≡ Menu

Aborder une fille : 9 techniques pour vaincre la peur… instantanément

Cher lecteur, comme tu le sais probablement déjà, un des plus grands obstacles dans la drague est l’angoisse de l’approche.

Ton cœur battant la chamade, une boule dans le ventre et les mains moites, ta petite voix interne te dit : « Non, ne le fais pas. Tu n’y arriveras pas. Tu te prendras un râteau et tu te ridiculiseras devant tout le monde. Si tu abordes cette fille, tu SOUFFRIRAS ! »

Aaaahhh, cette vilaine angoisse…

Dans cet article tu découvriras 9 techniques simples et efficaces pour surmonter cette angoisse instantanément.

Sans plus attendre, les voici.

1. Fais une petite promenade

L’angoisse a un effet paralysant. Quand tu chies dans ton froc tu as envie de rester sur place et de ne plus bouger. Ton corps est tendu, tes muscles crispés.

Cet état d’inertie n’est pas vraiment favorable à la drague. C’est évident…

Pourquoi y a-t-il dans les bars et les boîtes autant de mecs collés contre le mur, une bière dans la main, en train d’observer tout et n’importe quoi ?

Parce qu’ils sont nerveux…

Ils ont peur…

Ils chient dans leur froc !

Et ils attendent que cette angoisse disparaisse d’elle-même. Ou bien ils attendent de se faire aborder par une jolie demoiselle. Ils peuvent attendre encore longtemps.

Quand tu restes immobile, l’angoisse diminuera peut-être un peu, mais pas assez pour passer à l’action. Et la jolie demoiselle ne viendra jamais. Surtout si tu es comme moi : un monsieur Tout-le-monde.

Une solution simple consiste à te bouger les fesses. Rien de bien compliqué. Tu fais le tour du bar ou de la boîte : pour repérer les proies faciles, pour aller faire un petit pipi, ou pour te commander une boisson.

Si sur une échelle de 1 à 10 (1 = pas d’angoisse, 10 = mort de trouille) ton score et de 7 ou 8, alors cette petite astuce diminuera ton angoisse de 1 à 2 points.

Petite parenthèse : cette astuce est surtout applicable dans les bars et les boîtes. Dans la rue c’est une autre affaire, car dans la rue… tu marches. Tu es déjà en mouvement.

2. Aborde un mec

Il n’y a rien de plus facile que d’aborder un mec.

Premièrement, si tu es hétéro, alors tu n’attends rien d’intime ou de sexuel de la part d’un mec. Autrement dit, tu n’as rien à perdre (au fond, avec les filles, tu n’as rien à perdre non plus, mais ça c’est une autre histoire). Râteau ou pas, tu t’en fous, car tu n’as pas l’intention de le baiser.

Deuxièmement, les mecs n’ont pas les mécanismes de défense que les filles ont dans les bars ou les boîtes. Un mec ne se dit pas : « Oh, bordel… Encore un mec lourd qui vient me draguer. »

Troisièmement, la plupart des mecs sont socialement moins « sophistiqués » que les filles. Il te suffit de lui dire : « Salut, ça va ? », « Santé, mon pote ! Alors, tu t’amuses ? » ou « Elle est belle ta chemise. » et l’interaction est lancée.

Donc, tu abordes un mec et tu lui parles de trucs de mecs : alcool, nanas, sport ou voitures. Question de chauffer tes muscles sociaux. Alcool, nanas, sport ou voitures, ça sonne tout bête, mais ça marche.

ATTENTION ! Comme je viens de le dire, tu abordes un mec pour réduire ton angoisse de quelques points et pour chauffer tes muscles sociaux. Garde ton objectif en tête : draguer des gonzesses. Ne reste donc pas trop longtemps uniquement avec le mec.

Dès que ton angoisse diminue, lance-toi ! Attaque !

Ben tiens, tu peux même faire du mec ton complice, ton partenaire de drague, ton « wingman ». Et avec un peu de chance, il t’offrira un verre en prime.

Si tu souhaites savoir comment exploiter cette technique « d’aborder un mec » au maximum, alors je te conseille de lire « Le Marieur Marginal ».

3. Bois UN PEU d’alcool

Je dis bien UN PEU ! Un, deux ou trois verres selon tes habitudes, ta corpulence et tes besoins.

L’alcool freine les parties de ton cerveau qui te freinent. Résultat ? Tu es moins freiné ! C’est comme une double négation.

