son livre , je suis resté 5-10 mn entrain de « zoner » autour d’elle ( le même comportement du mec, qui était sans doute pas son mec lol) et là ma pensé c’était: » elle lis son livre et à l’air totalement absorbé depuis 30 mn , je vais la déranger » donc je suis… parti.

    Donc prochaine fois que cela se reproduis , j’utilise ma voix interne en aide de cette manière donc : « Bonjour! je t’ai vu entrain de lire ce livre ou tu était totalement pris dedans apparemment, je voulais pas te déranger , mais juste te dire que je te trouvais jolie et aurait aimé faire ta connaissance » en gros c’est ça? j’avoue cela peut être pas mal, mais comme il y avait pas mal de gens autour de nous , la fille aurait pu se « bloquer » , pression social tout autour  » parle pas un inconnu » blabla, non?

    • Konsti dit :

      Salut Neoteny,

      oui, c’est tout à fait ça ! Relis un peu ta phrase de drague. Magnifique, non ? Et c’est toi qui vient de l’inventer… Automatiquement, sans aucun effort.

      Il te suffit juste de faire de ton dialogue interne ton meilleur ami. Et c’est ce que tu viens de faire.

      Et concernant la pression sociale c’est exactement le même principe. Tu fais de ton dialogue interne ton meilleur ami. Tu peux ajouter la partie sur la pression sociale à ta phrase d’approche :

      Bonjour ! Je t’ai vue en train de lire ce livre. Je ne voulais pas te déranger, car tu m’as l’air tellement concentrée… Et en plus il y a tellement de monde autour de nous. En fait je voulais juste te dire que je te trouve jolie et que j’ai envie de faire ta connaissance.

       

  • Wim dit :

    Ware Konsti-stijl :)
    Go for it x

    • Konsti dit :

      Traduction :

      Konsti, tu es le plus grand, le plus beau, le plus intelligent, le plus viril, le plus athlétique. Je t’admire. Je t’aime. Je t’adore. Je veux partager ma vie avec toi. Je veux être comme toi. Je veux que mes enfants te ressemblent. À partir de maintenant je vais mensuellement te transférer l’intégralité de mon salaire. Et je vais travailler gratuitement pour toi. Konsti, tu es mon Dieu !

      Oui, en néerlandais c’est beaucoup plus laconique…

      :-P :-P :-P

  • françois dit :

    bah pour mon cas ma dentition n’est pas très belle du coup quand je dois embrasser une fille le dialogue interne me dit « bah quoi calme toi t’as vu tes dents elles ne voudra jamais t’embrasser quand même… » du coup je perds toute ma confiance et au moindre rejet je suis détruit alors si vraiment tu peux me sortir d’affaire je t’en serai éternellement reconnaissant merci

    • Konsti dit :

      Salut François,

      d’où vient ce dialogue interne ? As-tu réellement des problèmes avec tes dents ? Si oui, alors la réponse est simple (sans vouloir te vexer) : tu dois les faire réparer.

      Par contre, si tes dents sont en ordre, alors demande à quelques filles attirantes ce qu’elles pensent de tes dents :

      Dis-moi, est-ce que tu penses que mes dents sont en ordre ?

      Cela devrait t’aider à te débarrasser de cette croyance négative.

      • françois dit :

        OK elle ne sont pas en ordre justement voila le problème donc dois je arrêter la séduction jusqu’à ce quelles soit en bon état??

        • Konsti dit :

          À toi de voir… Pose-toi la question suivante : « La séduction, est-ce pour moi une source de plaisir ou de frustration et de souffrance ? »

          Au lieu de penser en termes de « séduction », pourquoi ne pas penser en termes de « interagir avec les femmes » ? Question de réduire un peu la pression mentale.

          Et une fois que tes dents seront en ordre, tu te sentiras automatiquement tellement plus beau, attirant et confiant. Je te le garantis !