Je répète : bois juste UN PEU ! Car dès que tu dépasses la zone optimale, alors tes chances de draguer efficacement diminuent de manière considérable. Je sais de quoi je parle, car je suis un grand fana du bourrage de gueule. Plus t’es bourré, plus tu feras fuir les nanas : « Bweurk ! Encore un mec bourré qui pue de la gueule. »

4. Aborde une fille qui ne t’intéresse pas

« Konsti, j’ai un problème. Je n’ai aucun souci quand la fille ne m’intéresse pas. Je suis moi-même. Je suis drôle et confiant. Mais dès qu’une fille m’intéresse, alors tout change. Je perds mes moyens. Je n’ai soudainement plus rien à dire. J’ai peur de foirer. »

C’est un phénomène classique. La fille ne te plaît pas ? T’es cool. Tu t’en bats les couilles. C’est comme si c’était un mec.

La fille te plaît ? BAM ! Tu chies dans ton froc.

Oui, j’avoue, ça peut être un problème. Mais ça peut aussi être une opportunité !

Une opportunité pour réduire ton angoisse et pour chauffer tes muscles sociaux. En plus, si la fille moche a une copine moins moche, alors tu lui demandes tout simplement de te la présenter.

ATTENTION ! Comme je l’ai dit dans le 3e point (aborder un mec), garde ton objectif en tête : draguer des filles qui te plaisent. Alors ne reste pas trop longtemps uniquement avec cette fille qui ne te plaît pas. Considère ton interaction avec cette fille comme une période de transition : de beaucoup d’angoisse à moins d’angoisse.

Voici encore une petite astuce sympa : fais de la fille moche ta complice (ton « pawn » (pion) pour les fanas des théories de séduction ricaines).

Dis-lui : « On va faire un partenariat toi et moi. On va s’entraider. Je vais te chercher des mecs qui te plaisent et toi tu vas m’aider à draguer des nanas qui me plaisent. Deal ? Allez, dis-moi. Quel mec te plaît ici ? Je vais l’embobiner en moins de deux. »

5. Fais un concours d’approche avec ton pote

Si t’es avec un pote qui a les mêmes intérêts (nanas, drague et baise) et s’il est tout aussi motivé que toi, alors ceci est une des techniques les plus efficaces.

Lancez-vous des défis !

Tu lui dis : « Bon, écoute-moi bien, mon vieux. Si on continue comme ça, on ne va rien foutre de la soirée. J’ai une idée. On fait des approches chacun à son tour. L’un dit à l’autre ce qu’il doit utiliser comme phrase d’approche et l’autre exécute.

Donc, si c’est à moi de faire une approche, alors c’est à toi de me donner la phrase d’approche. Je fais l’approche en utilisant la phrase que tu m’as donnée. Après, c’est à toi de faire une approche et à moi de te donner une phrase d’approche. Et ainsi de suite…

Si l’un n’exécute pas son approche, alors il paie un verre à l’autre. Et pour déterminer celui qui devra faire la première approche, on fait pile ou face. Deal ? »

Pour illustrer cette technique, prenons Philippe et Redouan comme exemples :

    1. Philippe et Redouan font pile ou face. Philippe doit faire la première approche.
    2. Redouan invente une phrase de drague : « Salut, j’ai envie de passer une nuit inoubliable avec toi. »
    3. Philippe aborde une fille en disant : « Salut, j’ai envie de passer une nuit inoubliable avec toi. »
    4. Après son interaction, Philippe revient et invente une phrase de drague pour Redouan : « Dis, on va où ? Chez toi ou chez moi ? »
    5. Redouan aborde une fille en disant : « Dis, on va où ? Chez toi ou chez moi ? »
    6. Et ainsi de suite…

Et celui qui n’aborde pas paie un verre à l’autre.

Fais-moi confiance, c’est un très bon moyen pour t’éclater avec ton pote et pour cultiver une bonne paire de couilles.

Visualise un peu : une terrasse remplie… En plein milieu de la journée. C’était mon tour.

Mon pote me dit : « Tu vois la table là-bas ? Avec les 4 filles ? Ben, tu montes sur la table et tu fais une danse ridicule en chantant « Konsti is in the house ! Konsti is in the house ! Konsti is in the house ! »

Je l’ai fait…

Oh putain ! La honte que je me suis tapé. Tous les regards étaient braqués sur moi.

Mais comme on a bien rigolé !

Et je lui ai bien rendu la monnaie de sa pièce. Je lui ai fait aborder deux filles en leur disant : « Toi, je veux que tu me suces la bite, pendant que toi tu me lèches les couilles. »

Mort de rire ! :-D

T’aurais dû voir sa tronche. Il était PÉ-TRI-FIÉ !

Mais, il l’a fait. Bravo à lui !

6. Prends-toi un râteau volontairement

L’angoisse d’aborder une fille c’est l’angoisse du regard des autres. C’est l’angoisse du râteau !

Quelle est notre réaction naturelle vis-à-vis de l’objet de l’angoisse ? L’évitement. Oui, nous évitons ce qui nous fait peur.

Est-ce une bonne stratégie pour vaincre l’angoisse ? Non, au contraire. Cette stratégie renforce l’angoisse.

Pour vaincre l’angoisse il faut confronter l’objet de l’angoisse.

Au lieu d’essayer de minimiser les risques… Au lieu d’essayer de faire une bonne impression… Au lieu d’essayer de faire une « bonne » approche… Au lieu d’essayer d’éviter le râteau…

Essaye justement de te prendre un râteau !

Fais le mec lourd ! Essaye d’ennuyer la fille un maximum avec des questions banales : « Salut, tu viens ici souvent ? », « C’est quoi ton nom ? », « T’as quel âge ? », « T’as des frères ou des sœurs ? », « Tu fais quoi dans la vie ? »

ATTENTION ! Le but est de diminuer ton angoisse. Le but n’est pas de faire le clown toute la soirée.

Applique cette technique qu’une ou deux fois pour constater que le râteau n’a rien d’effrayant.

7. Première approche = râteau

Cette technique ressemble à la précédente, sauf que celle-ci est un peu plus douce. La différence est qu’avec cette technique-ci tu ne fais pas d’efforts actifs pour te prendre un râteau.

Tu t’attends à te prendre un râteau tout simplement. Tu ne te dis pas : « Je vais faire de mon mieux pour me prendre un vilain râteau. »

Tu te dis : « Bon, c’est ma toute première approche de la soirée et je suis un peu nerveux. Il est donc plus que probable que ça ne se passera pas très bien. »

Ainsi tu enlèves la pression de vouloir faire une bonne impression. Tu te sentiras soulagé. Tu te sentiras peut-être même un peu ridicule : « Pfffftt… Mais quel con ! De quoi avais-je peur ? De ça ? D’une réaction fade ? C’est tout ?!? Maintenant je suis prêt à foncer vraiment ! »

8. Accepte ton angoisse

Comme je l’ai dit un peu plus haut, notre réaction naturelle vis-à-vis de l’objet de l’angoisse est l’évitement. Nous évitons ce qui nous fait peur.

Et si on ne peut pas éviter ce qui nous fait peur, quelle est alors notre réaction naturelle ?

Si tu as peur des grands groupes, que fais-tu quand tu te retrouves dans un grand groupe ? Et que fais-tu quand il t’est impossible de quitter ce groupe ?

Tu résistes !

Tu essayes de combattre l’angoisse directement.

Ton corps et ton esprit hurlent : « Sale angoisse de merde ! Va-t-en ! Casse-toi ! Laisse-moi tranquille ! Oh, s’il te plaît. Je ne veux plus avoir peur. Je veux me sentir bien. Je veux être en paix. Saloperie d’angoisse de merde ! Arrête ! S’il te plaît… Je t’en supplie… Aaaargh ! »

Et ça marche ?

Non, au contraire. En résistant, tu renforces l’angoisse.

Au lieu de lui résister, accepte-la tout simplement.

Comment ? En lui prêtant toute ton attention.

Si tu ressens l’angoisse surtout dans ton ventre, alors dirige ton attention vers ton ventre SANS RÉSISTER !

Dirige ton attention vers l’endroit dans ton corps où tu ressens l’angoisse le plus et dis-toi : « Ok, j’ai peur. Je ressens la peur dans mon ventre et ma poitrine. C’est normal. C’est humain. Je laisse cette angoisse exister. Je la laisse faire. C’est bon. C’est ok. Chère angoisse, je t’accepte ! Tu es mon amie ! »

Tu verras que l’angoisse et les sensations physiques désagréables commenceront à se dissoudre.