  • Andy dit :

    « Elle est trop belle pour toi… Elle est en train de marcher… Elle n’a pas le temps… Elle n’a pas envie d’être dérangée… Tu vas te prendre un putain de râteau… Elle n’est pas seule… Ses copines vont se moquer de toi… Si seulement t’étais plus beau… Tu ne sais pas quoi lui dire… Blabla blabla… »

    Putain, c’est tellement vrai que j’en ai les larmes aux yeux. Combien de fois j’ai voulu aborder une jeune femme, et cette petite voix m’a murmuré : « Mais arrête, tu vois bien qu’elle est super belle ! T’as aucune chance. Qu’est ce que tu crois ? Que t’es le premier mec à la trouver jolie et et à vouloir son number. »

    Du coup, patatras, je me dégonfle et puis plus rien… Et comble du déshonneur, cette même petite voix me dit : « De toute façon, vu qu’elle est très belle, elle devait surement avoir un copain. Ou encore : « Ça doit être le genre de fille arrogante et hautaine, trop contente de mépriser les hommes qui tombent sous son charme. » Des réactions qui font penser à la fable du Renard et les raisins.

    Et pourtant, je sais que j’ai tort.

    Cela dit, j’apprécie la formule que t’as citée : « Salut, je t’ai vue quelques fois ici, dans le centre commercial… Quelques fois, mais assez pour me marquer. Je te trouve belle. Tu me parais simple et discrète… J’ai hésité de t’aborder, car je me dis que tu es sûrement le genre de fille qui ne donne pas son numéro rapidement… »

    Je la reformulerai à ma façon également.

  • Andy dit :

    Le cas suivant m’arrive souvent. Je me promène dans un centre commercial à Paris, j’entre dans une boutique féminine, évidemment pour y faire une « nouvelle » (je dis, nouvelle, mais en fait il s’agit d’en avoir une tout simplement, ce serait déjà pas si mal en fait!!!) conquête et là 2 situations se produisent.

    1. Soit une vendeuse m’aborde rapidement pour me vanter le produits proposés. Si j’accepte, elle me fait le grand déballage des articles (par exemple des vêtements) qui plairont à coup sûr à ma femme ou copine (oui, car vu que je suis entré, je ne suis venu que pour acheter un cadeau à offrir à ma femme ou copine, c’est évident pour elle!). Du coup, perte de temps, et parfois pour pouvoir continuer ma visite de repérage, je dois acheter un de ces articles.

    Ce qui m’énerve, car je dépense, ce qui est con je le sais et surtout pas prévu. Et surtout, je me disqualifie, car j’achète un article féminin, donc, je confirme auprès de cette vendeuse ou des vendeuses mon statut d’homme « casé »! Ce qui est faux. Parfois, je joue la carte de l’achat pour une amie ou la frangine, mais je suis pas certain que ça marche mieux.

    2. Soit, je refuse son aide, mais à ce moment je suis surveillé de près par cette vendeuse ou ces vendeuses, et même par le vigile (qui doit penser que je ne suis qu’un « énième dragueur sans le sou » venu emmerder son monde !).

    Je ne peux du coup aborder celle qui me plait, librement. En outre, elle même, est surveillée par sa direction. Car le lieu de travail, comme tout le monde sait, n’est pas le lieu de la drague.

    Par conséquent, ma question est la suivante : comment faire pour aborder cette vendeuse dans ces circonstances ? Et surtout comment lui plaire et obtenir rapidement son numéro ?

    • Konsti dit :

      Salut Andy.

      qui plairont à coup sûr à ma femme ou copine (oui, car vu que je suis entré, je ne suis venu que pour acheter un cadeau à offrir à ma femme ou copine, c’est évident pour elle !

      Comment sais-tu que c’est évident pour elle ? Tu ne le sais pas… Tu le supposes. Et cette supposition n’est que la petite voix dans ta tête qui te sabote.

      Du coup, perte de temps, et parfois pour pouvoir continuer ma visite de repérage, je dois acheter un de ces articles.

      Personne ne t’oblige à acheter quoi que ce soit.

      Et surtout, je me disqualifie, car j’achète un article féminin, donc, je confirme auprès de cette vendeuse ou des vendeuses mon statut d’homme “casé” ! Ce qui est faux. Parfois, je joue la carte de l’achat pour une amie ou la frangine, mais je suis pas certain que ça marche mieux.

      Pareil… La petite voix dans ta tête qui te sabote. C’est tout… Et qui dit que tu te « disqualifies » ? Le fait d’avoir une copine peut tout aussi bien te « qualifier ».