La devise est…

Observe l’angoisse, ne lui résiste pas !

Et on termine par ma technique favorite…

9. Fais une approche hyper directe

Je ne parle pas d’une approche à la : « Salut, je t’ai vue et je me suis dit que je devais venir te dire bonjour. »

Non, non, non…

Je parle bel et bien d’une approche HYPER directe. Hyper directe et sincère !

Tu veux un exemple ?

Ok…

En voici un : « Salut, tu sais… J’aimerais te dire un truc, mais j’ai la trouille. Mais je vais quand-même te le dire. Voilà, j’ai envie de faire l’amour avec toi… maintenant ! »

BAM !

Et tu te tais… Tu ne dis plus rien… Tu la regardes droit dans les yeux…

C’est comme faire un saut à l’élastique.

Avant l’approche, ton cœur battra la chamade. Après l’approche, t’auras une explosion d’adrénaline.

Tu te sentiras IN-VIN-CI-BLE !

Après une telle approche, aller dire « bonjour » ou n’importe quoi à une autre fille sera un jeu d’enfant.

Tu te demandes sûrement : « Wow, Konsti ! T’es malade ou quoi ? Aborder une femme en lui disant que tu as envie de lui faire l’amour ? Mais ça ne se fait pas ! Ça ne marchera jamais ! Et tu risques de te prendre une grosse claque en pleine gueule. »

Ben, non… Détrompe-toi.

Premièrement, tu ne te prendras pas de claque. Je sais de quoi je parle.

Deuxièmement, ça marche très bien comme phrase d’approche. Je dis bien : comme phrase d’approche. Elle ne dira pas « Ok, allons-y. »

Tu devras bien entendu interagir avec elle après l’approche. Et si elle reste après une telle approche, alors… c’est parti ! ;-)

Mais bon, souviens-toi que le but de cet article est de te donner des astuces pour vaincre l’angoisse de l’approche.

Et des astuces tu en as maintenant plus qu’assez !

À propos de l’auteur : Je m’appelle Konsti. Je suis psychologue, le fondateur de CoachDrague et l’auteur des guides Plus jamais seul ! et Tu la veux, tu l’auras. Je suis passionné par l’analyse profonde des interactions homme-femme, le polyamour, l’hypnose et la sexualité. Mon style de drague est direct et sincère.

  • Red dit :

    Numéro 1 au top commentaires! Et j’fais même pas exprès!!! J’attends toujours que tu me dévoiles ton secret de drague à l’école !! :D

    Bonne suite et merci pour l’hommage!

    Salut

    • Konsti dit :

      Aha ! La technique de drague à l’école…

      La voici…

      Ah non, attends. Le téléphone sonne.

      Je dois te laisser.

      À plus, Red.

      :-p :-p :-p

      Je suis méchant, hein ! :-D :-D :-D

  • laurent dit :

    Salut Konsti, bravo pour cet article dont j’avais grandement besoin.

    Cependant j’ai une question a te poser : comment faisais tu pour répondre à une fille quand elle te demandait ce que tu faisais dans la vie pendant ta période de chômage ?

    C’est mon gros problème. Je sors d’une dépression et je n’ai pas encore de projet clair en vue. Donc je reste toujours calé devant cette bête question : que fais tu dans la vie ?

    Je sais que tu prône l’honnêteté, mais la je pense que si je devais être vraiment honnête, je les ferais toutes fuir vu que je ressemble à tout sauf au mec qui sait ou il va dans la vie.

    Merci d’avance et encore bravo pour tes conseils judicieux.

    • Konsti dit :

      Salut Laurent,

      je te souhaite beaucoup de courage et de force, l’ami !

      Cependant j’ai une question a te poser : comment faisais tu pour répondre à une fille quand elle te demandait ce que tu faisais dans la vie pendant ta période de chômage ?

      Je lui disais : « Je suis au chômage. Je touche de l’argent de l’état en ne foutant absolument rien. »

      Je sais que tu prône l’honnêteté, mais la je pense que si je devais être vraiment honnête, je les ferais toutes fuir vu que je ressemble à tout sauf au mec qui sait ou il va dans la vie.

      Ben justement, si tu ressembles à un mec qui ne sait pas où il va dans la vie, pourquoi leur mentir ?

      Si tu n’as pas de but, tu n’as pas de but. C’est mieux d’avoir un but dans la vie, mais si tu n’en as pas pour l’instant, pas grave. Accepte ta situation, sois honnête et essaie entre temps de changer ta situation.

      Tu sais, ce n’est pas vraiment le fait de ne pas avoir de but, c’est le fait de baisser les bras !

      Allez Laurent, courage mon vieux ! :-)

  • ilyas dit :

    Pour ma part j’adore la façon dont tu raconte les choses, tu me fais trop marrer, tellement que quand j’ai le moral dans les chaussettes, je lis tes article et j’ai aussitôt la pêche :D merci

  • anonyme dit :

    Bon voilà, je veux garder mon anonymat.

    Cela fait 3 ans que je n’ai pas eu de relation avec les filles.

    Depuis aucune ne m’intéresse et quand elle me parle souvent je suis désagréable.

    Je suis timide, je me suis pris 3 râteaux et ça m’a refroidi.

    Je n’ai aucun plaisir en voyant une femme nue et je suis pas homo.

    Voilà donc, quelqu’un aurait une solution à mon problème ? Car j’en ai marre et ça me fait déprimer à mort, depuis presque 3 mois je pense souvent à me suicider. Mais ça s’arrête vite et ça m’énerve !. Donc je le redis, si quelqu’un a une idée, je suis partant.

    • Konsti dit :

      Salut anonyme,

      écoute-moi très très attentivement ! Je vais être très franc et direct avec toi.

      Tu fais une dépression… Une dépression assez sévère !

      La meilleure chose à faire est de consulter un psychothérapeute LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE !

      Fais-moi confiance. Je sais de quoi je parle. Prends ton téléphone et fixe le rendez-vous encore MAINTENANT !

      Je te souhaite beaucoup de force et de courage.

  • alex9944 dit :

    XD la ça m’épate si tu as dansé sur une table de restaurant avec 4 filles et des vingtènes de personnes autour de toi !chapeau !!!

  • sebastien dit :

    Salut Konsti,

    Excellent article, il y a vraiment des bons conseils. Je ne suis pas un expert en drague, par contre je connais bien l’angoisse :). En ce qui me concerne, je te rejoins totalement sur le fait qu’il ne faut pas lutter contre notre angoisse, mais que l’on doit l’accepter.

    Car si on essaye de combattre notre peur, elle augmente. par contre si on l’accepte, elle diminue :)

    Comme tu le dis, confronter l’objet de notre peur, oui, pour mieux l’accepter.

    A bientôt :)

  • Kabbou dit :

    Salut Konsti, je souffre d’une dépression et pour me relancer j’aimerais aborder des filles, mais le stress lié à la dépression me bloque et je n’ai plus du tout confiance en moi.

    Quel conseil me donnerais-tu ?

    • Konsti dit :

      Si tu souffres réellement d’une dépression, alors je te déconseille d’aborder des inconnues. Tu te prendras des râteaux et ça ne fera qu’empirer les choses.

      Je te conseille de te faire soigner par un professionnel.

  • bdl emifly dit :

    Idem à ce que Kabbou a dit.

    • Konsti dit :

      Pareil, si tu souffres réellement d’une dépression, alors je te conseille de te faire soigner par un professionnel.

  • vianney dit :

    Je transpire beaucoup quand j’aborde une fille qui me plaît, aidez-moi !

  • prince dit :

    Salut Konsti, et si je ne bois pas d’alcool, comment faire ?

  • Laurent dit :

    Quand je dois aborder mon coeur bat la chamade… Que faire ?

    • Konsti dit :

      Tu acceptes ton angoisse (conseil n° 8) et tu abordes quand même.

      D’abord devenir confiant pour ensuite agir ne fonctionne pas. Ce qui fonctionne c’est l’action malgré la peur.

  • Perdu dit :

    Salut, j’ai rencontré une serveuse au resto qui me rend fou, le soucis c’est qu’elle habite à 650km 😁.
    Je crois que je lui plais (je pense qu’elle me regardait beaucoup) est ce que je dois tenter ma chance en allant lui dire ce que je pense ou laisser tomber vu la distance ?

    • Konsti dit :

      Si tu vas lui dire ce que tu penses et ce que tu ressens, tu te prendras un râteau. En plus elle habite à 650km. Conclusion ? C’est mal barré pour toi. Que faire ? Tentes quand même ta chance pour te faire ta propre expérience et ensuite concentre-toi sur d’autres nanas. Courage ! ;)

  • >