      Enfin, qualification ou disqualification, peu importe… C’est clair que tu n’es pas à l’aise. Et ce dialogue interne négatif en est un symptôme. Et ce symptôme renforce ce malaise. Oui, c’est un cercle vicieux.

      Comment briser ce cercle vicieux ? En sortant un peu de ta zone de confort. Concrètement : en l’abordant de manière un peu plus directe. En flirtant avec elle. En la taquinant. Ou quelque chose du genre. Bref, en faisant quelque chose d’un peu plus osé.

      mais à ce moment je suis surveillé de près par cette vendeuse ou ces vendeuses, et même par le vigile (qui doit penser que je ne suis qu’un “énième dragueur sans le sou” venu emmerder son monde !)

      Pareil. C’est normal qu’ils surveillent leur magasin, non ? Et comment sais-tu ce que le vigile pense ? Ce que le vigile pense, c’est son problème. Pas le tien… Tu ne fais rien de mal.

      comment faire pour aborder cette vendeuse dans ces circonstances ? Et surtout comment lui plaire et obtenir rapidement son numéro ?

      Non, tu dois d’abord te poser les questions suivante : « Comment puis-je me sentir plus à l’aise ? Comment puis-je arrêter de me tracasser autant ? »

  • Andy dit :

    Questions:

    1. Tu rentres dans une boutique, il y a une fille qui te plait, une autre moins et une autre pas du tout. Celle qui te plaît moins semble être plus attirée par toi. Tu sens qu’avec elle ça peut être un plan « Q » rapide voire plus.

    Mais toi c’est la plus belle qui t’intéresse, peut-être parce qu’elle est aussi plus classe, élégante à sortir, peut-être plus mature et que ça te plairait d’avoir une « relation stable » avec une telle fille!

    Laquelle tu abordes? En sachant que choisir l’une, c’est forcément en éliminer une autre, puisqu’elles t’observent toutes du coin de l’œil, et que dans une boutique de vêtement, les filles se racontent tout surtout ce genre d’aventure. En sachant aussi que tu ne sais pas ce que ressens celle qui t’intéresse le plus.

    2. Tu rentres encore dans une boutique, et là on va dire qu’il y a 5 vendeuses et caissières, toutes très belles, occupées à travailler.

    Laquelle tu abordes ? La même question, si tu vois un groupe de jolies jeunes filles qui marchent ensemble dans la rue ou dans un Centre Commercial, ou encore en boîte de nuit. En sachant que toutes te plaisent et que là encore choisir une revient à en éliminer une autre, voire toutes les autres. En sachant aussi que tu ne sais pas ce qu’elles ressentent pour toi.

    J’admets que c’est assez compliqué, mais la vie elle même n’est pas simple !

    • Konsti dit :

      Andy, faisons un petit exercice.

      Essaye de répondre toi-même à ces questions.

      Car en ce qui me concerne, la réponse est simple : ça dépend de la situation, de mon humeur, etc.

      En sachant que toutes te plaisent et que là encore choisir une revient à en éliminer une autre, voire toutes les autres.

      En choisir une ne signifie pas nécessairement en éliminer une autre.

      En sachant aussi que tu ne sais pas ce qu’elles ressentent pour toi.

      Ce qui m’intéresse plus c’est ce que je ressens moi !

  • Blusher dit :

    Un excellentissime conseil qui fait toute la différence.

    Une des grandes recettes de la séduction spontanée très bien expliqué.

    J’ai vécu une très belle histoire qui a commencé par : « J’ai eu envie de venir te voir, mais je ne sais pas quoi te dire. Je m’appelle … et toi? » :)

  • Jube dit :

    Salut Konsti,

    Super tes conseils. Je sors d’une rupture hyper douloureuse et le fait de passer des heures à lire tes articles m’a reboosté. J’aurais voulu te demander ton avis sur cette rupture en question, mais c’est hyper long à expliquer et je ne pense pas que tu aurais le temps d’y répondre.

    Par contre je pourrais te raconter autre chose: j’ai remarqué une jolie fille qui travaille à la pharmacie près de chez moi. Après quelques jours je me décide… à faire la plus grosse erreur de tout l’univers : je lui glisse discretos un bout de papier « Salut, pas simple de t’aborder sur ton lieu de travail. Je te laisse mes coordonnées (gsm et adresse mail), contacte moi s’il te plaît. »

    Quel con !!! Tout ça pourquoi ? Pression sociale, comme tu dis. Ai-je besoin de te préciser qu’elle ne m’a jamais rappelé ? Penses-tu que je peux rattraper le coup ?

    Si oui, comment l’aborder (intelligemment) cette fois-ci ?

    • Konsti dit :

      Salut Jube,

      merci pour ton commentaire.

      J’aurais voulu te demander ton avis sur cette rupture en question, mais c’est hyper long à expliquer et je ne pense pas que tu aurais le temps d’y répondre.

      Envoie-moi un e-mail.

      Après quelques jours je me décide… à faire la plus grosse erreur de tout l’univers : je lui glisse discretos un bout de papier “Salut, pas simple de t’aborder sur ton lieu de travail. Je te laisse mes coordonnées (gsm et adresse mail), contacte moi s’il te plaît.”

      Pourquoi « la plus grosse erreur de tout l’univers » ? Jette un coup d’oeil à l’article suivant : Comment Aborder Une Femme Assise À Une Table Dans Un Bar, Un Resto Ou Sur Une Terrasse ?

      Ce n’est donc pas une erreur, c’est une technique de drague ! :-)

      La prochaine fois que tu utilises cette technique, file-lui ton petit papier, un stylo et demande-lui de te noter son numéro. Ainsi la suite de l’interaction ne dépendra plus de la bonne volonté, l’intérêt et/ou l’humeur de la fille, mais de toi, car tu pourras la recontacter quand tu le souhaites.

      Voici ce que tu pourrais lui glisser comme note :

      Salut, je préfère t’aborder ainsi, car c’est plus discret. Histoire d’éviter de te mettre mal à l’aise auprès de tes collègues, tes supérieurs et des autres clients. Voici la raison de cette note : tu me plais et je veux t’inviter à boire un verre. Si l’idée te tente, alors note ton numéro et/ou ton e-mail en bas de cette note et je te recontacte pour fixer le rendez-vous. Et sinon, ben, tant pis pour moi. Je me présente : je suis prince, aventurier et bohémien et mon numéro est [ton numéro ici].
      Quel con !!! Tout ça pourquoi ? Pression sociale, comme tu dis.

      Ne t’en veux pas. C’est normal. C’est humain ! D’où la technique du p’ti papier : pour t’aider à faire le pas, même si c’est « moins courageux ».

      Ai-je besoin de te préciser qu’elle ne m’a jamais rappelé ?

      C’est pour ça que tu dois garder un certain contrôle sur la suite de l’interaction et prendre son numéro.

      Penses-tu que je peux rattraper le coup ?

      Rien ne t’empèche d’essayer, sauf peut-être la petite voix dans ta tête.

      Si oui, comment l’aborder (intelligemment) cette fois-ci ?

      Pas besoin de l’aborder intelligemment. Aborde-la tout simplement. Comment ? Tu peux lui glisser encore un petit papier, tu peux l’aborder après son travail, tu peux l’aborder pendant son travail…

      Au fait, cet article-ci (celui au dessus des commentaires) EST LA réponse à ta question.

  • nik dit :

    merci pour tout konsti

  • Gaelle dit :

    Je recherchais un truc sur comment savoir si c’est de l’amour ben là j’ai vu ton blog OMG je me sens tellement confiante apres pfff mercii

    Je peux toujours t’expliquer voila il ya mon mec la qui vit loin de moi mais ya une fille que je connais qui la drague mais bon j’ai vu des messages d’elle avec le monsieur.. Qu’il disait l’aimer ou avoir envie d’elle .. Ce qui m’agaces c’est le fait qu’elle poste ses messages sur son statut.. Mais ils se sont jamais rencontrer . que penses tu que je devrais faire face à ca: je sais qu’il ya aimer il y’a desirer.. Parce qu’à chaque fois qu’elle fait je suis énerver?

    • Konsti dit :

      Toi et ton mec, avez-vous une relation exclusive ou une relation ouverte ? Si vous avez une relation exclusive, alors, primo, je demanderais des explications. Et secundo, j’envisagerais de le larguer.

  • >